AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 i'm not weard, i'm limited edition

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Sidney E. Harris

Messages : 22
Date d'inscription : 31/12/2014


MessageSujet: i'm not weard, i'm limited edition   Mer 31 Déc - 18:47

Sidney faisait les cent pas dans son appartement, passant d’une pièce à l’autre, le regard perdu, bras croisés sur sa poitrine, le tout en tenue super confort, comme à son habitude. Cela faisait près de vingt minutes qu’elle tournait en rond de la sorte, et c’était même une habitude qu’elle avait fréquemment prise ces deux dernières semaines. Pourquoi ? Parce qu’elle se sentait coupable. De quoi ? Eh bien, déjà, d’avoir passé une aussi bonne soirée avec Zach, deux semaines avant. Enfin, d’avoir vécu, d’avoir été heureuse et insouciante. D’avoir oublié, pendant cette soirée. Comment avait-elle pu trahir tous ces soldats au front, ceux qu’on oubliait trop souvent à son goût ? Passer une bonne soirée n’était pas un crime, d’ordinaire tout du moins, car pour elle c’était une autre histoire. Elle avait vécu la guerre, l’avait vu de ses yeux, avait affronté bon nombre de pertes… Elle n’aurait pas dû oublier ces horreurs le temps d’une soirée. Et en rentrant chez elle, ça l’avait frappé instantanément, se prenant le retour de flamme en pleine poire. Résultat des courses, elle s’en était tellement voulu qu’elle avait préféré éviter Zach pendant deux semaines… Au lieu de commander les jours où il livrait, comme elle le lui avait dit, et bien, elle avait tout simplement fait l’inverse… C’était nul comme réaction, elle en était bien consciente. Mais Sidney était une jeune femme complètement dépassée par ce monde dans lequel elle mettait à nouveau les pieds. Parce que oui, il y avait véritablement un monde entre celui de la guerre et celui de tous les jours, celui où tout le monde vivait. Ce qui entraînait forcément de la part de la brunette une acclimatation à cet univers qu’elle avait délaissé pendant des lustres. Et c’était loin d’être aussi simple que ça en avait l’air. Il suffisait de voir ses tenues, jour après jour, de voir combien elle ne prenait pas vraiment soin d’elle. En même temps, vu les conditions là-bas… Elle avait perdu cette habitude, et la reprendre était des plus compliquées. Sauf pour cette soirée avec Zach… Elle s’était mieux apprêtée. Bien sûr, on était loin du compte, mais pour elle, cela avait déjà été un immense pas vers la réhabilitation. Ceci dit, Sid ne pouvait nier que tout cela la perturbait. En réalité, elle avait encore plus mal dormi que d’habitude. Et si pendant ces deux semaines, elle avait vu son psy et lui avait parlé de cette soirée, du plaisir qu’elle avait ressenti ce soir-là. Pas du reste, parce que cela impliquait de s’étendre sur le front et il n’en était pas question pour elle. Mais de cette soirée, oui. Et son psy avait d’ailleurs semblé trouver cela être une bonne chose. La première fois, bien évidemment. Parce que lors de la seconde séance, quand elle lui avait expliqué qu’elle n’avait pas revu Zach depuis, ni vécu de soirée comme celle-ci, il avait semblé presque déçu…

Continuant à tourner dans son appartement aussi vite que ses pensées, elle finit par se laisser choir sur le canapé en soupirant bruyamment. La tête entre les mains, elle tirait sur ses cheveux, essayant de savoir quoi faire. Deux semaines à l’éviter… Ça ne se faisait pas. Surtout pas sans raison, pas après une si bonne soirée. Mais aller s’excuser maintenant ? Il lui rirait au nez, non ? Après tout, ils ne se connaissaient pas vraiment, et elle était allée à l’encontre de ce qu’elle lui avait dit… Il n’aurait aucune envie de l’entendre s’expliquer non ? Et pourtant, elle était déjà en train de se lever, et d’aller dans sa chambre pour vêtir un jean et un petit haut tout simple, passant également par la salle de bain pour arranger sa tête d’enterrement. Peut-être parce que Zach avait cette bonté, qu’il respectait sa bizarrerie et qu’il l’écouterait tout de même ? Toujours était-il qu’une fois prête, elle sortit de chez elle, sac à main sur l’épaule, bras croisés tandis que la nuit était tombée. Sa destination ? La pizzeria. Elle était sûre de le retrouver là-bas, et de toute façon, elle n’avait aucun autre moyen de le revoir, à part de commander un jour où il était là, mais vu qu’elle avait déjà mangé chinois ce soir-là. D’autant que vu son hésitation, elle ne pouvait pas faire marche arrière. C’était maintenant ou jamais, sinon son courage se serait envolé, déjà qu’elle en avait la grande partie au front… Voyant la pizzeria au coin de la rue, son cœur battit un peu plus vite. « Oh mon Dieu, il va me prendre pour une folle… » Même si elle s’était déjà assurée du contraire deux fois. Nerveuse, elle s’arrêta à quelques mètres de l’enceinte, hésitante, avant de reprendre la marche pour pénétrer dans la pizzeria. Ceci dit, il lui fallait une excuse. N’aurait-elle pas l’air tache à venir en demandant à parler à un livreur ? Mince alors, elle n’avait pas pensé à ça. En fin de compte, elle se dirigea vers le guichet pour commander une pizza. Après tout, elle avait mangé il y a quelques heures déjà, alors pourquoi pas ? Et puis, il lui fallait vraiment une excuse. Essayant de voir si Zach se trouvait derrière elle penchait un peu la tête avant de régler. « Vous avez de la chance, on va bientôt fermer vous savez. » Hum, bah oui… C’était pour ça qu’elle était là aussi. Parce que parler à Zach pendant ses heures de travail, c’était moyen. Rapidement, elle alla s’asseoir à une table prévue à cet effet en attendant d’une part sa pizza, et d’un autre côté Zach. Sûrement terminait-il sa tournée. Sa pizza arriva quelques minutes plus tard. « Ca vous dérange si je reste un peu ici ? Je sais que vous allez bientôt fermer, mais j’aurais aimé discuter avec quelqu’un. » Sous les yeux perplexe du jeune homme qui lui avait rapporté sa pizza, elle entama sa pizza, un peu gênée. Pas moyen qu’elle ne bouge son postérieur de son siège avant qu’elle n’ait pu parler à Zach, qu’elle n’ait pu lui expliquer le pourquoi du comment. Et en parlant du loup, quelques minutes plus tard, elle le vit apparaître dans l’arrière-cuisine. Se mordillant la lèvre inférieure en reposant son bout de pizza entamé, fermant la boîte au passage, elle le regardait tandis qu’il était de dos. Le jeune homme qui l’avait servi sembla comprendre qu’elle attendait Zach, et alla lui parler avant de faire un signe de tête dans sa direction, imité du beau brun. Osant un petit signe de la main discret et timide, elle finit par se lever pour s’approcher tandis qu’il venait également vers elle. « Salut… » commença-t-elle timidement, un peu mal à l’aise. « Tu vas bien ? » S’il ne lui répondait pas, c’était qu’il était fâché contre elle, et qu’elle pourrait prendre ses clics et ses clacs. « Je suis désolée de débarquer comme ça, mais j’aurais aimé te parler, et je ne savais pas vraiment comment te joindre… » Et puis, en étant venue ici, elle avait fait l’effort de a) sortir de chez elle et de b) se préparer. Ca prouvait que ça lui tenait à cœur de s’expliquer, non ? « Est-ce que tu aurais quelques minutes à m'accorder ? » demanda-t-elle en se mordillant à nouveau la lèvre, peu sûre d'elle.

_________________

SIDNEY ✖️ Mais je ne suis qu'un chapitre de ton existence, il y en aura beaucoup d'autres. Rappelle-toi nos merveilleux souvenirs, mais n'aies pas peur de t'en faire d'autres.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Zach F. Eyston

Messages : 20
Date d'inscription : 31/12/2014


MessageSujet: Re: i'm not weard, i'm limited edition   Mer 31 Déc - 20:00

Pas de nouvelles bonnes nouvelles. Quel dicton pourri ! Juste une bonne excuse soit pour ne pas culpabiliser d’être celui qui ne donne pas de nouvelles, soit pour se rassurer quand on en reçoit pas. Mais Zach n’était pas de ceux qui croient à ce genre de phrase toute faite, et s’il avait beau se répéter que c’était stupide d’y penser, n’avoir aucune nouvelle de Sidney depuis leur sortie au théâtre lui avait quelque peu miné le moral. Pourtant la soirée c’était bien passée, elle avait eu l’air d’apprécier ce moment et puis plus rien. Pas de commande de pizza. Un subite sevrage ? Il savait que non et c’était bien là le pire, elle l’évitait. Parce qu’en réalité elle avait commandé, mais seulement les jours où il ne livrait pas… tout le contraire de ce que la brunette lui avait affirmé vouloir faire. Sans doute que ça ne devrait pas le toucher autant mais qu’y pouvait-il ? Il était humain et l’attitude de la jeune femme l’avait blessé.
Mais il était venu à penser que c’était la base même de son comportement qui avait été stupide. Inviter une cliente de la pizzeria, juste pour la sortir de son train train qui lui semblait morose ? Avoir envie de la connaître ? Idées à la con ! Et il se l’était bien répété durant ces jours, histoire de ne pas l’oublier. Ce qui l’avait rendu plus facilement irritable, lui qui d’habitude ne s’énervait pas facilement il s’agaçait bien plus rapidement et cela n’avait échappé à personne. Aussitôt ses amis ou même ses parents avait mis ça sur le compte d’une histoire avec une fille, mais ils étaient tellement loin de la réalité. Ce truc entre Sidney et lui n’avait rien d’ambiguë, il se sentait juste con d’avoir été si naïf sur sa capacité à l’aider et ça l’énervait.

Chaque jour où il travaillait une petite partie de lui espérait que la jolie brune commande une pizza, qu’il allait la lui livrer et au moins s’assure qu’elle allait bien. Mais rien, comme un silence total et pesant. Alors Zach avait même penser à échanger les jours de repos avec l’autre livreur, juste un jour pour vérifier qu’elle l’évitait bel et bien mais il le savait déjà et en être totalement sûr l’aurait blessé d’avantage alors il avait abandonné l’idée. Le jeune homme avait alors ensuite hésité à rendre visite à Sidney, mais c’était définitivement une démarche qu’elle serait tout à faire en droit de qualifier comme étant déplacée. Là encore il s’était ravisé. Donc il s’était contenté de faire son travail comme à son habitude. Après tout il n’y avait aucune raison que quelque chose change, hormis le fait de ne plus sympathiser avec une cliente.
Maintenant que ça faisait une quinzaine de jours qu’il n’avait pas vu la brunette, qu’elle l’évitait avec brio, Zach passait à autre chose. Il cessait peu à peu de s’en vouloir pour son trop plein d’empathie même si c’était loin d’être si simple. Pourquoi d’ailleurs ? Là dessus il se questionnait aussi. Qu’est-ce qui faisait que sa réaction était bien plus forte qu’il ne l’aurait voulu ? Un impact qu’il n’avait pas soupçonné un instant quand il avait décidé de laisser libre cours à son envie d’apprendre à la connaître. Et ce soir l’étudiant en art dramatique allait d’autant plus se changer les idées qu’il était attendu à une soirée après le travail. Aussi il s’était dépêché un peu plus que d’habitude pour sa tournée afin de rentrer un peu plus tôt et pouvoir quitter son emploi plus vite.

Il garait son scooter derrière la pizzeria et entrait dans celle-ci, s’arrêtant à son casier dans le vestiaire il délaissait la veste floquée au nom de l’établissement pour récupérer ses affaires, rangeait son casque et se recoiffait rapidement. Il rejoignait ensuite l’arrière boutique pour saluer son patron, sa femme et leur neveu qui servait en salle de temps en temps avec sa tante. Ce dernier vint alors informer Zach qu’une jeune femme l’attendait pour lui parler. Surpris, le jeune homme avait alors posé son regard sur Sidney et la surprise ne fut que plus grande. Il ignorait s’il était content de la voir ou pas… Après des jours à s’être agacé pour avoir été si con, il arrivait à peine à ne plus trop y penser et voilà qu’elle rappliquait à la pizzeria. Certes elle était libre de le faire, mais pourquoi venir lui parler après deux semaines à l’éviter ?
La réponse à cette question il ne l’obtiendrait qu’en acceptant de discuter avec Sidney, alors il s’avançait vers elle. Pas difficile de voir qu’elle était gênée et là elle avait de quoi. Car si Zach était un garçon tolérant il avait eu du mal à digérer son comportement, être en difficulté ne lui donnait pas le droit pour autant d’agir ainsi sans explications. Mieux vaut tard que jamais cependant et connaissant les difficultés qu’elle semblait avoir à quitter son appartement il ne pouvait que noter l’effort. « Salut… » répondait-il platement avant de hocher la tête «  Ouais ouais et toi ? » il n’était pas froid mais restait sur la réserve, un peu indécis sur la conduite à tenir. Il haussait les épaules, bien sûr qu’elle n’avait aucun autre moyen de le joindre, si ce n’est l’intermédiaire d’une pizza. Il ne perdait pas de vu que ce soir il devait retrouver ses amis à une soirée, mais dans un même temps il voulait entendre ce que Sidney avait à lui dire « Oui ok. Mais ils vont fermés, je propose qu’on parle tout en marchant. » la soirée était bien plus loin mais dans une direction similaire à son domicile à elle. Glissant les mains dans ses poches Zach marchait tranquillement « Donc ? Qu’est-ce que tu voulais dire ? ».
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Sidney E. Harris

Messages : 22
Date d'inscription : 31/12/2014


MessageSujet: Re: i'm not weard, i'm limited edition   Mer 31 Déc - 20:01

Les manières de Sidney pouvaient laisser perplexe, voire totalement incrédule. Ses réactions n’étaient pas toujours celles que l’on attendait, et oui, elle pouvait comprendre que c’était déstabilisant de prime abord, mais quand on savait ce qu’elle avait vu et vécu, quand on connaissait son histoire, ce n’était pas étonnant. La brunette était consciente qu’elle avait merdé en offrant un parfait silence radio à Zach et en agissant tout bonnement à l’encontre de ce qu’elle lui avait affirmé vouloir faire. La logique voudrait qu’il lui en veuille de ce comportement, ou qu’il n’ait même pas envie de la revoir, de l’entendre s’expliquer, mais elle devait tenter, elle devait le lui dire et ce, peu importait la réaction du jeune homme. Voilà pourquoi elle se trouvait à la pizzeria ce soir-là, chose surprenante vu qu’en général, elle se faisait livrer. Ça avait d’ailleurs dû étonner toute l’équipe de mettre un visage sur un nom si familier. Cela ne se reproduirait sûrement pas tout de suite, mais c’était pour la bonne cause. Voir Zach représentait à cet instant une priorité, une nécessité absolue, quelque chose qui l’obséderait jusqu’à ce qu’elle ait l’occasion d’expliquer son comportement pour le moins surprenant. Mais pour cela, encore fallait-il qu’il arrive. Tandis qu’elle attendait en mangeant sa pizza, elle s’était dit que peut-être il ne bossait pas aujourd’hui. Normalement oui, mais personne n’était à l’abri d’un contretemps ? Et s’il avait échangé son service avec l’autre livreur ce soir, exceptionnellement, pour une raison X ou Y ? Et s’il était malade, chez lui, cloué au lit ? C’était possible, après tout. Sidney n’avait rien d’autre à faire que de penser à cela en l’attendant. Mais le jeune homme n’était ni malade ni absent. Il était là. La brunette ressentit un peu de stress quand même, à l’idée qu’il puisse la rejeter, ou l’ignorer à son tour, l’envoyer sur les roses, ne pas l’écouter, lui dire d’aller se faire voir, et tant d’autres choses encore. Sidney était en tort, elle le savait, mais ce n’était pas pour cela qu’elle voulait qu’une de ces options ne se confirme, au contraire. C’était normal, après tout, elle avait vraiment passé un bon moment en sa compagnie, et elle l’appréciait. Nerveuse et mal à l’aise, elle commença alors par le saluer, et lui demander comment il allait. Des banalités, certes, mais c’était le minimum syndical, et ça, elle ne l’avait pas oublié a contrario de certaines habitudes qu’elle avait complètement perdues. « Salut… » Ne pas le voir sourire lui fit bizarre, elle devait l’avouer. La brunette ne s’était pas attendue à ce qu’il agisse comme si de rien n’était non plus, mais… C’était étrange de le voir si… détaché. C’était tellement différent de ce à quoi il l’avait déjà habituée. « Ouais ouais et toi ? » Peut-être que les banalités d’usage, elle aurait dû s’en passer après tout. Parce qu’il était là mais pourtant loin par rapport aux dernières fois. Elle n’en avait tellement pas l’habitude que ça la perturbait, et qu’elle ouvrit la bouche avant de la refermer sans avoir produit le moindre son dans un premier temps. La brunette avait quelque peu l’impression d’avoir perdu l’usage de la parole, décontenancée de le voir comme ça. Finalement, elle rouvrit la bouche, et réussit à produire une phrase. « Pas vraiment, non. » Autant être honnête tout de suite. De toute façon, c’était bien pour ça qu’elle était venue, non ? Et elle n’allait pas tarder à pouvoir justifier son comportement. Enfin, s’il le voulait bien. Parce que ce n’était pas garanti pour un sou, et qu’il avait tout à fait le droit de refuser. Sid ne pourrait pas lui en vouloir si c’était le cas, mais alors vraiment pas.

« Oui ok. Mais ils vont fermer, je propose qu’on parle tout en marchant. » C’était déjà ça. Au moins, il ne se montrait pas réfractaire à la discussion ni à l’écoute. Il pourrait l’envoyer paître après s’il le désirait, mais le simple fait qu’il ait envie d’écouter ce qu’elle avait à dire la rassurait. Hochant la tête, elle sortit en sa compagnie, carton de pizza en main, sac sur l’épaule. En fait, Sidney réalisa alors qu’ils commençaient à marcher côte à côte que son comportement puérile, lâche et ridicule les avait éloignés. Non pas qu’ils aient été vraiment proches, mais une certaine complicité était née lors de ce spectacle d’improvisation, et là, son comportement avait tout gommé, tout effacé. « Donc ? Qu’est-ce que tu voulais dire ? » Ce ne fut qu’à cet instant qu’elle réalisa qu’elle n’avait pas pensé à la manière dont elle allait s’expliquer. Parce qu’il y avait des choses qu’elle tairait, n’étant pas prête à évoquer. Et puis, de toute façon, lui déballer tout de but en blanc n’aurait qu’un seul effet : amener Zach à ressentir de la pitié à son égard, ce dont elle ne voulait de toute façon pas. Aussi, pour gagner un peu de temps elle se tourna vers lui en continuant à marcher et tendit le carton pizza vers lui. « Tu en veux ? Il en reste un peu, et je n’ai plus faim. Elle doit plus être super chaude ceci dit… » Se mordant l’intérieur de la lèvre, elle réalisa qu’elle devait être encore une fois ridicule. Mais bon, le jeune homme devait avoir l’habitude, à force. Soupirant, elle chercha les bons mots et le courage de les faire sortir. « Je suis désolée de t’avoir évité et d’avoir fait le contraire de ce que j’avais dit… » Sidney évitait son regard, mal à l’aise. « Je pensais tout ça, j’avais vraiment l’intention de commander que quand c’était toi. » Mais elle ne l’avait pas fait, ce qui devait pour le moment paraître à Zach complètement paradoxal. Ca l’était, d’ailleurs. « Je pensais ce que j’ai dit aussi concernant la soirée au théâtre d’improvisation. J’ai adoré ce moment, et… ça m’a fait du bien, oui. » La brunette marquait une petite pause pour réfléchir à la suite, se rendant compte qu’il devait être complètement perdu à l’heure qu’il était suite à son début d’explication. Elle devait probablement s’enfoncer à lui rappeler ce qu’elle avait dit et qui était contraire à ses agissements. Mais il fallait trouver les bons mots pour justifier sa façon d’agir, et ça, croyez-la, c’était vraiment difficile. La brunette passa plusieurs phrases en revue dans sa tête, les jugeant une par une. L’exercice était bien plus compliqué que ce qu’elle avait imaginé.

Mais il n’y avait jamais de bonne façon de dire les choses, et on avait beau réfléchir à dix fois avant de parler, il y avait toujours un risque que ce soit mal interprété, que ça ne reflète pas du tout ce qu’on voulait dire, que cela soulève des questions qu’on aurait préféré éviter, ou qu’on en dise trop. Aussi, Sidney soupira une nouvelle fois avant de se décider à se lancer. Il n’y avait que comme cela qu’elle y arriverait. Parce qu’elle réfléchissait toujours trop, pesant le pour et le contre, et elle se montait elle-même la tête, se perdait encore plus dans un questionnement sans fin. Pour preuve, sa décision de dernière minute de rejoindre Zach pour aller à ce spectacle d’improvisation. « En rentrant chez moi, j’ai pris une grosse claque après cette excellente soirée. Je peux pas vraiment t’expliquer pourquoi, et je me rends compte que j’aurais dû réfléchir à deux fois avant de venir m’excuser et tenter de t’expliquer, parce que tu dois vraiment rien comprendre. » Esquissant une petite grimace, elle tourna la tête vers lui, un air vraiment désolé sur le visage. « Ça doit te sembler tellement étrange, mais tu sais déjà que je suis assez spéciale… » Oui, et pas qu’un peu, même. Elle avait déjà fait fort, comme cette histoire de réduction, par exemple, alors bon, elle n’était plus à ça près. « Je sais bien que c’est pas logique d’éviter quelqu’un quand on a passé une soirée géniale, mais… J’ai plus l’habitude de ressentir ça, de me sentir si… vivante et si bien. » Bon, là, c’était certain, elle aurait vraiment dû se préparer avant de venir en improvisant. Si elle s’en était bien sortie lors du spectacle, ce n’était absolument pas le cas ce soir. « Ça m’a fait bizarre, et je me suis simplement oubliée en ta compagnie. J’ai oublié tout ce qui n’allait pas, tout ce qui s’est passé dans ma vie. Et j’aurais pas dû oublier, tu comprends ? » Non, elle ne se permettait pas d’oublier cet enfer, et d’oublier les soldats qui y étaient encore. Elle ne pouvait pas, pas après l’avoir vu et vécu en leur compagnie. Pas après avoir perdu tant de monde, des compagnons de galère qui au fil du temps étaient devenus pour elle des amis. Même Thatcher, ce petit con agaçant et antipathique... « C’était pas contre toi… Vraiment pas. » Parce qu’avant de rentrer, elle aurait été ravie de remettre cela, de retourner à un spectacle d’improvisation avec lui. Et maintenant ? La jeune femme avait un peu peur d’oublier à nouveau. « Tu m’en veux ? Tu peux dire oui, je comprendrais. Je m’en veux moi-même d’avoir agi comme ça avec toi, mais je savais pas comment gérer ça… » Ses explications se révélaient assez brouillonnes, elle en avait conscience, mais la jeune femme était tout bonnement incapable de faire mieux vu les contraintes imposées. Elle ne pouvait se montrer claire sans lui faire part de son expérience au front. « J’aurais dû te donner des explications plus tôt, je te les devais. Je suis sincèrement désolée de ne pas l'avoir fait. » Mais sûrement n’avait-elle pas été prête à lui fournir de telles justifications auparavant, ni à le revoir, à prendre le risque d’oublier une nouvelle fois ce qui l’avait tant marquée.

_________________

SIDNEY ✖️ Mais je ne suis qu'un chapitre de ton existence, il y en aura beaucoup d'autres. Rappelle-toi nos merveilleux souvenirs, mais n'aies pas peur de t'en faire d'autres.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Zach F. Eyston

Messages : 20
Date d'inscription : 31/12/2014


MessageSujet: Re: i'm not weard, i'm limited edition   Mer 31 Déc - 20:02

Le jeune homme bien que d’un caractère conciliant et sympathique n’était pas pour autant du genre à apprécier que l’on se paye sa tête.  Et il avait beau comprendre que le comportement de Sidney était tout sauf classique, il n’arrivait pas à se débarrasser de cette impression ainsi que de ses conséquences. Zach pourtant si souriant habituellement n’avait esquisser qu’un faible rictus en saluant la jolie brune et demeurait plutôt neutre alors qu’il marchait à ses côtés. Loin d’avoir réellement envie de converser comme si de rien était, c’est sans détour que le jeune homme demandait à Sidney ce qu’elle souhaitait lui dire. Inutile de tourner autour du pot, de toute façon ils n’avaient rien à ce dire puisque son attitude les avait à nouveau relégué au rang de deux inconnus. L’employé de la pizzeria, le simple livreur et elle la cliente un peu bizarre. Pourtant Zach ne pouvait oublier avoir passé une bonne soirée en sa compagnie, avoir ressentit une certaine satisfaction en la voyant sourire… mais elle lui avait ensuite mis une véritable claque en l’évitant par tous les moyens.
Elle lui proposait le reste de sa pizza plus tellement chaude, le jeune homme hésitait car il n’avait pas vraiment eu le temps de manger avant de commencer à travailler, ni pendant, ni après puisqu’il était là. Il prit la boite en haussant les épaules « Ouais je veux bien, merci. » ça lui éviterait d’arriver à jeun à sa soirée et que l’alcool ne lui monte directement à la tête à peine la première bière avalée. Ouvrant la boite tout en continuant de marcher il prit une part restante et mangeait. Au moins la bouche pleine il n’était pas obligé de parler, une bonne excuse pour son silence alors qu’il attendait que la brunette se décide à lui fournir des explications concernant son comportement. Déjà elle était désolée, mais ça l’étudiant l’avait deviner dès le moment où il l’avait vu à la pizzeria. Si ce n’est par sentiment de culpabilité pourquoi serait-elle venue ? Et puis ça avait l’air d’être un peu sa spécialité, être désolée.

Faire tout le contraire de ce qu’elle avait dit, oui c’était exactement ça. Plongeant Zach dans une totale incompréhension lorsqu’il s’était rendu compte de cela, il attendait avec une certaine impatience d’avoir le fin mot de l’histoire… enfin encore fallait-il que la brunette daigne le lui donner. Il sentait à quel point elle n’était pas fière de son attitude et s’il aurait pu se montrer rassurant ou conciliant il n’en fit rien et demeurait parfaitement silencieux pour le moment. Il n’allait pas dire que ça n’était pas grave alors que ça le touchait plus qu’il le voulait, il ne souhaitait pas mentir à la jeune femme. Entre ses intentions et ses actes il y avait eu un véritable fossé et c’était un peu comme si cet écart s’était également creusé entre eux. « Tu voulais, mais tu l’as pas fait… » lâchait-il dans un soupir une fois la part de pizza terminée.
Le jeune homme prit le dernier morceau dans le carton avant de ne jeter celui-ci dans une poubelle. Sidney avait replacer le contexte mais ça n’avançait pas vraiment Zach pour comprendre ce qui s’était passé pour elle. La brunette avait apprécié les moments en sa compagnie pour l’éviter ensuite, pas besoin de faire et refaire ce constat, maintenant il voulait savoir pourquoi. Et dans l’esprit de l’étudiant se profilait déjà une réponse qui lui paraissait être la plus probable. Mais n’étant pas dans la tête de la jeune femme il ne voulait pas se hâter à lui faire part de son hypothèse. Alors il l’écoutait attentivement mettre une fois de plus sur le tapis le caractère bizarre de ses réactions.

Effectivement Zach avait du mal à comprendre et pour cause elle même semblait assez perdu face à sa propre attitude. S’expliquant en conservant bon nombre de zones d’ombres, en fait la jolie brune ne lui révélait rien qui puissent totalement expliquer ce qui clochait. Pourquoi se sentir bien l’avait mise mal à l’aise ? Quel mal pouvait-il y avoir à passer un bon moment ? Ça lui échappait totalement mais le jeune homme continuait à attentivement écouter ce flot de parole qui lui paraissait sans queue ni tête. Tout ce qu’elle venait de lui dire n’était qu’un épais brouillard et Zach se confortait dans son idée. Pourquoi rester si évasive ? Pourquoi réagir comme ça ? Des questions qui restaient finalement sans réponse alors qu’elles étaient les plus présentes dans son esprit.
Sidney avait beau affirmer que ça n’était pas contre lui, le jeune homme avait la forte impression que ces mots ressemblaient un peu trop à des excuses fumeuses que l’on donne à quelqu’un lorsque l’on ne veut pas avoir affaire à elle. Si accepter son invitation n’avait été qu’un moment d’égarement pour elle, ou une erreur bien que la soirée fut bonne, alors Zach aurait préféré qu’elle le lui dise. Il soupirait et tournait la tête vers elle avec un petit sourire désolé « Te fatigues pas à chercher la manière la moins blessante de le dire… T’as trouvé ça ridicule de trainer avec moi c’est ça ? » il haussait les épaules « Je sais j’ai vingt deux ans, je fais encore des études. Je me doute que t’es plus âgée, avec un vécu différent et du coup en rentrant t’as du te dire que c’était débile de passer du temps avec un étudiant, un gamin quoi. ».

Voilà ce que Zach avait déduit de la réaction étrange et quelque peu blessante de la jolie brune. Franc et honnête comme d’habitude il avait choisi de lui dire sans détour ce qu’il en pensait. Lui en voulait-il ? Un peu il ne pouvait le nier, aussi il hochait la tête « Bah c’est pas agréable de se sentir autant comme un con. » il fit une moue avant de rire, un peu nerveusement « Ça sera sûrement pas la dernière fois, mais je m’en serais passé. Et puis pour les explications bah ouais c’est sûr que je les aurais préféré plus tôt ça m’aurait éviter de me poser des questions. ». Il lui offrait un sourire « C’est pas grave. Maintenant je sais. » lâchait-il en haussant les épaules. Que pouvait-il dire de plus ?
« Mais je vois pas ce qu’il y a de mal à passer une bonne soirée. Je comprends pas pourquoi ça t’as tant marqué. C’est pas comme s’il s’était passé un truc plus… Plus intime que juste aller à un spectacle d’impro. » il secouait la tête, décidément bien perplexe malgré les explications qu’avait tenté de lui fournir Sidney « Tu as tes raisons. A priori pas spécialement envie de les exposer, alors je vais me contenter de ça. » et de son rôle de simple livreur afin de ne pas l’embarrasser à nouveau en passant un bon moment. « C’est dommage, j’aimais bien parler avec toi. » avouait-il en lui adressant un regard où pouvait clairement se lire sa déception.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Sidney E. Harris

Messages : 22
Date d'inscription : 31/12/2014


MessageSujet: Re: i'm not weard, i'm limited edition   Mer 31 Déc - 20:08

« Tu voulais, mais tu l’as pas fait… » Comment décrire à quel point elle se sentait mal ? Si elle l’avait elle-même pensé, il y avait cependant une différence entre le penser et l’entendre dire. Encore plus quand ces mots sortaient de la bouche du principal concerné. Autrement dit, elle s’en voulait encore plus. En réalité, si elle avait pu s’enfuir et se réfugier à toute vitesse dans un trou de souris, elle l’aurait volontiers fait. Sid était honte, et ce sentiment de mauvaise conduite envers quelqu’un d’aussi agréable que Zach en était la cause. D’autant plus que cela avait été involontaire. Elle n’avait pas cherché à ce que cela se passe comme ça. C’était un automatisme, un mécanisme plus fort qu’elle et assez inexplicable. D’ailleurs, l’heure arriva de lui donner les fameuses explications. C’était d’un compliqué vu le nombre de détails qu’elle devait passer sous clé. En s’entendant elle-même, la jeune femme ne put s’empêcher de se dire qu’elle était complètement dérangée. Heureusement qu’elle voyait un psy. Encore que celui-ci ne pourrait vraiment l’aider qu’une fois qu’elle se serait complètement ouverte à lui. Ce qui n’était pas prêt d’arriver vu qu’elle en était tout bonnement incapable et que le seul fait de penser à son passé l’achevait émotionnellement parlant. Rien que là, c’était difficile, et pourtant, elle n’entrait pas dans les détails et taisait tout ceci. Sans compter que Sidney était loin d’être claire. Pour sûr qu’en sortant de chez elle, elle ne s’était pas attendue à ce que cela soit si dur. Mais d’un autre côté, elle avait improvisé, n’avait rien préparé, et s’était finalement retrouvée au pied du mur lorsqu’elle avait dû trouver un début à ses explications. Comme quoi, c’était souvent bien plus compliqué que ce que l’on imaginait. Et puis, ça lui tenait à cœur, elle ne voulait pas se tromper dans le choix de ses mots, elle ne voulait pas que Zach lui en veuille encore plus ni quoi que ce soit du genre. Ceci dit, Sidney ne s’était pas vraiment attendue à ce qui allait suivre et surtout à ce que le jeune homme ait de telles pensées en tête. « Te fatigues pas à chercher la manière la moins blessante de le dire… T’as trouvé ça ridicule de trainer avec moi c’est ça ? » Ridicule ? Non absolument pas. Elle avait adoré passer du temps avec lui, ne l’avait-il pas vu sur son visage ? Ne l’avait-il pas vu sourire ? Sans doute que si, mais sûrement n’avait-il pas une idée exacte du temps qui s’était écoulé depuis son dernier vrai sourire. Complètement décontenancée par cette réplique, elle resta muette, le temps de se remettre.

Mais voilà que Zach enchaînait déjà. « Je sais j’ai vingt deux ans, je fais encore des études. Je me doute que t’es plus âgée, avec un vécu différent et du coup en rentrant t’as du te dire que c’était débile de passer du temps avec un étudiant, un gamin quoi. » Alors c’était ce qu’il pensait vraiment ? Qu’elle n’était pas capable de le lui dire si c’était le cas ? Qu’elle avait joué la comédie ? Sid secoua fermement la tête, plusieurs fois. « Non mais bien sûr que non. » En réalité, leur différence d’âge ne l’avait tout bonnement pas effleurée. Parce que cela n’entrait pas en jeu à cet instant, qu’elle s’en foutait complètement puisque seul importait cet effet qu’il avait sur elle, ce sentiment de bien-être. « J’ai été sincère et tu le sais, j’en suis convaincue. Ne remets pas ça en question. » Bien qu’elle puisse le comprendre un peu tout de même. Après tout, sans explication, n’importe qui doutait, et quand le doute entrait en jeu, tout était remis en cause. « Bah c’est pas agréable de se sentir autant comme un con. » Et voilà que la honte s’emparait à nouveau d’elle. Si elle ne s’était pas fait violence, la jeune femme aurait vraiment tourné la tête à droite à gauche pour chercher un endroit où se cacher… Mais ça ne se faisait pas et ça n’aurait pas aidé. « C’était pas mon intention… » A ce stade, Sid en était au point d’espérer pouvoir remonter le temps et changer d’attitude. Cela aurait été tellement plus simple. Mais bien évidemment, la vie n’était pas simple. Et elle en savait quelque chose. Pour avoir perdu ses compagnons, et avoir entendu le dernier souffle de tant d’autres, elle pouvait en témoigner. Tout comme la vie n’était pas juste. Et pour appuyer ceci, il suffisait de connaître son histoire avec Eric… Mais mieux valait ne pas penser à lui en cet instant sous peine de s’effondrer immédiatement. « Ça sera sûrement pas la dernière fois, mais je m’en serais passé. Et puis pour les explications bah ouais c’est sûr que je les aurais préféré plus tôt ça m’aurait éviter de me poser des questions. » Mais pas si sûr qu’elle aurait pu les lui fournir plus tôt… Même si effectivement cela aurait évité qu’il en vienne à penser qu’elle jouait un rôle en sa compagnie ou quoi que ce soit dans le genre. « Je suis désolée… » répéta-t-elle alors en cherchant son regard. Elle l’avait déjà dit, oui, mais il y avait certaines phrases qu’on ne disait jamais assez avec sincérité, et répéter combien on s’en voulait d’avoir fait mal à quelqu’un ne pouvait de toute façon pas être une mauvaise chose. « C’est pas grave. Maintenant je sais. » Le voir sourire lui fit du bien, et la rassura. Parce qu’au début de cette conversation, elle s’était demandée si elle le reverrait sourire ou non, et rien n’avait été garantie.

« Mais je vois pas ce qu’il y a de mal à passer une bonne soirée. Je comprends pas pourquoi ça t’as tant marqué. C’est pas comme s’il s’était passé un truc plus… Plus intime que juste aller à un spectacle d’impro. » Non, effectivement, il ne pouvait pas comprendre. Pas sans les informations les plus importantes. Et encore, certaines personnes, comme sa famille, étaient incapables de comprendre, même en connaissant ces faits. Mais quand le mot « intime » sortit de la bouche de Zach, elle ne put qu’écarquiller les yeux. Niveau discrétion, zéro, certes, mais à ses yeux cela semblait sorti de nulle part, pour la simple et bonne raison qu’elle ne voyait pas les choses sous cet angle. Bon d’accord, elle avait pensé à un rendez-vous galant lors de leur sortie mais… Mais elle ne serait pas allée aussi loin. Elle ne le pouvait pas, c’était encore trop tôt, et elle le vivrait comme une trahison envers Eric, même si ça pouvait sembler stupide vu qu’il ne s’était pas passé grand-chose entre eux, hormis quelques baisers volés quand ils en avaient l’occasion. Et peut-être était-ce pour cela que l’idée d’embrasser quelqu’un lui était actuellement inenvisageable. C’était l’un des rares contacts physiques qu’ils avaient eu. Perdue dans ses pensées, complètement chamboulée par toutes ses idées, elle en oublia de répondre, un peu trop sonnée et déboussolée. Et s’il évoquait cette intimité, c’était peut-être que pour lui, cela avait été un réel rendez-vous, non ? La théorie se tenait, mais vu combien de pensées la traversait, mieux valait s’arrêter là. « Tu as tes raisons. A priori pas spécialement envie de les exposer, alors je vais me contenter de ça. » Effectivement, elle n’en avait pas envie, mais Sidney en était surtout incapable. Parler de tout ce qu’elle avait vécu rendrait cela définitivement réel, et ferait encore plus mal. Et pour qu’il comprenne totalement, elle devrait évoquer ceci. « C’est une question de vécu, comme tu l’as dit plus tôt... » Sans compter que son fardeau était vraiment lourd à porter et que de le partager avec quelqu’un reviendrait à lui en faire porter une partie. Ce n’était pas sans conséquences. « Je peux comprendre que ce soit pas évident de faire avec aussi peu, mais… Je suis incapable de te donner plus. » Elle aurait bien aimé pourtant, parce que le laisser dans un tel flou ne lui plaisait pas outre mesure. « C’est dommage, j’aimais bien parler avec toi. » Une nouvelle fois, ses yeux s’écarquillèrent suite à une de ses répliques. Aimais. Pourquoi l’usage du passé ? Il comprenait pourquoi elle avait agi de la sorte mais ne tenait plus à la revoir ? Hormis la livraison de pizza. A bien y réfléchir, là encore, elle pouvait comprendre. Et pourtant, ce n’était pas ce qu’elle désirait, pas ce qu’elle avait imaginé.

Surprise, Sid laissa ses pensées se formuler à haute voix. « Tu… Tu aimais ? Donc… Tu l’envisages plus ? » Elle ne s’y était pas attendue, tout comme elle n’avait pas imaginé que ça lui ferait un tel choc intérieur. « Tu veux plus me parler alors ? A cause de ça ? » Par peur que cela ne se reproduise ? Pour s’être senti con ? « C’est parce que je suis super bizarre hein ? Qu’à force, ça fait beaucoup et que tu te demandes quelle étrangeté viendra la prochaine fois ? » A ce stade, la jeune femme ne pouvait contenir ses questions et les enchaînait assez vite. Au point d’en avoir la tête qui tourne, mais cette dernière phrase de la part de Zach avait été un électrochoc. « Ou tu crois vraiment que j’ai trouvé ça ridicule de passer une soirée avec toi ? Tu crois que c’est parce que tu es plus jeune ? Sérieusement ? » Sidney secoua la tête et ferma les yeux quelques instants avant de rabattre ses cheveux et d’inspirer profondément. « Si je n’avais pas apprécié la soirée, je n’aurais pas accepté d’aller boire un verre après. Si je n’avais pas apprécié ce temps en ta compagnie, je n’aurais pas souri. » En soupirant, elle se mordit la lèvre avant de rechercher son regard. « Ca faisait longtemps que je n’avais pas souri, Zach. Très longtemps. Parce que je n’avais pas de raison de le faire. Parce que j’ai un vécu qui m’en empêchait. En rentrant, mon vécu m’a rattrapé, et m’a mis la corde au cou. » Voilà qui en disait déjà un peu plus, tout en restant assez évasive et sans lui dévoiler de quel vécu il s’agissait. « Je peux pas te garantir que ça ne se reproduira pas. Mais tu n’es pas responsable de ça. Et… » Elle s’interrompit quelques instants, ne sachant pas vraiment si elle devait prononcer les mots qu’elle avait sur le bout de la langue. Parce que peut-être comptait-il effectivement lui fermer la porte ? Oh et puis merde, si elle recommençait à réfléchir autant, elle ne serait pas sortie de l’auberge. Et s’il y avait bien quelque chose qu’il lui avait appris, c’était que l’improvisation, le lâcher prise, faisait du bien. « Et puis j’ai pas envie que ça s’arrête, voilà. » Il n’y avait rien de plus à ajouter.

_________________

SIDNEY ✖️ Mais je ne suis qu'un chapitre de ton existence, il y en aura beaucoup d'autres. Rappelle-toi nos merveilleux souvenirs, mais n'aies pas peur de t'en faire d'autres.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Zach F. Eyston

Messages : 20
Date d'inscription : 31/12/2014


MessageSujet: Re: i'm not weard, i'm limited edition   Dim 4 Jan - 18:18

Si Zach avait fait des conclusions hâtives c’était à cause de l’attitude de la jeune femme. Son silence, l’évitement puis ces explications plutôt floues qui laissaient penser au jeune homme qu’elle regrettait d’avoir passer du temps avec lui. Et quoi d’autre qu’une question d’âge et de vécu ? Bien sûr il pouvait se tromper, mais c’était pour lui l’explication la plus plausible et la conclusion qu’il avait faite… à tort à priori puisque la jolie brune le contre disait aussitôt, lui assurant que ça n’était pas la raison de son comportement. Et bien qu’il ait vraiment eu envie de la croire l’étudiant était assez blessé pour ne pas être totalement convaincu pour le moment. Aussi il avait besoin d’exprimer son ressentit vis à vis de la situation, garder tout ça pour lui reviendrait à devenir une bombe à retardement et son franc parler ne lui en laissait pas la possibilité. Il détestait cette sensation, cette impression d’avoir été le dernier des imbéciles mais il sentait combien la jeune femme regrettait que ce fut le cas. Et plus il enfonçait le clou plus elle paraissait désolée, mais ça n’excusait pas tout.
Avec sa franchise, Zach exposait clairement son point de vue et mettait en lumière son incompréhension. Deux états dont malgré elle la brune était l’initiatrice. Mais pensait-elle que des explications si floues que celles données pouvait satisfaire quiconque ? Sans doute. Cependant le livreur de pizza ne perdait pas de vue qu’elle agissait toujours différemment d’autres personnes qu’il pouvait côtoyer, aussi mystérieuse que difficile à comprendre. Et il allait devoir faire avec le peu qu’elle donnait, car ce vécu qu’il avait évoqué ne lui donnait pas la possibilité d’en dire plus. Sans le savoir elle venait au contraire d’apporter une réponse bien plus claire à ses interrogations et par un hochement de tête il avait acquiescé. Mais partit dans sur sa lancée il avait parlé un peu vite, décidant pour elle de la suite des évènements, à savoir qu’elle ne voudrait sans doute plus trainer avec lui. Information non avérée qui la choquait à en croire la manière dont elle écarquillait les yeux.

Véritablement surprise, elle le questionnait alors sur cette volonté de ne plus se revoir et Zach haussait les épaules mais avant qu’il n’ai pu dire quoi que se soit pour justifier ces paroles la jeune femme se lançait dans un flot de paroles dont il dû s’efforcer de ne pas perdre le fil en tentant d’analyser un élément au risque d’en rater un autre. Tout ce qu’il arrivait à faire était de secouer la tête à chaque paroles qui ne traduisait pas sa pensée, autant dire qu’il risquait d’avoir mal à la tête à force de l’agiter comme ça. Mais au moins ces paroles avaient eu l’effet d’un déclic et jamais la brunette n’avait fait de phrases si longues, en exprimant relativement précisément ce qu’elle ressentait dans la mesure de ce qu’elle se permettait. Parce que l’impression de l’étudiant était celle-ci : Sidney se mettait beaucoup de barrières. Il la croyait maintenant quand elle disait que cela n’avait rien à voir avec lui et quand elle prononçait ses derniers mots, avouant ne pas vouloir arrêter de le voir et passer du temps ensemble il lui adressait un large sourire qui se voulait rassurant.
« Moi non plus… j’ai juste cru que tu voudrais plus que l’on se voit et qu’on parle. » il s’arrêtait de marcher et la regardait avec attention « Je te crois quand tu dis que ça a rien à voir avec mon âge et tout ça. Vraiment je sais que t’es sincère. » il poursuivait après une inspiration plus profonde « Je comprends que tu ai un vécu on en a tous un, peut-être même que le tien est lourd… » il fit une légère moue « … sans doute pour que ça te fasse cet effet. Et je cherche pas à savoir si t’as pas envie que je sache et d’en parler. C’est juste que maintenant je sais que tu peux pas en dire plus mais que j’y suis pour rien. Donc je peux faire avec. Avant je savais pas alors j’ai tout de suite penser que c’était ma faute ou celle de mon âge ou j’en sais rien. » haussant à nouveau les épaules, il était bien plus détendu maintenant que les choses étaient mises à plat « Je suis peut-être un sale gosse mais j’aime bien traîner avec toi. Même si on se connaît pas beaucoup, je sais pas y’a truc mystérieux et unique qui fait que j’ai pas envie que ça s’arrête non plus. » lâchait-il avec légèreté. Puis avec un air malicieux il ajoutait « Hum pour prouver ça, que tu t’en fous que je sois un jeune étudiant… Tu viendrais avec moi à la soirée où je dois passer ? » elle pouvait dire non il ne le prendrait pas mal pour autant maintenant qu’il comprenait un peu mieux ses réactions. « C’est juste une apparition, c’est pas une rave party juste des étudiants qui s’amusent et rient. Rien de trash. » ça n’était de toute façon pas son genre et elle devait s’en douter. « Alors ? » la question tombait à pic avec leur présente localisation car les chemin à emprunter pour aller chez elle et celui pour aller à la fête se séparaient ici.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Sidney E. Harris

Messages : 22
Date d'inscription : 31/12/2014


MessageSujet: Re: i'm not weard, i'm limited edition   Mar 13 Jan - 16:03

Non, elle n’avait pas envie de cesser de le voir. Zach lui donnait l’opportunité de vivre quelques heures, de se sentir bien, d’être comme tout un chacun sans que son passé s’interfère. Bien sûr, quand elle devait survivre à nouveau, la chose se révélait être on ne peut plus compliqué, mais il lui apportait quelque chose. Et même si cela pouvait sembler infime, c’était énorme pour la jeune femme. Sa présence, même s’ils ne se connaissaient pas vraiment, s’ils avaient partagé très peu jusqu’alors, lui ramenait un semblant de normalité, nécessaire pour pouvoir sortir la tête hors de l’eau un jour. Et il était le seul à avoir cet effet sur lui. Quand elle voyait le regard de sa famille, c’était l’effet inverse qui se produisait, et à part eux, elle n’avait personne. Pas étonnant vu qu’elle avait quitté une vie « normale » pour se retrouver entourée de violence, d’armes, de sang et de mort. Ses amis d’avant avaient continué leur vie, tout simplement, et elle ne pouvait finalement que compter sur son psy pour l’aider, avec la sensation que cela ne fonctionnait pas vraiment. Mais ce que Zach lui offrait, ça, ça l’aidait. Alors non, elle n’avait pas envie de lui dire adieu. Mais si c’était ce que le jeune homme souhaitait après qu’elle se soit comportée de la sorte, elle ne pourrait pas le blâmer et n’aurait que d’autre choix de l’accepter. Pourtant, ce fut un beau sourire qui se dessina sur ses lèvres. Et on ne disait pas au revoir avec un sourire comme ça. Avec un sourire triste, contraint, désolé, oui, mais pas avec celui-ci. Aussi, quoi de plus normal à cet instant qu’une once d’espoir l’envahisse ? « Moi non plus… j’ai juste cru que tu voudrais plus que l’on se voit et qu’on parle. » Sa première phrase lui donna du baume au cœur. Trois petits mots qu’elle se répétait mentalement et qui la firent soupirer de soulagement. Soulagée, oui, c’était vraiment le mot approprié pour décrire ce qu’elle ressentait. Voyant que Zach s’arrêtait, elle fit de même, prémices d’un sourire sur le visage. « Je te crois quand tu dis que ça a rien à voir avec mon âge et tout ça. Vraiment je sais que t’es sincère. » Et voilà que son soulagement s’intensifiait. Comment pouvait-il en être autrement, après tout ? Et il fallait dire que pour quelqu’un de son âge, il était très agréable et sympathique à côtoyer. Il avait des valeurs que ses parents lui avaient inculquées, et il semblait bien plus mature que certains jeunes qu’on pouvait croiser dans la rue. Il avait des rêves pleins la tête, et une motivation pour les réaliser. Aussi, en guise de réponse, elle hocha la tête plusieurs fois pour lui confirmer une dernière fois sa sincérité, chose importante à ses yeux. « Je comprends que tu ai un vécu on en a tous un, peut-être même que le tien est lourd… » A cette réplique, la jeune femme baissa les yeux pour regarder ses chaussures, ne pouvant trouver son regard à cet instant. S’il savait à quel point il était lourd… Un poids d’une charge éprouvante et constante. Sans doute n’imaginait-il pas un tel vécu pour une demoiselle comme elle. Ca faisait un peu tâche, elle pouvait le reconnaître. En la voyant de prime abord, nul ne devait penser qu’elle ait choisit la profession d’infirmière militaire. Ou en tout cas, certainement pas maintenant, alors qu’elle était si fragile et si instable, pour sûr.

Sans mot dire, elle le laissa continuer, ayant monopolisé la parole tout à l’heure. Chacun son tour. Ceci dit, elle n’en perdit pas un mot, attentive à ses paroles, relevant la tête pour lui jeter un regard de remerciement avant de hocher la tête. Elle comprenait que face à une telle situation, il n’ait pu qu’opter pour cette hypothèse. Et s’il en avait eu une autre en tête, cela aurait été la même chose. Zach avait été dans le flou, dans l’incertitude, par sa faute, et il n’avait que pu supposer une réponse, une explication. « Je comprends. » chuchota-t-elle alors, toujours un peu honteuse de lui avoir fait vivre une telle situation. « Je suis peut-être un sale gosse mais j’aime bien traîner avec toi. Même si on se connaît pas beaucoup, je sais pas y’a truc mystérieux et unique qui fait que j’ai pas envie que ça s’arrête non plus. » Ah non, il était loin d’être un sale gosse, comme il disait. D’ailleurs, Sid secoua immédiatement la tête à ce stade de sa réponse. Un truc mystérieux et unique. S’il savait… Peut-être que sa vision des choses changerait ? Peut-être qu’il se demanderait pourquoi ils n’avaient pas continué comme avant, en parlant le strict minimum vis-à-vis de cette relation livreur/client ? Mieux valait ne pas imaginer la chose et se contenter de positiver suite à l’évocation de son envie que leur relation, si on pouvait appeler cela comme ça, perdure. « C’est à cause de la réduction, ça. » répondit-elle en brassant l’air d’une main, petit sourire aux lèvres, ravie de la tournure des événements et soulagée de ne pas devoir lui dire adieu. « Hum pour prouver ça, que tu t’en fous que je sois un jeune étudiant… Tu viendrais avec moi à la soirée où je dois passer ? » Une soirée ? Le cœur de Sidney manqua un battement sous la surprise de cette proposition, et l’effort que ça lui demanderait. Elle imaginait tout de suite une grande fête avec des dizaines et des dizaines d’étudiants en train de se lâcher, buvant à foison, dansant sans se soucier de quoi que ce soit. Un endroit où elle pourrait facilement se perdre et se sentir très mal à l’aise, oppressée. Etonnant d’ailleurs que Zach participe à ce genre de soirée souvent désinhibée et exubérante. Pourtant, cette image mentale représentait la vie, le lâché prise, était tout l’opposé des images qui défilaient régulièrement dans son esprit, et un tel contraste pouvait lui faire du bien.

La jeune femme restait silencieuse alors qu’elle ne pouvait empêcher un léger stress de l’envahir, mais Zach reprit bien vite la parole. « C’est juste une apparition, c’est pas une rave party juste des étudiants qui s’amusent et rient. Rien de trash. » Sid lâcha un soupir de soulagement qu’elle ne put retenir, suite à ses précisions tombant à pic. Sans doute avait-il compris qu’elle s’était déjà imaginé le pire. Gonflant ses poumons à bloc, elle réfléchit à toute vitesse. « Alors ? » Encore une fois, si elle se mettait à peser le pour et le contre comme elle avait l’habitude de le faire, sa décision n’arriverait que dans une demi-heure, minimum. Et puis bon, comme elle l’avait pensé tout à l’heure, en lui révélant qu’elle n’avait pas envie qu’ils ne se revoient plus et n’aient plus l’occasion de discuter, il lui apprenait à lâcher prise, à prendre des décisions plus spontanées. Sans compter, qu’elle lui devait bien ça, effectivement. « C’est d’accord. » lâcha-t-elle alors, assez surprise de voir que les mots sortaient facilement de sa bouche. Elle put également constater qu’elle ne regrettait pas ses mots. Pour le lui confirmer, elle hocha la tête, avant de passer sa main à la base de sa nuque. « Mais à condition que tu ne me laisses pas seule une fois là-bas. » Parce que là, elle aurait bien du mal à s’en sortir et se mettrait à paniquer, pour sûr. Elle se connaissait, après tout, et perdue au milieu de gens qu’elle ne connaissait ni d’Adam ni d’Eve alors qu’elle avait assez de mal à se sociabiliser, cela ne se passerait pas au mieux. Mais pour l’heure, elle ne paniquait pas vraiment, ça la stressait un peu, certes, mais Sid savait que Zach ne disparaitrait pas en un claquement de doigt. Esquissant un pas pour lui prouver qu’elle était prête, elle prit la parole. « On se remet en route ? Je te suis. » proposa-t-elle alors en se disant que cette soirée était bien celle des exploits, mais pour l’heure, un certain sentiment de fierté l’envahit. Ses progrès étaient appréciables. « Enfin, sauf si je ne suis pas présentable. » Vêtue d’un simple jean et d’un haut tout ce qu’il y avait de plus banal, elle était loin d’avoir un look d’enfer, mais vu qu’il ne s’agissait de toute façon pas d’une rave, cela ne devait, a priori, pas poser de problème.

Suivant Zach pour emprunter un chemin opposé à son appartement, elle eut une pensée qu’elle jugeait amusante. « J’espère que tes amis ne vont pas penser que je suis trop vieille pour ça. » Vingt-huit ans, quand même. Il y avait une sacré marge, surtout qu’elle avait terminé ses études il y a un petit moment déjà. Tournant la tête vers lui pour lui lancer un regard amusé, elle reprit la parole. « Toi tu croyais être trop jeune, et moi je suis en train d’espérer ne pas être trop vieille. » Petit retournement de situation, assez drôle quand on y songeait. Réfléchissant à l’idée de rencontrer des gens qu’elle ne connaissait pas, de se retrouver dans un milieu qu’elle avait quitté depuis longtemps, elle se posait une question qu’elle n’hésita pas à partager avec Zach. « Hum… Est-ce qu’il y a quelque chose de particulier que je devrais savoir sur la soirée ou tes amis ? » commença-t-elle avant de faire une petite grimace, signe qu’elle continuait à réfléchir et trouvait son début de réplique peu clair. « Comme… Si se sont tous des étudiants en théâtre, ou… Ou une petite-amie qui ne trouverait sûrement pas agréable le fait que tu viennes accompagné d’une vieille chouette étrange ? » Cette pensée venait de l’effleurer, et pour le coup, elle ressentit une petite pointe de stress monter. Parce que si sa venue risquait d’une manière ou d’une autre d’envenimer les choses, autant faire marche arrière de ce pas. Sidney ne cherchait pas les ennuis et n’avait pas non plus envie que Zach en ait par sa faute.

_________________

SIDNEY ✖️ Mais je ne suis qu'un chapitre de ton existence, il y en aura beaucoup d'autres. Rappelle-toi nos merveilleux souvenirs, mais n'aies pas peur de t'en faire d'autres.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Zach F. Eyston

Messages : 20
Date d'inscription : 31/12/2014


MessageSujet: Re: i'm not weard, i'm limited edition   Mer 25 Fév - 18:00

D’accord, Sidney était d’accord pour aller à cette fête avec lui et Zach se demandait si c’était juste pour se faire pardonner de son comportement ou bien par réelle envie. Sans doute d’avantage la première option mais si la jeune femme faisait cet effort c’est qu’il y avait un minimum d’envie là dessous aussi. La brunette émit une condition, laquelle semblait un peu désuète étant donné que le jeune homme n’avait jamais eu l’intention de la laisser seule au milieu des étudiants alors qu’elle ne raffolait pas des bains de foule. « Oh si bien sûr, ça sera un test. » plaisantait-il en riant avant de rectifier, sachant combien Sidney pouvait tout prendre au premier degré « Évidemment que non je vais pas te laisser seule une fois là bas. ». Zach était plutôt agréablement surpris par la motivation dont faisait preuve la jolie brune s’avançant en première pour qu’ils se remettent en route. À sa remarque sur sa tenue le jeune homme la regardait rapidement avant de se mettre à rire « C’est pas un défilé de mode, et t’es pas en pyjama ou en survêtement donc tout va bien. » certaines filles allaient sans doute avoir fait des efforts vestimentaires en vu de ne pas rentrer seules, mais l’étudiant se doutait que ça n’était absolument pas dans les intentions de sa complice. « Mais si tu veux te transformer en œuf de Pâques pour t’assurer de faire sensation auprès des étudiants et potentiellement pas rentrer seule, on peut faire un détour pour que tu te changes. » il venait de proposer cela avec son habituel petit sourire simplement pour taquiner la jeune femme.
Il avaient pris la direction de la fête et le jeune homme était plutôt satisfait de constater que Sidney ne semblait pas si tendue. À force de sortir cela deviendrait sans doute de moins en moins difficile pour elle, cependant rester cloîtrée dans son appartement avec la chaîne de décoration d’intérieur en fond sonore, ça allait contre des potentiels progrès. Zach ne pu s’empêcher de rire à la remarque de la jeune femme, au moins elle faisait preuve d’humour et c’était plaisant pour lui de constater que malgré le précédent mal entendu les choses étaient reparties sur des bonnes bases. La regardant du coin de l’œil il secouait la tête « Oh non je ne pense pas du tout qu’ils vont croire ça. » de son avis à lui ils allaient même sans doute être on ne peut plus curieux à son sujet et potentiellement intéressés de faire sa connaissance. Auraient-ils envie de la draguer ? C’était fort probable mais ça le jeune homme n’allait pas le lui dire parce qu’il comptait bien le gérer lui même. Le constat de la brunette était une bonne illustration de leurs situations respectives, leurs âges pouvaient les éloigner de part des attentes et vécus différents et pourtant ils étaient là à parler de manière complice comme si c’était tout naturel. « Cette soirée va te redonner un coup de jeune ! » lâchait-il en riant, ce soir elle n’était pas cette mamy affalée sur son canapé à se morfondre pour X ou Y raisons.

Sidney avait du mal avec l’imprévu, aussi elle lui demandait un petit briefing sur la soirée et ses amis. Zach ne savait que dire, c’était son monde à lui et donc une évidence mais comment dresser une illustration qui résumerait bien ce monde là ? « Hum… Mes amis sont cools, ils ne boivent pas trop… même s’ils boivent quand même. Et cette soirée c’est chez un mec plutôt friqué dont les parents sont en voyage. Du coup ça sera un comité plus ou moins restreint, ambiance assez tranquille. » c’était vague et terriblement stéréotypé comme description mais il ne voulait pas que la jeune femme ai envie de faire demi-tour. « Tous des étudiants en art en tout cas. Théâtre, musique, peinture… Ce genre de chose. » il eu un petit sourire gêné quant à l’évocation d’une potentiellement petite-amie jalouse « Non, t’en fais pas. » peut-être y aurait-il cette fille avec qui il avait flirté à la dernière soirée mais ils ne s’étaient rien promis et à peine parlé une fois en cours alors elle n’était pas en droit de quelconque reproche du fait qu’il soit accompagné.
Zach sentit l’inquiétude de Sidney et tentait de la rassurer avec un sourire « Je t’assure, je suis libre comme l’air. On va boire un verre, danser un peu et rentrer. Ok ? » il devait faire une apparition parce qu’il l’avait promis à son meilleur ami mais il ne comptait pas s’éterniser jusqu’au petit matin. Du bout de la rue ils pouvaient déjà entendre de la musique provenant d’une maison d’où filtrait de la lumière colorée. « On y est presque. » et Zach envoyait alors un message à son meilleur ami Dean pour lui annoncer son arrivée imminente « Si jamais ça va pas, tu me dis et on partira. » lâchait-il avec sérieux en regardant attentivement la jolie brune « Vraiment, hésites pas. » il ne voulait pas qu’elle fasse une crise de panique ou quelque chose comme ça juste pour ne pas le déranger. À peine furent-ils sur place que déjà Dean venait saluer son ami, étonné qu’il fut accompagné il n’en demeurait pas moins accueillant avec Sydney lui offrait d’office un verre qu’il lui mit dans la main sans même attendre qu’elle accepte ou non « Si tu en veux pas tu le poses sur le premier meuble que tu croises. » indiquait Zach avec le sourire avant de se frayer un chemin parmi les autres invités suivant son meilleur ami et saluant au passage quelques têtes connues. Le reste de son groupe d’ami les accueillait lui et la jeune femme avec tout autant d’enthousiasme. Déjà Zach devait démentir à deux de ses amis le lien entre lui et Sidney, affirmant bien clairement qu’ils étaient simplement des amis. C’était le plus simple pour définir ce lien qui finalement n’était pas franchement définissable pour l’instant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Sidney E. Harris

Messages : 22
Date d'inscription : 31/12/2014


MessageSujet: Re: i'm not weard, i'm limited edition   Ven 6 Mar - 14:06

« C’est pas un défilé de mode, et t’es pas en pyjama ou en survêtement donc tout va bien. » la rassura-t-il après sa question sur sa tenue. S’il savait depuis combien de temps elle n’avait pas mis les pieds à une simple fête… S’il savait qu’elle avait passé des années loin de toute notion de style vestimentaire, et que durant les quelques temps où elle avait été de retour à Manchester, elle ne s’était guère souciée de la mode actuelle, des derniers films sortis au cinéma, ou des dernières musiques en vogue. La seule chose dont elle se souciait à l’époque, c’était des actualités. Concernant le front, la plupart du temps. Elle cherchait à savoir ce qu’il se passait durant son absence, comment la situation se présentait. Pour le reste, la jeune femme n’avait pas vraiment fait d’effort pour se tenir au courant. Evidemment, sa famille lui racontait les derniers ragots du quartier, mais sinon son esprit n’avait jamais quitté le front. « Mais si tu veux te transformer en œuf de Pâques pour t’assurer de faire sensation auprès des étudiants et potentiellement pas rentrer seule, on peut faire un détour pour que tu te changes. » Faire sensation ? Ne pas rentrer seule ? « Non, non, non, non, j’ai jamais eu l’intention de… Non… » répliqua-t-elle un peu trop vivement et un peu trop rapidement. Rentrer avec quelqu’un… Non, c’était exclu. Elle ne pouvait pas. Elle ne voulait pas. L’idée même de passer la nuit avec quelqu’un lui donnait l’impression d’être une insulte envers Eric. Evidemment, vu leur relation on ne peut plus spéciale, cela pouvait sembler être ridicule, déroutant, inutile et déplacé, mais ce n’était pas ce qu’elle, elle ressentait. Mais mieux valait ne pas s’attarder sur le sujet et se mettre en route vers cette fameuse fête. « Oh non je ne pense pas du tout qu’ils vont croire ça. » Immédiatement après qu’il lui eut répliqué ceci, elle eut envie de lui demander pourquoi, et dû ravaler sa question. Sidney ne voulait pas se la jouer flic une nouvelle fois, en essayant de comprendre tout dans le moindre détail comme elle le lui avait prouvé avec cette fameuse réduction qui devait sans doute avoir marqué Zach. Mieux valait se contenter d’un petit hochement de tête accompagné d’un petit sourire. Et pour être totalement franche, elle se moquait un peu de savoir quelle impression elle allait leur donner. Un peu seulement, parce qu’il s’agissait là des amis de Zach, et… Sans pouvoir se l’expliquer, elle n’avait pas envie de leur sembler trop bizarre. Peut-être par crainte qu’ils ne fassent la réflexion au jeune homme et que celui-ci se rende compte que c’était finalement trop ? « Cette soirée va te redonner un coup de jeune ! » Ce ne serait pas néfaste pour son bien-être, il fallait l’avouer. Ceci dit, elle eut presque envie de lui répliquer qu’elle l’espérait, parce qu’elle n’avait pas particulièrement envie d’être courbaturée de partout le lendemain et de squatter son canapé. Mais elle ne pipa mot à ce sujet, réalisant que de toute façon, elle serait dans son salon avec la télévision en fond sonore et qu’elle aurait tout de même des courbatures suite à une nuit agitée.

« Hum… Mes amis sont cools, ils ne boivent pas trop… même s’ils boivent quand même. Et cette soirée c’est chez un mec plutôt friqué dont les parents sont en voyage. Du coup ça sera un comité plus ou moins restreint, ambiance assez tranquille. » Une nouvelle fois, Sidney hocha la tête en notant mentalement ces renseignements. C’était déjà pas mal. Au moins, elle savait que c’était une fête privée, dans une maison –ce qui lui donnerait toujours l’occasion de s’enfermer quelque part- et non dans une salle des fêtes ou dans un bar par exemple. « Comité plus ou moins restreint… Ca me plait. » C’était bien mieux que ce qu’elle avait imaginé tout à l’heure. Et peut-être que cela se passerait très bien, après tout. De même, il lui précisa que tous les invités étaient des étudiants en art. C’était déjà pas mal, car au moins, elle savait quel sujet lancer avant de s’éclipser discrètement si besoin était. Bon, ok… C’était mal de tout de suite penser au pire, mais elle préférait avoir un plan B, une issue de secours, que de se retrouver totalement désemparée. Et dans le but de vouloir éviter toute situation fortuite, la question suivante lui vint naturellement, sans arrière-pensée. « Je t’assure, je suis libre comme l’air. On va boire un verre, danser un peu et rentrer. Ok ? » Pas de nana jalouse dans les parages, c’était une excellente chose. Pas de fille du tout, d’ailleurs, puisqu’il se disait libre comme l’air. L’espace d’un instant, elle se mit à réfléchir, se demandant bien pourquoi. Rupture récente ? Pas envie de se caser ? Peut-être que la fille qui lui plaisait n’était pas disponible ? Ou peut-être qu’elle l’était mais ne l’avait pas remarqué ? Comment était-ce seulement possible, après tout, il fallait reconnaitre qu’il avait tout pour plaire. « Oui, ça marche. » répliqua-t-elle du tac au tac avant de buter sur un autre détail. Danser ? Elle ? Lui ? Ensemble ? Séparément ? Danser ? Vraiment ? Petit bug de la part du cerveau de la jeune femme qui ne s’imaginait pas du tout en train de bouger son corps. Ça allait être marrant, ceci dit. « On y est presque. » Sid devait admettre que la pression commençait à monter. Comment cela allait-il se passer ? Telle était la question qui tournait en boucle dans sa tête. « Si jamais ça va pas, tu me dis et on partira. » Inspirant fortement, elle hocha la tête avant de le remercier du regard. « Merci de ta compréhension. » lui dit-elle alors, se rendant bien compte à quel point celle-ci était exceptionnelle, puisqu’au fond, il n’avait pas la moindre idée de ce qu’elle avait pu vivre et qui expliquait toutes ses appréhensions et cette coupure du monde extérieur.

Plus elle s’approchait, plus elle espérait que cela allait se passer au mieux. Si elle pouvait éviter la crise de panique ou la tétanie complète, elle le ferait volontiers. Ceci dit, le fait d’être immédiatement accosté par l’un des amis de Zach lui fit retenir sa respiration quelques instants. Geste totalement ridicule et pourtant totalement spontané. Sidney s’était attendue et avait surtout craint une batterie de question, ou des regards perplexes lui faisant comprendre qu’elle n’était pas à sa place. Sauf que ce n’était pas ce que ce jeune homme lui offrait, au contraire. Et sans qu’elle ait le temps de comprendre, elle se retrouvait avec un verre dans la main. Verre qu’elle regardait en se demandant bien ce qu’il contenait. Etait-ce de la bière ou un cocktail qu’elle n’avait jamais vu, prouvant encore combien elle était déconnectée du monde actuel ? « Si tu en veux pas tu le poses sur le premier meuble que tu croises. » Disons qu’elle aurait préféré savoir ce que c’était, d’abord. Mais poser la question lui semblait complètement ridicule. Et si c’était justement quelque chose de nouveau super tendance ? Ou pis encore, si ce n’était que de la bière ? Elle aurait l’air cloche. Et elle l’avait suffisamment été jusqu’ici, non ? Mais en guise de réponse, elle se contenta d’un petit sourire entendu. « En tout cas, ton ami est accueillant. » répliqua-t-elle en suivant le mouvement, assez discrète malgré tout lorsqu’ils rejoignirent d’autres étudiants. S’ils ne se montraient guère déplaisants ou expéditifs, Sid restait sur la réserve parce qu’elle ne savait tout simplement pas quoi leur dire. Elle observait autour d’elle la maison, l’ambiance qui y régnait, si bien qu’elle ne prêtait pas toujours attention à ce qu’il se disait à côté d’elle. Tant mieux d’un côté, ça lui évitait de précipiter un nouveau « non, non, non » suite à l’insinuation faite. Non pas par rapport à Zach, mais par rapport à Eric. « Alors, Sidney, tu fais quoi dans la vie ? » Ayant entendu son prénom, son attention se focalisa à nouveau sur le groupe et sur le jeune homme, celui qui les avait accueillis et dont elle n’avait pas retenu le prénom, qui venait de lui poser cette question. Ne s’étant pas attendue à cette question, elle en eut le souffle coupé sous le choc, essayant déjà de se sortir de ce bourbier, se demandant bien pourquoi l’ami de Zach avait eu la bonne idée de sortir cette question à cet instant précis, quelques minutes à peine après qu’ils soient arrivés.

« Je… Euh… » Dit comme ça on aurait dit qu’elle réfléchissait à quel métier choisir, honteuse de sa véritable profession. « Je suis infirmière. » répondit-elle après quelques secondes, sentant tous les yeux braqués sur elle. Enfin, elle ne l’était plus. Tout comme elle ne le serait plus. Et dans un domaine très précis, en plus, mais… Mieux valait éviter d’en parler. Ceci dit, ce simple mot, celui décrivant sa profession lui donnait à présent la chair de poule et elle sentait sa main gauche, celle qui, heureusement ne tenait pas le verre, trembloter. Assez mal à l’aise, elle décida de goutter la boisson en espérant que ce soit un cocktail et qu’elle puisse changer de sujet et le focaliser là-dessus. Sauf que manque de bol, ce n’était que de la bière… Flûte. « Ah c’est cool ça ! T’as dû voir des trucs bien gores n’empêche. » Déglutissant à cette remarque, elle eut des flashs particulièrement éprouvants défiler sous ses yeux, complètement figée sur place. Elle entendait des voix, celles de Zach et de ses amis, qui discutaient, ou qui s’adressaient peut-être à elle, Sid n’en savait rien. Elles étaient si proches et si lointaines à la fois. Et ses souvenirs étaient bien trop présents dans son esprit. Ce fut leurs rires qui la sortirent de son passé, tandis qu’elle tourna bien vite la tête vers Zach qui la regardait étrangement. Pourquoi les autres riaient-ils ? Etait-ce à cause d’elle ? Le cœur battant plus vite que tout à l’heure, elle se fit tout de même violence pour ne pas prendre ses jambes à son cou après avoir demandé où se trouvaient les toilettes et s’y enfermer. « Pourquoi tout le monde rit ? Je… J’ai pas suivi… » lui avoua-t-elle discrètement, un peu honteuse malgré tout, la voix tremblante, même si elle n’était pas responsable de l’arrivée soudaine de ses souvenirs dans son esprit. « C’est… à cause de moi ? » Tout le monde avait-il remarqué qu’elle s’était psychologiquement absentée, absorbée contre sa volonté ? « Comment s’appelle ton ami qui nous a accueilli, déjà ? » lui demanda-t-elle également en profitant de leurs rires pour continuer sur le ton de la confidence.

_________________

SIDNEY ✖️ Mais je ne suis qu'un chapitre de ton existence, il y en aura beaucoup d'autres. Rappelle-toi nos merveilleux souvenirs, mais n'aies pas peur de t'en faire d'autres.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Zach F. Eyston

Messages : 20
Date d'inscription : 31/12/2014


MessageSujet: Re: i'm not weard, i'm limited edition   Mar 7 Avr - 12:09

C’était bien que Sidney ai décidé de l’accompagner à cette soirée. L’occasion de s’assurer que tout était cool entre eux, que sa rancœur à lui était dissipée et que de son côté la jeune femme avait envie de faire des efforts afin de se sociabiliser d’avantage, mais aussi prouver que cela n’avait définitivement rien à voir avec leur différence d’âge. Zach la savait sincère, mais elle était aussi le genre de personne dont la gentillesse pousse parfois à édulcorer la vérité, à mentir par omission afin de ne pas blesser et ce sans penser aux conséquences à venir. Mais au fond elle était sans doute même trop authentique pour ça… certains iraient même jusqu’à lui trouver une névrose assez poussée mais ça le jeune homme s’en foutait. Oui cette jeune femme était parfois un peu étrange, elle avait une histoire compliqué dont il ne savait rien mais il appréciait passer du temps en sa compagnie et elle l’intriguait. À la manière d’un indigène que l’on aurait arraché à sa tribu pour vivre dans le monde occidental, la jolie brune semblait à la fois curieuse et craintive de tout. Déroutante et attachante, Zach ignorait ce qui le poussait à vouloir l’aider, à la faire renouer avec une société qu’elle avait pourtant l’air de fuir mais c’était plus fort que lui. En arrivant sur le lieu de la fête il était convaincu que tout irait bien, en tout cas il l’espérait et bien entendu il s’était montré rassurant vis à vis de la jeune femme, laquelle l’avait remercié.
Ses amis étaient tous des gens ouverts, curieux et très sociables, il ignorait si ça allait mettre Sidney mal à l’aise ou au contraire l’aider à s’ouvrir d’avantage, mais maintenant qu’ils étaient là ça serait la suite des évènements qui répondrait à cette question. Et à peine furent ils arrivés que déjà l’un des meilleurs amis de Zach les accueillait chaleureusement. Et quand les présentations eurent été faites, les discussions reprirent de plus belle. Comme le pressentait le jeune homme, bien vite un de ses amis se montrait curieux à l’égard de Sidney, il lui adressait un regard rassurant lui indiquant qu’elle pouvait ne pas répondre si elle le souhaitait. Cependant il espérait que ça ne serait pas son choix, parce qu’il serait difficile d’expliquer ce dont lui même ne savait rien. Pendant un quart de seconde le jeune homme se questionnait sur le fait qu’il ai eu une bonne idée ou non de l’amener ici parmi des étudiants pleins de vie… peut-être trop pour elle, pour l’instant. Et à cette pensée il eu comme un pincement au cœur, finalement c’était d’une tristesse infinie que de percevoir la vie de son amie ainsi… Comment pouvait-on dire qu’il y avait trop de vie quelque part pour quelqu’un ?

Bien qu’hésitante, Sidney répondait à la question sur sa profession et Zach se sentit soulagé. Si elle agissait ainsi c’est qu’elle ne se sentait pas si mal que cela. Du moins jusqu’à la remarque de Dean qui rebondissait sur le caractère gore de certaines situations que l’on pouvait voir en tant qu’infirmière. La discussion tournait, comme il aurait pu le prévoir à une franche rigolade. « Dean on sait très bien que c’est pas le côté gore auquel tu as pensé en premier, mais plutôt au fantasme que le métier représente. » le concerné hochait la tête en riant avant de boire d’une traite ce qui restait dans son verre « Tu me connais trop bien Zach ! » oh ça oui et même depuis plusieurs années. Le jeune homme sentit alors que la brunette semblait avoir bugué, il arquait un sourcil et l’interrogeait du regard alors que ses iris s’accrochaient aux siennes. Totalement à côté de la plaque, la jeune femme le questionnait alors sur les rires de chacun, avouant n’avoir pas suivie le fil de la discussion. Aussitôt elle évoquait que peut-être ils riaient d’elle, une hypothèse que Zach exclue tout de suite « Non, t’en fais pas. C’est juste Dean et ses conneries qui nous font rire. » comme souvent en fait et le joyeux luron continuait d’ailleurs de plus belle. Fronçant les sourcils il eu un léger rire à la dernière question de Sidney « Bin c’est lui justement. » jetant un œil sur le verre qu’elle tenait il poursuivait avec l’air malicieux « Dis donc tu boirais pas un peu vite ? » plaisantait-il.
Il comprenait que ça ne devait pas être simple de retenir le prénom de tout ses amis étant donné que les présentations avaient été plutôt rapidement faites. « De toute façon, c’est lui que tu entendras le plus. Surtout qu’il a dû déjà boire quelques verres, mais il est drôle et sait s’arrêter avant de devenir lourd. » il voulait la rassurer pour ne pas qu’elle croit qu’il avait un peu maquillé la vérité en lui décrivant son groupe d’amis juste avant qu’ils n’arrivent à la fête. Mais visiblement ses amis étaient très motivés ce soir et ne lésinaient pas sur la boisson, preuve en est un autre de ses potes qui le servait à nouveau ainsi que Sidney. Haussant les épaules Zach cognait son gobelet contre celui de la jeune femme « Bon bah à cette soirée alors ! » et il bu deux longues gorgées d’alcool avant de se mettre à danser en rythme sur la musique qui ambiançait la soirée. Conciliant aisément délires avec ses potes et intégration de la jolie brune pour qu’elle ne se sente pas de côté, l’étudiant passait une bonne soirée. En tout cas celle-ci se poursuivait de meilleure manière que ce qu’elle avait commencé et le jeune homme était satisfait que les choses aient été mises à plat avec Sidney.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Sidney E. Harris

Messages : 22
Date d'inscription : 31/12/2014


MessageSujet: Re: i'm not weard, i'm limited edition   Mer 8 Avr - 15:36

Questionner quelqu’un sur son activité professionnelle était une chose tout à fait banale. Et pourtant, pour un individu comme Sidney, c’était une question aussi personnelle que si elle avait relevé d’un acte sexuel. Parce que ça la touchait directement et qu’il était impossible pour elle d’ignorer tout ce qu’elle avait vu suite à sa profession, tout ce qu’elle avait vécu. Bien sûr, il y avait eu de belles réussites, de beaux sauvetages, des espoirs de rapatriements pour des blessés ayant survécus. Mais dans ce genre de situation, le beau ne primait pas sur le mauvais, parce qu’il ne lui arrivait pas à la cheville, n’était pas capable de prendre le dessus. Le mauvais avait une amplitude bien trop importante. Alors forcément, la jeune femme avait bugué. Et à côté de ses autres réactions possibles, c’était de loin la meilleure. Parce qu’elle aurait pu craquer ici, devant Zach, devant tout le monde, et prendre ses jambes à son cou sans pouvoir s’en remettre. Ou elle aurait pu se braquer totalement, rester sans être vraiment là. Ou encore se dire que sa place n’était pas ici, que de se retrouver à une fête avec des étudiants si enjoués et dynamiques, insouciant de ce qu’il pouvait se passer à cet instant précis à l’autre bout du monde, était une insulte. Mais non, elle avait repensé à ce qu’elle avait vécu, vu des images, eu des flashs de certains moments particulièrement éprouvant pour elle ou pour d’autres soldats, connus ou pas, amis ou non. Sid ne s’était pas laissée ébranler, elle était restée debout. Et c’était déjà quelque chose d’énorme, qu’elle n’avait même pas soupçonné. Evidemment, en revenant sur terre suite aux rires alentours, ayant manqué la raison de ces rires, elle se sentie un peu visée, et eu envie de se glisser dans un trou de souris, mais à la place, elle se focalisait sur le regard de Zach, et se décida à lui poser directement la question. C’était beaucoup plus simple d’avoir une réponse que de partir sur une supposition. « Non, t’en fais pas. C’est juste Dean et ses conneries qui nous font rire. » Et elle avait bien fait de lui en parler d’abord. Esquissant un léger sourire elle hocha la tête, rassurée. Son envie de disparaître s’était elle-même évaporée, et elle voulait en savoir plus sur les amis du jeune homme. Comme les présentations avaient été rapides, Sidney n’avait retenu aucun prénom… Bien sûr, c’était quelque chose qu’on pouvait toujours masquer, mais il fallait tout de même avouer que de connaître leur identité était largement préférable. « Bin c’est lui justement. » Donc, Dean était celui qui les avait accueillis et avait posé la question sur sa profession. Elle mémorisa également la couleur de son haut, au cas où elle aurait du mal à le restituer par la suite, sait-on jamais. « D’accord, merci. Je suis désolée, je suis vraiment nulle avec les prénoms, comme tu le vois. » Peut-être plus douée avec les noms suite au front ? Oui, sans doute. Mais il fallait pourtant qu’elle se réhabitue aux coutumes du monde « normal ». « Dis donc tu boirais pas un peu vite ? » Immédiatement, la brunette baissa la tête en examen le contenu de son verre, penchant un tantinet la tête sur le côté, avant de la relever et de retrouver le regard de Zach. Ok, elle était un peu passée à côté de la plaisanterie. « Ah bon ? Tu trouves ? » demanda-t-elle en fronçant les sourcils. Et puis, elle comprit, et l’illumination se fit dans ses yeux avant qu’elle ne hausse les épaules. « Pas de ma faute si elle est bonne cette bière. » Chose qu’elle lui prouva en rapportant le verre à ses lèvres pour en boire une gorgée.

« De toute façon, c’est lui que tu entendras le plus. Surtout qu’il a dû déjà boire quelques verres, mais il est drôle et sait s’arrêter avant de devenir lourd. » Vu l’énergie du groupe, et leur tendance à rire, à prendre les choses à la légère, elle ne doutait pas qu’ils aient tous une petite longueur d’avance sur eux. « Ok, donc Dean le bavard et humoriste éméché. » Les qualificatifs l’aideraient vraiment à s’en rappeler, elle en était persuadée. Après tout, les moyens mnémotechniques fonctionnaient dans divers domaines. L’essentiel étant que cela marche. Néanmoins, elle ne put s’empêcher de remarquer à cet instant précis, que le prénom de Zach n’avait pas été difficile à retenir pour elle. En réalité, elle n’avait jamais eu de blanc, ni de moment de flottement, de gros doute. Sidney s’en était toujours rappelé. Heureusement d’ailleurs, parce qu’il l’aurait sûrement trouvé encore plus bizarre sur le coup. Enfin bref. En voyant qu’on remplissait son verre alors qu’il n’était pas complètement vide, elle ne put s’empêcher de plaisanter. « J’ai même pas fini qu’on m’en ressert déjà. Ça me plaît ! C’est comme si j’étais quelqu’un de super importante. » Et elle avait vraiment cette impression pour le coup. Bon, peut-être que le peu de bière qu’elle avait ingurgité se mettait déjà à faire effet aussi. Zach et elle se mirent alors à traquer à cette soirée. « Bon bah à cette soirée alors ! » Hochant la tête, un sourire plus important que le précédent sur le visage, elle ne put que trinquer avec plaisir. « A cette soirée ! » L’incident quelques minutes plus tôt était déjà oublié pour elle, et là, l’alcool n’était en rien responsable. Ce qui avait joué, ce qui lui avait permis de ne pas se concentrer dessus et de laisser ses souvenirs de côté, c’était simplement Zach. Son regard d’abord, puis leur discussion qui lui avait occupé l’esprit. Rien de plus simple. Sauf quand on était seul chez soi, mais il s’agissait là d’une autre histoire.

Sourire aux lèvres, elle le regarda danser sans pour autant l’imiter, s’en sentant incapable pour le moment. Mais ce n’était pas pour autant qu’elle s’ennuyait puisque Zach participait à son intégration dans le groupe, et cela se passait relativement bien. En même temps, une fois le sujet sur sa profession passé, cela ne pouvait qu’aller mieux, non ? Certes, sa consommation d’alcool aidait également. Une fois son deuxième verre fini, elle se retrouvait déjà pompette, et riait souvent –pour pas grand-chose, évidemment- et se sentait bien plus légère. Au point qu’elle se mit à danser à côté de Zach à cet instant. Rien de trop, pas vraiment ensembles, mais Sidney bougeait son corps sur la piste, et ça aussi c’était quelque chose d’assez dingue. Parce que danser, cela voulait dire se laisser aller, laisser sa bonne humeur s’exprimer, voire parfois la transmettre. Et cette sensation de bien-être ne lui était pas arrivée depuis bien longtemps. La jeune femme fermait même les yeux de temps en temps sans s’arrêter de bouger, juste pour profiter de l’instant. Evidemment, elle n’avait bu que de la bière, mais cela avait suffi pour lui faire tourner la tête. Sauf que la brunette en redemandait un peu. « J’reviens, j’ai encore soif. » dit-elle à Zach une fois la chanson terminée, et avant de s’approcher de celui qui avait toujours rempli son verre et fit une moue tristounette, digne de celle d’une gamine, ou presque. « Mon verre est vide. C’est dommage, j’aimais bien quand tu venais le remplir avant même qu’il n’en soit arrivé à ce stade. » En aucun cas cette réplique n’avait été dite dans le but de le draguer, puisqu’elle faisait seulement référence à son sentiment d’être une personne haut gradée pour qui on était aux petits soins. Mais le jeune homme la resservit tout sourire, tandis qu’elle avala bien vite une première gorgée de sa boisson en le remerciant. « Mais je t’en prie, Sidney. C’est bien ça ? » Elle acquiesça du chef pour le lui confirmer avant de se mordiller un peu la lèvre, gênée. « Par contre, je suis vraiment désolée, mais j’ai une très mauvaise mémoire des prénoms… » Cela fit sourire le jeune homme qui ne tarda pas à lui rafraichir la mémoire. Jason. Mais bien sûr. Jason en rouge, le porteur d’alcool ! Ce n’était pas bien compliqué à retenir pourtant. « C’est pas grave, au moins, ça me donne l’occasion de te le rappeler en personne et de discuter un peu avec toi. » Cette réplique décrocha un petit rire à Sidney, bien pompette, tandis que la conversation se poursuivait.

« Tu sais que tu es vraiment très jolie, Sidney ? » Pompette ou non, elle réagissait de la même façon, à savoir : piquer un fard. Sauf qu’éméchée, elle rougissait plus vite et un peu plus que d’ordinaire. « Et je ne dis pas ça seulement à cause du fantasme de l’infirmière. » ajouta-t-il en plaisantant. « Euh… Merci. Je dois dire que je ne comprends pas trop ce fantasme, d’ailleurs. » avoua-t-elle toujours gênée en haussant un peu les épaules. Elle en profita un instant pour se retourner et chercher Zach du regard, sans le trouver, avant que la voix de Jason ne la fasse reporter son attention sur lui et qu’elle ne voit Zach à côté d’eux, du côté opposé où elle avait regardé, évidemment. « C’est parce que c’est assez attrayant qu’une belle jeune femme s’occupe de soigner un homme, qu’elle soit aux petits soins pour lui, s’intéresse de sa forme et fasse en sorte que tout fonctionne, tu vois ? » Fronçant les sourcils, elle n’était pas sûre d’avoir tout compris, mais saisissait l’essentiel, et se contentait de hausser les épaules avant de regarder Zach. « C’est un fantasme pour toi aussi, ce truc de l’infirmière ? » demanda-t-elle en se demandant à quel point le fantasme était général, ou s’il ne concernait qu’une grande majorité des hommes avec toutefois certaines exceptions. Ce qu’elle espérait grandement entendre de la part de Zach, elle devait l’avouer. Quoiqu’en fin de compte, elle connaissait déjà la réponse à sa question sur la généralité de la chose, puisque pour les soldats du front cela avait dû être autrement pour ma plus grande majorité. Evidemment, certains avaient appréciés et avaient dû y penser, pour les blessés les moins graves en tout cas. Mais pour le reste… Ils avaient sûrement dû être contents qu’un soignant soit là, point barre.

_________________

SIDNEY ✖️ Mais je ne suis qu'un chapitre de ton existence, il y en aura beaucoup d'autres. Rappelle-toi nos merveilleux souvenirs, mais n'aies pas peur de t'en faire d'autres.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Zach F. Eyston

Messages : 20
Date d'inscription : 31/12/2014


MessageSujet: Re: i'm not weard, i'm limited edition   Mer 13 Mai - 19:20

Zach n’en avait pas espéré tant de la part de Sidney lorsqu’elle avait accepté de se rendre avec lui à cette soirée. Mais il devait bien remarqué que ses efforts bien que l’alcool semblait être un bon allié à l’affaire. Plus sociable, plus bavarde, la jeune femme avait l’air de ne pas vraiment avoir de soucis d’intégration et ce malgré la différence d’âge entre elle, le jeune homme et ses amis. Néanmoins l’étudiant se sentait comme responsable du bon déroulement de la soirée pour la jeune femme, aussi quand elle décidait de retourner se chercher à boire il gardait un œil sur elle, surveillant l’attitude de Jason qu’il savait beau parleur et assez intéressé par les filles plus âgées que lui. Il avait d’ailleurs tout de suite vu de quelle manière son ami s’était appliqué à se montrer serviable envers la jolie brune, un moyen d’attirer son attention sans doute. Alors tout en continuant de danser et de rire avec le reste du groupe, c’est avec un certain instinct protecteur que Zach dirigeait quelques regards vers ce qui faisait office de bar. Rapidement en voyant l’attitude de Sidney, et ce malgré qu’il n’en était pas à un seul verre d’alcool ingurgité, le jeune homme savait qu’elle commençait à être dans un état d’alcoolémie un peu plus avancé. Lui-même se sentait relativement euphorique mais en gardant toujours la tête sur les épaules.
Prenant congé du reste du groupe il prétextait d’aller se resservir à boire à son tour pour rejoindre Jason et la jolie brune. Il tombait en pleine discussion sur le fantasme que représente l’infirmière, il ne pu s’empêcher de rire à l’explication que faisait son ami de cet attrait que pouvait représenter une femme exerçant ce métier. Mais là où il évoquait l’intérêt d’avoir quelqu’un au petit soin, Zach aurait ajouté qu’en prime venait souvent se greffer l’image de ces costumes sexy qui y étaient souvent associés. L’image d’ensemble était à la source de ce fantasme, de la femme séduisante totalement dévouée aux soins d’un homme qui en théorie affaibli pourrait retrouver suffisamment de vigueur afin de laisser place à l’expression du désir. Le jeune homme se servait un nouveau verre avant de regarder Sidney avec étonnement quand elle le questionnait à propos de ce fantasme et surtout ce qu’il en était pour lui. Il haussait les épaules et se mettait à rire « Non, je ne crois pas. » l’idée n’était pas déplaisante, mais il avait d’avantage un faible pour les femmes en uniforme comme les hôtesses de l’air par exemple. Il buvait aussitôt une gorgée d’alcool avant de regarder Jason qui semblait un peu embarrassé de sa présence. « Oh mais j’interrompais peut-être quelque chose ? » demandait alors Zach en regardant son ami puis Sidney tour à tour, ce à quoi Jason secouait négativement la tête en masquant assez mal qu’en fait c’était le cas. « On retourne danser ? » lançait-il alors à la cantonade avant de repartir vers le reste du groupe.

Visiblement perplexe ou peut-être même contrarié Jason vint alors parler à son ami « Il y a un truc entre la brune et toi ? » l’étudiant eu un léger rire en secouait la tête « Non mais c’est une amie et je veille sur elle. » son interlocuteur roulait alors des yeux « Je vais pas la manger. » nouveau rire de la part de Zach c’est véritablement amusé qu’il répondait à son pote « Oh si on sait toi et moi que c’est exactement ce que tu voudrais faire. Mais crois moi je t’évite le râteau du siècle. » nul doute que Sidney l’enverrait sur les roses et peut-être pas de manière très subtile, aussi il valait mieux éviter toutes situations embarrassante, pour lui comme pour elle. « T’es jaloux en fait. » lâchait son ami alors que le jeune homme était en train de boire à nouveau, il manquait de s’étouffer et toussait « Pourquoi ? Je t’ai dit, c’est une amie je veux pas d’embrouilles c’est tout. » Jason soupirait « Ah donc elle a un mec. » a priori non mais Zach lui même n’était pas très sûr « Je crois que y’a un truc compliqué en fait. » l’autre semblait réellement étonné « Tu crois ? » un soupir échappait au brun « Bah elle a pas été clair mais ouais. » terminant son verre cul sec Jason souriait à son ami « Tant pis elle est canon mais y’en a d’autres ! » et c’est sur ces paroles qu’il laissait Zach qui rejoignait alors le groupe après ce bref moment passé à l’écart.
Bien évidemment il retrouvait Sidney et lui souriait aussitôt « Alors ça va ? Tu passes une bonne soirée ? » en tout cas elle avait l’air de ne pas se sentir mal à l’aise et ça c’était déjà positif. Le jeune homme ignorait totalement l’heure qu’il pouvait être aussi il jetait à coup d’œil sur son portable pour constater que la nuit était déjà très entamée. Partir ou rester ? Telle était la question, mais si l’envie de s’amuser était toujours très présente, la raison rappelait Zach à l’ordre, enfin surtout le fait qu’il avait cours le lendemain matin dès huit heure trente. « Tu es ok pour qu’on rentre ? » demandait-il à la jolie brune avec un petit sourire « Enfin si tu veux rester, tu peux. Il y aura toujours quelqu’un pour te raccompagner. » il ne voulait rien lui imposer, même si l’idée de la laisser seule à la soirée ne l’enchantait pas. « Mais… Ouais… Non en fait je préfère que tu rentres avec moi » disait-il avec la plus grande sincérité. Pas qu’il ne faisait pas confiance à ses amis, au contraire, mais comme dit à Jason plus tôt il veillait sur elle et cela jusqu’au bout. Prenant tout de même la peine de saluer les autres et annoncer leur départ, c’est à une heure encore un peu plus tardive qu’ils se retrouvaient dans la rue alors que la musique leur parvenait encore, bien qu’un peu plus étouffée. « J’espère que tu t’es amusée. » déclarait Zach en mettant les mains dans ses poches en prenant la direction de l’appartement de la jeune femme.

Il marchait d’un pas tranquille, la fatigue et l’alcool ingurgité faisaient leur effet et à moins d’un bon prétexte il n’avait nullement envie de courir. « Tu plais à Jason en tout cas. Et aux autres aussi j’en doute pas. » lâchait-il d’un coup, se sentant comme obligé de meubler la conversation. Le jeune homme savait que ce genre de remarque allait la faire rougir et c’était même là un peu son but, il devait bien avouer qu’il appréciait de voir ses joues s’empourprer. « Hum par contre, t’as pas dansé… » il la regardait avec un air faussement accusateur « Je suis déçu, je voulais te voir danser moi. » il haussait les épaules « Enfin il est pas trop tard pour remédier à ça. ». Sortant son portable de sa poche il cherchait dans sa playlist le morceaux qu’il jugeait parfait et le lançait, montant le volume au maximum puis rangeant l’appareil dans la poche de son blouson. Zach tendait alors la main vers Sidney, lui souriant « Tu danses avec moi ? » l’alcool aidait et il espérait qu’il en soit de même du côté de la jeune femme, de toute façon la rue était déserte et quand bien même y aurait-il eu des gens l’étudiant s’en foutait pas mal.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Sidney E. Harris

Messages : 22
Date d'inscription : 31/12/2014


MessageSujet: Re: i'm not weard, i'm limited edition   Mer 13 Mai - 19:28

Le fameux fantasme de l’infirmière. Ça, c’était bien quelque chose que la jeune femme n’avait jamais compris. Parce que bon, une infirmière était souvent amenée à voir des trucs vraiment moches. De jolies plaies infectées, des blessures profondes, des maladies détériorant l’être humain. Non, vraiment, ça la dépassait. Voilà pourquoi, l’explication de Jason avait été la bienvenue. Ainsi donc, c’était la dévotion qui tentait, le fait d’être aux petits soins envers la personne. Ca, elle pouvait le comprendre, et naturellement, elle ne voyait pas la connotation sexuelle, parce que la dévotion était l’essence même du métier. C’était parce qu’elle était désireuse d’aider son prochain qu’elle avait choisi cette voie. Apporter quelque chose aux autres, qui appréciaient cet acte et en étaient reconnaissant. Quand Zach les rejoignit, elle ne put s’empêcher de lui demander si sa profession représentait également un fantasme pour lui, par simple curiosité. « Non, je ne crois pas. » Lentement, elle hochait la tête en méditant presque sa réponse, se demandant ce qui pouvait l’être pour lui, sans forcément se focaliser sur la partie physique. En fait, elle se questionnait surtout sur la partie comportementale. Quels étaient les comportements qui le faisaient vibrer ? Ce genre de chose, tout simplement. La question lui brûlait les lèvres, et elle eut bien du mal à ne pas la poser. Et tandis qu’elle s’était perdue quelques instants dans sa réflexion, la voix de Zach l’en fit sortir. « Oh mais j’interrompais peut-être quelque chose ? » Fronçant les sourcils, elle se demandait de quoi il parlait, mais ce n’était pas directement à elle qu’il s’adressait puisqu’il regardait d’abord Jason. Bien évidemment son regard se porta sur elle quelques instants plus tard, et la brunette secouait plusieurs fois la tête, répondant gaiment. « Mais non, ne dis pas de bêtise. » Comme si sa présence était gênante… N’importe quoi ! Le sourire de la brunette éméchée en disait long. Avec de l’alcool dans le sang, elle était vraiment détendue, et avait tendance à plus se lâcher. La preuve, elle avait parlé à des inconnus, avait appris à les connaître un peu, ne s’était pas braquée, se sentait bien alors qu’elle avait redouté de faire tâche. Et ses sourires se faisaient plus larges que d’ordinaire, ce qui n’était pas négligeable. « On retourne danser ? » Buvant une gorgée, la jeune femme acquiesça retournant vers le groupe, l’accueillant encore à bras ouverts tandis que Zach et Jason discutaient entre eux en aparté. Malgré la différence d’âge entre les étudiants et elle, Sid se sentait terriblement à l’aise et les discussions allaient bon train.

« Alors ça va ? Tu passes une bonne soirée ? » lui demanda Zach qui la rejoignait. En le voyant sourire, elle fit de même, le contraire était totalement impossible. « Oui, c’est super ! » Et dire qu’elle avait eu peur de ne pas se sentir bien, pas intégrée, à mille lieux d’être en adéquation avec les amis de Zach. « Tes amis sont vraiment cools. » rajouta-t-elle en le pensant sincèrement, ne s’étant pas attendue à cela de leur part, à tort. La brunette dodelinait de la tête sur le rythme de la musique en observant le groupe, pensant qu’il n’y avait pas une seule personne ici qui ne s’amusait pas, ne passait pas un bon moment. Cette pensée lui fit du bien, parce qu’elle était incluse dedans. « Tu es ok pour qu’on rentre ? » La jeune femme reporta son attention sur Zach, et même si elle n’aurait pas été contre l’idée de rester encore un peu, elle réalisa que l’heure avait pas mal tournée. « Déjà ? » Ce fut tout naturellement que ce simple mot sortit de sa bouche. Même si elle avait conscience que le temps avait défilé, elle ne l’avait pas ressenti jusqu’alors. A peu de choses près, elle avait l’impression d’être arrivée quelques minutes plus tôt. « Enfin si tu veux rester, tu peux. Il y aura toujours quelqu’un pour te raccompagner. » Sa précision la fit grimacer un peu. Non pas qu’elle imaginait déjà le pire et que son côté étrange reprenait le dessus, mais l’idée ne l’enchantait pas tant que ça pour la simple et bonne raison qu’elle ne serait certainement plus aussi à l’aise. « Mais… Ouais… Non en fait je préfère que tu rentres avec moi » Un petit rire sortit de la gorge de la brunette, sûrement dû à l’alcool et à cet état d’euphorie, ce sentiment de bien-être. Sans doute le premier que Zach entendait, d’ailleurs. Laissant place à un sourire, elle termina son verre d’une traite, clignant plusieurs fois des yeux suite à la chaleur intérieure que cela provoquait en elle. « Je préfère aussi. » dit-elle en le regardant dans les yeux avant de déposer son verre sur le premier meuble venu. « Alors, allons-y. » renchérit-elle en se dirigeant vers les autres, ne marchant pas vraiment droit, pour les remercier de leur accueil et de cette bonne soirée en leur compagnie. Pour être tout à fait franche, elle était ravie d’avoir pu les rencontrer, de s’être sentie libérée de son bagage pendant quelques heures, sans que rien d’autre que le moment présent, l’amusement, le lâcher prise, ne compte.

Finalement dehors, après s’être acquittés des salutations et des remerciements, il était temps de rentrer. Parce que toutes les bonnes choses avaient malheureusement une fin. C’était peut-être aussi parce qu’elle ne le voulait pas qu’elle avait été surprise qu’il soit déjà bien tard. Tout comme cela avait été le cas lors de leur dernier moment partagé. « J’espère que tu t’es amusée. » Le regardant aussitôt, elle lui sourit avec les yeux, le remerciant en même temps de l’avoir emmenée à cette soirée, de lui avoir pardonné son comportement distant. « C’était vraiment sympa. Chaque moment passé avec toi l’était, de toute façon. » lui répondit-elle le plus naturellement du monde. Sans doute que si elle n’avait pas ingurgité de l’alcool, cette pensée, elle l’aurait gardé pour elle, mais en l’occurrence, elle était sortie toute seule. Et elle était terriblement véridique. Zach lui apportait quelque chose dont elle ne se lassait pas, et pourtant, ils ne se connaissaient qu’à peine. « Tu plais à Jason en tout cas. Et aux autres aussi j’en doute pas. » Ce fut plus fort qu’elle, Sidney piqua un fard. Réaction cent pour cent authentique, sans qu’elle sache même dans quel sens interpréter le verbe plaire. Physiquement, psychologiquement ? Mais dans tous les cas, ça la touchait et lui faisait plaisir, bien qu’un peu gênée de l’entendre, d’où ses joues cramoisies. De toute façon, la brunette rougissait à presque chaque compliment qu’on pouvait lui faire. « Je les aime bien aussi. J’avais un peu peur que ça ne passe pas, mais je suis ravie de constater le contraire. » lui avoua-t-elle bien qu’elle fut persuadée qu’il le savait déjà. « Hum par contre, t’as pas dansé… » Elle se pinça les lèvres avant de se concentrer sur ses pas, déviant à chaque fois. « Je suis déçu, je voulais te voir danser moi. » Un nouveau rire lui échappa, celui-ci un peu moins discret que le premier, un peu plus franc. « Vraiment ? Tu n’as pas raté grand-chose, je ne suis pas une très bonne danseuse. » On lui avait même souvent dit qu’elle était incapable de danser en rythme avec la musique, qu’elle faisait souvent l’opposé, avait toujours un train de retard. Tout du mois, à l’époque où elle dansait. « Enfin il est pas trop tard pour remédier à ça. » Pas trop tard ? Comment ça ? Perplexe, elle le regarda prendre son téléphone, et compris aussitôt ce qu’il allait faire. Main tendue vers elle, attendant qu’elle la saisisse, il l’invitait à danser. Evidemment, Sid s’était à nouveau transformée en écrevisse, ne pouvant s’empêcher un regard à droite à gauche. « Ici ? En pleine rue ? » C’était assez inattendu, mais le jeune homme la poussait à dépasser ses limites, à accepter l’inattendu et transformer ces moments de surprises en bons souvenirs. Alors, elle prit sa main en levant les yeux au ciel et en souriant en même temps. « Tu le regrettera sûrement, je risque de te marcher sur les pieds et je m’en excuse par avance. » Mais cela ne semblait pas le décourager pour autant.

Alors elle se rapprocha de lui, en se mordant l’intérieur de la lèvre, estimant mentalement la catastrophe avant de commencer à danser en sa compagnie. Evidemment, elle n’était clairement pas dans le rythme, et avait envie d’éclater de rire. Comme elle l’avait prédit, elle lui marcha même sur les pieds deux ou trois fois, esquissant à chaque fois une petite grimace et s’excusant immédiatement. Mais il y avait autre chose également. Cette nouvelle proximité avec Zach était assez perturbante, bien que loin d’être désagréable. L’espace limité entre leurs corps, cette nouvelle intimité, ces gestes simultanés, tout ceci lui donnait une sensation nouvelle. Indéterminée pour l’heure, car ce n’était pas maintenant qu’elle allait réussir à mettre des mots sur ce ressenti. Ceci dit, elle était quasiment certaine que son rythme cardiaque s’était accéléré. A cause de la proximité ? De la danse ? De sa prestation catastrophique ? De l’alcool ? De Zach ? Allez savoir… Toujours était-il que ce moment avait quelque chose de spécial, de différent, de… troublant. Et quand vinrent les dernières notes de la chanson, elle ramena ses mains à son visage pour se cacher, sa tête frôlant le torse du jeune homme. « C’était catastrophique, n’est-ce pas ? » Lentement elle releva la tête vers lui, dégageant ses mains, terriblement gênée. Malgré cela, Sidney n’avait pas encore reculé. En réalité, elle avait envie que cette proximité se prolonge un peu. Mais même si une nouvelle musique commençait à se faire entendre, ce n’était pas une bonne idée de danser une nouvelle fois. Une performance médiocre suffisait. « Heureusement que tu sais bouger, tu as remonté le niveau. » lui avoua-t-elle en souriant malgré ses joues toujours empourprées. « Tu m’apprendras un jour ? » La belle brune posa sa main sur le torse de Zach dans un geste parfaitement naturel en esquissant une petite moue pour le convaincre. Bonne chance à lui, parce qu’il y avait clairement du boulot avant d’arriver à un résultat satisfaisant. Ce ne fut qu’à cet instant que la jeune femme retira sa main et fit un pas vers l’arrière, à contre cœur, il fallait dire ce qui était. « Je ne t’ai même pas demandé si tu avais passé, toi aussi, une bonne soirée. Jusqu’ici en tout cas. » ajouta-t-elle légèrement, espérant malgré tout qu’elle n’avait pas représenté une corvée pour lui. « C’est étrange d’avouer que je n’ai pas envie de rentrer ? » Là encore, en état de sobriété, elle aurait gardé cette pensée pour elle, mais en ayant bu, elle avait tendance à dire tout ce qui lui passait par la tête. En tout cas, c’était dit, et c’était surtout vrai.

_________________

SIDNEY ✖️ Mais je ne suis qu'un chapitre de ton existence, il y en aura beaucoup d'autres. Rappelle-toi nos merveilleux souvenirs, mais n'aies pas peur de t'en faire d'autres.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Zach F. Eyston

Messages : 20
Date d'inscription : 31/12/2014


MessageSujet: Re: i'm not weard, i'm limited edition   Sam 16 Mai - 12:48

Des amis cools, oui Zach pouvait au moins se vanter de cela. Ils formaient une belle bande d’amis et s’était parce que le jeune homme les savaient si accueillant et sociable qu’il avait proposé à Sidney de l’accompagné. Il n’était pas bête et il n’y avait pas besoin d’avoir un doctorat de psychologie pour comprendre que la jeune femme n’était pas du genre très à l’aise en société. Cependant il avait pu constater qu’après une ou deux bières elle s’était détendue, et il avait glané un indice supplémentaire sur l’intrigante brunette : elle ne tenait pas l’alcool. Au moins c’est qu’elle ne noyait pas ses tracas dans la boisson et n’avait pas de tendance alcoolique. Zach était satisfait de sa soirée, ravi que Sidney ait passé un bon moment et content de pouvoir profiter d’encore un peu de temps en sa compagnie sur le chemin du retour. Moment durant lequel il se faisait la réflexion que la jeune femme n’avait pas danser et qu’il fallait remédier à cela. L’idée était inattendue, sans doute un peu folle au yeux de la jolie brune mais l’étudiant agissait comme toujours avec spontanéité. Oui en pleine rue de Manchester il l’invitait à danser ne lui laissant finalement que peu le choix. Bien entendu elle prétextait être une mauvaise danseuse ce qui n’allait clairement pas dissuader le jeune homme et elle devait en être consciente. Qu’elle lui écrase les pieds n’avait pas d’importance, ce qui comptait c’était de bien finir la soirée et de réussir à la faire danser. Zach savait que chaque nouvelles initiatives pouvait devenir un défi dès qu’il s’agissait de Sidney mais c’était aussi pour ça qu’il appréciait sa compagnie.
Il ne pouvait pas totalement lui donner tort la danse n’était pas vraiment son fort, mais pour le jeune homme s’était plutôt les barrières qu’elle se mettait qui la bridait et l’empêchait de se lâcher. Si les barrières tombaient, elle danserait bien mieux, sans retenue et sans calculer chacun de ses gestes comme un automate. Zach essayait du mieux qu’il pouvait par ses propres mouvements de l’inciter à se détendre, de se laisser porter par la musique et de suivre. Il y eu du mieux entre le début et la fin du morceaux qu’ils écoutaient, tout progrès étaient à noter. La chanson avait terminé et ils s’étaient arrêtés de danser, bien qu’un autre morceau avait commencé mais une danse suffirait pour ce soir. Aussitôt la brunette jugeait la situation comme catastrophique et cela fit rire le jeune homme qui posait une main rassurante sur son épaul « Non, je trouve qu’il y a eu du progrès entre le début et la fin de cette petite danse. ». Sidney avait retiré ses mains mais restait toujours près de lui, c’était la première fois qu’il pouvait observer ses traits à cette proximité. Malgré la nuit ambiante et le seul éclairage urbain ça lui suffisait à se rendre d’avantage compte qu’elle était définitivement une jolie femme. Esquissant un léger sourire alors que la jeune femme parlait de ses qualités de danseur « C’est le théâtre, ça apprend à bouger. » déclarait-il simplement.

Encore une fois elle avait rougi mais si elle continuait sur les compliments c’étaient ses joues à lui qui finiraient par s’empourprer. Finalement ce ne furent pas les mots qui lui firent ressentir une vague de chaleur mais un simple geste de sa part. Ça n’était rien, juste une main qui se posait sur son torse alors qu’elle lui demandait des leçons de danse « Ouais… je pense que je pourrais faire ça. ». Sidney reculait ensuite annulant tout contact avec lui qui retirait la main de son épaule éteignant la musique sur son téléphone. Est-ce qu’il avait passé une bonne soirée ? D’un hochement de tête et d’un sourire Zach répondait à la positive. « Pourquoi jusqu’ici ? » s’étonnait-il cependant en arquant un sourcil « T’es pas une danseuse si catastrophique que tu le prétends Sidney. » il se mettait à rire avant de la pousser gentiment de l’épaule en passant à côté d’elle pour reprendre leur chemin. À peine deux pas plus loin le jeune homme s’arrêtait pour la regarder en souriant toujours. Elle n’avait pas envie de rentrer. Le genre d’aveu qu’elle n’aurait probablement jamais fait sans bière… considérant cela il allait peut-être la faire boire plus souvent. « Je suis de très bonne compagnie, c’est normal. » se vantait-il faussement avant de rire à nouveau « T’es peut-être une fêtarde invétérée en fait. ».
Zach n’était jamais à cours d’idées et s’il s’écoutait il aurait encore des choses à proposées pour cette soirée, sauf que la raison le rappelait à l’ordre. Le lendemain et dès le matin il avait des cours importants qu’il ne devait pas rater « Y’aura d’autres soirées. » il haussait les épaules « Enfin si tu veux bien sûr. Mais je dois quand même te prévenir qu’il y a de fortes chances pour que j’insiste. C’est foutu tu vas pas te débarrasser de moi si facilement. » pas alors qu’ils commençaient à peine à faire connaissance. Le jeune homme comptait bien poursuivre sur sa lancée, continuer à découvrir l’étrange brunette et surtout l’encourager à sortir un peu plus de chez elle. Ils arrivaient justement au bas de son immeuble, l’heure était tardive et Zach avait déjà dépassé son horaire fixé, tant pis c’était pour la bonne cause après tout. « Et voilà, tu es arrivée à bon port. » déclarait-il et s’arrêtant juste devant la l’entrée du bâtiment « Moi aussi j’aurais bien aimé poursuivre la soirée mais je me lève dans assez peu d’heures… j’ai même peur d’y penser. » il lui offrait un large sourire « Merci d’avoir fait la démarche de venir me parler et puis d’avoir accepté de m’accompagner à la fête ensuite. » indécis sur la conduite à tenir, l’étudiant en théâtre optait finalement pour un petit geste de la main et un sourire « Bonne nuit Sidney. ». Il aurait dû s'en tenir là, c'était un au revoir tout à fait suffisant. Mais au lieu de ça il avait finalement eu l'audace d'aller déposer un baiser sur sa joue de manière tout à fait amical... un bon prétexte pour se rapprocher d'elle une dernière fois ce soir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Sidney E. Harris

Messages : 22
Date d'inscription : 31/12/2014


MessageSujet: Re: i'm not weard, i'm limited edition   Lun 25 Mai - 17:30

Danser en plein milieu des rues de Manchester, qui l’aurait cru ? Pas elle en tout cas. Et pourtant, elle l’avait fait. De façon très… moyenne, voire carrément catastrophique de son point de vue, certes, mais tout de même. Et durant cette danse, elle s’était même surprise à ressentir quelque chose de nouveau. C’était un moment agréable, c’était certain. Mais il y avait un petit quelque chose d’autre qui s’était incrusté. Quand la danse toucha à sa fin, elle fut terriblement gênée de sa prestation et surtout de lui avoir écrasé les pieds quelques fois. Bon, elle avait prévenu, ceci dit. Elle l’avait mis en garde dès le début avant de céder à sa requête. « Non, je trouve qu’il y a eu du progrès entre le début et la fin de cette petite danse. » Un froncement de sourcils en guise de réponse, voilà ce qu’elle lui offrait. Sans doute que l’alcool lui montait un peu à la tête à lui aussi. A moins qu’il ne le dise uniquement par politesse, pour ne pas la froisser, mais une part d’elle en doutait fortement. Ceci dit, Zach dansait très bien et elle n’hésita pas à lui en faire part. « C’est le théâtre, ça apprend à bouger. » La jeune femme lui rendit son sourire tout en se disant qu’effectivement, quand on savait emplir une scène de théâtre, on savait aussi occuper l’espace de danse. Quant au reste, le théâtre utilisait tout autant le corps et les gestes que la danse. Et naturellement, elle en vint à lui demander s’il pouvait lui apprendre, un jour. Pour retrouver cette proximité ou simplement pour savoir enfin se débrouiller un peu sur une piste ? Allez savoir. « Ouais… je pense que je pourrais faire ça. » Ce fut d’un sourire qu’elle le remercia, ravie de voir que cela ne l’effrayait pas. Sans doute devait-il être un peu fou, mais rien que pour avoir eu envie d’apprendre à la connaître d’avantage, elle, la fille un peu bizarre qui ne quitte que très rarement son appartement et y reste enfermée en pyjama ou en survêtement. « Pourquoi jusqu’ici ? » Sid n’eut pas besoin de préciser puisqu’il semblait avoir compris quelques instants après seulement. Elle faisait effectivement référence à la danse qui avait dû baisser le niveau de la soirée, de son point de vue en tout cas. Mais Zach ne tarda pas à lui dire le contraire. « Et toi tu es bien trop poli. » rétorqua-t-elle en haussant un peu les épaules, léger sourire sur les lèvres. Pour elle, une danseuse catastrophique n’avait pas le sens du rythme et avait tendance à marcher sur les pieds de son partenaire. Ce qu’elle lui avait démontré ce soir. L’espace d’un instant, elle s’imagina danser convenablement en compagnie de Zach, et cette image mentale lui plut. S’il arrivait à un tel résultat, il aurait de quoi être fier.

Si Zach se remettait en marche, Sidney n’était pas très motivée. Ce soir, comme souvent avec le jeune homme, elle avait progressé. Step by step. Et le tout en s’amusant et en passant un bon moment. Alors, forcément, l’envie de retourner dans son appartement morbide ne l’enchantait guère. A peine aurait-elle franchie la porte que ses souvenirs reviendrait à la charge, elle le savait pertinemment. Parce que la guerre avait été son monde, tout comme son appartement l’était. « Je suis de très bonne compagnie, c’est normal. » Rapidement, elle hocha plusieurs fois la tête pour le lui confirmer. « Oh oui tu l’es ! » poursuivit-elle à voix haute avec enthousiasme. « T’es peut-être une fêtarde invétérée en fait. » Et si quelques instants plus tôt elle avait secoué la tête par l’affirmative, la jeune femme s’empressa de faire l’inverse, secouant rapidement la tête de gauche à droite. « Je ne pense pas, non. T’as déjà vu une fêtarde qui ne sait pas danser ? » C’était assez ironique, il fallait dire ce qui était. « Et qui ne tient pas grandement l’alcool en prime ! » continua-t-elle en riant presque. Elle aurait aussi pu rajouter quelque chose en rapport avec ses difficultés de socialisation ou d’adaptation au monde actuel, mais elle se ravisa au dernier moment. « Y’aura d’autres soirées. » Cette perspective était bien plus enchantante, et c’est en se basant là-dessus que Sid se décida à se remettre en route. « Enfin si tu veux bien sûr. Mais je dois quand même te prévenir qu’il y a de fortes chances pour que j’insiste. C’est foutu tu vas pas te débarrasser de moi si facilement. » Tournant la tête vers lui, elle le regarda perplexe et intriguée. A ce point ? Elle ne l’avait pas imaginé en réalité, et c’était sans doute pour cela que ça l’étonnait un peu. « Vraiment ? Euh… Oui. Enfin, je sais pas trop pourquoi toi tu le veux à ce point, mais oui. Je le veux aussi. » Sidney un peu pompette et un peu décontenancée, cela donnait ça. Un discours pas tout à fait clair et somme toute assez étrange. « Et puis, tu dois m’apprendre à danser de toute façon. » conclut-elle l’air de rien en poursuivant leur route. De toute façon, ils étaient d’accord sur ce point. L’un comme l’autre n’avait pas envie que tout s’arrête. Forcément, il y aurait d’autres soirées, d’autres moments à partager tous les deux. D’autres découvertes à faire, d’autres exploits à accomplir.

« Et voilà, tu es arrivée à bon port. » Retournant sur la terre ferme, elle regarda son immeuble, ne pouvant cacher sa petite grimace. « Merci de m’avoir ramenée. » lui dit-elle sincèrement en repensant à l’éventualité qu’un de ses amis ne s’en charge, ce qui aurait été totalement différent et bien plus gênant. Pour sûr qu’elle n’aurait pas été à l’aise. Ce qu’elle était pas mal en compagnie de Zach. Sauf quand un sujet délicat arrivait, évidemment. « Moi aussi j’aurais bien aimé poursuivre la soirée mais je me lève dans assez peu d’heures… j’ai même peur d’y penser. » Sidney passa la main dans sa nuque, se grattant la base des cheveux, un petit sourire aux lèvres. C’était plaisant d’entendre que cette envie était réciproque. Mais bien sûr, c’était impossible pour ce soir puisqu’il devait être en forme. « Bon courage, dans ce cas. » Le réveil n’allait pas être simple pour lui, c’était évident. Si elle pouvait passer sa matinée entière sous la couette, ce n’était pas son cas, et elle lui envoyait déjà des ondes de courage pour arriver à se lever tout à l’heure. « Merci d’avoir fait la démarche de venir me parler et puis d’avoir accepté de m’accompagner à la fête ensuite. » La jeune femme hocha lentement la tête, satisfaite de la tournure de cette soirée. Il ne lui en voulait pas, et ils avaient pu mettre les choses au clair, avant de passer un bon moment ensemble. Que demander de plus ? « Merci de ne pas m’en vouloir » murmura-t-elle alors en le regardant dans les yeux. « Bonne nuit Sidney. » Un petit sourire triste sur le visage, elle hocha la tête, prête à le voir se détourner pour rentrer chez lui et profiter du peu de sommeil qu’il lui restait tandis qu’elle ferait volteface pour rentrer chez elle et retrouver cette ambiance si terne et déprimante qui canalisait son appartement. Sauf qu’avant cela, un geste inattendu se produisit. Les lèvres du jeune homme vinrent se poser sur sa joue, lui faisant manquer un battement sous la surprise. Ah pour sûr, elle ne s’y était pas attendue. Et aussitôt que le baiser fut terminé, ses joues s’empourprèrent. Toujours aussi surprise, elle buguait légèrement tandis que Zach rebroussait chemin pour rentrer chez lui. « Bonne nuit, Zach. » chuchota-t-elle alors qu'il s'éloignait. Au final, elle resta plantée devant son immeuble quelques minutes, voire pendant de très longues minutes en fin de compte. Surprise d’abord, puis décontenancée, et ne souhaitant pas que cette soirée se termine. En réalité, si ses yeux n’avaient pas manifesté leur fatigue, elle aurait été capable de rester debout dehors toute la nuit. Mais Sid se décida tout de même à affronter le champ de bataille en pénétrant dans l’immeuble puis dans son appartement. Les souvenirs de guerre combattant contre ceux de cette soirée.


SUJET TERMINE

_________________

SIDNEY ✖️ Mais je ne suis qu'un chapitre de ton existence, il y en aura beaucoup d'autres. Rappelle-toi nos merveilleux souvenirs, mais n'aies pas peur de t'en faire d'autres.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: i'm not weard, i'm limited edition   

Revenir en haut Aller en bas
 

i'm not weard, i'm limited edition

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Sinn | Limited Edition
» (*Limited Edition*)~[Edit 2 de l'Atelier de Maya & Byss]
» Sansa Aglaia ❀ i'm limited edition.
» [Edition Atlas]Problème Elfes
» Edition atlas N°66
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
IT NEVER STOPS :: PARTIE RP :: Rps terminés-