AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Être ou ne pas être ? (zach)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Sidney E. Harris

Messages : 22
Date d'inscription : 31/12/2014


MessageSujet: Être ou ne pas être ? (zach)   Lun 25 Mai - 20:59

Assise à la table de la cuisine, coudes sur la table, mains calées sous le menton, la brunette fixait depuis bien trop longtemps maintenant une photo. Le visage impassible, tout se passait intérieurement. Là, c’était une véritable tornade de sentiments. Non, ce n’était pas une photo de feu son amant, pour la simple et bonne raison qu’elle n’en avait pas une seule. Quand on partait au front, ce n’était pas une photo de nous-même qu’on emmenait mais une regroupant nos proches, pour qu’ils soient toujours avec nous, qu’on puisse se ressourcer et puiser la force en les regardant. C’était une carotte, d’une certaine façon. Une source inépuisable de motivation, un but à atteindre : le retour auprès d’eux. Non, Sidney ne possédait pas de photo d’Eric, outre celles de ses souvenirs. Et c’était déjà beaucoup, vu certaines conditions. Enfin bref. Le cliché que la jeune femme s’obstinait à fixer depuis des plombes représentait une famille. Un couple, tout sourire, avec un petit garçon entre eux, lui aussi semblait être heureux. Le père et le fils pointaient du doigt le ventre de la mère. Ce ventre où un nouveau membre de la famille entamait sa croissance pour pouvoir les rejoindre quelques mois plus tard. Et à voir le ventre déjà bien bombé de la femme, cela ne tarderait pas trop. Ils avaient dû faire la moitié du chemin, sans conteste. Laissant échapper un soupir, Sid détaillait le visage de son frère, puis celui de son fils, et enfin celui de sa femme avant de s’attarder encore quelques instants sur son ventre. Cette photo, c’était leur façon à eux de lui annoncer l’heureux événement. « Si tu savais dans quel monde tu vas mettre les pieds… » Elle s’interrompit en se rendant compte qu’elle n’avait pas la moindre idée du sexe du futur bébé. Haussant les épaules, elle réalisa que ses parents devaient savoir tout ça depuis bien longtemps déjà. Si elle voulait vraiment le savoir, elle n’avait qu’à les appeler. Et c’était peut-être le but de son frère, lui tendre une perche. Mais le problème, c’était qu’elle n’avait en rien la force d’affronter tant de bonheur. Pas qu’elle soit véritablement jalouse ou qu’elle se fiche du bonheur de son frère, mais… voir cette famille heureuse lui rappelait le bonheur qu’elle aurait pu connaître véritablement et qu’elle n’avait qu’uniquement frôlé du bout des doigts. Parce que oui, elle était persuadée qu’Eric et elle auraient été heureux ensemble. La mort dans l’âme, le moral dans les chaussettes des souvenirs l’assaillirent. Les bons moments seulement, ceux de complicité, ceux où ils avaient pu échanger, se découvrir réellement.

Mais elle fut tirée de ses souvenirs heureux pour la sonnerie de son téléphone portable. Rouvrant les yeux en se surprenant à les avoir fermés, elle chercha du regard l’engin, essayant de se faire guider par la sonnerie. Quand elle mit la main sur son sésame, ce fut en fronçant les sourcils qu’elle l’observa comme s’il s’agissait là d’un objet inconnu. Mais ce qui était inconnu ce n’était pas l’objet, mais bel et bien le numéro. Tant pis, il n’avait qu’à laisser un message. De toute façon, elle ne répondait jamais au téléphone, ou presque… Reposant le téléphone, elle opta pour une erreur, ou une stupide connerie de démarchage téléphonique. Mais quand elle voulut faire volteface pour retourner à la cuisine se perdre dans la contemplation du cliché de son frère et de sa famille, elle fut surprise d’entendre son téléphone émettre un nouveau son, lui indiquant qu’elle avait reçu un message vocal. Intriguée, elle finit par l’écouter. « Hey, c’est Jason. » Jason ? Mais qui était Jason ? « Avec le reste du groupe… » Mais quel groupe ? « …on s’est dit qu’on allait encourager et soutenir Zach à son audition… » Ah, ça devenait un peu plus clair à présent. « …Et je me demandais si tu voulais venir avec nous ? » La jeune femme écouta le reste du message en se demandant comment il avait bien pu avoir son numéro de téléphone. Sans doute lui avait-elle donné lors de la soirée, mais vu le peu de fois qu’elle l’utilisait, cela relevait presque du miracle qu’elle se soit souvenue de son propre numéro. Enfin bon, elle avait dû le faire en étant un peu pompette sans s’en souvenir. Ceci dit, cela entrainait une autre question : qu’avait-elle bien pu faire d’autre que cela sans en avoir le moindre souvenir ? Impossible de le savoir. Aussi, elle se reconcentra sur le message, écoutant Jason lui donner l’adresse où se passerait l’audition de Zach. Encourager Zach à une audition était quelque chose qui la tentait bien. Ce qui la tentait moins, en revanche c’était de sortir de chez elle. Mais l’un n’allait pas sans l’autre. Sauf qu’étrangement, la jeune femme n’avait pas à puiser tant que cela en elle pour trouver la force d’aller enfiler un jean et un haut à la place de son survêtement préféré. Peut-être que cette motivation venait du fait qu’elle avait beaucoup apprécié de le voir jouer et qu’elle était désireuse de renouveler cela ? En plus de son envie de le soutenir dans cet événement important pour lui ?

Et là voilà qui affrontait les rues de Manchester en direction du lieu indiqué par Jason, se faisant la remarque que c’était sympa de la part du groupe d’avoir pensé à l’inviter, avant de se souvenir que la démarche semblait venir de Jason lui-même. En tout cas, elle esquissa un petit sourire tandis qu’elle marchait, assez contente de pouvoir être de la partie. Le pire étant que jusqu’ici, elle n’avait pas stressé à propos du monde extérieur, ni du monde présent dans l’auditorium. Arrivant à peine, elle se mit à se poser des questions sur le nombre de personnes présentes, mais pas le temps de les développer que son regard tomba sur celui de Jason. « Ah super t’es venue ! » Est-ce qu’il l’avait vraiment attendue ou est-ce que c’était un hasard qu’il soit là juste au moment où elle arrivait ? « Je n’avais pas envie de rater ça. » lui dit-elle alors le plus sincèrement du monde. « Viens vite, ça va bientôt commencer. » Et ils ne tardèrent pas à pénétrer dans l’enceinte du bâtiment, allant tantôt à gauche, tantôt à droite, se perdant dans les couloirs avant d’arriver enfin dans l’auditorium. La salle n’était pas bondée, mais à bien y réfléchir, c’était normal. Ce n’était pas une représentation mais une audition, et là était toute la nuance. Seuls les amis des postulants devaient se trouver là. Ils s’installèrent rapidement et Sidney salua le restant du groupe, l’accueillant une fois encore à bras ouverts, ce qu’elle ne cesserait de trouver épatant, compte tenu de leur différence d’âge. Mais bientôt, le silence se mit à régner, et l’un des membres du jury appela le premier groupe de candidats. « Il passe quand ? » ne put-elle s’empêcher de demander à Jason à côté d’elle, se moquant assez de la prestation des autres. En guise de réponse, un haussement d’épaules. Apparemment, elle n’avait qu’à prendre son mal en patience. Aussi, elle se concentra sur les prestations, les observant avec une attention particulière, cherchant leurs défauts, se disant que Zach était bien meilleur que tel ou tel acteur, de ce qu’elle en avait vu, en tout cas. Et bientôt, le groupe de Zach fut appelé sur scène. Dès qu’il y mit un pied, le regard de la jeune femme l’accrocha directement, et un petit sourire naquit sur son visage. Zach était fait pour la scène, elle en était certaine. Il avait le don de captiver instantanément le regard de par sa simple présence. Sans doute parce qu’il aimait ça. Pourtant, la pièce pour laquelle il auditionnait ne semblait pas être son genre. Cela semblait être bien trop classique pour lui. Mais peut-être se trompait-elle, après tout. Toujours était-il qu’il ne semblait pas l’avoir repérée, sans doute trop concentré pour plonger son regard sur les visages braqués sur lui. Sid sentit une part de stress monter en elle, même si elle ignorait la raison. Elle eut presque envie de retenir son souffle jusqu’à ce que le groupe ne démarre. Et une fois chose faite, toute son attention allait vers la scène. Une sirène aurait pu se mettre à hurler qu’elle n’aurait pas cillée.

_________________

SIDNEY ✖ Mais je ne suis qu'un chapitre de ton existence, il y en aura beaucoup d'autres. Rappelle-toi nos merveilleux souvenirs, mais n'aies pas peur de t'en faire d'autres.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Zach F. Eyston

Messages : 20
Date d'inscription : 31/12/2014


MessageSujet: Re: Être ou ne pas être ? (zach)   Jeu 4 Juin - 19:30

Être dans une école renommée lui ouvrirait des portes c’était une certitude et Zach avait bien conscience que cela impliquait aussi des concessions. Pas seulement de prendre d’avantage de temps pour travailler en dehors des cours, pas juste de devoir bosser pour continuer à pouvoir suivre ce cursus sans que ses parents n’aient à se saigner aux quatre veines. C’était dans ses choix artistiques que l’étudiant en art dramatique allait devoir faire des efforts. Lui le passionné d’improvisation, le féru de pièce moderne et de cinéma allait inévitablement se confronter aux grands classiques du théâtre anglais. Certes il avait joué dans quelques pièces du genre mais les exigences n’étaient pas celles d’un vrai metteur en scène, d’une vraie production et simplement des exercices fait en cours. Mais le jeune homme savait que s’il voulait vraiment avoir ses chances, être dans le haut du panier et répondre à certaines attentes il ne pourrait échapper plus longtemps à la difficile épreuves des auditions classiques. De toutes les pièces de Shakespeare il avait choisi de se présenter à l’audition pour Hamlet, d’entre toutes les propositions de mise en scène c’était celle qui lui avait paru la plus moderne. D’anciens élèves de l’école se lançait dans leur première mise en scène et les comédiens allaient être choisi parmi les élèves actuels. En jeu deux mois de préparation, et trois représentations devant un public mais surtout une certaine reconnaissance, une porte ouverte de plus pour être un jour un vrai comédien.
Zach se savait capable d’endosser un rôle classique mais l’exercice n’était pas son favoris. À vrai dire il allait un peu à reculons à cette audition quand bien même il savait pertinemment que la motivation était un élément essentiel à la réussite. En dépit de son manque d’enthousiasme il avait révisé le texte de la scène sur laquelle il allait être auditionné et préparer son jeu mais il ne pouvait pas faire semblant de ne pas voir ses difficultés à être tout à fait juste dans son interprétation. Soucieux de sa réussite le jeune homme avait travailler pour se préparer à l’échéance mais le jour J était là et la confiance ne régnait pas vraiment. Plutôt décontracté habituellement Zach peinait à se détendre alors qu’il attendait, comme de nombreux autres élèves, que son tour vienne. Pour ne rien arranger l’audition se faisait par groupe et ce système ne lui plaisait pas vraiment. Mais il lui était impensable de reculer, de se défiler alors tant pis s’il ne se sentait pas au top il allait faire tout ce qu’il pouvait pour réussir. Néanmoins même une fois dans l’auditorium, sur la scène devant ceux qui jugerait de sa performance et des autres du groupe, son tract peinait à descendre. Habituellement cette tension qu’il ressentait avant de monter sur scène se dissipait instantanément, mais pas cette fois. L’étudiant ne se sentait pas au point et si l’impro était son atout majeur ça ne lui serait pas d’une grande aide sur ce coup là.

D’un bref coup d’œil il avait balayer la salle, constatant que quelques groupes de personnes faisaient office de public. Mais il n’avait pas poussé l’analyse assez loin pour remarquer que parmi ces gens se trouvaient ses amis, Sidney comprise. Est-ce que cela aurait été mieux ? Aurait-il été d’avantage motivé ? Se serait-il sentit soutenu ? L’histoire ne le disait pas puisque c’est en ignorant leur présence que Zach proposait sa prestation à l’équipe qui montait la pièce. Il fit de son mieux malgré la tension et ce manque de conviction qui lui collait à la peau. Ça ne lui ressemblait pas d’agir ainsi mais l’exercice n’était pas si simple pour lui. Encore de nouvelles choses qu’il allait devoir travailler. Au fond c’était ça le point positif de cette histoire, il apprenait d’avantage à se connaître et ciblait ses lacunes. Il maîtrisait le texte mais peinait à l’incarner réellement, se sentait en manque de justesse le jeune homme s’agaçait et bien qu’il ne voulait rien laisser paraître ça ne pouvait pas passer inaperçu pour ces yeux aguerris qui le jugeaient. L’audition lui paru durer des heures alors que c’était l’affaire d’une trentaine de minutes tout au plus. Et dire que s’il la franchissait, cela n’était qu’une première étape…
Pas vraiment content de lui lorsqu’il quittait la scène Zach récupérait ses affaires et signait le listing d’audition. On le rappellerait pour l’informer de si oui ou non il était retenu. Bien sûr l’étudiant ne se faisait pas vraiment d’illusion et savait que la réponse serait négative, en tout cas lui même ne se donnerait pas le rôle. Sortant son portable de son sac il lu les deux messages qu’il avait reçu. Un d’encouragement de dernière minute de la part d’une cousine et un autre de Jason qui l’informant de sa présence et celle d’autres amis dans les gradins de l’auditorium. Le jeune homme lâchait un soupir, non pas parce qu’il était ennuyé par la présence de ses amis mais parce qu’il aurait souhaité leur montrer une meilleure prestation. Néanmoins les rejoindre lui permettrait de se changer les idées, de passer définitivement à autre chose puisque de toute façon un retour en arrière n’était pas possible. Aussi il répondait à son ami pour l’avertir de son arrivée, il ne manquerait plus qu’ils partent avant que Zach ne les rejoignent… ça terminerait encore plus mal cette audition.

Rapidement le jeune homme repérait son groupe d’ami assis, faisant office de public à l’audition qui se poursuivait avec d’autres groupes de comédiens. Evidemment Zach reconnu ses amis, cependant il fut totalement surpris en constatant que Sidney était là aussi. Alors qu’il s’était rapproché d’eux c’est le regard remplis d’incompréhension qu’il saluait l’ensemble du groupe. Arrivé au tour de saluer la jeune femme l’étudiant eu un petit sourire gêné « Mais comment tu.. ? » mais ses yeux dérivaient déjà vers Jason dont l’allure fière ne pouvait pas tromper son ami, il était à l’origine de la présence de la jolie brune. Reportant son attention sur Sidney il haussait les épaules « Et bah tu m’as vu me planter royalement. Dommage je ne pourrais pas mentir en disant que ma prestation était formidable juste pour que tu penses que je suis bon comédien. » mentir ça n'était absolument pas son genre il préférait simplement ironiser la situation, mais au fond ça l’embarrassait un peu. Perfectionniste et passionné, Zach avait parfois un peu de mal à gérer les échecs en lien avec son futur. Pourquoi la présence de la brunette le gênait d’avantage que celle de ses amis ? Sans doute parce qu’il aurait voulu se présenter sous un meilleur jour… mais il allait devoir faire avec. Son habituel enthousiasme le jeune homme l’avait quelque peu délaissé pour afficher un air bien plus calme voire éteint. Mécontent de lui son humeur n’était pas au beau fixe pourtant il voulait tenter de donner le change, ne rien laisser paraître. Quoi de mieux qu’un sourire pour masquer sa déception ? Rien d’autre ne lui venait en tout cas. «  Vous comptez rester là à regarder ou on bouge ? Parce que personnellement j’ai bien envie d’une bière. » son regard se dirigeait vers Sidney qui, il l’espérait, serait sans doute une bonne alliée pour insuffler au groupe l’envie de bouger. Et si ça n’était pas le cas sans doute ne serait-elle pas contre un verre à partager avec Zach.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Sidney E. Harris

Messages : 22
Date d'inscription : 31/12/2014


MessageSujet: Re: Être ou ne pas être ? (zach)   Mar 16 Juin - 16:54

Affronter le monde extérieur relevait toujours de l’exploit pour la jeune femme. Elle avait beau être rentrée depuis un moment, la tâche n’en restait pas moins difficile. Allez affronter tous ces gens heureux et insouciants quand on savait qu’à l’autre bout du monde c’était tellement différent… Allez affronter les souvenirs qui vous remontaient à la gorge instantanément. Mais Sidney faisait des progrès malgré tout, et sans vraiment s’en rendre compte, cela dit en passant. Parce qu’elle avait accepté de sortir de chez elle ce jour-là, alors que cela n’avait pas du tout été au programme du jour. Elle avait d’ailleurs mis un certain temps avant de restituer Jason, jusqu’à ce que la petite ampoule s’illumine comme dans les bandes dessinées. Ce n’était pas pour lui qu’elle avait mis un pied dehors, mais bel et bien pour Zach, pour pouvoir l’encourager durant son audition. Et aussi parce qu’elle avait très envie de le voir. En réalité, il suffisait d’évoquer son nom pour lui donner envie de passer un moment en sa compagnie. Il avait ce je ne sais quoi qui la boostait et la faisait se sentir bien. Après tout, il avait déjà réussi à la faire sourire, et même rire ! C’était pour dire. Alors oui, la belle brune avait sauté sur l’occasion et avait filé pour retrouver le groupe d’amis de Zach. Evidemment, elle s’était dit que cette petite surprise lui plairait, qu’il serait sans doute agréablement surpris de la voir ici avec ses amis. En tout cas, ça lui faisait plaisir à elle de venir l’encourager et d’assister à son audition. Ca avait quelque chose de particulier, de privilégié, presque. Impatiente, elle regardait les autres groupes jouer, se demandant quand passerait le jeune homme. Jusqu’à ce qu’il fasse son entrée sur scène. A ce moment, elle était tellement concentrée qu’un éléphant aurait pu se trouver à côté d’elle, elle n’aurait rien remarqué, ou aurait trouvé cela tout à fait normal. Un incendie aurait pu se déclarer qu’elle n’aurait pas bougé d’un pouce. Zach ne semblait pas aussi à l’aise que d’habitude. De ce qu’elle en avait vu lors du spectacle d’improvisation en tout cas. Qu’est-ce qui en était la cause ? Le stress ? L’avait-il vu dans la salle avant de monter sur scène ? Etait-elle responsable ? N’était-il tout simplement pas au meilleur de sa forme aujourd’hui ? Les questions se bousculèrent dans sa tête pour expliquer son malaise. Pourtant, la jeune femme restait impressionnée par sa prestation. Elle le serait toujours un pas en sachant combien il pouvait être difficile de monter sur scène et de se retrouver en face d’un public qui avait les yeux rivés sur vous. De plus, elle appréciait de le voir jouer. Alors oui, il n’était pas aussi à l’aise qu’il l’avait été lors de l’improvisation, mais aux yeux d’une jeune femme qui n’y connaissait pas grand-chose en prestations théâtrale, cela restait agréable.

Le temps semblait avoir défilé à une vitesse ahurissante, et bientôt, la prestation fut terminée. Un peu déboussolée, elle avait l’impression d’être sortie d’une sorte de transe, et se rendait compte que durant tout ce laps de temps, elle n’avait pas prêté la moindre attention au monde qui l’entourait. C’était assez déconcertant. Le groupe se mit à discuter, mais Sidney n’écoutait pas vraiment, prise d’une impatience à voir Zach. Ou plutôt à savoir s’il s’était rendu compte de sa présence ou non, et si tel n’était pas le cas, de voir la surprise sur son visage. C’était le genre d’impatience digne de celles dues aux surprises d’anniversaire, et il était parfois difficile de se faire violence et de les contenir. Aussi, quelle ne fut pas sa joie lorsqu’elle vit le jeune homme s’approcher du groupe tandis que les autres sur scène n’avaient malheureusement plus aucun intérêt. La surprise sur le visage du jeune homme sautait aux yeux, et engendra instantanément un petit sourire de la part de la brunette. « Mais comment tu.. ? » Il ne termina même pas sa phrase, semblant comprendre et remettre les pièces du puzzle en place. Pour la forme, Sid lui répondit tout de même. « J’ai entendu dire que tu auditionnais aujourd’hui et je voulais être présente. » L’expression que Sid affichait semblait vouloir dire « Bon, ok, c’était l’idée de Jason » et il était difficile de la cacher. Il fallait rendre à César, ce qui est à César, et lui laisser le mérite, après tout. Mais à en juger par son attitude, il se l’attribuait déjà. « Et bah tu m’as vu me planter royalement. Dommage je ne pourrais pas mentir en disant que ma prestation était formidable juste pour que tu penses que je suis bon comédien. » L’attitude de Zach semblait étrange, tellement différente de ce qu’elle avait l’habitude de voir. Lui qui était d’ordinaire joyeux et optimiste manquait cruellement de pep’s. Bon, cela pouvait aussi se comprendre, mais de là à dire qu’il s’était totalement planté ? Ou bien était-ce vraiment le cas ? N’y connaissant rien, elle ne savait si c’était vrai ou s’il anticipait de façon défaitiste. Mais ce comportement ne lui ressemblait pas vraiment… En fin de compte, elle avait déjà sa réponse. « Je pense déjà que tu es un bon comédien. » Et elle le lui avait déjà dit, en plus. Même si elle n’en avait pas vu énormément, cela lui avait suffi pour s’en rendre compte. Sur le ton de la confidence, elle se rapprocha un tantinet pour enchaîner. « Et je ne trouve pas que tu te sois vraiment planté. » Pour elle, en tout cas, cela n’était pas le cas. Un vrai plantage aurait eu pour effet de mettre tout le monde mal à l’aise, d’ennuyer les gens voire carrément de les endormir, ou de les faire se lever et quitter la salle. Ca, c’était une vraie prestation ratée. Or, cela ne s’était pas produit avec Zach. « Vous comptez rester là à regarder ou on bouge ? Parce que personnellement j’ai bien envie d’une bière. » Regarder n’avait plus vraiment d’intérêt. En tout cas pour Sidney. Et vu combien Zach ne semblait… et bien pas Zach, en fait… Il était sans doute préférable d’aller boire un verre pour lui changer les idées. « Moi, je viens avec toi. Pas question que tu sois le seul à te régaler. » dit-elle en plaisantant. Non pas qu’elle ait particulièrement envie de boire une bière, mais il fallait tout de même souligner qu’elle aimait cela. Et si elle pouvait tenter de le faire sourire c’était déjà ça de gagné. Sans compter que si elle optait vraiment pour une bière, il y avait des chances qu’elle finisse à nouveau un peu pompette.

Evidemment, le reste du groupe semblait approuver l’idée et tout le monde se mit finalement en route. Sur le trajet, elle ne participa pas vraiment à la discussion que l’ensemble du groupe avait. Non pas qu’elle n’ait pas envie d’y participer ou qu’elle ne se sente pas à l’aise avec eux. Au contraire, Sidney appréciait beaucoup les amis de Zach. Mais elle se posait mille et une questions, et était finalement plus absorbée par cela que par la conversation. Se rapprochant de Zach, elle lui offrit un petit sourire. En aparté, elle ne pu s’empêcher de lui poser la question fatidique, même si celle-ci pouvait se révéler agaçante. Elle parlait par expérience, en l’occurrence. « Est-ce que tout va bien ? Enfin, je veux dire, est-ce que tu vas bien ? » Fronçant les sourcils et grimaçant, elle aurait pu se taper sur le front pour cette question mal formulée. Un peu plus et elle aurait bégayé ou rougit. La question n’était pas tabou non plus, ni horriblement indiscrète, mais elle pouvait être gênante, et Sid ne voulait pas que ce soit le cas. « Je sais que c’est chiant, quand on te demande ça, si ça va, alors que ça va pas forcément. Mais… Tu sembles bizarre. Tellement… différent. Enfin, oui et non. Tu es toi, tu es le même, mais en même temps… » Ok… Comment s’enfoncer par Sidney Harris, le prochain best-seller que tout le monde allait s’arracher. Portant les mains à son visage pour s’y cacher, elle n’osait même plus le regarder tant elle avait l’impression de s’enfoncer. Et c’est en respirant un grand coup qu’elle ôta ses mains pour poursuivre. « C’est juste que… J’ai pas l’habitude de te voir comme ça, alors je m’inquiète un peu. » C’était surtout qu’elle se souciait de savoir comment il allait vraiment. Et peut-être aussi qu’elle savait reconnaître quelqu’un qui faisait semblant. Sans doute parce qu’elle avait dû le faire pendant des lustres dans sa famille, et qu’elle devait encore le faire. Prétendre aller ne serait-ce qu’un peu mieux alors qu’elle était dans un mauvais jour.

_________________

SIDNEY ✖ Mais je ne suis qu'un chapitre de ton existence, il y en aura beaucoup d'autres. Rappelle-toi nos merveilleux souvenirs, mais n'aies pas peur de t'en faire d'autres.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Zach F. Eyston

Messages : 20
Date d'inscription : 31/12/2014


MessageSujet: Re: Être ou ne pas être ? (zach)   Jeu 25 Juin - 18:07

Est-ce que Sidney avait réellement pris tant goût à la bière ? Peut-être. En tout cas elle acceptait rapidement la proposition de Zach qui n’avait pas franchement le cœur à rester encore dans l’auditorium. En fait il voulait oublier ce moment désagréable qu’il venait de vivre, parce que le théâtre ça n’était pas ça pour lui. Habituellement le jeune homme prenait toujours plaisir à se retrouver sur une scène, mais pas cette fois, bien au contraire. Alors oui il était pressé de sortir, de prendre l’air et surtout de se changer les idées. Fort heureusement ses amis ne mirent pas longtemps à se décider et ils prirent tous la direction d’un pub où ils avaient leurs habitudes. Le groupe discutait mais Zach après quelques brefs échanges avait déjà perdu le fil, il était plus refermé sur lui que d’habitude, c’était ainsi que s’exprimait sa déception. Mains dans les poches, le regard posé sur le sol il avançait d’un pas régulier dans un rythme un peu décalé de ce lui du reste du groupe. L’étudiant voulait oublier sa mauvaise prestation mais son esprit était assaillit pas la frustration et l’agacement dû à son échec. En bref au lieu de ne plus y penser il ne pensait qu’à cela. Être si silencieux, ne pas avoir fait un seul trait d’humour depuis qu’il avait retrouvé Sidney et ses amis ça ne lui ressemblait pas, du moins c’était une facette de sa personnalité que Zach ne montrait que très rarement aux autres.
Si ses amis savaient comme le jeune homme pouvait être lorsque quelque chose clochait, en revanche Sidney était déroutée par son comportement. Il le comprit tout de suite quand elle vint le rejoindre, marcher à son rythme afin de tenter d’entamer la discussion avec lui. La jolie brune faisait les questions et les réponses à la fois, avouant ensuite que sa confusion venait de cette attitude qu’elle ne lui connaissait pas. L’étudiant était désolé de ne pas pouvoir lui offrir cette jovialité et cette énergie à laquelle il l’avait habitué mais le cœur n’y était pas du tout, pas pour le moment en tout cas. Son premier choix aurait été de rester muet, fermé comme une huître parce que c’était sa façon à lui de digérer les évènements quand il ne se perdait pas dans la débauche de clowneries. Mais vis à vis de Sidney il ne pouvait pas agir ainsi, elle ne comprendrait pas, elle serait mal à l’aise et malgré son manque d’entrain il ne voulait surtout pas cela. Étrangement il se souciait beaucoup trop de l’état de la jeune femme pour risquer de tout foutre en l’air à cause d’une foutue audition pourrie. Sa première réponse fut un haussement d’épaule puis un léger sourire à l’intention de la jolie brune « Je vais pas dire que je suis au top, ça serait mentir. C’est juste le contre coup de ma prestation foirée. Je vais m’en remettre. » de toute façon il le fallait.

Le groupe d’étudiant s’installait à leur table habituelle, rapidement rejoint par le serveur qu’ils connaissaient bien. Tous commandèrent des bières et Zach fut d’ailleurs le premier à s’exprimer, il avait besoin de réconfort. Et si ses amis l’invitaient à se dérider, à pas s’en faire ou à garder la pèche, le jeune homme demeurait encore assez taciturne. En fait il n’y avait guère que pour Sidney qu’il était prêt à se forcer un peu à sourire et sa mine plutôt fermée se radoucissait. A en croire ses paroles durant le trajet, la brunette était souvent confrontée à la façon dont les gens voulaient paraître concernés à propos des problèmes des autres, demandant si tout allait bien alors que le contraire était évident. Ce qui bien évidemment avait titillé la curiosité de l’étudiant. Bien sûr il n’était pas stupide et Sidney ne paraissait pas déborder d’une joie de vivre à toute épreuve, mais il se questionnait sur ces gens qui s’entêtaient à la questionner sur son bien être et à qui elle ne voulait pas répondre. Il cru un instant que sa curiosité allait l’emporter permettant ainsi à son esprit de s’orienter vers autre chose que son échec, mais ce fut une désillusion. Alors quand les bières arrivaient il en bu aussitôt une longue gorgée, il devait se ressaisir.
« Donc Jason a vendu la mèche pour l’audition ? » demandait-il à Sidney alors que les autres étaient en pleine discussion dont Zach n’avait rien suivit du tout. « Je suis sûr qu’il t’as proposé de venir juste pour te voir. » l’étudiant haussait les épaules « Une technique de drague comme une autre. » il n’avait pas vraiment envie de le savoir en fait, il espérait seulement que Jason ne fasse pas le con alors que de son côté il voulait juste que la jeune femme passe des moments agréables en dehors de chez elle. A bien y repenser il aurait pu faire comme elle en sortant de l’audition, aller s’enfermer chez lui, qui plus est dans sa chambre, afin de laisser passer le temps et de ruminer ce qu’il jugeait être un effroyable raté. « En tout cas c’est sympa d’être venue. » ajoutait-il avant de prendre une nouvelle gorgée de bière. Après tout elle était sans doute la seule raison de sa présence ici, car même avec toute leur volonté, sans la présence de Sidney il ne les aurait pas suivit. Au delà de sa déception Zach avait peur de cette sensation qui l’avait envahi lorsqu’il était en scène, l’impression de ne pas être à sa place combiné à un manque de motivation et d’envie qui l’avait conduit à sa mauvaise prestation. « J’espère que tu t’es pas trop ennuyée. » s’inquiétait-il en repensant à l’audition et le peu d’intérêt que cela avait dû avoir aux yeux de la brunette. « Heureusement t’as gagné une bière en compensation. » et c’était le moins qu’il puisse faire que de la lui offrir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Sidney E. Harris

Messages : 22
Date d'inscription : 31/12/2014


MessageSujet: Re: Être ou ne pas être ? (zach)   Dim 2 Aoû - 19:43

Le voir comme cela était vraiment déroutant pour la jeune femme. Alors oui, évidemment, elle ne le connaissait pas depuis si longtemps que cela et n’avait pas encore pu découvrir toutes les facettes de sa personnalité. Ceci dit, c’était tout de même bizarre de le voir comme ça. Si les autres ne semblaient pas s’en inquiéter outre mesure, ce n’était pas le cas de la brunette, clairement pas habituée à le voir dans cet état, si silencieux, si… ailleurs. Dans ses pensées, sûrement. Et là, elle ne pouvait que comprendre. Combien de fois avait-elle été elle-même focalisée sur ses souvenirs, ses pensées, au lieu d’être dans le moment présent ? En réalité, elle avait cessé de compter il y a bien longtemps. Mais elle avait bien du mal à attribuer ce genre de comportement à Zach. En fait, l’association lui semblait tout simplement inadéquate pour lui, tout simplement parce que Sidney ne l’avait encore jamais vu dans cet état, ne le connaissait pas autrement qu’avec ses touches d’humour par-ci par-là, son optimisme, son sourire contagieux, son naturel entrainant, sa bonne humeur tout simplement. Toujours maladroite, la jeune femme eut bien du mal à s’exprimer, à tenter de lui expliquer combien elle savait cette question agaçante et pénible, surtout si elle n’était posée que pour la forme. Mais pour la jeune femme, la question était véritablement sincère. « Je vais pas dire que je suis au top, ça serait mentir. C’est juste le contre coup de ma prestation foirée. Je vais m’en remettre. » Au moins, il ne mentait pas comme la plupart des gens en prétextant le contraire, c’était déjà ça. En guise de réponse, Sidney hocha la tête avec une esquisse de sourire sur les lèvres. Il allait s’en remettre, évidemment, elle n’en doutait pas. Mais… Elle n’aimait quand même pas le voir comme ça et savait parfaitement qu’elle ne pouvait rien y faire pour le moment. Parce qu’elle ne connaissait pas sa façon d’agir dans ces cas-là. Etait-il du genre à digérer ce qui le perturbait tout seul ? Avait-il besoin qu’on lui change totalement les idées ou le prendrait-il mal, comme si son souci n’avait pas le moindre intérêt ? Tant de réactions possibles, et même si Sidney pouvait se faire une idée des réponses, elle n’en était pourtant pas certaine. Seul le temps et l’approfondissement de leur relation pourrait les lui donner. Ceci dit, ils arrivèrent bientôt au pub, et une fois attablés, la discussion reprit son court. Evidemment, Zach ne pouvait pas se comporter comme si de rien n’était puisque cela l’affectait ? L’espace d’un instant, les réflexions de ses amis sur sa conduite à tenir l’agacèrent. Ne pas s’en faire, laisser ça de côté, faire comme si de rien n’était. C’était facile à dire, tout cela. Et si à les entendre cela n’était pas grand-chose, ce n’était sûrement pas ce que pensait le jeune homme. Bien sûr, ses amis pensaient à bien, et surtout à son bien à lui, voulant l’aider à penser à autre chose, mais sur le coup, Sid ne put s’empêcher de penser qu’ils ne s’y prenaient pas forcément de la bonne façon. On ne balayait pas quelque chose qui nous tracassait d’un simple revers de main. L’intention était certes touchante et bienveillante, mais assez maladroite de son point de vue.

« Donc Jason a vendu la mèche pour l’audition ? » Muette depuis un moment, elle s’était sans doute trop focalisée sur le cheminement de sa pensée. Relevant la tête vers Zach tandis que ses doigts passaient et repassaient sur son verre de bière, elle hocha la tête. « Oui, j’ai été un peu surprise de son message, mais assez contente qu’il ait pensé à m’inviter. » L’attention avait été sympathique, il fallait dire ce qui était, et la brune était ravie d’avoir pu faire partie de la partie. « Je suis sûr qu’il t’as proposé de venir juste pour te voir. » Les sourcils froncés, elle ne voyait pas de quoi il parlait. Toujours un peu à l’ouest, la brunette. Aussi, elle attendit qu’il poursuive. « Une technique de drague comme une autre. » Pour le coup, les yeux de la jeune femme s’arrondirent assez rapidement. Une technique de drague ? Sid en restait un peu désarçonnée, n’ayant jamais vu les choses sous cet angle. « Quoi ? Mais non… » Ses traits indiquaient parfaitement qu’elle réfléchissait à cela à toute vitesse. « Il ne me drague pas… » commença-t-elle avant d’esquisser une petite grimace en s’interrompant, réalisant qu’elle n’avait même plus aucune idée de ce qui pouvait être considéré comme de la drague ou pas. « Si ? » Une part d’elle espérait que Zach allait démentir, mais elle ne s’y attendait pas vraiment. Difficile pour elle de ne pas tourner la tête vers Jason, l’espace de quelques secondes juste avant de reporter son attention sur Zach, grimace toujours sur le visage. « Il m’a invitée pour TE faire plaisir, c’est tout. » dit-elle en secouant la tête, chassant l’idée qu’il puisse vraiment la draguer, refusant de se rentrer ça dans le crâne. Pourquoi ? Tout simplement parce qu’elle finirait par être gênée et n’avait aucune idée de la meilleure façon de décliner sans vexer, de faire comprendre que ce n’était pas réciproque, qu’elle n’était pas intéressée. Sans pour autant lui expliquer où se trouvait son cœur. « En tout cas c’est sympa d’être venue. » Le changement de sujet lui fit du bien, et la grimace fit place à un sourire. « J’en avais envie. De venir te voir jouer, d’être parmi les supporters, et de boire une bière en ta compagnie. » C’était tout de même fou de constater que quelques temps auparavant, une telle phrase ne serait jamais sortie de sa bouche. Avoir envie de sortir de chez elle. Cela ne s’était pas produit depuis son retour.

« J’espère que tu t’es pas trop ennuyée. » Aussitôt, elle secoua vigoureusement la tête de droite à gauche. Elle ne s’était pas ennuyée le moins du monde, et son regard n’avait guère quitté le jeune homme une seule seconde. « Non du tout. Il n’y a pas un seul instant qu’on a partagé qui m’a ennuyé et je ne vois pas pourquoi celui-ci aurait dû être le premier. » En réalité, elle avait été très concentrée, très observatrice. Evidemment qu’il n’avait pas été à l’aise, mais elle n’avait eu aucun mal à le comprendre et à compatir, à se sentir mal avec lui et pour lui. « Heureusement t’as gagné une bière en compensation. » Il n’y avait aucun besoin de compensation, et c’est ce qu’elle tenta de lui dire d’un regard. « J’ai été ravie de pouvoir assister à ton audition, tu sais. C’était différent. Tu excelles en impro, ce qui n’est vraiment pas évident cela dit en passant, et ça changeait de te voir dans un autre genre. C’était pas simple pour toi, certes, mais… Je sais pas, peut-être que je me trompe, mais je pense que c’est pas non plus ce que tu préfères, comme genre. » commença-t-elle avant de boire une gorgée de sa bière. « Et puis, c’est comme tout, ça s’apprend. On a chacun nos lacunes concernant certains domaines. » Sid haussa les épaules sans se départir de son sourire. « Si tu savais le temps que j’ai mis avant de savoir piquer correctement… » Rien qu’en y repensant, un petit rire lui échappa. Ses collègues apprenties infirmières et elle s’étaient exercées bon nombre de fois avant de parvenir à bien les effectuer et à trouver les veines. Elle avait d’ailleurs fait part de certaines de ces anecdotes sur le front à certains blessés. Notamment Eric, qui s’était amusé plusieurs fois à prétendre que c’était douloureux. Mais bien vite, elle chassa ce souvenir de sa mémoire. « Ceci dit, je suis certaine que ton meilleur rôle, celui qui te fera vraiment connaître auprès du public ne fera pas partie d’un classique mais de quelque chose de plus contemporain, de plus actuel et naturel. » Quelque chose qui lui correspondait plus. Evidemment, il ne devait pas tirer un trait sur ce genre de pièce tout simplement parce que ça ne lui plaisait pas, mais ce n’était pas comme s’il envisageait sérieusement de ne faire que des pièces classiques. Tout du moins, elle n’en avait pas l’impression. « Je trouve que tu t’en es quand même bien sorti. Et puis, tu es allé jusqu’au bout, ce qui n’est pas non plus l’exercice le plus facile quand tu n’es pas à l’aise. » Et tout en lui disant cela, la jeune femme avait posé sa main sur celle de Zach, dans un geste tout ce qu’il y avait de plus naturel, cherchant à le rassurer avec la plus grande sincérité. « Tu sais quoi ? Si jamais tu as une nouvelle audition classique, on pourra toujours répéter ensemble. Pas sûre que je te donne bien la réplique, mais au moins tu pourras t’entraîner. Sauf si tu as déjà quelqu’un pour ce faire. » dit-elle finalement en ôtant sa main de celle du jeune homme pour la poser sur sa bière et en boire une gorgée. « En espérant cependant que ce ne soit pas Roméo et Juliette, parce que je serais sans doute une Juliette désastreuse. » Si elle ne s’en était pas trop mal sortie lors du spectacle d’improvisation, Sid était cependant loin d’être à la hauteur d’un tel rôle.

_________________

SIDNEY ✖ Mais je ne suis qu'un chapitre de ton existence, il y en aura beaucoup d'autres. Rappelle-toi nos merveilleux souvenirs, mais n'aies pas peur de t'en faire d'autres.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Zach F. Eyston

Messages : 20
Date d'inscription : 31/12/2014


MessageSujet: Re: Être ou ne pas être ? (zach)   Mar 11 Aoû - 21:14

Bien sûr ruminer sur sa médiocre performance n’allait rien faire avancer, Zach ne pouvait pas revenir en arrière et la seule chose possible était d’accepter son échec. Mais s’il comprenait pourquoi il avait foiré, en revanche il se questionnait sur ces étranges sensations qui l’avaient pris à son entrée en scène… ou peut-être même avant à bien y réfléchir. L’étudiant avait douté de ses capacités, il ne se sentait pas prêt ou pas à la hauteur ou bien un peu des deux. Manquait-il de préparation ? Sans doute, et il ne pouvait s’en prendre qu’à lui. C’était d’ailleurs bien là ce qu’il faisait en se jugeant comme étant un parfait crétin. D’autant plus que le jeune homme craignait que cette audition ai été d’un ennui mortel pour ses potes et pour Sidney. Ce n’est que pour cette dernière que le beau brun daignait sortir de son mutisme. Le cœur n’y était pas vraiment pour le moment, mais il ne pouvait pas la laisser de côté alors qu’il savait que sortir de chez elle et venir assister à l’audition avait du être un vrai effort pour elle. Et s’il était ravi qu’elle ai fait cela pour venir le soutenir, il ne pouvait s’empêcher de rester un peu étonner de la voir là au milieu de sa bande d’amis. Peut-être était-ce un peu pour cela que Zach soupçonnait que ce ne fut une ruse de Jason pour avoir l’occasion de faire plus ample connaissance avec la jolie brune. Après tout il était le seul lien entre l’ex-infirmière et son ami, c’était de bonne guerre qu’il l’utilise afin de la revoir. L’étudiant n’était pas dupe quant aux intentions de son acolyte, il le connaissait bien trop pour ignorer que la jeune femme lui plaisait. Cependant il ne voulait pas prendre le risque qu’elle soit blessée, non pas que Jason fut un vrai connard, mais il se montrait parfois maladroit et pas toujours très sérieux. Des traits de caractère que Zach ne jugeait pas franchement compatibles avec ce qu’il avait pu observer de la part de Sidney. Évidemment il n’avait pas la prétention d’affirmer la connaître, mais il avait compris que la brunette avait besoin de repères, de stabilités et de choses qui lui redonnerait envie de sortir de chez elle. Mais après tout si Jason en était une, alors il ne se mettrait pas en travers de leur chemin…
Il eu rapidement confirmation de son hypothèse par la concernée elle même. C’était facile d’obtenir des informations avec Sidney, en tout cas quand il ne s’agissait pas d’elle directement ou plus exactement de sa vie, son passé. Pour le reste elle était d’une franchise presque naïve et Zach trouvait ça attendrissant. Il était le plus jeune des deux mais se sentait l’âme protectrice vis à vis de la jolie brune, aussi n’étant pas certain qu’elle se soit aperçu de quoi que ce soit concernant Jason il vendait subtilement la mèche. Sur le fond ce n’était peut-être pas cool sur son pote que de dévoiler ainsi ses intentions, mais il se devait de le faire. Le pourquoi lui même l’ignorait mais il n’avait pu retenir un léger sourire alors que Sidney semblait plutôt gênée par cette révélation. Elle n’avait rien vu venir, c’était prévisible et l’étudiant trouvait amusant sa façon de s’étonner d’un rien. « Oui me faire plaisir peut-être mais en ayant le plaisir de te voir aussi. Crois moi je le connais. » avait-il répondu alors qu’elle affirmait que Jason n’avait eu d’autre intention que de faire une surprise à son ami et rien de plus. Mais finalement peu importe les raisons qui avait poussé son ami à contacter Sidney, le jeune homme avait eu plaisir à la compter parmi les spectateurs de sa piètre prestation. Et pour cela il la remerciait avec sincérité, ce qui fit cependant remonter sa contrariété à la surface et le poussait à s’excuser pour ce probable moment d’ennui qu’il lui avait infligé. Au moins il se rattrapait en partageant une bière en sa compagnie, en tout cas il espérait que cela fasse office de compensation. Mais c’était sans compter sur l’authenticité et la gentillesse de la brunette, laquelle s’empressait de le rassurer sur ce point.

Habituellement Zach était celui  qui parlait le plus, laissait s’exprimer sa bonne humeur laquelle la plupart du temps se propageait avec une bienveillante contagion. Mais aujourd’hui il était plus taciturne, trop déçu de lui même pour se comporter de la manière dont Sidney avait l’habitude. Et si dans un premier temps elle avait paru quelque peu déroutée par cela, à présent c’était la jolie brune qui endossait le rôle de celle qui tentait d’insuffler un peu de positivisme dans l’esprit de l’étudiant. Ce dernier écoutait attentivement son discours, s’était sans doute la première fois qu’elle lui parlait autant, qu’il avait le loisir d’écouter attentivement sa voix. Il y avait du vrai dans ses propos, Zach le savait même si pour le moment il se butait à rester sur son échec plutôt que de voir les choses autrement. Mais il allait digérer tout cela pour ensuite redevenir ce jeune homme déterminé et rieur auquel la jeune femme était habituée. Au fond il se disait qu’elle n’était pas objective, pas totalement, avant de se rappeler que vu le peu de temps depuis lequel ils se connaissaient elle l’était sans doute bien plus qu’il ne le pensait. Ces mots faisaient leur chemin dans l’esprit de Zach et s’il ne pouvait pas passer totalement outre sa déception, Sidney avait réussi à l’encourager à profiter pleinement de ce moment en sa compagnie et celle de ses amis.
Dès le moment où elle avait commencé à s’adresser à lui, la jolie brune avait posé sa main sur la sienne. Geste anodin visant à lui apporter son réconfort de manière plus concrète. Pourtant Zach avait du mal à faire abstraction de la sensation de la main de la jeune femme sur la sienne et dans un premier temps son esprit avait d’avantage été focalisé sur cela plutôt que ses paroles. Mais le geste n’échappait pas non plus à Jodie, une amie de l’étudiant, laquelle ne manquait pas un coup de coude dans les côtes de Jason avant de désigner d’un bref regard le contact physique entre Sidney et Zach. Les deux échangèrent un petit sourire en coin, un peu plus crispé pour Jason qui ne rendait pas les armes pour autant. Le principal concerné était bien trop attentif à ce que lui disait la brunette pour s’apercevoir de quoi que ce soit et ce n’est qu’en saisissant sa bière pour en boire une nouvelle gorgée que son regard croisait celui de Jodie qui détournait aussitôt les yeux. Mais le beau brun reportait toute son attention sur Sidney alors qu’elle proposait de l’aider a répéter ses textes s’il le souhaitait. « C’est gentil de proposer. Mais tu as conscience que ça peut vraiment être chiant ? » répondait-il avec le sourire « J’en prends note. J’amènerais les pizza pour qu’au moins on ne meurt pas de faim. ».

Évoquant Roméo et Juliette comme une limite à ses capacités d’interprétation Zach ne pu s’empêcher de rire « La Juliette d’origine est désastreuse. La preuve l’histoire finie plutôt mal. » plaisantait-il. Il commençait doucement à se détendre, à retrouver l’envie de rire d’un rien. « Et puis je pense que tu ne serais pas aussi désastreuse que ce que tu le prétends. » simplement lire un texte c’était à la portée de tout le monde, et il n’en aurait pas fallu plus pour que le jeune homme travaille son jeu. « C’est juste des répliques à lire. Rien de bien méchant. » et quand bien même il faudrait se déplacer dans l’espace, Sidney n’était pas idiote elle y parviendrait sans problème. « Mais on ne va pas parler théâtre toute la fin de l’après-midi. Comment tu vas ? » Zach ne voulait pas être au centre de l’attention et que la discussion ne tourne qu’autour de ses petits tracas. Jetant un coup d’œil au verre de la jeune femme il eut un léger rire « En tout cas je vois que tu as une aussi bonne descente que l’autre soir. J’en conclus que tu aimes la bière. » loin de lui l’idée de la mettre mal à l’aise, il ajoutait « C’est pas un reproche. Au contraire je trouve ça cool. » il haussait les épaules « Au moins je sais que avec la pizza je pourrais ramener de la bière pour les longues heures de répet’ pour lesquelles tu t’es engagée. » après un nouveau sourire il finissait son propre verre, une seconde tournée serait de mise, à moins qu’ils n’aillent faire un tour.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Sidney E. Harris

Messages : 22
Date d'inscription : 31/12/2014


MessageSujet: Re: Être ou ne pas être ? (zach)   Dim 16 Aoû - 23:11

« Oui me faire plaisir peut-être mais en ayant le plaisir de te voir aussi. Crois moi je le connais. »  Cette simple réplique à propos de Jason réussit à la faire rougir. Il fallait dire qu’elle n’avait plus vraiment l’habitude. Mais si c’était censé lui faire plaisir que d’apprendre une telle chose et flatter son ego, il n’en était rien, pour la simple et bonne raison qu’à aucun moment, elle ne cherchait à avoir ce genre de relation. Ni pour une nuit, ni pour plusieurs. Encore moins avec quelqu’un qu’elle ne connaissait pas, et quelqu’un d’aussi jeune, même si elle n’avait pas la moindre idée de l’âge de Jason. Enfin, toujours était-il que cela lui semblait complètement rocambolesque et improbable. « Malheureusement, il n’a aucune chance. »  dit-elle en haussant un peu les épaules. « Je suis prise... »  Pas vraiment, enfin si, mais non. La phrase lui avait échappée sans qu’elle ne s’en rende compte immédiatement. Trop tard pour faire marche arrière, ceci dit. Tout comme elle ne pouvait pas rajouter de « plus ou moins » sous peine de paraître complètement étrange. Parce qu’on ne pouvait pas être plus ou moins en couple. Ou on l’était, ou on ne l’était pas. Mais bien vite, elle chassa ses souvenirs d’Eric. Ce n’était pas le moment, et certainement pas l’endroit. Et bien vite, la conversation s’orienta sur autre chose, la prestation de Zach. Il avait beau prétendre lui offrir la bière pour compenser, il n’y avait là aucune compensation nécessaire. La jeune femme le rassura donc à ce niveau, lui assurant que l’on ne pouvait pas être bon partout de façon innée, et que c’était tout simplement une catégorie de pièce de théâtre qu’il avait besoin d’approfondir. Et puis, franchement, il ne s’en était mal si mal sorti non plus, cela aurait pu être bien pire, elle ne cessait de le penser. Son geste avait été instinctif, et il lui avait semblé on ne peut plus naturel de lui prendre la main en insistant sur ses propos afin qu’il ne s’attarde pas trop sur ses pensées et dans le but qu’il la croit. Et s’il voulait vraiment s’améliorer dans ce domaine, elle lui proposait volontiers de l’aider, tout du moins, si elle le pouvait. « C’est gentil de proposer. Mais tu as conscience que ça peut vraiment être chiant ? »  Sid prit le sourire qu’il lui offrait comme une victoire, et une grande puisqu’elle n’avait pas été certaine de le voir sourire vraiment depuis qu’ils étaient arrivés ici. Alors, en guise de réponse, elle secoua la tête de gauche à droite, certaine que ce ne serait pas chiant. Elle ne se lasserait pas de sitôt de le voir pratiquer sa passion, parce qu’il était véritablement doué pour cela. « J’en prends note. J’amènerais les pizza pour qu’au moins on ne meurt pas de faim. »  Et à cette réplique, elle ne put que sourire à son tour. « Ce sera avec plaisir. »  Bon, évidemment, il faudrait qu’elle ait fait un sacré ménage avant qu’il ne vienne chez elle. Il avait déjà vu le chaos que son appartement pouvait représenter, ou tout du moins, une partie. Inutile de lui faire assister une nouvelle fois à un tel spectacle.

« La Juliette d’origine est désastreuse. La preuve l’histoire finie plutôt mal. »  Et c’était bien pour ça qu’elle serait une désastreuse Juliette, parce qu’elle avait vécu une histoire qui finissait mal. Et que si son capitaine ne l’avait pas enlevé de force, elle aurait pu rester des heures voire des jours devant le corps inerte du soldat dont elle était tombée amoureuse de façon on ne peut plus imprévue. Cette fois-ci, elle n’eut pas besoin de chasser cette scène de son esprit, ce fut la voix de Zach qui la ramena à la réalité. « Et puis je pense que tu ne serais pas aussi désastreuse que ce que tu le prétends. »  Petit sourire au bord des lèvres tandis qu’elle haussait les épaules, elle était ravie de le voir répondre de la sorte. « C’est juste des répliques à lire. Rien de bien méchant. »  Il n’avait pas tort, mais même cela pouvait être un désastre, à bien y réfléchir. Pas forcément en ce qui la concernait elle, mais de manière générale. « On verra bien. Tu sais, il suffise que je lise de manière hachée et saccadée pour que ce soit un désastre. »  Le sourire de Sidney s’étira un peu plus avant qu’elle ne poursuive. « Mais non, je ne le ferais pas exprès, promis. »  Elle se souvenait de ses années de collège, où quand les professeurs faisaient lire des textes aux élèves, certains avaient du mal à se prêter à cet exercice et les écouter n’était en rien agréable, sans vouloir les offenser. « Mais on ne va pas parler théâtre toute la fin de l’après-midi. Comment tu vas ? »  Un peu surprise, elle ne la cacha d’ailleurs pas et bafouilla même quelque peu. « Je… Bah… Ca va. »  Ridicule, voilà ce qu’elle était, et elle le pensait sérieusement. Après tout, elle n’avait aucune raison de bafouiller à cette simple question. C’était sûrement lié à la surprise, ou peut-être parce qu’il s’enquit d’elle. Mais elle se demanda aussi si elle avait laissé paraître quelque chose quand les souvenirs de feu Eric l’avaient envahie. « En tout cas je vois que tu as une aussi bonne descente que l’autre soir. J’en conclus que tu aimes la bière. »  Pinçant les lèvres, elle posa sa main devant sa bouche quelques instants, comme pour s’y cacher –la logique de Siney... « C’est pas un reproche. Au contraire je trouve ça cool. »  Cette fois-ci, elle fronça les sourcils en ôtant sa main. « Qu’est-ce que tu trouves cool ? Que je boive de la bière, ou que je sois capable de la boire rapidement ? »  ne put-elle s’empêcher de demander. Certes, la question pouvait sembler stupide et ridicule, tout comme celle de la fameuse réduction, mais cela ne pouvait faire que du bien à Zach, de toute façon.

« Au moins je sais que avec la pizza je pourrais ramener de la bière pour les longues heures de répet’ pour lesquelles tu t’es engagée. »  Sidney hocha alors la tête, peut-être un peu vivement, ce qui eut pour effet de la faire elle-même un peu rire. « Ca se marie vachement bien. »  se rattrapa-t-elle en hochant les épaules. « Va pas croire non plus que je ne mange que des pizzas et que je suis une accro à la bière… »  Bon… D’accord, il avait vraiment de quoi le penser. Mais il fallait se méfier des évidences. « On dirait, oui… Mais non. »  En se rendant compte qu’elle s’enfonçait presque elle-même, elle passa la main sur ses yeux en lui offrant une petite grimace. Décidément maladroite, la petite Sidney. Laissant échapper un petit soupir, elle prit le temps de réfléchir à ce qu’elle allait dire et comment elle allait le formuler, histoire de ne pas continuer à s’enfoncer dans ses propres paroles. « Tu as déjà mangé quelque chose que tu n’avais pas dégusté depuis des lustres ? Ou bu, au final c’est pareil. Même une activité non pratiquée depuis longtemps, comme… du vélo ou ce genre de choses. »  Peu importait l’activité ou ce qui était concerné, ce qui comptait c’était la sensation. « Après tout ce temps, ça a un goût différent, un certain renouveau qu’on apprécie encore plus. C’était pas vraiment un manque, mais vraiment un renouveau. »  Une nouvelle vision des choses, insoupçonnée, une découverte. Et c’était ce que ça lui faisait, en fin de compte. « Et là tu vas vraiment croire que je suis bizarre mais c’est ce que ça me fait de boire de la bière. Ça faisait longtemps. Vraiment longtemps. »  Petit haussement d’épaules pour accompagner sa réplique. Et en y repensant bien, il l’avait peut-être déjà compris, car à la fameuse soirée, elle en avait bu pas mal.

« Et je crois d’ailleurs que je vais m’arrêter là pour aujourd’hui. »  Parce qu’en pleine après-midi, elle serait capable de finir pompette, et c’était assez moyen. « Tu m’as déjà raccompagnée une fois alors que je ne marchais pas vraiment droit, et vu comme il m’en faut peu pour en arriver là… »  Mieux valait s’abstenir de prendre ce risque. « Sans compter que j’ai apparemment donné mon numéro de téléphone à Jason en ayant bu un verre de trop. Et je ne m’en souviens même pas. »  l’expression de son visage en disait long, sans doute ne l’avait-elle pas aidé à comprendre qu’elle n’était pas intéressé. On ne donnait pas son numéro à n’importe qui. « Est-ce que je te l’ai donné à toi aussi, d’ailleurs ? »  Enfin bref, il était libre, comme les autres, de se resservir s’il le voulait. Et en parlant des autres, elle tourna brièvement la tête vers eux, essayant de suivre leur conversation, se disant qu’elle ne leur avait finalement prêté aucune attention. Mais quand le regard de Jason se posa sur elle, Sid ne le supporta pas bien longtemps, trop gênée par les révélations de Zach concernant ses intentions. Aussi, elle reporta son attention sur le jeune homme, et finit par entamer une nouvelle conversation, en lui posant la première question qui lui vint par la tête. « Et sinon, tu as des frères et sœurs ? »  Coude sur la table, main sous le menton, la jeune femme se concentrait sur ses paroles, essayant de ne plus penser au regard de Jason posé sur elle. Pourtant, elle avait l’impression qu’il ne l’avait pas quitté des yeux. Tout du moins, c’était ce qu’elle croyait voir de sa vision périphérique. Peut-être regardait-il en fait Zach, mais comme ils étaient proches, elle avait cette impression ? Allez savoir. Toujours était-il qu’elle se sentait à présent mal à l’aise quant à Jason, et savait qu’il lui faudrait mettre les choses aux claires avec lui d’ici peu. La question restait comment, mais c’était une autre histoire, et mieux valait se reconcentrer sur Zach.

_________________

SIDNEY ✖ Mais je ne suis qu'un chapitre de ton existence, il y en aura beaucoup d'autres. Rappelle-toi nos merveilleux souvenirs, mais n'aies pas peur de t'en faire d'autres.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Zach F. Eyston

Messages : 20
Date d'inscription : 31/12/2014


MessageSujet: Re: Être ou ne pas être ? (zach)   Sam 29 Aoû - 15:34

A croire que le statut sentimental sur Facebook de Sidney avait changé. Enfin Zach ignorait si elle avait un profil ou non, mais une chose était sûre de « c’est compliqué » elle était passée à « prise » et ce en l’espace d’assez peu de temps. Rien qui ne le regardait en fait, mais le jeune homme c’était mentalement fait la remarque, surpris par la réponse si nette de la part de la jolie brune qui d’habitude n’était pas aussi directe. Sans doute était-ce dû à la situation qui aurait tôt fait de devenir gênante et complexe pour elle si les choses n’étaient pas mises au clair. Encore une fois l’étudiant songeait qu’il ne devait pas s’en mêler, cependant il irait sans doute en toucher deux mots à son amis pour qu’il n’y ai pas de quiproquo embarrassant. Le sujet de conversation avait rapidement bifurqué sur sa piètre prestation, enfin de son avis à lui puisque Sidney était beaucoup moins sévère et tentait de le rassurer, le réconforter… en fin de compte il ne savait pas bien ce qu’elle cherchait à faire exactement si ce n’est qu’il se sente mieux. Et ça marchait plutôt pas mal, une fois la surprise passée qu’elle n’ai posé la main sur la sienne. Geste parfaitement anodin mais dont il avait eu du mal à faire abstraction, pour ça il se sentait un peu stupide durant un court instant avant de songer que ils avaient déjà dansé en pleine rue ensemble, alors poser une main réconfortante sur la sienne n’avait finalement rien d’étrange. Qu’importe ce bref moment de flottement qu’avait eu Zach l’essentiel était que par ses paroles simples mais fortes de sens la jolie brune avait réussi à prendre du recul sur son audition ratée.
C’était presque étrange cette façon qu’ils avaient d’agir l’un en vers l’autre sans vraiment se connaître beaucoup. L’entraide était un peu ce qui les liait, cette volonté que chacun se sente mieux, se sente bien. Certes c’était le jeune homme qui avait commencé dans cette voie mais il n’aurait pas cru que Sidney agisse ainsi en miroir, mais c’était agréable de se sentir soutenu. Bien sûr il pouvait compter sur ses amis sauf que la jeune femme lui apportait un petit quelque chose en plus de totalement inexplicable. Et Sidney ne s’en tenait pas à simplement avoir des mots réconfortants à son égard, elle proposait également de l’aider à travailler sur ses textes s’il en avait besoin. Ce sur quoi il la mettait aussitôt en garde sur le côté chiant de la chose… parce que répéter des dialogues de théâtre pouvait devenir un exercice fastidieux et vraiment ennuyeux pour quelqu’un qui ne se passionnait pas pour cela. Émettant également des réserves sur ses capacités à l’aider pour des pièces comme Roméo et Juliette, la jolie brune réussissait à faire retrouver de son esprit à l’étudiant. Lui qui n’avait pas le cœur à plaisanter à peine quelques minutes plus tôt n’hésitait pas à rire du personnage de Juliette. Et c’est avec cette sorte de naïveté auquel Sidney l’avait toujours habitué qu’elle s’expliquait sur sa pensée, au moins elle était toujours une personne authentique et c’était très plaisant.

Passionné de théâtre Zach l’était mais pas au point d’en parler toute l’après-midi et encore moins après cette audition foirée. Et puis c’était surtout de ne parler que de lui qui l’embarrassait, ainsi il s’était renseigner sur l’état de son interlocutrice laquelle semblait surprise qu’il la questionne sur le sujet. Pourquoi lui donnait-elle toujours cette impression qu’elle pensait ne pas compter ou être transparente au point que personne ne s’inquiète de son sort ou de son état ? Peu importe ce que la brunette pouvait croire mais lui ça l’intéressait vraiment de savoir si elle allait bien. Un sourire étirait ses lèvres quand elle répondait positivement à sa question et il enchainait sur son goût pour la bière. Parfois le jeune homme pouvait être maladroit dans ses propos, ne voulant pas qu’elle pense qu’il la traitait d’alcoolique il modérait ses propos en ajoutant que ça n’avait rien d’un reproche. Mais une certaine complicité continuait toujours de s’installer entre eux et Sidney n’eu pas l’air offusquée, simplement perplexe. Zach trouvait toujours si amusant cette manière qu’elle avait de clarifier chaque question, comme si une mauvaise interprétation était totalement exclue. Et après avoir rit un court instant il lui répondait « Je ne sais pas. Les deux ? » un nouveau rire lui échappait puis il ajoutait « Non mais c’est cool que tu sois pas du genre à boire juste de l’eau… j’ai rien contre les gens qui ne boivent que de l’eau mais disons que ça serait moins sympa, enfin que ça dénoterait plus avec le groupe. Tu vois ? » il n’était pas toujours très clair ça le jeune homme en avait parfaitement conscience mais il ne doutait pas des capacités de compréhension de la jolie brune même si parfois elle posait des questions étranges.
Bien entendu le jeune homme ne jugeait absolument pas Sidney et il était loin de penser qu’elle était une alcoolique se nourrissant seulement de pizza en dépit des apparences ainsi c’est par un sourire et un geste négatif de la tête qu’il souhaitait la rassurer sur ce point « Absolument pas. ». Visiblement la brunette avait à cœur de lui faire comprendre ce que cela représentait, ainsi c’était avec toute l’attention dont il était capable que Zach se prêtait au jeu et suivait les consignes de la jeune femme en laissant son imagination faire le travail. Le petit exercice fonctionnait à merveille et l’étudiant réussissait à mieux comprendre pourquoi la jeune femme semblait apprécier autant une simple bière. Ses lèvres le brûlaient presque tant il voulait la questionner sur ce qui l’avait priver d’un plaisir simple comme une bière mais il songeait que cela appartenait à cette histoire compliquée qu’elle semblait traîner avec elle. Devait-il tenter le coup ? C’était peut-être l’occasion d’en savoir un peu plus sur la jolie brune et il serait bête de ne pas saisir cette opportunité. « Comment ça se fait ? » demandait-il avec étonnement « La bière c’est plutôt facile à se procurer, assez universelle même. » il espérait que même cette simple question ne fut pas trop intrusive pour la jeune femme mais de toute façon maintenant qu’elle était posée il ne pouvait plus retourner en arrière.

Sidney décidait de s’en tenir là pour sa consommation d’alcool et à l’expression de ses raisons Zach ne pouvait que comprendre. Elle ne voulait pas se retrouver un peu trop alcoolisé en pleine après-midi et ce n’était pas son attention à lui non plus. Néanmoins il tenait bien mieux l’alcool que la jeune femme ça c’était une certitude. Vraisemblablement la brunette était encore perturbée par les intentions de Jason et peut-être même s’en voulait-elle d’avoir donné son numéro à Jason. Mais l’étudiant ne s’était pas attendu à ce qu’elle lui demande si lui aussi avait son numéro depuis cette fameuse soirée. Sans savoir vraiment pourquoi il fut légèrement vexé par la question, mit dans le même panier que Jason le dragueur, le voyait-elle comme une sorte de menace lui aussi ? Elle pourrait rapidement se rassurer puisque lui n’avait pas obtenu son numéro et elle pouvait être sûre qu’il ne se risquerait pas à lui demander. « Non pas moi. » avait-il simplement répondu en essayant de ne rien laisser paraître de son amertume. Celle-ci pouvait être passagère ou pas… lui même ne pouvait prévoir si son humeur comptait encore changer, mais cette journée n’était d’un manière globale définitivement pas la plus agréable qui soit.
Habituellement Zach aurait géré sa petite susceptibilité en usant de l’humour pour noyer le poisson, mais il n’était pas suffisamment dans de bonnes dispositions pour cela. Le jeune homme reprenait son attitude détachée, un peu absent mais un court instant puisque Sidney réengageait la conversation en lui demandant s’il avait des frères et sœurs. A nouveau le beau brun réorientait son attention sur son interlocutrice « Non je n’en ai pas… » répondait-il dans un premier temps « Enfin pas à ma connaissance. » précisait-il avant de songer que ce genre de réponse pouvait susciter des interrogations. « Je suis né au Mexique, mes parents m’ont adoptés quand j’étais encore un bébé. Donc ici non je n’ai pas de frère ni de sœur, mais là bas je n’en sais rien. » Zach avait toujours parlé très librement de son adoption tout comme ses parents n’avait jamais dissimulé la vérité sur ses origines. « Et toi ? » questionnait-il à son tour pour en savoir d’avantage sur la famille de la jeune femme. Entre temps le serveur revenait vers leur table et prenait les commandes des amis de Zach, se faisant le jeune homme interrogeait la brunette « Tu veux boire autre chose ou aller faire un tour ? » marcher un peu lui ferait du bien et c’était en fonction de sa réponse qu’il commanderait lui aussi une nouvelle bière ou non.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Sidney E. Harris

Messages : 22
Date d'inscription : 31/12/2014


MessageSujet: Re: Être ou ne pas être ? (zach)   Sam 29 Aoû - 22:27

Sidney et les questions cons. Celles que personne ne se posait vraiment, celles qui sortaient souvent de nulle part, celles qui n’avaient pas toujours grand intérêt. C’était tout un art, il fallait bien l’avouer. La dernière en date, c’était bien celle-ci, celle qui concernait la bière. Mais la jeune femme était comme ceci, elle avait tendance à vouloir que les choses soient claires, précises, qu’il n’y ait pas de confusion. Sans doute à cause de sa famille qui donnait trop d’importances aux apparences. Sans doute parce qu’avec eux, elle n’avait jamais pu aborder en profondeur certains sujets. Alors oui, le contexte actuel était un peu idiot, et cela ne changerait pas sa vie de façon incroyable si elle obtenait une réponse à cette question, mais… Mais elle pouvait le faire, et savait que Zach lui donnerait une réponse, qu’il ne l’enverrait pas balader. Pour être franche, Sid avait l’impression de pouvoir parler de tout et de rien avec lui, en toute liberté, sans la moindre barrière. C’était appréciable d’avoir cette sensation, et même si elle était loin d’être prête d’aborder tous les sujets qui soient, elle restait convaincue de son avis. « Je ne sais pas. Les deux ? » A cet instant, elle ne put s’empêcher de se délecter du rire du jeune homme. Parce que ça faisait vraiment du bien de le retrouver. Ce qui était paradoxal parce qu’elle ne l’avait guère perdu, d’aucune manière qui soit, tout du moins, pas réellement. Mais de son point de vue, il y avait un monde entre le Zach discret, presque absent, et celui-ci. « Non mais c’est cool que tu sois pas du genre à boire juste de l’eau… j’ai rien contre les gens qui ne boivent que de l’eau mais disons que ça serait moins sympa, enfin que ça dénoterait plus avec le groupe. Tu vois ? » La mine songeuse, elle y réfléchit sincèrement, suivant sa pensée, avant de hocher la tête, ne pouvant se dire que leur différence d’âge était une dénotation déjà suffisante. Après tout, la jeune femme approchait tout de même de la trentaine. Mais elle s’en moquait. La preuve, elle n’avait pas tourné la tête dans tous les sens pour savoir ce que les autres clients du bar pensaient quant à ses fréquentations. En revenant à ce sujet de l’alcool et du groupe, elle se fit la réflexion que si elle avait opté pour un verre de vin, cela aurait aussi dénoté, fait tâche. Mais ce n’était pas le cas. Elle aimait la bière, et la pizza, le coca et les pâtes. Mon Dieu, ce qu’elle aimait ça, les pâtes. Peu importait leur sorte, leur accompagnement, viande, poisson, sauce, fromage, tout y passait. Tout ça pour dire qu’elle n’avait pas des goûts hors du commun, ou si « adultes » que ça. Magret de canard ? Peut-être bien, elle n’en savait rien. Sidney avait beau avoir pris une dizaine d’année en pleine figure suite à son travail, il y avait parfois des moments où l’on avait l’impression qu’elle avait dix ans de moins. Comme lorsqu’elle cherchait à tout prix à connaître les raisons de sa fameuse réduction. Et pourquoi le ciel il est bleu et les nuages ils sont blancs ? Et pourquoi il pleut ? Et pourquoi les lézards ils ont des pattes et pas les serpents ? Tout dépendait des circonstances, en fin de compte. Mais quant à ses préférences pour la bière et la pizza, la jeune femme tenait à s’expliquer. Heureusement, Zach la rassura en niant la penser accro à ce genre de malbouffe et adepte régulière de la bière.

Ce qu’elle n’avait pas prévu, parce qu’elle n’avait tout simplement pas anticipé la chose, c’était qu’il la questionne quant à ce manque, ce laps de temps durant lequel elle s’en était passée. « Comment ça se fait ? » Surprise par sa question, elle l’était aussi de voir qu’il s’intéressait à ce détail. Après tout, d’aucuns ne se seraient guère focalisés là-dessus, non ? « La bière c’est plutôt facile à se procurer, assez universelle même. » Effectivement, ça l’était. Mais si certains avaient pu s’en octroyer lors de moments d’accalmie, ce n’était pas le cas de la jeune femme. Parce qu’elle ne supportait pas l’alcool et qu’il fallait qu’elle soit à cent pour cent à tout moment, en permanence, parce que personne ne pouvait prévoir ce qui allait se passer, mais aussi parce qu’elle n’en avait pas eu envie, qu’elle aurait trouvé ça déplacé de sa part. « Et bien… Je… » commença-t-elle sans trop savoir quoi répondre à cette question, perturbée par les souvenirs qui s’invitaient. Aussi, elle referma la bouche et baissa le regard, jouant avec son verre tout en se demandant comment répondre à cette question. Difficile de se faire quand les images lui revenaient à l’esprit. Une éternité aurait pu s’écouler qu’elle ne s’en serait pas vraiment rendue compte. « J’étais… » Comment finir cette phrase ? En déplacement professionnel ? Plus ou moins. « Ailleurs... Pour… le boulot. » lui répondit-elle alors en restant assez vague, et en prenant bien le temps de choisir ses mots. Est-ce que cela lui suffirait-il ? Dans un cas comme dans l’autre, il allait devoir s’en contenter, car elle avait déjà eu assez de mal à répondre à sa question. Et dire qu’elle n’était rentrée dans aucun détail et qu’il n’avait pas la moindre idée du genre d’infirmière qu’elle était… Enfin bon, ce n’était pas vraiment étonnant qu’elle ait autant de mal à en parler puisqu’elle était même incapable d’évoquer ce sujet avec son psy. Peu à l’aise quant à ce domaine qui la touchait particulièrement, et pour ne pas finir par se braquer complètement, prendre ses jambes à son cou et disparaître en un claquement de doigt. Aussi, elle préféra lui faire part de son envie de s’arrêter là concernant la bière, parce qu’il avait déjà pu voir que ça ne lui réussissait que moyennement, en évoquant cette fameuse soirée, et le fait qu’elle ait donné son numéro à Jason, sans même s’en souvenir. Forcément, elle se demanda alors si elle en avait fait de même avec Zach. « Non pas moi. » Sid hocha alors la tête, tout en s’interrogeant sur son comportement lors de cette soirée. Pourquoi l’avoir donné à Jason et pas à Zach ? Bonne question. Mais à bien y réfléchir, elle préférait que cela se soit passé de la sorte. Non pas qu’elle ne voulait pas donner son numéro à Zach, mais tout simplement qu’elle aurait regretté ne pas s’en être souvenu. C’était sans doute bête, mais cela faisait partie de sa bizarrerie. Parce qu’on ne donnait pas son numéro à tout le monde, que ce n’était pas rien d’autoriser quelqu’un à nous joindre dès qu’il en a envie ou besoin. Et pour la jeune femme, c’était quelque chose d’important, quelque chose qu’elle préférait faire quand elle avait les idées claires. Fronçant légèrement les sourcils, il lui semblait avoir remarqué quelque chose de différent dans la voix ou dans l’attitude du jeune homme. Peut-être un peu des deux. Mais quoi ? Et pourquoi ?

Mais plutôt que de se perdre dans ses pensées, et pis encore, de devenir complètement mal à l’aise suite au regard de Jason, elle aborda un nouveau sujet avec Zach, celui de la fraternité. « Non je n’en ai pas… » Ainsi donc il était fils unique. La jeune femme ne s’attendait pas à ce qu’il poursuive. « Enfin pas à ma connaissance. » Evidemment, cette réponse l’intriguait, et cela dû se lire sur son visage puisqu’il ne tarda pas à poursuivre, avant même qu’elle ne puisse lui demander des détails quant à cette réponse. « Je suis né au Mexique, mes parents m’ont adoptés quand j’étais encore un bébé. Donc ici non je n’ai pas de frère ni de sœur, mais là bas je n’en sais rien. » C’était plus clair, d’un seul coup. Mais tout aussi énigmatique. Avait-il réellement des frères et sœurs dont il ignorait l’existence ? Avait-il déjà songé à l’effet que cela lui ferait d’apprendre une telle nouvelle ? Avait-il déjà cherché à savoir qui étaient ses parents biologiques ? Impossible pour elle de ne pas se poser ces questions, mais elle était déjà assez admirative de l’aisance avec laquelle il abordait ce sujet. Car il fallait bien reconnaître que ce n’était pas évident. « Oh, je vois. » répliqua-t-elle alors avant de reprendre la parole. « Vous avez de la chance de vous être trouvés. » continua-t-elle sincèrement. D’autres questions lui vinrent à l’esprit, mais il lui retournait déjà la question. « Oui, j’ai un frère aîné. » Qui agrandissait sa famille comme il le ferait avec ce qu’il appelait son empire. « Mais on ne se voit pas beaucoup. » rajouta-t-elle en haussant les épaules. Pour être sincère, elle n’aurait même pas été capable de dire son âge si Zach le lui avait demandé. Cela prouvait bien qu’il y avait un mur entre eux, un mur construit depuis son choix de carrière, entretenu brique par brique au fil des années, jusqu’au point d’être des étrangers faisant partie de la même famille. A peu de choses près, c’était cela. Et elle en était là dans sa réflexion quand le serveur revint vers eux. « Tu veux boire autre chose ou aller faire un tour ? » Petit sourire aux lèvres, il était difficile de refuser un petit tête à tête avec lui. Surtout quand ils venaient d’aborder un sujet à la fois intriguant et intéressant. Bien que peut-être un peu personnel. « Je ne serais pas contre l’idée de sortir. » En sa compagnie et sans le reste du groupe. Ce n’était pas qu’elle ne les appréciait pas, mais elle portait plus d’intérêt à Zach, évidemment.

Et les deux jeunes gens ne tardèrent pas à se retrouver dehors après que Zach ait réglé leur dû, et que Sid l’eut bien entendu remercié de son geste. Les autres étaient restés prenant une seconde tournée, discutant et riant de divers sujets. La brunette s’était contentée de saluer le groupe tout en évitant soigneusement le regard de Jason, gênée depuis la révélation de son ami. Comme toujours, la jeune femme était ravie de partager un moment seul à seule avec Zach, et c’était le moment idéal pour poursuivre leur conversation. « Tu l’as su quand ? Que tu avais été adopté, j’entends. » lui demanda-t-elle tandis qu’ils marchaient tranquillement. A dire vrai, elle était très curieuse d’en connaître plus à son sujet, et vis-à-vis de son histoire, tout en admirant la facilité avec laquelle il en parlait. Cela aurait pu être un tabou tout comme son histoire à elle l’était, mais au final, il avait visiblement choisi d’en faire une force. « Ça n’a pas dû être facile. Mais tu as l’air de n’avoir aucun souci avec ça. Pas que ça devrait être le cas, évidemment, mais ça doit faire un choc, au début en tout cas. Enfin je m’égare mais je voulais juste te dire que je trouve ça impressionnant. » Sid et toute sa délicatesse, l’art de vouloir s’exprimer de la manière la plus juste, sans pour autant y arriver, et tout en ayant l’impression de mettre les pieds dans le plat à chaque fois. « Ceci dit, j’étais sérieuse tout à l’heure, je pense que vous avez eu de la chance, tes parents et toi. Je ne les connais pas, mais de ce que j’ai cru comprendre et de ce que tu m’en as dit, ils ont l’air d’être des gens vraiment bons. Donc forcément, ça ne peut qu’être positif. Et votre relation semble assez réciproque. » Oui, enfin, du peu qu’elle en savait, évidemment. Mais étrangement, elle n’arrivait pas à l’imaginer en crise avec eux, se disputant à longueur de journée, cherchant à les provoquer. Cela ne lui ressemblait pas. Haussant un peu les épaules, elle lui offrit un sourire avant de regarder devant elle, parce qu’elle était vraiment du genre à se prendre quelqu’un ou quelque chose en pleine figure, voire à s’emmêler les pieds toute seule.

Son regard tomba sur une parfaite inconnue scotchée à son téléphone, et tandis qu’elle se demandait qui elle pouvait bien avoir au bout du fil et le sujet de leur conversation, qui semblait tellement la frustrée, elle repensa soudain à quelque chose. L’illumination se lue sur son visage et dans ses yeux, et elle tourna à nouveau la tête vers Zach. « Oh, au fait. Est-ce que tu as ton téléphone sur toi ? » Question un peu rhétorique puisque la génération les voulaient connectés en permanence ou presque. Quoi qu’il avait très bien pu le laisser chez lui, après tout. « Pardon, je passe du coq à l’âne, et c’est pas que ton histoire ne m’intéresse pas, c’est tout le contraire en fait. Mais je pourrais t’assaillir de questions, et ça finirait pas te saouler. C’est d’une part l’occasion de faire une pause et ça évitera d’autre part que je ne me disperse à nouveau et oublie complètement. » lui expliqua-t-elle, toujours un sourire aux lèvres, le tout avec un peu d’entrain, sans doute à cause de la bière, parce qu’après tout, il ne lui en fallait pas beaucoup. Comme elle s’en était douté, il l’avait sur lui –qui se baladait sans, de toute façon ? « Tu me le prêtes deux minutes ? » osa-t-elle lui demander un peu timidement cependant. Parce qu’il fallait tout de même souligner que les initiatives et Sidney n’étaient pas vraiment copines. Ravie de voir qu’il acceptait, elle s’en saisit et tapota les chiffres composant son numéro de téléphone avant de l’enregistrer dans les contacts du jeune homme. Lui rendant son portable, elle haussa les épaules avant de reprendre la parole. « Ca aurait été compliqué qu’on se voit pour répéter sans que tu aies mon numéro. Quoi que tu aurais pu le piquer à la pizzeria, remarque. » L’air songeur, elle n’était pas certaine de savoir s’il aurait pu le faire ou non, ayant des arguments penchant des deux côtés de la balance. « Enfin bref. Maintenant tu peux me joindre. Et je n’ai pas fait sonner le mien pour avoir le tien, à toi de voir si tu veux que je l’ai ou pas. » Encore une fois, ça pouvait sembler étrange, mais pas tant que ça quand on connaissait sa façon de voir ce qu’un échange de numéros signifiait. « En tout cas, moi j'ai envie que tu aies le mien. Et j'avais envie de me souvenir de te l'avoir donné, aussi ! » Il devait sans doute penser qu'elle plaisantait avec sa dernière réplique, mais non, elle était très sérieuse.

_________________

SIDNEY ✖ Mais je ne suis qu'un chapitre de ton existence, il y en aura beaucoup d'autres. Rappelle-toi nos merveilleux souvenirs, mais n'aies pas peur de t'en faire d'autres.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Zach F. Eyston

Messages : 20
Date d'inscription : 31/12/2014


MessageSujet: Re: Être ou ne pas être ? (zach)   Sam 5 Sep - 14:33

Cet ailleurs qu’évoquait extrêmement brièvement Sidney, le jeune homme comprit que cela avait eu un réel impact sur sa vie. Pourquoi ? Peut-être la manière qu’elle avait eu de le dire, cette volonté de rester vague alors qu’il y aurait eu facilement matière de préciser les choses. Zach ne fit aucuns commentaires et ne posait pas non plus de questions, pourtant il en aurait eu. De toute façon ses interrogations laissaient rapidement la place à une certaine amertume lorsque la brunette évoquait la soirée durant laquelle elle avait fait connaissance avec les amis du jeune homme. Elle avait bu et donné son numéro de portable à Jason, seulement à lui et pour une raison qu’il ne s’expliquait pas l’étudiant était un peu vexé par cela. Quoi que ce qui l’agaçait le plus était le comportement de son ami, pas vraiment celui de Sidney dont il savait qu’elle vivait sur une autre planète de temps en temps . Et puis naïvement elle avait sans doute cru au discours de charmeur que Jason avait dû lui servir. Enfin c’étaient ses hypothèses à lui… peut-être ce qu’il espérait aussi. Bien qu’un peu renfrogné le beau brun ne mit pas la discussion en suspend, la jeune femme faisait l’effort de relancer celle-ci et il ne pouvait pas jouer les mauvaises têtes pour si peu, parce que c’était tout simplement ridicule.
Sidney le questionnait sur des potentiels liens de fraternité et cela l’amenait à parler de son adoption. Le sujet n’avait jamais été tabou ni avec ses parents ni qui que ce soit, parce que cette transparence lui avait permis de se construire sainement et puis il ne voulait pas renier ses origines biologiques. Bien souvent les gens étaient surpris que Zach fut si à l’aise de parler de ça et c’était lui que cela surprenait. Aurait-il dû être gêné de quoi que ce soit ? La brunette ne dérogeait pas à cette tendance, étonnée elle ne fit néanmoins qu’une brève remarque sur la chance qu’ils avaient eu ses parents et lui de se trouver « C’est surtout eux qui m’ont trouvé. » faisait-il remarquer avec un léger sourire avant de lui retourner la question. Le jeune homme apprenait donc que la jolie brune avait un frère plus âgé et qu’elle voyait peu. Bien sûr il ne pouvait s’empêcher de se demander pourquoi. La distance ? Une mauvaise entente ? Les raisons pouvaient être diverses et variées, mais là encore il ne posait pas de questions. Peut-être qu’en étant simplement tous les deux seul à seul il oserait, parce que ça serait certainement plus propice pour parler de soi que en présence du reste du groupe même si ces derniers demeuraient très occupés à discuter entre eux. D’ailleurs Zach laissait à Sidney le soin de choisir si elle préférait boire un nouveau verre ici ou aller faire un tour.

L’étudiant était ravi du soutien de ses amis et content d’avoir passé un moment avec eux, mais il savait la jolie brune moins à l’aise en groupe qu’en tête à tête et l’idée ne lui déplaisait pas du tout bien au contraire. Payant leurs consommations il saluait ensuite l’ensemble du groupe sans manquer le regard appuyé que lui adressait Jason, il savait que c’était là un sous-entendus quant au fait qu’il partait avec Sidney. Le jeune homme avait soutenu ce regard et levé les yeux pour lui faire comprendre qu’il titrait des conclusions hâtives sur la situation. Mais finalement l’étudiant se foutait pas mal de ce que son ami pouvait penser. Une fois dehors Zach n’avait pas vraiment d’idée sur leur destination, peut-être tout simplement prendre le chemin qui les mèneraient à proximité de chez la jeune femme pour qu’elle soit assez proche lorsqu’ils décideraient de se quitter. Ils entamèrent leur marche, d’abord silencieusement du moins le temps de quelques pas et c’est Sidney qui reprenait la parole la première. Visiblement elle était très intriguée par l’histoire du jeune homme et revenait sur son adoption « J’avais sept ans, on regardait des albums photos et j’ai demandé pourquoi il n’y en avait aucune du moment où on était à l’hôpital. Je ne sais plus comment ça m’est venu mais c’est là que mes parents m’ont parlé de mon histoire, mes origines. ». La brunette tenait ce discours qu’il avait déjà entendu un bon nombre de fois, comme quoi cela ne devait pas être toujours facile, elle peinait à trouver les mots justes pour exprimer sa pensée et Zach trouvait cela assez attendrissant. Elle ne voulait pas se montrer maladroite en risquant de le froisser une intention que le beau brun perçu tout de suite.
« Ça surprend la plupart des gens que je parle si ouvertement de mon adoption, mais comme tu dis je ne vois pas de quoi je devrais être gêné. Je ne partage pas l’ADN de mes parents, mais ça n’empêche pas que ce soit eux qui m’aient élevé, éduqué, qui m’aident chaque jour. Ce sont mes parents et la génétique n’a pas vraiment d’importance au final. ». Et Sidney avait raison, les Eyston étaient des gens formidables et Zach savait qu’il n’aurait pu rêver mieux comme parents. Bien sûr ils y avaient des petits désaccords de temps en temps mais globalement leur relation était tout ce qu’il y a de plus calme, heureuse et épanouissante. Il lui adressait un sourire et acquiesçait ses propos « C’est le cas. ». Leur petite marche continuait, et si l’ambiance était propice pour que chacun se dévoile et que Zach comptait en profiter c’est une nouvelle fois Sidney qui prit la parole en le devançant. Le jeune homme fut surpris par sa requête, peut-être n’avait-elle plus de batterie et devait envoyer un message à quelqu’un. La jolie brune argumentait sa question par une tirade donc l’étudiant ne saisissait que partiellement mais il ne s’en formalisait pas vraiment. Lui donnant son portable sans hésiter après l’avoir déverrouillé il restait tout de même perplexe. Il vit qu’elle tapait quelque chose mais ne posait aucune question se contentant de simplement continuer à marcher.

Lorsque Sidney lui rendait son portable assez rapidement après le lui avoir pris il arquait un sourcil alors qu’elle entamait une explication. Evoquant les répétitions sur lesquelles elle s’était engagée à l’aider s’il le souhaitait la jeune femme faisait remarquer à juste titre qu’il serait plus facile de planifier s’il avait son numéro. « Effectivement. » répondait-il alors que la brunette poursuivait en expliquant qu’elle lui laissait le choix ou non d’utiliser son numéro, à savoir s’il voulait qu’elle aussi puisse le joindre ou non. Avait-elle perçu sa précédente amertume lorsqu’ils avaient abordé le sujet plus tôt ? Etait-ce la raison de sa démarche ? La référence à la soirée où elle avait échangé son numéro avec Jason était clairement affichée « Parce que tu ne te souviens pas l’avoir donné à Jason durant la soirée, c’est ça ? » faisait-il remarquer sans que ce ne fut sur le ton du reproche. « Tu sais tu fais comme tu as envie, mais je suis ravi de l’avoir. » affirmait le jeune homme avec un sourire sincère alors qu’il faisait justement sonner le portable de Sidney « Et moi j’ai envie qu’on soit quitte. Maintenant tu as le mien aussi. » c’était mine de rien une nouvelle étape entre eux, leur relation évoluait doucement et Zach ne doutait pas qu’ils puissent même devenir de bons amis. « Tu as un peu de temps ou il faut que tu rentres bientôt ? » demandait le jeune homme en s’arrêtant à une intersection « Il y a un endroit sympa où je vais parfois, si ça te dis qu’on y aille… » il haussait les épaules attendant de savoir ce qu’en pensait la brunette. « C’est pas à des kilomètres, c’est même vraiment pas loin. » informait-il avec le sourire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Sidney E. Harris

Messages : 22
Date d'inscription : 31/12/2014


MessageSujet: Re: Être ou ne pas être ? (zach)   Sam 12 Sep - 12:59

S’éclipser avec Zach était loin de lui déplaire, bien au contraire. Elle n’avait rien contre ses amis, qu’elle appréciait et qui ne l’avait pas laissé de côté lors de cette fameuse soirée où elle avait pu les rencontrer, mais comme elle avait du mal à s’ouvrir, il y avait certaines questions bateau qui pouvaient la mettre mal à l’aise. Comme lorsqu’ils lui avaient demandé ce qu’elle faisait dans la vie. Allez répondre à une question aussi banale et « facile » quand vous étiez dans une situation compliquée dont vous ne saviez vous défaire. C’était peut-être pour éviter ce genre de malaise qu’elle souhaitait s’isoler avec Zach, qui n’était jamais trop intrusif. Sans doute devait-il se poser un milliard de question la concernant, à propos d’à peu près chaque chose qu’elle ait pu lui dire, mais il les gardait pour lui pour l’instant, il respectait ses semi réponses. Si lui savait réfréner sa curiosité et la contenir, ce n’était pas vraiment le cas de la jeune femme, qui voyait aussi l’occasion de poursuivre cette discussion quant à leurs familles. Et surtout celle du jeune homme, d’ailleurs. « J’avais sept ans, on regardait des albums photos et j’ai demandé pourquoi il n’y en avait aucune du moment où on était à l’hôpital. Je ne sais plus comment ça m’est venu mais c’est là que mes parents m’ont parlé de mon histoire, mes origines. » En visualisant la scène, la pensée que cette conversation aurait pu être délicate la traversa. Les enfants étaient bien souvent susceptibles, et même s’ils étaient souvent bien trop intelligents, le petit garçon de l’époque aurait très bien pu le prendre autrement. Mais mieux valait cela que de l’apprendre en pleine adolescence. Là, évidemment, ça aurait été on ne peut plus délicat. Un petit sourire étira ses lèvres avant qu’elle ne réponde. « On dit souvent que sept ans, c’est l’âge de raison. Je crois que tu confirmes un peu le dicton. » Dans le sens où, d’après ce qu’elle avait compris, tout du moins, il semblait avoir compris et accepté tout cela sans faire trop de vagues. Mais il était certain que la situation était loin d’être simple à gérer, autant pour les parents puisqu’ils devaient aborder ce sujet délicat et craignaient forcément la réaction de l’enfant qui pourrait les renier en un rien de temps, que pour celle de l’enfant en question qui voyait son monde chambouler, ce qu’il connaissait, ce dont il était certain, tout cela valsait en mille morceaux d’un seul coup. Des questions concernant ses parents biologiques et les raisons de cet abandon venaient alors le submerger. Pas facile de s’y retrouver après tout cela.

« Ça surprend la plupart des gens que je parle si ouvertement de mon adoption, mais comme tu dis je ne vois pas de quoi je devrais être gêné. Je ne partage pas l’ADN de mes parents, mais ça n’empêche pas que ce soit eux qui m’aient élevé, éduqué, qui m’aident chaque jour. Ce sont mes parents et la génétique n’a pas vraiment d’importance au final. » Le sourire de la jeune femme s’élargit face à cette dernière réplique infiniment humaine et imprégné d’amour. Parce que oui, être parent, ce n’était pas qu’une question de biologie, de sang. Les vrais parents, ceux qui méritaient ce titre et qui méritaient même que l’on invente un autre terme pour les qualifier, c’était bien ceux qui étaient là au quotidien, qui accompagnaient, qui faisaient progresser, qui vivaient le bon et surtout le moins bon. Etre parent, ce n’était pas qu’un titre qu’on obtenait dès que l’on mettait un enfant au monde, mais plutôt un qu’on obtenait sur le long terme. « Si tout le monde pouvait le prendre de cette manière… » laissa-t-elle échapper, assez admirative de sa façon de raisonner, en fin de compte. Parce que les familles avaient bien assez de motifs pour s’éloigner, se séparer, se briser même. De nouvelles questions l’envahirent, et elle se demanda si Zach avait déjà été curieux concernant ses parents biologiques, s’il avait déjà été victime des questions fatidiques qui allaient souvent de pair avec l’annonce d’une telle nouvelle. Avait-il déjà cherché qui étaient ses parents biologiques ? Avait-il eu une envie de savoir pourquoi les choses étaient ainsi ? Mais Sidney se contenait, pour la simple et bonne raison qu’elle avait presque l’impression que ces questions-là n’avaient rien à faire ici, dans leur conversation. Parce qu’elles étaient sans doute un peu trop personnelles, que ça ne la regardait peut-être pas, mais aussi et surtout parce que ses parents biologiques n’avaient pas le droit de venir effacer ses parents d’adoption et surtout de cœur. Ils avaient leurs raisons, on en avait tous de toute façon puisqu’on ne faisait jamais quoi que ce soit sans raison, mais ce n’était pas le moment. Vraiment. Aussi, le cerveau de la brunette se focalisa sur autre chose, et avant de risquer d’oublier, elle lui demanda son téléphone pour qu’elle puisse y entrer son numéro. Ce serait plus facile de se joindre par ce biais pour se revoir. « Effectivement. » confirmait-il tandis qu’après lui avoir rendu son portable, elle s’expliquait sur son comportement semblant sorti de nulle part –comme pas mal de choses la concernant cela dit en passant. « Parce que tu ne te souviens pas l’avoir donné à Jason durant la soirée, c’est ça ? » Se mordillant la lèvre, elle mit quelques secondes avant de hocher la tête, un peu honteuse. Comment oublier des bribes d’une soirée en ayant simplement bu de la bière ? Bon, certes, elle avait l’excuse de ne pas y avoir touché depuis des années, et un simple verre de vin lors qu’un dîner de famille lui faisait tourner la tête… « C’est ça… Je sais même pas pourquoi je l’ai fait, au final. » Enfin, cela avait quand même été utile, puisqu’elle avait pu venir aujourd’hui grâce à cet échange. Il lui fit part alors de son plaisir à avoir le numéro de la brunette avant qu’elle n’entende son téléphone vrombir –si, si, comme un moteur de voiture- dans son sac à main. « Et moi j’ai envie qu’on soit quitte. Maintenant tu as le mien aussi. » Sourire aux lèvres, elle ne tarda pas à sortir son portable afin d’enregistrer le numéro de Zach dans ses contacts, ravie.

« Tu as un peu de temps ou il faut que tu rentres bientôt ? » S’arrêtant tout comme le faisait Zach, elle fronçait un peu les sourcils, se demandant pourquoi diable devrait-elle rentrer ? Qu’est-ce qui l’attendait si ce n’était ses souvenirs douloureux et ses questions existentielles, cette sensation de ne plus savoir où elle en était dans sa vie, vers quoi elle allait, vers quoi elle voulait aller. Sid n’avait même pas la moindre idée de ce qu’elle pourrait à présent faire de sa vie. Hors de question de rester dans le médical, elle n’en serait plus capable de toute façon. A part les rendez-vous hebdomadaire avec son psy, il ne se passait pas grand-chose dans sa vie. « J’ai tout mon temps. » répondit-elle simplement, le plus honnêtement du monde. « Il y a un endroit sympa où je vais parfois, si ça te dis qu’on y aille… » Un endroit sympa ? Quel genre d’endroit ? Un parc ? Un autre bar ? Un commerce ? Un lieu isolé ? Parce que Sidney n’aimait pas ne pas savoir et rester en suspens, elle se posa immédiatement toutes ses questions, fronçant une nouvelle fois des sourcils, intriguée. « C’est pas à des kilomètres, c’est même vraiment pas loin. » Essayant de se repérer, elle tentait de deviner l’endroit en question, mais c’était vain, puisque les rues de Manchester étaient loin d’être ce qu’elle connaissait le mieux. Vu le peu de fois qu’elle sortait de chez elle… « Oui, d’accord. » répondit-elle alors bien que toujours curieuse de savoir ce qu’il avait en tête. Aussi, ils se remirent bientôt en marche, et la brunette le suivit, n’ayant pas la moindre idée du lieu auquel ils se rendaient. Ca la travaillait tellement qu’elle ne cessait d’émettre des hypothèses. « J’ai le droit à un indice ? » demanda-t-elle alors, avant de se mordiller la lèvre. « C’est vraiment bête, mais je suis en train de me demander où est-ce que tu m’emmènes. Enfin, ça tourne en boucle depuis tout à l’heure, pour être exacte. » commença-t-elle à avouer, presque un peu gênée qu’une telle pensée ait pu traverser son esprit. Si d’autres ne se seraient pas focalisés sur si peu, se contentant d’y aller en appréciant l’effet de surprise, réaction tout à fait normale cela dit en passant, Sidney avait plus de mal. Bien qu’elle avait tenté de se faire violence et de ne pas poser de question concernant le fameux endroit. Mais c’était plus difficile que cela de combattre ses habitudes et ses petits tics. « Je ne dis pas que tu dois me le dire et gâcher l’effet de surprise ni rien, mais ça semble super mystérieux, et ça m’intrigue beaucoup. » continua-t-elle en ayant l’impression de s’embourber dans des sables mouvants, et de mettre les pieds dans le plat, de gâcher un peu tout ça. Laissant échapper un petit soupir, elle fit même une légère grimace quand elle en arriva à la conclusion. « Je me pose vraiment trop de questions, n’est-ce pas ? » S’il était légitime de s’en poser, en fonction des circonstances, le problème de la jeune femme était qu’elle n’arrivait pas à les laisser de côté, et finissait par les poser à voix haute en donnant cette impression d’étrangeté. Le pire était vraiment lorsque les questions étaient dites cons. Il n’empêche que pour le coup, elle aurait bien aimé être de ceux qui se laissent embarquer sans le moindre problème, se contentant de suivre le guide avant de découvrir le lieu « surprise ».

_________________

SIDNEY ✖ Mais je ne suis qu'un chapitre de ton existence, il y en aura beaucoup d'autres. Rappelle-toi nos merveilleux souvenirs, mais n'aies pas peur de t'en faire d'autres.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Zach F. Eyston

Messages : 20
Date d'inscription : 31/12/2014


MessageSujet: Re: Être ou ne pas être ? (zach)   Dim 27 Sep - 15:34

Sidney avait tout son temps. Tant mieux ! Zach se réjouissait de l’entendre et c’était avec un petit sourire imprimé sur les lèvres qu’il s’engageait dans la direction de ce fameux endroit dans lequel le jeune homme aimait se rendre. Habituellement il allait là-bas en quête de tranquillité et de solitude, néanmoins la présence de Sidney n’avait rien d’intrusive ni d’encombrante, jamais. Au contraire il sentait chez elle une retenue dont il espérait que petit à petit elle finirait par passer outre. Partager avec Sidney ce petit havre de paix qu’il s’était trouver lui semblait naturel, un privilège réservé à ses seuls ses vrais amis que de connaître ce lieu. Bien sûr Zach voyait que la jeune femme était on ne peut plus intriguée par l’endroit en question et probablement avait elle entamé une réflexion afin de trouver où il l’emmenait, en tout cas à sa place c’était sans doute ce qu’il aurait fait. Le beau brun le lisait sur son visage et cela l’amusait d’avantage de garde le mystère, son côté taquin n’était jamais bien loin surtout qu’une certaine complicité s’installait petit à petit avec la jolie brune ainsi Zach se sentait plus libre de laisser ce trait de son caractère s’exprimer.
Il ne fallut pas très longtemps avant que Sidney ne demande un indice, argumentant que rester ainsi dans le flou la faisait se poser mille et une questions sur ce fameux endroit dont il gardait le mystère. L’étudiant esquissait un léger sourire à l’intention de son interlocutrice puis secouait négativement la tête « Un peu de patience. ». La jeune femme pouvait se montrer tenace et elle tentait de le convaincre de lui donner des informations qui ne soient pas cruciales mais l’aiguilles un peu pour faire taire ces hypothèses tournant en boucle dans sa tête. Mais c’était se casse la tête pour rien selon le jeune homme dont le sourire s’élargissait d’avantage « Bien essayé Sidney mais tu verras en temps voulu. » surtout qu’ils n’étaient vraiment pas loin du lieu en question. Finalement elle concluait qu’elle se posait trop de questions et sur ce point Zach ne pouvait pas vraiment la contredire cependant il n’allait pas le lui dire de but en blanc. Haussant les épaules c’était toujours avec le sourire aux lèvres qu’il s’adressait à la brunette « Je ne sais pas si c’est trop de questions, mais parfois tu t’en poses là où il n’y en a pas vraiment. » ne voulant pas que ses propos soient mal interprétés il ajoutait aussitôt « Pas que ça soit mal. C’est pas un reproche… mais laisses toi surprendre pour une fois. ».

Zach espérait que le ton encourageant avec lequel il avait dit ses derniers mots allait avoir convaincu Sidney de lâcher prise l’espace de cinq minutes afin de découvrir l’endroit où il l’emmenait sans rien savoir au préalable. Descendant une rue qui peu à peu ressemblait d’avantage à un chemin le jeune homme s’arrêtait devant un muret « On a un peu d’escalade à faire. » une nouvelle fois il souriait à la jeune femme puis enjambait le muret pour descendre légèrement en contre bas. Il tendait la main vers Sidney afin de l’aider à descendre « C’est là que je vais voir si tu me fais ne serait-ce qu’un tout petit peu confiance. » faisait-il remarquer tout en laissant le temps à la brunette de le rejoindre. Arrivant pratiquement à hauteur des bords de la rivière bordant Manchester, l’Irwell. Ils marchèrent quelques centaines de mètres avant de reprendre un petit escalier lequel menait à une sorte de quai « Comme ça ça fait un peu repère de junkie mais c’est vraiment un coin tranquille. » le quartier alentour était même plutôt uppé et la police patrouillait beaucoup dans ce secteur. Arrivant à la hauteur d’un mur Zach fit une légère moue « Deuxième séquence d’escalade. Il faut monter sur ce petit plot en béton et ensuite se hisser sur le mur. Mais c’est pas difficile et je t’aiderais. » montrant l’exemple le jeune homme grimpait facilement sur le mur, s’y asseyant ensuite il tendait la main à Sidney « Promis ensuite on y est. » lâchait-il en guise d’encouragement bien qu’il ne doutait pas du tout des capacités physiques de la brunette.
Lorsqu’elle fut monter à son tour Zach gardait sa main dans la sienne, la guidant pour marcher sur le sommet du mur et lui offrant un point d’ancrage solide pour garder l’équilibre bien qu’il y eu largement de quoi se déplacer facilement. Dépassant quelques bosquets d’arbres un peu volumineux ils arrivaient enfin au lieu favoris du jeune homme. Le mur était élargi et la vue sur la rivière dégagée offrant un panorama apaisant. « Si je t’avais parlé de l’escalade à faire tu serais venue quand même ? » demandait-il en s’asseyant les jambes pendant dans le vide. Désignant la vue d’un geste de la tête il ajoutait « Et pour la vue ? » lui trouvait que ça valait le coût de s’être posé quelques questions et ne pas savoir où il l’emmenait mais son avis était biaisé par son attachement à ce lieu. « Je suis pas très objectif. J’aime venir ici… quand j’ai besoin de calme. Ça m’apaise. » il haussait les épaules « Généralement je mets mes écouteurs et j’écoute de la musique. Je reste là et ça suffit à ce que la pression s’en aille. ». Regardant Sidney il ajoutait avec sincérité « C’est sympa d’être venu me voir, puis d’avoir supporté ma mauvaise humeur et de m’avoir remonter le moral. Merci. » ils se connaissaient peu et pourtant la jolie brune s’était appliquée à l’aider, un geste qu’il appréciait tout comme sa compagnie à cet instant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Sidney E. Harris

Messages : 22
Date d'inscription : 31/12/2014


MessageSujet: Re: Être ou ne pas être ? (zach)   Dim 11 Oct - 15:02

« Un peu de patience. » La jeune femme pouvait l’être, patiente. Dans certains cas, tout du moins. Mais ce qu’elle n’aimait pas spécialement, c’était surtout l’inconnu. Elle préférait savoir ce qui l’attendait, afin d’être prête. Sans doute pour contrebalancer avec l’incertitude qu’elle avait connue dans sa profession, l’imprévu, les réactions rapides et immédiates. Sidney n’était plus cette femme, qui savait quoi faire dès l’instant, qui se dépêchait de s’activer, et y parvenait. Sa profession l’avait changée. La guerre l’avait changée. Les pertes qu’elle avait subies l’avaient changée. Et, maintenant, elle était plus dans la réflexion que dans l’action. Il fallait qu’elle soit préparée, c’était devenu une nécessité. Sans doute pour ne plus avoir à affronter cette impuissance écrasante et foudroyante face à une perte inattendue. Alors, malgré qu’il lui ait dit de prendre son mal en patience, elle tenta d’obtenir un indice, histoire d’en savoir un peu plus. « Bien essayé Sidney mais tu verras en temps voulu. » Sidney ne put s’empêcher une petite grimace résignée, avec cependant un léger sourire au bout des lèvres, haussant des épaules. De toute façon, elle n’avait pas vraiment le choix. Mais les questions se succédèrent tout de même dans son esprit, avant qu’elle n’en arrive à la conclusion que celles-ci étaient beaucoup trop nombreuses. « Je ne sais pas si c’est trop de questions, mais parfois tu t’en poses là où il n’y en a pas vraiment. » La jeune femme le regarda en fronçant les sourcils, pas vraiment surprise par ses propos, mais y réfléchissant plutôt, juste avant qu’il ne reprenne la parole. « Pas que ça soit mal. C’est pas un reproche… mais laisses toi surprendre pour une fois. » Ca, c’était plus difficile à faire… La surprise ne lui avait pas vraiment été favorable dans ses souvenirs. Bien au contraire. Et suite à cela, elle lui faisait peur. Quoi de plus normal, après tout ? Mais Zach était loin d’imaginer ce qu’elle avait vu et vécu. Aussi, en hochant la tête, elle lui répondit d’une voix à peine audible. « Je vais essayer. » Sans la moindre garantie, vue la flipette qu’elle était devenue et les efforts que ça allait lui coûter. Mais, elle avait envie d’essayer. Une part d’elle regrettait ce qu’elle était devenue, cette femme traumatisée, perdue dans cette vie tellement différente, qui avait du mal à avancer, à trouver une direction. La Sidney déterminée, fonceuse, dans l’action, lui manquait assez. Alors, elle chassa ses questions de sa tête, et se contenta d’observer le chemin qu’il prenait et ses alentours, suivant simplement Zach. Elle se rendit alors compte qu’elle lui faisait confiance, et qu’elle était sûre que l’endroit en vaudrait la peine.

Lorsqu’ils s’arrêtèrent, elle fut d’abord perplexe, se demandant s’ils étaient arrivés, et si oui, ce qu’il y avait au juste à voir. Parce que ce muret n’avait rien d’exceptionnel. Il aurait pu être intéressant à contempler s’il avait été empli de graffitis –non qu’elle les encourage vraiment, mais elle trouvait ceux ayant un message intéressants- mais ce n’était pas le cas. « On a un peu d’escalade à faire. » Elle ne s’y était pas attendue, c’était vrai. Mais Sidney lui rendit volontiers son sourire, et ne tardait pas à l’imiter et à continuer à le suivre. Maintenant, elle était encore plus intriguée. Parce que ça donnait l’impression d’un endroit vraiment sympathique, avec de petites « épreuves » à traverser avant d’y accéder. Comme un endroit caché, une sorte d’Atlantide perdue. « C’est là que je vais voir si tu me fais ne serait-ce qu’un tout petit peu confiance. » S’emparant de sa main en le regardant droit dans les yeux, elle hocha la tête avant de répondre. « Si ce n’était pas le cas, je ne serais sûrement pas là. » Ah ça non. Elle serait terrée dans son appartement, minable, en train de ressasser ses tristes et douloureux souvenirs. Mais ce n’était pas le cas. Sid était là, avec Zach, en train de découvrir des coins dont elle avait oublié l’existence. Ou peut-être même ignoré. Avait-elle déjà mis les pieds ici ? Elle ne s’en souvenait plus. Sa vie à Manchester remontait à bien trop longtemps. « Comme ça ça fait un peu repère de junkie mais c’est vraiment un coin tranquille. » Là, elle devait reconnaître qu’il avait raison, et ce fut avec un petit rire qu’elle lui répondit. « Si on ne se connaissait pas un peu, j’aurais vraiment très peur de la suite. » Comme quoi, elle lui faisait confiance. Parce qu’elle n’avait pas vraiment peur, mais était plutôt du genre impatiente de découvrir cet endroit. « Deuxième séquence d’escalade. Il faut monter sur ce petit plot en béton et ensuite se hisser sur le mur. Mais c’est pas difficile et je t’aiderais. » Et aussitôt eut-il finit sa réplique, qu’il commençait déjà son escalade, tandis que la brunette se surprit à le regarder attentivement faire. Sid resta plantée en bas quelques instants, le regardant perplexe, ses interrogations commençant à refaire surface. « En fait, il y a un parcourt du combattant derrière, c’est ça ? » lâcha-t-elle en plaisantant. « Promis ensuite on y est. » Grimpant sur le plot, elle saisit la main de Zach pour se hisser sur le mur et s’y mettre debout. Pour être franche, elle y serait sans doute parvenue seule sans trop de mal, mais rien que pour le contact entre leurs mains, elle s’en était saisie. Au début, une étrange sensation s’empara d’elle. Sid n’avait pas le vertige, et de toute façon, ce n’était pas si haut que cela. Un peu, oui, mais rien d’effrayant non plus. Seulement, elle se rendit compte qu’elle avait eu trop souvent les pieds sur terre, ne s’étant pas sentie aussi élevée depuis longtemps. La sensation était appréciable, vraiment. Ce fut main dans la main qu’ils progressèrent alors, avant de s’arrêter.

Visiblement, ils étaient arrivés. Et la vue en valait la peine. Elle lui coupa le souffle quelques instants d’ailleurs. Oh, certains diront que cela n’était pas si exceptionnel que cela, qu’elle exagérait. Pourtant, c’était vrai, sa respiration fut coupée. Pour la simple et bonne raison que cela faisait un sacré moment qu’elle n’avait pas vu un paysage aussi beau. Au contraire, elle avait vu des étendues de dégâts, des villages dévastés, des maisons détruites, des gens tentant de s’enfuir avant de s’effondrer sur le sol, sans vie. Alors oui, une simple vue comme celle-ci lui faisait de l’effet. « Si je t’avais parlé de l’escalade à faire tu serais venue quand même ? » Elle le vit s’asseoir de sa vision périphérique tandis qu’elle restait encore debout, profitant de cette vue avant d’en avoir une vision un peu différente. « Oui. J’ai pas peur d’un peu d’exercice. Et durant le trajet, je me suis dit qu’un endroit qui nous demandait un peu d’efforts en chemin en valait la peine. Comme une sorte de trésor caché, que seuls certains pourraient voir. » Un recoin perdu, qui valait la traversée, qu’on faisait d’ailleurs avec plaisir, et qui faisait partie de l’aventure. « Et pour la vue ? » Sidney tourna la tête vers lui avant de se décider à s’installer à côté de lui, quittant cette vision haute, pour en découvrir une plus basse du même paysage. « Ça fait longtemps que je n’en ai pas vue une aussi belle. » lui avoua-t-elle en lui offrant un sourire sincère. Alors, il lui expliqua que cet endroit lui apportait du calme, et qu’avec un peu de musique, il se sentait beaucoup mieux, allégé de ce qui le perturbait. Elle ne pouvait que comprendre. Cet endroit semblait presque coupé du monde, comme si le temps passait différemment ici. Hochant la tête, elle ferma les yeux quelques instants, en inspirant pleinement, avant de les rouvrir, et d’admirer encore la vue, lui faisant toujours le même effet. « C’est sympa d’être venu me voir, puis d’avoir supporté ma mauvaise humeur et de m’avoir remonter le moral. Merci. » La brune tourna la tête vers lui en l’écoutant, avant de lui offrir un large sourire. « Il y a pire, comme mauvaise humeur. Mais je suis contente de t’entendre dire que ça va mieux. » Vraiment. Parce que ça l’avait peinée de le voir maussade. Ça avait été perturbant, aussi. « Merci à toi de m’avoir fait découvrir cet endroit. C’est vraiment superbe. » A nouveau, elle concentra son attention sur la vue, appuyée sur ses mains qu’elle recula légèrement, en prenant plein les yeux. C’était vraiment paisible, et elle n’avait aucun mal à comprendre que Zach puisse se sentir plus calme après être venu ici.

« Tu l’as découvert comment, cet endroit ? Par hasard ? » demanda-t-elle alors, curieuse de connaître son histoire avec ce petit trésor caché. Cet endroit semblant coupé du monde, de ce qu’il avait de plus moche et de plus néfaste, la beauté naturelle seule subsistant. Le regard perdu face à ce paysage, elle se fit une réflexion, se rendant compte que c’était ce dont elle avait besoin. D’un endroit à couper le souffle, loin de ce qu’elle avait connu ces dernières années. Un lieu intact. Mais elle savait que le sien ne serait pas dans la ville. Elle savait qu’elle devrait le chercher ailleurs, en pleine nature. Là où les hommes n’auraient rien souillé, n’auraient rien construit, rien détruit. Là où la vie serait pureté, intacte, telle une pierre précieuse à l’état brut. Un lieu immaculé, en somme. « Je crois que je vais me mettre en quête du mien. De mon endroit apaisant. » lui avoua-t-elle en tournant la tête vers lui pour le regarder dans les yeux. Le sien l’était, évidemment. Mais sans doute pas suffisamment pour ses démons. Et elle ne voulait pas le lui voler. Parce qu’à coup sûr, elle pourrait y passer de nombreuses heures chaque jour. Ce qu’elle ne trouvait pas juste, l’endroit étant le refuge du jeune homme, elle n’avait aucun droit de le squatter autant et de se l’accaparer. « Tu as dit que tu aimais écouter de la musique quand tu venais ici. Tu as ton Ipod ? » commença-t-elle en se redressant, et en se mettant en tailleur. « Ca te dérangerait de me faire écouter ce que tu as l’habitude d’écouter ici ? Enfin, je ne sais pas vraiment s’il y a des chansons que tu n’écoutes que là ou pas… Mais peu importe. » En réalité, elle avait envie de partager ça avec lui, et espérait qu’il en avait également envie. Un moment de calme, de ressourcement. C’était important. Mais elle ne le forçait évidemment à rien, lui étant déjà bien reconnaissante de ce qu’il avait décidé de lui partager jusqu’ici. « J’aime bien être avec toi, Zach. » Se sentant bien, elle s’était allée à cette confession, qu’elle trouvait appropriée, en accord avec le moment. Et c’était sorti le plus naturellement du monde.

_________________

SIDNEY ✖ Mais je ne suis qu'un chapitre de ton existence, il y en aura beaucoup d'autres. Rappelle-toi nos merveilleux souvenirs, mais n'aies pas peur de t'en faire d'autres.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Zach F. Eyston

Messages : 20
Date d'inscription : 31/12/2014


MessageSujet: Re: Être ou ne pas être ? (zach)   Ven 16 Oct - 14:17

Lui faire confiance et faire preuve de patience quant à l’endroit où il l’emmenait, Zach avait bien conscience que cela n’était sans doute pas une mince affaire pour Sidney. Néanmoins elle jouait le jeu alors que ses lèvres la brûlait sans doute de vouloir lui poser des tonnes de questions pour qu’il ne crache encore le morceau, mais la jolie brune n’en avait rien fait. Le havre de paix  du jeune homme n’était pas des plus simple d’accès mais l’ancienne infirmière le suivait sans hésiter. Le jeune homme ayant conscience que le chemin emprunté était plutôt insolite voire même un peu effrayant il n’hésitait pas à rassurer la jolie brune comme il le pouvait. Certes elle pouvait penser que l’endroit était le parfait repère pour les junkies Mancuniens mais il n’en était rien, sinon Zach ne l’aurait jamais emmené dans un tel endroit et lui même n’y viendrait pas fréquemment. Rejoindre son petit coin de paradis en revenait presque à faire une sorte de parcours du combattant, Sidney n’avait pas tort sur ce point mais le jeune homme ne lui aurait jamais infligé ces épreuves de patience, d’inconnu et de franchissement d’obstacles en tout genre s’il n’était pas certain que ça en valait le coup.
Ils arrivaient enfin et la jeune femme eu la réaction que Zach avait pressentit. Silencieuse, contemplant la vue comme il le faisait depuis des années déjà sans jamais s’en lasser. Il troublait ce silence par une question et quand elle évoquait l’endroit comme une sorte de trésor caché il ne pu qu’acquiescer avec un large sourire « C’est exactement ça. » cette vue il était fier de l’avoir découverte et c’est comme un gamin impatient d’avoir un avis sur un dessin qui l’aurait fait pour quelqu’un qu’il la questionnait sur le sujet. Sidney s’extasiait devant le paysage qui leur était offert et l’étudiant ne pouvait que se satisfaire d’avoir choisi de l’emmener ici. C’était un peu sa façon à lui de la remercier d’avoir fait preuve de tant d’empathie à son égard un peu plus tôt dans la journée, mais sans doute également une volonté d’approfondir cette complicité qu’il voyait évoluer à chacun de leurs nouveaux moments passés ensemble. La jeune femme n’avait rien en commun avec les autres personnes qu’il fréquentait habituellement et elle possédait ce vécu dont il ne savait rien mais qui influait très largement sur son comportement. Pas besoin d’avoir fait des études de psycho pour comprendre que ce côté atypique dont elle faisait preuve n’était pas étranger à ses expériences passées, peut-être même un traumatisme.

Maintenant que Zach savait que la brunette appréciait l’endroit il lui laissait tout le loisir d’observer le lieu tout en lui expliquant combien il appréciait venir là pour se vider l’esprit, prendre du recul. Plus solennellement l’étudiant remerciait Sidney pour sa précédente attitude, le réconfort qu’elle avait cherché à lui apporter et la manière qu’elle avait eu de lui changer les idées, cela finalement sans faire grand chose si ce n’est lui dire qu’elle était là pour le soutenir. A son tour elle le remerciait pour la découverte de l’endroit ce à quoi il répondit simplement par un sourire. Comment avait-il atterrit ici la première fois ? Totalement par hasard oui. Zach hochait la tête positivement « J’avais une quinzaine d’années et j’étais obsédé par cette discipline un peu acrobatique qu’on appelle le parkour… je cherchais des spots sympas pour grimper et sauter partout, je suis arrivé là et j’ai adoré la vue. » depuis les lieux avaient un tout petit peu changé à cause de travaux fait durant ces années, mais l’essence même de l’endroit était conservé et c’était bien là l’essentiel. Le paysage obtenait toute l’attention de Sidney ou presque et le jeune homme s’en amusait, il trouvait drôle cette façon si authentique qu’elle avait de s’imprégner de l’endroit.
Cette découverte lui fit prendre conscience que se trouver elle aussi un endroit apaisant était peut-être une bonne idée. Zach hochait positivement la tête « C’est vraiment cool de savoir qu’on peut aller quelque part où on se sent bien et où les problèmes n’existent plus durant la parenthèse qu’on s’offre. ». Le regard de Sidney était presque perturbant pour le jeune homme et il fut content lorsqu’elle lui demandait s’il avait son Ipod sur lui. Tâtant les poches intérieurs de sa veste il sortait de l’une d’elle l’objet en question et tendait un écouteur à la brunette. « Je ne suis jamais contre le fait de partager un peu de musique. » sauf celle que lui jouait mais ça c’était une autre histoire. Parcourant sa volumineuse liste de musique il choisissait un morceau qu’il écoutait souvent en venant ici, une chanson calme dont les paroles évoquaient l’incertitude de l’avenir mais l’intérêt d’avoir des rêves, un truc très positif même si un peu mélancolique sur certains aspects.

Musique en route, apaisement et calme comme seuls compagnons, ils étaient plutôt bien installés. Zach se laissait aller dans ses pensées, analysant ce moment et se focalisant sur le bien être qui en découlait. Sidney avouait alors apprécier sa compagnie, et peut-être bien que son cœur avait eu un battement en décalé. Surpris par la révélation il ne doutait aucunement de sa sincérité. « Moi aussi. » il esquissait un petit sourire en coin « J’aime bien être avec moi. » c’était plus fort que lui, il devait plaisanter afin de ne pas laisser paraître sa gêne. Mais après tout pourquoi l’était-il ? C’était plutôt agréable d’entendre que la jeune femme aimait passer du temps avec lui. Un peu trop flatteur peut-être ? Cependant cela ne pouvait être vrai que s’il attachait beaucoup de valeur à cet aveu… était-ce le cas ? un peu visiblement. Haussant les épaules son regard glissait en direction de son interlocutrice « C’est cool de passer du temps avec toi aussi Sidney. ». Son regard s’était focalisé à nouveau sur la vue qui s’offrait à eux mais Zach avait désormais plus de mal à faire le vide dans son esprit, non pas qu’il fut agité mais une idée ou plutôt une envie y tournait en boucle et l’étudiant ignorait s’il voulait l’éloigner ou non. Plus exactement s’il le devait ou pas.
Sans un mot de plus, sans crier gare il s’était alors tourné vers Sidney avait posé une main sur sa joue et posé ses lèvres sur les siennes. Un demi-seconde ? Une seconde entière ? Plus que cela ? Il l’ignorait mais il avait rapidement reculé, retirant son écouteur et se levant en manquant de trébucher et de tomber « Désolé. Je… Je suis désolé. » soudain il se sentait comme un idiot, quelle mouche l’avait piqué ? L’effet du lieu, la musique et ce foutu aveux que la brunette avait fait et voilà que son cerveau avait vriller ! Zach pestait intérieurement contre lui-même de ne pas avoir su se retenir… après tout plutôt dans la journée Sidney avait affirmé avoir quelqu’un dans ça vie et c’était pile ce jour là qu’il choisissait pour l’embrasser. Une idée à la con voilà ce que c’était et il y avait fort à parier que tout était gâché par sa faute. Cette complicité, leur début d’amitié… « Excuse moi… c’est tout ce truc d’audition raté, et cet endroit et… j’ai un plomb qui a sauté et.. voilà. ». Il n’osait même plus la regarder, se sentait ridicule à gesticuler comme une marionnette et en plus il avait failli atterrir dans la flotte en contre bas « On oublie ok ? » plus facile à dire qu’à faire. Il en avait d’autres des propositions à la con comme celle-ci ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Sidney E. Harris

Messages : 22
Date d'inscription : 31/12/2014


MessageSujet: Re: Être ou ne pas être ? (zach)   Dim 25 Oct - 15:48

Ecouteur à l’oreille, la brunette était curieuse de voir quelle chanson il allait choisir, quel était son univers musical. Sans savoir pourquoi, elle trouvait qu’il était toujours moins aisé de deviner l’univers musical d’un homme, que celui d’une femme. Quand les premières notes se firent entendre, elle cessa immédiatement de penser et se concentra sur la chanson, tout en contemplant le paysage. Cette chanson, l’avait-il choisi par hasard ou voulait-il lui faire comprendre quelque chose ? Une part d’elle avait cette sensation, parce que l’avenir l’effrayait. Sidney ne pensait plus au futur, elle était incapable de se projeter. En réalité, la jeune femme vivait toujours dans le passé, et les seuls moments où elle se retrouvait à vivre le moment présent étaient ceux en compagnie de Zach. Mais le futur restait une notion floue. Elle n’avait pas la moindre idée de la direction qu’elle allait prendre dans sa vie. Le simple fait de se questionner sur son avenir professionnel suffisait à la rendre mal à l’aise et à l’effrayer. Parce qu’elle était complètement perdue. Des rêves ? Elle n’en avait plus. Seulement des souvenirs passés, des regrets, des peurs, des traumatismes. Impossible d’avoir des rêves permettant d’avancer dans la vie, des projets qui nous permettaient de nous construire, quand on était bloqué dans un temps pourtant bel et bien révolu. Mais il fallait beaucoup de force et de courage pour en sortir. Et d’aide aussi. Sauf qu’on ne l’aidait pas beaucoup, et qu’elle n’était pas non plus très encline à l’être. Se laissant emporter par la musique et la beauté du paysage, elle eut l’impression que cet instant se trouvait hors du temps, comme dans une autre dimension, à part. C’était à la fois étrange et très appréciable. Sidney ressentit alors le besoin de faire un aveu à Zach, celui de lui avouer apprécier passer du temps en sa compagnie, dans le présent. Elle revivait un peu à chaque fois qu’ils passaient des instants ensemble, et si ça avait été déroutant et effrayant, ça n’en restait pas moins agréable de temps en temps. Ca lui redonnait l’espoir qu’un jour, elle vivrait enfin dans le bon temps. « Moi aussi. » Elle ne tarda pas à lui rendre le sourire qu’il lui offrait, sentant qu’il allait reprendre la parole. « J’aime bien être avec moi. » La brunette laissa échapper un petit rire suite à sa réplique, ne s'y attendant pas vraiment, mais trouvant sa répartie excellente. « Il y a de quoi. » répondit-elle alors. Sa présence avait quelque chose de bénéfique, et l’on ne s’ennuyait jamais avec lui. En réalité, elle n’avait aucun mal à comprendre qu’il ait un petit groupe d’ami comme le sien. A ses yeux, c’était même l’élément le plus important du groupe. Nul doute que sans lui, les moments partagés devaient être différents. Presque comme fade. Non pas que les autres n’apportent rien etc, mais… Zach avait ce truc en plus. « C’est cool de passer du temps avec toi aussi Sidney. » Le regard de la brunette le remerciait alors, et appréciait fortement ses paroles. C’était quelque chose qu’elle n’avait pas entendu depuis des lustres. Dans sa famille, elle avait l’impression d’être un boulet ou une plaie plus qu’autre chose. Ce genre de mots était inapproprié venant de ses proches. Pourtant, on avait souvent tendance à sous-estimer leur importance, et ce qu’ils apportaient intérieurement. L’espace d’un instant, elle eut l’impression d’être une fleur au printemps, en train d’éclore.

Ce fut à ce moment que la main de Zach se posa sur sa joue, et qu’elle tourna la tête vers lui, intriguée par ce contact. Jusqu’à ce que les lèvres du jeune homme se posent sur les siennes, sans qu’elle n’ait eu le temps de comprendre ce qu’il se passait. Sa surprise fut telle qu’il lui fut tout simplement impossible de ne pas écarquiller les yeux. Non, vraiment, elle ne s’y attendait pas le moins du monde. Elle aurait même pu remettre en question sa lucidité, puisqu’un instant plus tard, tout du moins, c’était ce qu’il lui semblait, le baiser prit fin, le contact fut rompu, et Zach était à présent debout. « Désolé. Je… Je suis désolé. » Si la voix de Zach ne s’était pas faite entendre, elle aurait pu croire que ça ne tournait pas rond dans sa tête et qu’elle était victime de petites absences. Pourtant, il semblait bien que cela s’était vraiment passé. Mais Sidney avait du mal à réaliser ce qu’il venait de se produire, toujours sous l’effet de la surprise. Sidney était toujours assise, n’ayant pas bougé d’un iota, le temps que les engrenages de son cerveau se mettent en route. Ce ne fut qu’après quelques secondes qu’elle passa délicatement ses doigts sur ses propres lèvres, comme si ce simple contact allait lui confirmer les évènements qui venaient de se produire. Mais étonnement, ce fut le cas. C’est à travers ce geste qu’elle réalisa. Ecarquillant les yeux une nouvelle fois, elle releva la tête vers lui. « Tu m’as embrassé. » Noooon… Tu crois ?! Quelle révélation… Pourtant, pour la jeune femme, c’était un peu ça. Il fallait toujours un certain temps avant qu’on ne se rendre compte de ce qui venait de se jouer, qu’on percute. Le temps de sortir de la petite bulle hors du temps et de revenir à la réalité, au moment présent. « Pourquoi tu m’as embrassé ? » demanda-t-elle le plus naturellement du monde. Parce qu’elle était comme ça, Sid, elle posait des questions inutiles. Elle voulait savoir pourquoi elle avait eu droit à une réduction, et elle voulait savoir pourquoi les lèvres de Zach s’étaient posées sur les siennes. « Excuse moi… c’est tout ce truc d’audition raté, et cet endroit et… j’ai un plomb qui a sauté et.. voilà. » Un plomb qui a sauté ? Et… Voilà ? Les sourcils froncés, elle n’était pas certaine de comprendre ses explications. Mais à le voir s’agiter comme il le faisait, il semblait le regretter, presque espérer qu’une machine à remonter le temps puisse être présentement utilisable. « On oublie ok ? » Sa pensée semblait se confirmer, et une pointe de déception la traversa, un petit pincement au cœur dont elle ignorait l’origine. Une seconde fois, ses doigts glissèrent le long de ses lèvres tandis que son regard se porta à nouveau sur le paysage en face d’eux. « Oui... » commença-t-elle avant de reprendre quasi immédiatement la parole. « Non… » Elle se sentait un peu perdue, mais c’était une sensation qui ne lui était plus étrangère à présent. « Quoi ? » En réalité, elle aurait sans doute mieux fait de lui demander pourquoi. Mais elle n’avait pas osé. Parce qu’entendre la réponse de vive voix, l’entendre dire que cela n’aurait jamais dû se passer et qu’il regrettait lui ferait sans doute du mal, même si elle n’avait pas la moindre idée d’où elle se situait là-dedans.

Sidney choisit ce moment pour se relever, prenant plus de soin à faire attention que Zach tout à l’heure, le tout en se demandant si ses jambes étaient vraiment capables de la soutenir, mais il semblait bien que oui. « Tu regrettes ? » demanda-t-elle alors sans vraiment s’en rendre compte, et en se demandant si elle voulait réellement entendre la réponse à cette question. « Tu veux faire comme si rien ne s’était passé ? » Une part d’elle voulait savoir, voulait comprendre le pourquoi du comment, et l’autre préférait rester dans l’ignorance. Une part d’elle se rendait compte que le contact entre leurs lèvres avait été loin d’être désagréable, l’autre tirait déjà sur la sonnette d’alarme en la traitant de folle. Et ce fut à cet instant qu’elle quitta le moment présent quelques secondes, le temps de se souvenir du dernier baiser qu’on lui avait donné, de la dernière fois que les lèvres d’un homme s’étaient posées sur les siennes. Quelques secondes à peine, c’était le temps qu’il lui avait fallu pour avoir le cœur terriblement lourd. Quelques secondes suffisantes pour la happer dans le passé, pour que les souvenirs emplissent sa mémoire. Quelques secondes pour se rappeler cet homme dont elle avait été amoureuse, cet homme qui fut le dernier à l’embrasser, juste avant Zach. La bouche en « O », elle resta plantée là quelques instants avant de prendre la parole. « Tu m’as embrassé ! » Oui, oui, elle se répétait… « Pourquoi tu m’as embrassé ?! » Les phrases avaient beau être les mêmes, l’intonation était cependant différente. Le truc, c’était qu’elle venait de se rendre compte qu’une page venait de se tourner. Son dernier baiser n’était plus avec Eric, à présent. Et une pointe de panique et de révolte quant à cette page qu’elle était obligée de tourner s’emparait d’elle. Elle n’était pas en colère contre Zach ni rien, mais le fait de devoir avancer la paniquait. « Mais pourquoi t’as fait ça ? » L’avantage avec son comportement, c’était que dans sa façon de parler, on pouvait simplement croire qu’elle demandait des réponses, que tout était dû à cela. Secouant la tête de droite à gauche, elle passa alors ses mains sur son visage, s’y cachant quelques secondes, désirant même que ce moment s’éternise. Ses mains offraient certes une maigre barrière face à l’explosion qui se produisait en elle et était en train de la mettre sans dessus dessous, mais cet aveuglement suffisait à lui faire un peu de bien. Pourtant, il fallait qu’elle ôte ses mains de son visage, et tant pis si Zach apercevait les larmes qu’elle contenait dans ses yeux, ce regard embué appartenant à celle qui ne savait plus quoi penser, qui ne savait plus sur quel pied danser, celle qui voyait à présent tout autour d’elle d’énormes points d’interrogations et qui ne savait que faire. « Je ferais mieux de partir… » Et aussitôt dit, elle fit volteface et se détourna, avançant rapidement sur le muret avant de pouvoir en descendre. Sid aurait aimé courir, s’enfuir à toute vitesse, s’éloigner au plus vite de cette situation, comme si elle appartenait au lieu. Mais elle savait qu’il n’en était rien. Elle aurait beau courir, cela resterait gravé dans son esprit. Alors, elle se contenta de marcher d’un pas relativement rapide, ne se souvenant plus du chemin emprunté à l’aller, mais se disant qu’elle finirait bien par arriver quelque part et qu’elle saurait rentrer chez elle. La peur de se perdre ne la frôla même pas. Il fallait dire que ce n’était rien face à ce qui tournait d’ores et déjà en boucle dans son esprit.

_________________

SIDNEY ✖ Mais je ne suis qu'un chapitre de ton existence, il y en aura beaucoup d'autres. Rappelle-toi nos merveilleux souvenirs, mais n'aies pas peur de t'en faire d'autres.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Zach F. Eyston

Messages : 20
Date d'inscription : 31/12/2014


MessageSujet: Re: Être ou ne pas être ? (zach)   Ven 30 Oct - 17:45

Une ambition, un échec, la saveur amère d’une journée en demi teinte, la douceur d’un réconfort de la part d’une personne un peu plus appréciée chaque jour, une vue magnifique dans un lieu apaisant, un peu de musique et… un dérapage. Emporté par une émotion qu’il jugeait à présent déplacée, Zach avait embrassé Sidney. Sans calcul, comme ça sans réfléchir en se laissant seulement guidé par ce que son envie lui dictait, ce que le moment lui inspirait. L’aveu de bien-être de la jolie brune avait joué le rôle de détonateur et amorcé son attentat sur les lèvres de la jeune femme. Le contact avait été bref, Zach ayant pris très rapidement conscience de la nature de son geste. Un sentiment de gêne et une profonde culpabilité l’assaillirent alors et c’était avec la vigueur d’un clown qui sortirait de sa boite que le jeune homme avait reculé en manquant de tombé mais surtout en s’excusant platement pour son acte. En agissant ainsi il craignait d’avoir gâcher la relation amicale qu’ils bâtissaient petit à petit. La brunette était surprise, forcément il l’avait pris totalement au dépourvu et ce seul constat suffisait à lui nouer les entrailles tant il redoutait sa réaction. Mais elle paraissait tellement sous le choc que rien ne vint jusqu’à ce moment où elle verbalisait ce que l’étudiant aurait voulu taire à jamais. Oui il l’avait embrassé… et quand elle lui demandait pourquoi Zach ne trouvait rien d’autres à dire que ce qui lui paraissait être la vérité à cet instant précis. Profondément mal à l’aise et désireux de laisser ça derrière eux, même si c’était impossible, le jeune homme proposait simplement d’oublier. Faire semblant que rien n’avait eu lieu, que ses lèvres ne s’étaient pas posées sur celle de la jolie brune, que cette idée ne lui soit jamais venue. Une fraction de seconde il crut au miracle quant Sidney acceptait cette solution pour finalement refuser ensuite. Elle était tout autant confuse que lui, peut-être même d’avantage. « Quoi quoi ? » répétait-il sans comprendre ce que la jeune femme voulait dire ? Elle se levait et il pensait qu’elle allait partir, elle avait toutes les raisons de le faire… Peut-être aurait-ce été plus simple qu’elle veuille s’en aller, mais la simplicité ne faisait pas parti du vocabulaire de Sidney et si le jeune homme trouvait sa nouvelle question légitime, il aurait souhaité ne jamais l’entendre. « Non… je pourrais recommencer. » c’était cette réponse qui spontanément venait de se formuler dans son esprit, bien sûr elle restait à l’état de pensée mais suffit à effrayer l’étudiant qui ne pu que rester muet et simplement hausser les épaules en secouant négativement la tête de manière quasi imperceptible. Oui il voulait faire comme si rien ne s’était passé, pour elle, pour que tout reste simple et que la confiance gagnée ne disparaisse pas si rapidement, pourtant c’était déjà trop tard il le savait.

Soudain Sidney parue comme se déconnecter du moment présent, Zach ignorait totalement vers quoi l’avait ramené ce baiser, où son esprit vagabondait mais il vit sa mine changée et redoutait ce que cela pouvait annoncer. Elle répétait alors les mêmes mots que précédemment, comme si elle venait de prendre encore d’avantage conscience de ce qu’il avant fait. Il percevait presque un soupçon de colère dans sa voix, à moins que ce ne fut de la détresse et s’il aurait été capable de lui dire pourquoi son ton de voix le paralysait « Je… » rien ne sortait, il était impuissant face à l’incompréhension de la brunette, sa confiance venait de fondre comme neige au soleil et il restait planté là comme un con. Il eut un sursaut quand elle réitérait sa question encore une fois, elle lui en voulait désormais il en était sûr. « Je suis désolé… » Zach s’excusait de nouveau en sachant pertinemment que ce n’était pas suffisant, avec ses conneries il l’avait mise dans une situation désagréable et s’en voulait terriblement. La petite bulle de tranquillité et de complicité qu’ils avaient créé avait été brisé dès lors que le jeune homme avait dépasser cette limite, poussant Sidney dans l’inconfort de l’incompréhension. Il voulait s’approcher, poser une main rassurante sur son épaule et lui dire que ce n’était pas si grave, qu’il était le seul coupable là dedans mais son corps refusait de lui obéir et il demeurait obstinément immobile. La jeune femme se cachait le visage entre les mains pour s’offrir un répit sans doute, se couper de ce moment perturbant, peut-être pour tout faire disparaître.
Lorsqu’elle revint à la réalité Zach perçu tout de suite combien Sidney était déboussolée, il s’en voulu encore d’avantage de n’avoir su réfléchir avant d’agir. Ses yeux brillaient un peu trop, la faute à ces larmes qui s’y étaient invitées. « Sid… » soufflait-il en esquissant le début d’un geste vers elle, mais déjà la jolie brune affirmait son départ avant de lui tourner le dos et partir rapidement par là où ils étaient arrivés. Elle venait de descendre du mur quand le jeune homme fut libéré de son immobilisme et secouait la tête en comprenant combien tout ça était du gâchis. Il avait fait une erreur, il devait la réparer ou au moins essayer. Retrouvant ses esprit, il rangeait ses affaires qui dans l’action c’était retrouvés en vrac, une chance qu’il n’ai pas fait voler son ipod dans la flotte ou de l’autre côté du mur. Remettant au goût du jour son habileté pour le parkour il partit en courant et sautait au bas du mur pour rattraper Sidney. Elle marchait vite et s’était déjà pas mal éloigné mais il allait la rattraper sans mal « Attends ! » criait-il en accélérant sa course jusqu’à la dépasser pour se placer face à elle et l’obligée à s’arrêter. Il était un peu essoufflé mais réussi quand même à articuler « Je… on doit parler. » heureusement il reprenait assez rapidement son souffle, c’était plus facile pour s’exprimer. « J’ai agit comme un égoïste… je suis désolé. » il lui fit un signe de la main pour qu’elle le laisse parler et l’écoute « Tout ça, cette journée, ce moment c’est pour ça que j’ai dérapé, l’envie de t’embrasser s’est imposée à moi et j’ai pas réfléchis je l’ai fait. » il haussait les épaules « Sauf que tu l’as dit plus tôt t’as quelqu’un… j’avais pas le droit de faire ça. » il fit une moue qui montrait combien il était désolé « Du coup j’ai tout gâché. Je le sais… c’est ça que je regrette, juste ça. D’avoir été stupide de pas réfléchir. » il lui adressait un petit sourire « J’aime pas savoir que t’es complètement perdue à cause de moi et de mes lubies de jeune imbécile. » il laissait échapper un soupir « J’espère juste que t’arriveras à me pardonner et qu’on pourra se revoir… » il avait fini son discours, la balle était désormais dans son camp et il s’écartait de son chemin pour lui laisser la possibilité de partir dès maintenant si elle le souhaitait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Sidney E. Harris

Messages : 22
Date d'inscription : 31/12/2014


MessageSujet: Re: Être ou ne pas être ? (zach)   Dim 27 Déc - 18:23

« Je suis désolé… » Au fond, il n’avait pas à l’être. Il n’avait aucune idée de ce qui se jouait à l’intérieur de la jeune femme. Il ne savait pas qu’il venait de la confronter à la réalité, au temps présent. Parce qu’il était effectivement temps d’avancer, de faire son deuil et de laisser Eric reposer en paix. Parce qu’en l’invoquant sans cesse avec tous ces souvenirs, toutes ses visions d’un futur à deux, elle attirait sans cesse son souvenir, son âme. Le baiser que Zach venait de lui offrir était le symbole même d’un ailleurs, d’autre chose. Cette histoire tragique dont elle avait tant de mal à se relever faisait partie de sa vie, elle ne pourrait l’en effacer d’un revers de gomme, elle ne pourrait déchirer cette page, la brûler et faire en sorte qu’elle n’ait jamais existé. Elle ne le souhaitait pas non plus, d’ailleurs. Il était simplement venu le temps de tourner la page, et de découvrir toutes les autres du roman de sa vie. Temps de se reconcentrer sur elle, et pas sur le fantôme de son amour déchu. Temps de renouer avec la réalité, avec le monde autour d’elle, et avec ses proches. Oui, il était temps de redevenir Sidney et plus l’ombre d’elle-même. Même si elle ne serait plus jamais la même, il fallait qu’elle se mette à la recherche de la nouvelle Sidney. Ce baiser signifiait tant pour la brunette, pour sa vie future. Sans doute Zach n’avait vraiment pas la moindre idée du remue-ménage qu’il venait de provoquer. Mais s’il savait combien il était essentiel pour la jeune femme, nul doute qu’il aurait agi de la même manière si cela était à refaire. En fin de compte, c’était un peu comme de se retrouver à la fin d’un chapitre d’une lecture qui faisait réfléchir, le genre de livre qui ne vous laisse pas indemne. Il était important de poursuivre, et en même temps, on y allait un peu à reculons, de peur de la suite. Pourtant, la fin de chapitre donnait l’eau à la bouche, et l’envie de poursuivre était là, parce que, quand même, il fallait savoir ! Ce baiser la ramenait à l’état de femme célibataire, capable de susciter ce genre de désirs, et elle n’y avait pas été préparée, mais il était plus qu’essentiel qu’elle en prenne conscience pour qu’elle puisse enfin aller de l’avant. Ses lèvres avaient le droit d’être embrassées, et elle avait tout autant le droit d’accorder un baiser à quelqu’un. Il fallait qu’elle s’y fasse une raison. Sauf que dans la cervelle de la brunette, tout ceci était dur à voir et à réaliser. Ce baiser était synonyme de changement, ça, elle le savait. Mais elle ne se rendait pas compte à quel point il était essentiel et toute l’envergure de ces changements.

Les engrenages de son cerveau s’étaient mis en route, et elle avait pu se rendre compte de certaines choses. Certes, elle avait été un peu brusquée et c’était dur d’appréhender quelque chose de cette manière. Alors oui, elle était toute retournée, toute perdue. Elle niait ce changement, elle n’en voulait pas parce qu’elle ne se sentait pas prête à tout. Ses yeux s’embuèrent donc naturellement. « Sid… » Il fallait qu’elle s’en aille, qu’elle rentre. Il fallait qu’elle se recroqueville chez elle, sur son canapé, emmitouflée dans un plaid polaire, qu’elle se laisse aller à pleurer. Peut-être qu’en refusant catégoriquement d’avancer, on la laisserait tranquille ? Elle n’avait pas cette force, ce désir de vaincre, de surmonter de telles épreuves. Et pourquoi fallait-il tourner la page, d’ailleurs ? Pourquoi ne pouvait-on pas vivre dans le passé, avec un futur façonné de rêves irréalisables ? Pourquoi fallait-il obligatoirement vivre dans le présent ? Ses pensées l’assaillirent tandis qu’elle s’était déjà éloignée du jeune homme. S’il savait tout ce qui occupait ses pensées. Vraiment, elle ne lui en voulait pas. Bien qu’il semblait vouloir oublier cet instant, qui avait pourtant été agréable. Ceci dit, la jeune femme faisait inconsciemment de même. Elle se focalisait sur tout le reste, tout l’à côté, mais laissait cette partie, bien qu’on ne peut plus importante, de côté. Au fond, elle avait le don de se mettre des œillères. Mais pourquoi fallait-il obligatoirement voir ? Pourquoi ne pouvait-on pas continuer sa vie ainsi ? Et puis, à quoi bon, d’ailleurs ? Puisqu’elle s’arrêtait aussi vite qu’elle commençait, pourquoi faire tant d’efforts ? « Attends ! » En entendant la voix de Zach, elle sortit de ses pensées. Quelque chose en elle se mit à rebondir, comme si son interpellation répondait à sa question. Mais elle ne s’en rendit pas compte, se contentant de s’arrêter alors qu’il se retrouvait face à elle. Incapable d’ouvrir la bouche pour former le moindre mot, elle planta son regard dans le sien, attendant qu’il s’exprime. Que pouvait-il dire de toute manière, alors qu’elle ne savait même pas quoi penser à cet instant. « Je… on doit parler. » Ce n’était jamais bon signe. On doit parler était l’alternative du fameux il faut qu’on parle. Et d’aucun savait que cela n’envisageait rien qui vaille, la plupart du temps. « D’accord… » articula-t-elle on ne peut plus difficilement, tout en chassant deux, trois larmes qui coulaient le long de ses joues. « J’ai agit comme un égoïste… je suis désolé. » Elle aurait aimé lui dire que ce n’était pas de sa faute, qu’elle avait des conflits intérieurs qui avaient amorcés sa réaction, mais elle ne savait pas comment le lui dire, et avait l’impression de ne pas pouvoir. Parler d’Eric était sacré pour elle, et c’était ridicule mais le fait de prononcer à haute voix son nom et leur histoire lui semblait être l’acte suprême qui lui ferait tourner la page. Cela rendrait la fin de cette histoire réelle, c’était la fin du chapitre.

Aussi, elle secoua la tête en signe de négation, et voulu prendre la parole, mais d’un geste de la main, il l’interrompit dans son élan, et elle referma immédiatement la bouche pour le laisser continuer. « Tout ça, cette journée, ce moment c’est pour ça que j’ai dérapé, l’envie de t’embrasser s’est imposée à moi et j’ai pas réfléchis je l’ai fait. » L’envie de l’embrasser. Il en avait eu envie, oui. Ce n’était pas quelque chose qui était sorti de nulle part. Pourtant, cela n’interpela pas Sidney qui ne réfléchissait plus vraiment. Elle comprenait simplement que cela était arrivé, comme ça, sans prévenir, sortit de nulle part. « Sauf que tu l’as dit plus tôt t’as quelqu’un… j’avais pas le droit de faire ça. » Là encore, elle aurait dû réagir, mais à peine entendit-elle cette phrase qu’elle était déjà ressortie de sa mémoire. Elle aurait pu lui dire que ce n’était pas tout à fait vrai, que ce n’était plus d’actualité. Pourtant, au fond d’elle, c’était toujours comme si. Sans doute était-ce pour cette raison qu’elle ne prêta pas vraiment attention à cette phrase. « Du coup j’ai tout gâché. Je le sais… c’est ça que je regrette, juste ça. D’avoir été stupide de pas réfléchir. » Encore une fois, elle secoua la tête de gauche à droite, voulant le rassurer. Elle ne lui en voulait pas. Elle n’avait pas l’impression qu’il avait tout gâché. Il l’avait forcée à faire un pas en avant, mais il n’en avait pas la moindre idée. « Tu n’as pas été stupide. » réussit-elle à articuler. Sid aurait aimé lui dire d’autres choses, mais tous ces mots restaient coincés dans sa gorge. Retenus par ses maux. « J’aime pas savoir que t’es complètement perdue à cause de moi et de mes lubies de jeune imbécile. » Comment lui dire que le problème ne résidait pas dans l’acte en lui-même ? Que le problème était bien plus complexe et venait d’elle ? Il n’était pas le seul avec qui cela se produisait. C’était elle qui gâchait tout, chaque moment agréable, chaque tentative de connexion au monde, à la vie. C’était elle et son besoin d’être dans le passé, les responsables. Elle gâchait tout avec son psy, qui voulait l’aider mais à qui elle ne voulait pas se confier. Avec sa famille, qui tentait malgré tout une reconnexion, mais qu’elle interprétait de travers et contre qui elle avait érigé une barrière. Et maintenant avec lui. « C’est pas toi, Zach. C’est moi… » Quelle phrase cliché… Pourtant, là, c’était vraiment le cas. Il ne s’agissait pas de l’épargner, de prétendre qu’il n’y était pour rien alors que si. Non, c’était la vérité. Et elle avait beau s’en rendre compte maintenant, elle avait du mal à voir comment les choses pourraient évoluer. De manière générale. « J’espère juste que t’arriveras à me pardonner et qu’on pourra se revoir… » Complètement à l’ouest, elle ne s’était même pas rendue compte que sa dernière réplique était celle que l’on utilisait souvent pour mettre un terme à une relation, de façon gentillette. Mais à l’instant elle ne voyait pas plus loin que le bout de son nez, et il en était de même quant à la réflexion. Impossible pour elle de dire un mot de plus. Alors, elle hocha la tête plusieurs fois, de façon presque solennelle, tout en le regardant. Et puis, elle baissa les yeux, parce que c’était dur de le regarder sans se dire qu’elle était complètement folle. La brunette tenta un sourire, bien que cela ne ressembla sûrement pas à un sourire, et finit par s’éloigner, direction son passé. Elle tournait le dos au présent, à Zach et son envie de l’embrasser, à ce baiser. Et le pire dans l’histoire, c’était qu’elle ne s’en rendait même pas compte, trop occupée à suivre le chemin du passé, du connu, de ce qui la réconfortait malgré toute la peine qui s’ensuivait.


RP TERMINE

_________________

SIDNEY ✖ Mais je ne suis qu'un chapitre de ton existence, il y en aura beaucoup d'autres. Rappelle-toi nos merveilleux souvenirs, mais n'aies pas peur de t'en faire d'autres.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Être ou ne pas être ? (zach)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Être ou ne pas être ? (zach)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Zach parisé on the trading block???
» Zach Parise les rumeurs continuent
» Atelier Zach
» (m) - Zach McGowan || Baldr - Second et maitre d'armes des Shiedgedakru -RESERVE.
» ROOKIE + AGENT LIBRES
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
IT NEVER STOPS :: PARTIE RP :: Rps terminés-