AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 castle in the snow (jehla)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Nala Freshman

Messages : 47
Date d'inscription : 17/09/2014


MessageSujet: castle in the snow (jehla)   Mar 19 Jan - 16:12

Jetant un gros sac de sport lui servant de sac de voyage dans le coffre de sa voiture, elle soupira d’effort en le refermant. Pfiou, ce truc était vraiment lourd. Bon, il fallait reconnaître qu’elle ne savait absolument pas préparer un départ. Après tout, c’était une fille. A la garde-robe surdimensionnée ou presque. Qui tenait à ses produits de beauté. Impossible de voyager sans son gel douche préféré. Ni son shampoing faisant des miracles. Quant à ses divers soins, les laisser chez elle aurait été tout bonnement inimaginable. Son téléphone sonna et elle le sortit de la poche de son pantalon aussitôt. « Ouais ? J’me mets en route. Mais bien sûr qu’il vient ! On ne sera pas en retard. Bordel, mais bien sûr que j’ai pris l’itinéraire, je ne suis pas une débile non plus ! » Et sur cette phrase, elle raccrocha en soupirant une nouvelle fois. Son agent pouvoir lui sortir par les trous de nez, parfois. Bon, la plupart du temps, en fait. Mais cette fois, il avait trouvé un contrat assez sympa, et même parfait. Pourquoi cela ? Tout simplement parce qu’il allait aider la brunette dans son plan pour se faire pardonner. Embarquant dans sa voiture, elle mit le contact et démarra. Une pointe d’appréhension la saisit cependant tandis qu’elle roulait dans les rues de Bishopville. Ce n’était pas le genre de truc qui arrivait très souvent, mais comme elle était toujours en conditionnelle, elle ne voulait pas se louper. Et elle avait beau y avoir réfléchi pendant près de deux semaines, échafaudant ce PPP (plan pour pardon), la confiance qu’elle avait eu en cette idée de génie s’évanouissait à moitié. D’abord, elle avait fait des pieds et des mains à son agent pour qu’il lui trouve un contrat à deux, dans un endroit un peu « paumé » le genre de lieu qu’on ne visite pas en feuilletant un catalogue de voyage. Elle avait aussi précisé qu’un truc en rapport avec la saison serait cool. Un shooting hivernal. Et au début, cet abruti avait réussi à lui trouver des shootings improbables. Elle se souvenait d’un thème tout bonnement ridicule. Une nana en sous-vêtements, dans un décor enneigé, sûre d’elle et confiante face à…. Un yéti. Non mais vraiment… C’était d’un ridicule ! Son agent n’avait même pas pigé qu’elle voulait en shooting en duo, pas un shooting nécessitant deux mannequins, de sexes différents, pour deux choses différentes. Quel idiot, celui-là ! L’idée d’en changer lui traversa l’esprit alors qu’elle se garait devant l’appartement de Jehan. Coupant le moteur, elle inspira profondément avant de réaliser qu’elle n’avait pas pris en compte un détail important. Sa présence chez lui le fameux jour. Et merde… ! Et s’il était reparti en voyage ? Et s’il avait eu un contrat ? Non, a priori pas. Elle lui avait écrit pour prendre de ses nouvelles quelques jours plus tôt, lui disant que ce serait chouette qu’ils fassent un truc ensemble un de ces quatre. Et il n’avait pas fermé la porte.

Se décidant à quitter son véhicule elle alla saisir le code à l’entrée, qu’elle connaissait pour l’avoir zyeuter par-dessus l’épaule de Jehan plusieurs fois. Un doute la saisit cependant quant à deux chiffres, se demandant si elle n’inversait pas l’ordre mais non. Elle se pressa de monter jusqu’à l’étage de Jehan, et réalisa qu’elle avait oublié un autre facteur. Kathleen. Et si c’était elle qui ouvrait ? Et si elle lui disait que son frère n’était pas là ? Et si elle refusait tout simplement de la voir l’embarquer pour une semaine ? Soupirant, las de se poser des questions comme celles-ci, elle finit par sonner à la porte. Sur le moment, personne. Pas un bruit ne semblait provenir de l’appartement. Non, non et non. Il fallait qu’il soit là. Elle avait dit à son agent qu’il serait là, elle avait tout prévu ! Aussi, elle sonna une nouvelle fois, se disant qu’il devait avoir des écouteurs sous les oreilles, être endormi ou sous la douche. Après ce qui lui parut être une éternité, il apparut enfin. Soulagement intérieur puissance mille. C’était presque un feu d’artifice à l’intérieur d’elle car tout pouvait fonctionner sur des roulettes. Tout du moins, il y avait intérêt à ce que ça se passe comme ça. Elle ne s’était pas donné tout ce mal pour trouver le contrat parfait dans une ville ni trop loin ni trop près non plus. Un contrat hivernal, où ils auraient l’occasion de s’amuser en skiant, en faisant du snowboard et même de la luge. Avec chambre pas trop mal louées dans un petit chalet, et du temps libre. Non, vraiment, il fallait que ça marche ! « Salut handsome ! » lâcha-t-elle en lui offrant un de ses plus beaux sourires. « J’me suis dit qu’il était temps qu’on se fasse un petit truc tous les deux. » Et pas des moindres, d’ailleurs. Mais elle n’allait certainement pas lui révéler la moitié de son plan. L’effet de surprise serait gâché. Alors que tout était parfait. Le cadre. A moitié professionnel seulement, les activités, le petit road trip de quelques heures, le fait de « voyager » et le fait de vivre l’instant présent. « Fais tes bagages, criquet, on déménage. » Ok, la référence à Mulan n’était clairement pas appropriée, mais la réplique venait de surgir de nulle part, se portant assez bien au contexte. « Autrement dit, tu as… » elle marqua un temps d’arrêt histoire de vérifier l’heure sur sa montre avant de continuer, « à peu près dix minutes pour préparer ta valise. » Inutile qu’elle lui précise ce qu’il devait emmener. Routard comme il l’était, il devait avoir l’habitude des préparations rapides, au dernier moment. A un détail prêt, d’ordinaire, il devait connaître la localisation de sa destination, puisqu’il la choisissait. Là, c’était une surprise. Et c’était mieux ainsi. Hors de question d’essuyer un refus suite à une révélation. Elle envisagerait éventuellement de lui en faire lorsqu’ils seraient en voiture, roulant à vive allure. Une fois qu’il ne pourrait nullement s’échapper, en somme. « Evite les trucs d’été. » se contenta-t-elle de lui dire, lui offrant un indice sur leur destination, loin d’être chaude –quoi que… ça le deviendrait sûrement si son PPP marchait comme sur des roulettes. Elle haussa un peu les épaules en se permettant de s’accouder au chambranle de la porte d’entrée. Est-ce qu’il était en train de se demander ce qui lui passait par la tête ? Est-ce qu’il pensait qu’elle était tombée sur la tête ? Est-ce qu’il sentait un mauvais coup venir et se méfiait ? Est-ce qu’il était tout simplement agréablement surpris ? Elle n’aurait su le dire.

_________________

You make me glow, but i cover up, won’t let it show, so i’m puttin’ my defences up, 'cause i don’t wanna fall in love, if i ever did that i think i’d have a heart attack.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Jehan Lohnsen

Messages : 41
Date d'inscription : 01/10/2014


MessageSujet: Re: castle in the snow (jehla)   Lun 1 Fév - 15:15

Ce retour à Bishopville se déroulait assez bien pour Jehan, l’envie de repartir ne l’avait pas trop assaillie et il était plutôt content d’avoir retrouver certaines de ses habitudes. Vivre avec sa sœur, passer du temps avec elle en l’aidant un peu à la galerie de temps en temps. Mais le beau brun avait également repris son boulot en tant que barman au bar du luxueux hôtel du golf de la ville, cela à temps partiel. La plupart de ses journées étaient bien occupées, et la variété de ses activités évitait que l’oppressant sentiment de la routine qui s’installe ne fasse son retour. C’était l’une des choses qui l’avait fait repartir au bout du monde, mais le mannequin était décidé à poser ses valises à nouveau et cela pour quelques temps. Son retour avait néanmoins une saveur douce amère, il se plaisait dans cette petite ville de Caroline du Nord mais un truc manquait, et s’il se voilait la face en faisant semblant de ne pas savoir de quoi il s’agissait en réalité la réponse n’avait pas été si dure à trouver. Depuis l’après-midi passée avec Nala Freshman il n’avait pas revu la brunette. Il faut dire qu’il n’avait pas nécessairement cherché à le faire, trop fier pour un premier pas afin de rétablir peu à peu cette complicité qu’ils avaient su construire avant ce nouvel an où tout avait volé en éclats. On disait souvent du temps qu’il pouvait avoir une fonction de guérison, mais était-ce réellement le cas dans toutes les situations ? Car concernant celle-ci Jehan avait tendance à croire que le temps passé loin de celle qui avait été sa partenaire de shooting, mais pas que, n’agissait pas en la faveur de cette étrange et fragile sorte d’amitié qu’ils avaient tissé.
Sans doute aurait-il seulement fallu qu’il soit un peu moins têtu au lieu de continuer à se buter à ne pas faire preuve de faiblesse. En tout cas c’était ainsi que le jeune homme se représentait un éventuel pas en avant, une main tendue en direction de celle qui l’avait blessé plus qu’il ne l’aurait cru, plus qu’il ne l’aurait voulu. Personne n’en savait rien, pas même Kathleen avec qui il retrouvait pourtant une bonne relation, bien plus solide qu’auparavant. Son jardin secret s’était agrandi, et avec lui les doutes semblaient s’être multipliés. Paradoxalement Jehan se sentait d’avantage prêt à y faire face, ces mois passés loin de sa vie américaine ayant été bénéfiques. Le jeune homme se sentait grandi et avec ce sentiment venait la sensation de tourner une page à sa vie. Peut-être n’était-ce qu’une douce utopie mais il voulait croire à sa capacité d’avancer, ne serait-ce qu’un peu. A première vue ce n’était pas flagrant et son comportement presque puéril. Qu’attendait-il de ce jeu du silence avec Nala ? Lui même était incapable de le dire. Sans doute parce que ce n’était pas une stratégie mais tout simplement le reflet de son incapacité à passer au dessus de tout ça alors que la jolie brune, elle, paraissait le pouvoir. Jusque là il avait toujours été celui des deux qui s’accrochait, que ça soit pour emmerder Nala ou parce qu’il pensait que ça valait le coup de ne pas lâcher l’affaire. Sauf depuis cette soirée où il était tombé de haut en voyant la peur dans les yeux de la jeune femme, elle avait eu peur de lui et il s’était senti comme un bourreau, comme le responsable direct de son mal être… tout comme il se sentait encore parfois coupable de la condition de son frère.

La sonnette se fit entendre et Jehan levait les yeux, la seule personne qui pouvait sonner directement à la porte était très probablement sa sœur, cette tête en l’air ayant probablement encore une fois oublié ses clés. En petit frère un brin emmerdeur qui se respecte, le jeune homme décidait de laisser poireauter la concernée. Lui vint ensuite à l’esprit que quelqu’un avait très bien pu profiter du passage d’un autre habitant de la résidence pour ne pas avoir à sonner à l’interphone et venir directement à la porte de son appartement. L’hypothèse était probable mais ne fit pas lever le mannequin plus vite pour autant. Néanmoins quand une deuxième sonnerie retentissait Jehan daignait aller ouvrir en s’apprêtant à chambrer Kathleen puisqu’il était convaincu que c’était d’elle dont il s’agissait. Et la surprise fut de taille, environs un mètre soixante dix pour être exact, quand il se retrouvait face au charmant sourire de Nala Freshman en personne. Le mannequin ne pu retenir un haussement de sourcil en la voyant ainsi sur son palier, l’air enjoué. Mais il passait rapidement d’une expression à une autre quand la perplexité s’invitait à la fête alors qu’elle évoquait sa volonté qu’ils fassent un truc à deux. Une partie de jambe en l’air ? Non elle lui aurait déjà sauté dessus, ou ouvert un imper sur des dessous sexy ou… bref. Pas de dentelles affriolantes, au lieu de ça la jolie brune l’invitait à faire ses bagages et rapidement si possible. « C’est une sorte de kidnapping Freshman ? » déclarait-il amusé par la situation « Dix minutes donc… » répétait le jeune homme avant de hausser les épaules « Une chance pour moi que je ne sois pas une gonzesse. ». Son regard vint appuyer son propos puis il lui fit signe d’entrer « Assieds toi, j’arrive. ».
Le jeune homme se dirigeait vers sa chambre et entendit le conseil de la jeune femme quant à son choix de vêtement « Ok c’est noté. ». Pas de truc d’été, donc plutôt des trucs d’hiver concluait-il en observant son placard. Jeans, pulls, sweat, écharpe, bonnet - celui gracieusement offert par Nala en personne of course – des boxer, des chaussettes, et ses affaires de toilette. L’opération avait dû lui prendre à peu près le temps accordé par la brunette, le plus compliqué pour Jehan n’étant pas tellement de choisir ce qu’il allait emporter mais comment le ranger dans son sac. Fier d’être dans les temps il rejoignait la pièce à vivre où l’attendait sagement sa kidnappeuse « J’imagine que c’est totalement inutile de demander où on va parce que tu ne me le diras pas… » supposait-il avec un petit sourire « Tu sais comme je suis curieux. Alors on y va ? » disait-il en montrant la porte qui les conduirait hors de l’appartement. Lorsqu’ils furent dans la voiture de la jeune femme Jehan songeait qu’il n’avait eu aucune difficulté à accepter cette invitation totalement inattendue de la part de Nala, que pas un instant il n’avait hésité. Finalement le plus difficile était lorsqu’ils ne se voyaient pas, envisager d’être le premier à la contacter lui semblait quelque chose de presque impossible, en revanche l’avoir devant lui, voir son sourire avait tout rendu beaucoup plus facile… c’était peut-être ça la clé à propos du temps, ce temps ils devaient le passer ensemble pour se réapprivoiser.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Nala Freshman

Messages : 47
Date d'inscription : 17/09/2014


MessageSujet: Re: castle in the snow (jehla)   Dim 7 Fév - 13:57

« C’est une sorte de kidnapping Freshman ? » La surprise s’était lue sur son visage dès qu’il avait ouvert la porte, et au fond d’elle, Nala ne pouvait s’empêcher de ressentir cette pointe de fierté. Parce qu’il ne s’y était pas attendu. Se montrer surprenante devenait important à ce stade, parce qu’il lui avait prouvé plus d’une fois qu’il la connaissait sans doute mieux que quiconque, en devinant ses actions notamment. Mais vue la situation dans laquelle ils se trouvaient, cette complicité à regagner, c’était d’autant plus important. Pour lui prouver qu’elle en avait encore à revendre, que si la jeune femme avait une fierté assez mal placée la plupart du temps, elle était tout de même capable de faire tout son possible pour réparer ses erreurs. Et elle y tenait vraiment. Sans doute parce qu’au fond, ça l’avait beaucoup travaillé par la suite. Son comportement, son aveuglement, sa peur irrationnelle. Elle s’en était vraiment voulu d’avoir pu croire un seul instant que… Bref. La jeune femme devait tenter de réparer les pots cassés, et ce petit voyage surprise était une de ses tentatives. Allait-il accepter de la suivre sans la moindre idée de ce qui l’attentait ? Serait-il sur la défensive en imaginant qu’il s’agissait là d’un subterfuge quelconque ? Serait-il convaincu que c’était une très mauvaise idée de se laisser ainsi dans l’aventure, avec elle ? « C’est un Jehanapping, effectivement. » répondit-elle, un petit sourire presque timide sur le visage, provenant de la référence. Dans un sens, c’était aussi un indice. Elle lui révélait par là même qu’elle souhaitait continuer à se racheter auprès de lui, suite à cette fameuse soirée. Soirée qui, cela dit en passant, était devenue aussi tabou que Lord Voldemort lui-même. « Une chance pour moi que je ne sois pas une gonzesse. » A priori, il acceptait sa proposition, ce qui eut pour effet de l’étonner un peu, sans qu’elle ne le montre pour autant. C’en était presque inattendu, presque trop facile. Mais c’était un excellent départ. Ne restait qu’à espérer que la suite serait du même acabit. En sachant qu’ils allaient être coincés tous les deux dans une voiture pendant quelques heures, ça pouvait se compliquer. Parce que si la gêne s’installait à nouveau, le trajet se ferait dans le plus grand silence, et ce serait alors un sacré départ arrêté. Il n’empêche que la jeune femme ne put s’empêcher de rire à sa réplique, en pensant au temps qu’elle avait elle-même mis à préparer sa valise. Ceci dit, c’était différent, il avait fallu qu’elle jauge un sacré nombre de vêtements. Et comme elle ne voulait pas voir son PPP échouer, il avait fallu qu’elle choisisse avec le plus grand soin ses tenues. Qu’il s’agisse de la couche supérieure ou de la couche inférieure. Parce que Nala avait un certain nombre d’idées qu’elle souhaitait mettre à exécution. Ses plans n’échouaient que rarement, tout du moins, jusqu’ici. Mais il fallait reconnaître que c’était sans doute le premier qu’elle élaborait sans la moindre intention de nuire, bien au contraire. Et ça, c’était bien quelque chose qu’il fallait souligner.

Il l’avait invité à entrer dans l’appartement, elle suivant sagement ses instructions, elle s’était assise en attendant qu’il fasse ses bagages. L’excitation l’envahie, et un certain ravissement lui mis du baume au cœur. Il acceptait. Vraiment. Véritablement. Il était dans sa chambre, juste à côté, et terminait de prendre ce dont il aurait besoin pour cette escapade. Impossible donc pour la jeune femme de se départir de son large sourire. Elle en oubliait même de vérifier sa montre pour voir s’il respectait effectivement le timing qu’elle lui avait donné. Que ce soit le cas ou non, ce n’était pas grave en soi. Pour la simple et bonne raison qu’elle avait prévu une marge de manœuvre d’une demi-heure. Après tout, on ne savait jamais ce qu’il pouvait se produire. Il suffisait d’un pneu crevé lors de la route pour vous mettre en retard. Là, au moins, si cela devait se produire, ils arriveraient tout de même à l’heure. Mais elle aurait pu le chambrer s’il avait mis plus de temps que celui accordé. Et se chercher, c’était bien ce qu’ils savaient faire de mieux tous les deux. Elle fut presque surprise de le voir revenir aussi rapidement. En réalité, il lui avait semblé qu’il était parti deux minutes seulement, mais sans doute avait-elle été trop plongée dans ses pensées pour se rendre compte du temps qui passait. « J’imagine que c’est totalement inutile de demander où on va parce que tu ne me le diras pas… » Voilà exactement ce dont elle pensait quant à l’effet de surprise. Jehan était doué pour anticiper ses agissements, et il la connaissait vraiment, vraiment, vraiment très bien. En guise de réponse, elle se contenta de lui offrir un très large sourire qui en disait long. Effectivement, il voyait juste. « Tu sais comme je suis curieux. Alors on y va ? » Ca aussi, elle le savait. Mais il était un curieux qui se contenait, et ça, c’était bien pratique. « C’est parti ! » Elle se retint d’ajouter un stupide « mon kiki » mais cette expression lui était venue naturellement et témoignait volontiers de son enthousiasme. Ils furent rapidement en bas, et tout aussi rapidement installés dans la voiture de la jeune femme. Ceintures attachées, il était temps de démarrer. Nala dû se retenir d’inspirer et d’expirer profondément. Au final, elle était aussi excitée qu’une gamine qu’on emmenait à Disneyland. Si d’ordinaire elle aurait trouvé ça d’un ridicule absolu, pour le coup, elle s’en moquait royalement.

« Je suis contente que tu aies accepté. » lâcha-t-elle le plus spontanément du monde. Fut un temps, elle ne se serait jamais laissé à dire une chose pareille. Mais depuis quelques temps, elle avait été beaucoup plus spontanée quant à ce qu’elle ressentait vraiment. Plus honnête. Et puis, elle l’était vraiment. Sans compter que pour retrouver leur complicité telle qu’elle était, il fallait qu’elle se montre franche et se mette un peu à nue. Cela lui semblait essentiel à ce stade de leur relation, et aussi étrange que cela pouvait paraître, elle n’avait pas tant de mal à s’y faire, à l’avouer. « On en a pour quelques heures de route. Ce n’est pas un énorme indice, mais ça te permets tout de même de réduire les possibilités. » Entre autre, il pouvait en déduire qu’ils n’allaient pas prendre l’avion, ni le train. Ils restaient dans le pays, mais s’éloignait pas mal malgré tout. Soudain, elle pensa à un détail qu’elle avait oublié jusqu’ici et ses yeux s’écarquillèrent un peu tandis qu’elle tournait la tête vers lui un bref instant. « Dis-moi que tu n’as pas énormément bu avant que je te kidnappe. » demanda-t-elle vivement et soudainement. Non pas que le cas contraire serait un problème puisqu’elle avait prévu un temps de latence, mais un arrêt pipi rapide n’était pas dans son programme. Tout du moins, pas dans l’immédiat. Elle finit tout de même par se reconcentrer sur la route. Ce n’était vraiment pas le moment d’être dissipée et d’avoir un accident. Vraiment, vraiment pas. Durant ce trajet, ils discutèrent, ils écoutèrent de la musique en se dandinant un peu, se laissant embarquer par la chanson. Plus d’une fois, la brunette avait même poussé la chansonnette, se moquant de chanter juste ou faux. Ils firent un premier arrêt près d’une heure et demi après le début de leur petit road trip. Non pas parce que la vessie de Jehan s’était manifestée, mais parce que ce fut l’inverse. Et oui… Cela avait d’ailleurs bien fait rire Jehan. La brunette en profita aussi pour acheter de quoi grignoter, parce qu’elle n’avait pas pris le temps de manger de la journée, trop occupée à planifier la suite des événements. Le reste de la route se passa bien, et la petite anxiété qu’elle avait éprouvée suite à la gêne possible s’était évaporée depuis bien longtemps. Au final, elle garderait un bon souvenir de ce trajet en voiture, qui leur avait permis de se retrouver un peu, de profiter de ce moment de légèreté. Ceci dit, petit à petit le paysage avait changé. Les arbres étaient plus nombreux, et surtout de plus en plus enneigé. A cet instant, il était certain que Jehan avait deviné leur destination, ou tout du moins, le but de ce voyage. En partie, en tout cas. Parce qu’il ne savait sûrement pas qu’ils s’y rendaient aussi pour travailler un peu.

Au bout de trois heures de route, après avoir emprunté les routes de montagne, ils arrivèrent à une station de ski, et la jeune femme alla garer sa voiture sur le parking réservé aux clients. « Tadaaam ! » dit-elle après avoir coupé le moteur, écarquillant les bras comme un magicien aurait pu le faire. « J’imagine que tu t’en doutais depuis un moment, n’est-ce pas ? » lui demanda-t-elle en souriant. En même temps, il ne fallait pas s’appeler Einstein pour avoir eu une idée de la destination sur la fin du trajet. « Mais… » commença-t-elle en levant un doigt « tu n’es pas au bout de tes surprises. » Son sourire fier était impossible à cacher. De toute manière, elle ne le souhaitait pas. Pour la simple et bonne raison qu’elle était ravie de lui réserver ces petites surprises. « On a trois quart d’heure d’avance. Je ne sais pas trop comment on a fait, mais on a gagné un quart d’heure sur la route. Ca nous laisse donc le temps d’aller tranquillement à la réception récupérer les clés de nos chambres, et d’aller les voir, tout en se repérant dans ce grand chalet hôtel. » Oui, parce que mine de rien, l’établissement était plus grand que ce qu’elle avait cru. Les photos ne lui avaient pas vraiment rendu justice. Aussitôt dit, aussitôt fait. Ils sortirent de la voiture, récupérèrent leurs bagages, et se dirigèrent vers la réception. Nala donna leurs noms au réceptionniste. « Ah oui, vous êtes là pour… » « Oui, oui, c’est ça. » le coupa-t-elle immédiatement, sans quoi il aurait tout révéler à Jehan. Et le jeune réceptionniste ne tarda pas à comprendre et à se décider à leur donner leurs clés. « N’oubliez pas que vous devrez avoir quitté vos chambre dans six jours, à 10 heures précises. » Levant les yeux au ciel, elle serra les dents pour rester calme et ne pas lui arracher les yeux. Cet idiot venait de lui révéler la durée du séjour ! Ce que les gens pouvaient être bêtes et doués pour gâcher les surprises ! « Merci… » grogna-t-elle en attrapant les clés et en s’éloignant de la réception. Ils se retrouvèrent vite dans le couloir de leur étage à chercher le numéro de leurs chambres. L’une à côté de l’autre, évidemment. « Ah, voilà la tienne ! » déclara-t-elle en lui donnant sa clé. Restait à savoir maintenant si les chambres étaient similaires aux photos qu’elle avait pu voir. Au pire des cas, ils n’auraient qu’à râler un peu. Mais normalement, les chambres étaient assez chics et cosy. Elle l’avait bien précisé à son agent. Restait juste à espérer qu’il n’avait pas tout compris de travers, comme c’était bien souvent le cas. « Le suspens est à son comble » dit-elle avant qu’il n’ouvre la porte de sa chambre pour la découvrir. Evidemment, curieuse comme elle l’était, elle mourrait d’envie de voir sa chambre. Elles n’étaient pas toutes décorées de la même manières, et c’était pour ça que la curiosité la dévorait un peu.

_________________

You make me glow, but i cover up, won’t let it show, so i’m puttin’ my defences up, 'cause i don’t wanna fall in love, if i ever did that i think i’d have a heart attack.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Jehan Lohnsen

Messages : 41
Date d'inscription : 01/10/2014


MessageSujet: Re: castle in the snow (jehla)   Mer 17 Fév - 20:45

Jehan avait des défauts mais on ne pouvait dire de lui qu’il fut bête, ainsi il voyait dans la démarche de Nala sa volonté de se racheter, et bien que jusque là le mannequin n’ai rien dit sur le sujet il lui en était reconnaissant. Sa fierté à lui avait pris le pas sur le reste, sa rancœur demeurait encore ancrée et il peinait à la combattre. Cette fois la jolie brune était celle qui faisait preuve de maturité, là où elle aurait pu elle aussi se murer derrière son orgueil et ne pas faire la démarche de tenter de renouer le contact avec le beau brun. Le jeune homme ne pouvait ignorer cela, faire comme s’il ne voyait rien derrière sa présence devant sa porte et cette invitation à se laisser embarquer dans une aventure dont il ne savait rien. Mais l’aventure c’était son truc après tout, non ? Et puis le temps faisant son œuvre, il avait pris le recul nécessaire pour se faire à l’idée que s’il était venu à Bishopville en premier lieu c’était pour emmerder Nala, mais surtout pour ne pas la perdre de vue, elle l’intriguait bien trop pour cela. Il y avait aussi cette attirance, presque magnétique, l’appel mutuel de leurs corps qui les avait conduit plus d’une fois à s’abandonner à l’assouvissement de leur désir. Amants réguliers, en soi c’était presque un exploit pour chacun d’eux mais les choses étaient allées au delà de ça et Jehan en avait pris pleinement conscience une fois éloigné de la jeune femme. C’était un peu comme si leur complicité était simplement recouverte d’une épaisse couche de poussière, il leur faudrait simplement le souffle nécessaire pour la repousser et redécouvrir le plaisir de partager des moments simples qui n’avaient rien à voir avec le sexe.
Curieux de ce que la jolie brune avait pu concocter, mais aussi attiré par l’idée de partager un peu de temps en sa compagnie, le mannequin n’avait pas hésité. Il faudrait bien qu’il en ai le cœur net, si ce séjour se passait mal c’est qu’ils n’avaient plus rien à faire ensemble que la cassure entre eux était irréparable. Mais s’ils n’essayaient pas, comment le savoir ? Car dans le cas contraire, leur lien n’en serait peut-être que consolidé, malgré que Jehan garderait toujours en mémoire le regard apeuré de Nala à son égard. L’enthousiasme dont elle faisait preuve était déjà un moteur encourageant pour le jeune homme dont les potentiels doutes s’évanouissaient à la vue du sourire qu’elle affichait. Ça lui avait manqué de la voir sourire ainsi. Il y avait un petit quelque chose de changé en elle, cette étonnante spontanéité peut-être ? Comme celle dont elle venait de faire preuve en exprimant sa joie qu’il ai accepter de partir à l’inconnu en sa compagnie. Un sourire étirait ses lèvres et il eu un léger rire « Je vois ça. » répondait-il simplement en glissant un petit regard en coin dans sa direction. Ils allaient avoir plusieurs heures de route l’informait-elle avant de s’enquérir de son niveau d’hydratation avant le départ. Cette fois c’était un rire bien plus franc qui lui échappait « T’en fais pas pour moi. Ça ira. » et au pire des cas si une envie pressante l’assaillait il avait l’avantage de pouvoir se soulager en pleine nature sans aucun problème.

Le voyage était une première étape importante de leurs retrouvailles, une introduction plutôt délicate étant donné le contexte de huis clos. Mais tout se passait pour le mieux, la bonne humeur au rendez-vous, le temps passait vite entre karaoké, chorégraphie et pause pipi pour la brunette. Jehan ne bien sûr pas cette opportunité de la taquiner en soulignant qu’elle était sans doute celle de eux deux qui aurait dû prendre d’avantage ses précautions concernant sa vessie. Le mannequin fit preuve d’un peu de machisme en se moquant de la nécessité absolue qu’elle avait eu de s’arrêter dans une station service. Vu de l’extérieur ils avaient sans doute l’air de deux adolescents en route pour un parc d’attraction particulièrement cool, au détail près que Jehan n’avait toujours aucune idée de l’endroit où ils allaient, hormis que ce fût au nord de Bishopville et que si sa géographie ne lui faisait pas trop défaut ils se dirigeaient vers des massifs montagneux. Une hypothèse qui se confirmait au fil des kilomètres pour ne laisser plus aucun doute au mannequin quand il vit les premières montagnes ainsi que de la neige. Jehan était ravi de cette destination et son enthousiasme pouvait aisément se lire sur son visage souriant. « Pour être une surprise s’en est une belle. » affirmait-il en observant le paysage par la fenêtre.
Après tout une partie du trajet sur une route sinueuse ils arrivèrent enfin à destination. Trois heures c’étaient écoulées depuis leur départ de Bishopville mais le temps n’avait absolument pas paru long au jeune homme. La jolie brune stoppait sa voiture sur un parking et confirmait que c’était là qu’ils allaient passé quelques jours. « Quand j’ai vu la neige j’avoue qu’il y avait moins de suspens. » mais Nala lui promettait qu’il n’avait pas tout vu et ça le beau brun n’en doutait aucunement. Il haussait les épaules et s’en remettait totalement au programme de la jeune femme, sans appréhension mais avec une puissante curiosité. La brunette était surprise qu’ils furent en avance sur sont timing d’origine « Ça c’est parce que tu pensais que j’allais mettre du temps à me décider, tu avais vu large. » il riait « Ou pour la valise. Mais c’est plutôt cool d’être en avance, non ? Malgré ta pause de Miss petite vessie. » il levait les yeux, en affichant un petit air innocent, sortait de la voiture et suivait la maîtresse des opérations en direction de l’hôtel. Le chalet était grand, d’un standing élevé, ces paramètres là laissaient présager d’un agréable séjour. Lors du passage à la réception pour récupérer les clés de leurs chambres, Jehan pu glaner une information sur le séjour grâce au type de l’accueil qui vendait la mèche. Six jours dans cette station de ski avec Nala, ça lui convenait. A pire si les choses ne se passaient pas si bien que durant le trajet en voiture, ils avaient largement la place de ne pas trop se croiser, du moins en dehors de l’hôtel. Mais le mannequin avait comme l’impression que tout se déroulerait bien, ou alors était-ce une envie ?

Les clés en leur possession ils arpentaient un des couloirs du chalet à la recherche de leurs chambres. Jehan s’arrêtait devant la porte portant le numéro correspondant à celui de la clé que lui avait donné Nala, il lui adressait un sourire à sa remarque sur le suspens quant à la découverte de l’endroit où ils allaient vivre durant six jours. Le mannequin ouvrit la porte et s’apprêtait à entrer, il sentit la présence de la brunette juste derrière lui, curieuse de savoir à quoi ressemblait sa chambre. Il tirait la porte pour et se tournait vers elle avec un petit sourire en coin « Dis donc Freshman… j’ai pas droit à un peu d’intimité ? » demandait-il sur le ton de la plaisanterie avant de faire une nouvelle feinte en ouvrant la porte puis la refermant à nouveau. Du coin de l’œil il observait la réaction de la jeune femme et finissait par ouvrir la porte pour entrer. S’arrêtant au milieu de la pièce il observait l’endroit en tournant sur lui même « C’est pas mal. » c’était même très chaleureux et agréable comme ambiance, le tout avec une déco assez moderne. Jehan s’approchait du lit et se laissait tomber dessus « Le matelas à l’air bien. » il regardait en direction de Nala « On va voir la tienne ? » proposait-il en se redressant. Ils n’allaient pas tester son lit maintenant… Jehan se surprit à avoir cette pensée, ce n’était pas une nouveauté entre eux, mais après leur prise de distance ils n’étaient plus vraiment dans cette dynamique là.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Nala Freshman

Messages : 47
Date d'inscription : 17/09/2014


MessageSujet: Re: castle in the snow (jehla)   Sam 27 Fév - 18:48

« Pour être une surprise s’en est une belle. » C’était complètement idiot et Nala se détestait déjà pour ressembler à une parfaite adolescente, ou pis encore, une héroïne de comédie romantique. Pourtant, cette simple phrase l’avait rendue heureuse. Qui plus est, elle la rassurait à un point inimaginable. D’une part, elle avait visiblement réussi à le surprendre, ce qui n’était pas chose aisé alors qu’il avait un don presque inné pour lire en elle. Mais surtout, cela lui faisait plaisir ! Et ça, c’était une victoire d’une satisfaction sans pareille. Son PPP était en marche, et jusqu’ici tout se passait à merveille, comme sur des roulettes. Ou plutôt comme sur des skis ! Un certain euphorisme la saisit alors, parce que clairement, il n’y avait pas de mot plus exact pour définir ce qu’elle ressentait à cet instant. Même si ce parallèle avec une héroïne de comédie l’emmerdait, elle était heureuse. Le séjour se présageait excellent, et il ne restait plus qu’à espérer pour que cela se passe effectivement de la sorte. Rien n’était cependant garantie, d’autant qu’elle ne lui avait pas encore annoncé qu’ils allaient bosser durant ces quelques jours. Peut-être que cela ne lui plairait pas, peut-être avait-il accepté le voyage dans le but de se couper du travail et du quotidien ? Peut-être que ça, ça le décevrait, oui. Mais mieux valait ne pas y penser pour l’instant. Nala fut ravie de voir qu’ils étaient en avance, et elle mourrait d’envie de rire au nez de son agent. « Ça c’est parce que tu pensais que j’allais mettre du temps à me décider, tu avais vu large. » Fronçant un peu les sourcils, elle y réfléchit quelques instants. Il n’avait pas tort. Elle avait imaginé plusieurs réactions de sa part, mais pas une acceptation aussi rapide que celle-ci. « C’est vrai. » reconnut-elle simplement. Inutile de chercher à le nier, et puis, elle n’avait aucun besoin et aucune envie de lui cacher ce fait. Elle ne l’avait pas vraiment remarqué, se contentant de constater le changement, mais cette distance forcée entre eux l’avait fait grandir. Reconnaître et assumer certaines choses, qui plus est quand il s’agissait de ressentis, était un énorme pas. Quelque chose qu’elle n’avait jamais envisagé. Toujours chercher à se protéger, c’était bien sa seule optique. Tout du moins, avant. « Ou pour la valise. Mais c’est plutôt cool d’être en avance, non ? Malgré ta pause de Miss petite vessie. » L’espace d’un instant, elle hésita entre le rire ou la vexation, et finit par opter pour la solution la plus naturelle et spontanée, soit le mélange des deux. « Dis-donc, j’y peux rien si la femme est constituée d’une vessie à faible capacité ! J’aimerais t’y voir, toi ! » Petite pique pour petite pique, elle avait l’impression qu’ils revenaient petit à petit à la normale, à leur normale. Mais il fallait y aller pas à pas, et il y avait des choses qu’elle se savait toujours incapable de se permettre. Ceci dit, elle voyait tout cela d’un bon œil, parce qu’ils se retrouvaient un peu, comme deux amis et amants s’étant perdus de vue depuis des années. Parce que oui, ils étaient amis. Il l’avait toujours soutenue, l’avait supporté, elle et ses caprices, elle et ses conneries. Elle avait beau détester les étiquettes, force était de constater qu’ils rentraient dans cette catégorie.

Arriva alors le moment d’aller visiter leurs chambres respectives. La question était de savoir si celles-ci seraient à leur goût. Normalement, il ne devrait pas y avoir de souci, puisque tout avait été réglé pour le contrat. Et si tel devait être le cas, ils pourraient justement en jouer pour avoir mieux. Ils commencèrent par la chambre du jeune homme qui fut la première sur leur chemin. « Dis donc Freshman… j’ai pas droit à un peu d’intimité ? » Evidemment que non. Elle était toujours aussi curieuse et cela ne changerait pas le moins du monde. Fronçant les sourcils d’un air sceptique, elle lui répliqua alors. « Même pas en rêve ! » Et puis, pour quoi faire, d’ailleurs ? Bien sûr, il plaisantait, mais pas elle. Et en plus, il s’amusait à ses dépens, puisqu’il ouvrait légèrement la porte et la refermait aussitôt. « Ce que tu peux être gamin parfois. » déclara-t-elle en levant les yeux au ciel, et en feignant d’être agacée. En réalité, elle explosait de l’intérieur de retrouver cette intimité avec lui, ce côté taquin. Oui, elle aimait bien quand ils s’emmerdaient mutuellement. Après tout, avec les galipettes sous la couette, c’était l’essence même de leur relation, ce qui avait fait qu’ils en étaient là aujourd’hui. C’était en s’emmerdant que tout avait démarré. Finalement, ils purent enfin voir l’état de la chambre, et il fallait avouer qu’elle était loin d’être désagréable. « C’est pas mal. » Quelle modestie ! C’était franchement une chambre très agréable ! « Ouais, c’est pas mal. J’espère que la mienne aura plus une âme de princesse. Non, de reine, plutôt. Après tu vas me sortir une connerie sur la couleur rose, les contes de fées ou que sais-je encore. » répliqua-t-elle en se la jouant légèrement starlette. Mais s’il l’avait toujours connue comme ça, il y avait cependant une importante différence à noter. Là, elle plaisantait. En réalité, sa chambre pouvait être somme toute loin d’être agréable qu’elle s’en ficherait complètement. Parce que ce n’était pas le but du voyage, et qu’elle n’avait pas l’intention d’y passer toute ses nuits. Mais ça, c’était une autre histoire, et ce n’était pas gagné d’avance. « Le matelas à l’air bien. » Ca, par contre, c’était un détail important, qu’elle nota bien consciencieusement dans son esprit. Un bon point, même. Quoi que le matelas n’était pas indispensable pour ce qu’elle avait en tête. Il y avait d’autres possibilités. Comme une bonne douche, notamment. « On va voir la tienne ? » Il la fit sortir de ses pensées et c’était tant mieux. Encore un peu et elle se serait laissé aller à imaginer leurs ébats. Là, elle aurait été capable de lui sauter dessus immédiatement, mais c’était, tout du moins à ses yeux et à cet instant précis, le meilleur moyen de risquer qu’il lui ferme la porte au nez. Ils avançaient encore trop sur des braises pour tenter cela. Aussi, elle hocha la tête avant de faire demi-tour.

Contrairement à lui, elle ne fit pas durer le suspense, et ne tarda pas à ouvrir la porte pour découvrir sa chambre. C’était cosy, douillet, et en même temps super confort. Loin d’être désagréable à regarder, elle était tout aussi superbe que celle de Jehan. « Ça fera l’affaire. » dit-elle d’un air faussement modeste. « Mais il reste le point le plus important à vérifier. » déclara-t-elle en posant son sac dans un coin et en se dirigeant vers l’autre porte de la chambre. « La salle de bain. Ça peut être complètement rédhibitoire. » Elle ne tarda pas à le découvrir, et elle fut surprise de voir une baignoire et non une douche, mais ce point lui plut énormément ! « La vache ! » chuchota-t-elle en voyant sa taille. « Hum, je veux dire, c’est un minimum… » se reprit-elle en plaisantant avant d’éclater de rire. Elle n’arrivait même plus à jouer à la diva avec lui, c’était grave. Tout du moins, à sembler crédible. « Sérieusement, on pourrait y entrer tous les deux ! » Ca, par contre, elle ne l’avait pas perdu. Ce don de distiller des allusions par-ci par-là. Décidément, ce séjour se promettait d’être on ne peut plus intéressant. Nala se retourna alors vers lui et lui sourit. Elle regarda alors l’heure, et se rendit compte qu’ils venaient de perdre un bon quart d’heure. Ne leur restait que ce même laps de temps. « Oulala, on va être en retard. Bon, t’as quinze minutes pour te changer, parce que j’sais pas toi, mais moi le jean mouillé jusqu’aux mollets par la neige, ça me plait moyen. » En fait, ça lui donnait surtout très froid. « J’te rassure, on sort pas. Donc tu peux rester cool, mais pas trop non plus. On va en quelques sortes bruncher. Enfin, apéritif de bienvenue, quoi. » Plus ou moins, parce qu’il s’agissait surtout de rencontrer l’équipe pour leur shooting. Qui plus est, Jehan avait toujours un contrat à signer. Ca, malheureusement, elle n’avait pu le faire pour lui. Et sans signature, pas de shooting. Et si pas de shooting, pas de séjour. Et… Oui, non, mieux valait ne pas continuer. « Allez zou, on se retrouve dans le couloir dans dix minutes tapantes. » Et sur ce, elle le poussa légèrement vers la sortie, pas vraiment dans le but de le chasser, mais dans l’optique qu’ils soient à l’heure. Une fois la porte fermée, elle se rua presque sur sa valise pour trouver une tenue appropriée à la saison et à l’environnement et assez chic en même temps. Malheureusement pour elle, les robes étaient exclues. On la prendrait pour une diva, à se pointer en robe alors qu’il faisait un froid de canard à l’extérieur. Ceci dit, elle trouva ce dont elle avait besoin, et enfila sa tenue en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire. Rapidement, elle fit un passage dans sa magnifique salle de bain pour une retouche maquillage et coiffure, avant de sortir dans le couloir, satisfaite.

Elle fut surprise d’être la première et réalisa qu’elle avait mis seulement cinq minutes, top chrono. Ceci dit, le jeune homme ne tarda pas à sortir, et c’est tout sourire qu’elle le regarda. « T’as traîné, dis-donc… » le taquina-t-elle avec un air faussement angélique. Ils se mirent en route vers le rez-de-chaussée pour se rendre dans la salle du meeting avec l’équipe. Evidemment, on lui avait déjà dit où cela se passerait, mais elle ne s’en souvenait pas le moins du monde. Heureusement, il ne fut pas compliqué de trouver la salle et elle s’arrêta juste avant d’y pénétrer. « Bon, c’est pas vraiment un apéritif de bienvenue. Enfin oui et non. J’espère juste que tu ne m’en voudras pas trop. » lui dit-elle en haussant un peu les épaules, se demandant par la même occasion si elle devait déjà lui révéler le pot aux roses ou pas. Puis, elle se rendit compte que si la première personne qui viendrait à eux leur parlerait du shooting sans le mentionner directement, il ne comprendrait rien. « On va bien sûr profiter de ces quelques jours en montagne pour faire pleins d’activités adéquates et tout, mais… » Elle marqua une petite pause, se rendant compte qu’une nouvelle fois, elle était nerveuse. Dès qu’il y avait le moindre risque que les choses tournent au vinaigre, elle l’était. « On est aussi là pour bosser. Enfin, si tu es d’accord, parce que tu n’as rien signé du tout pour l’instant. Enfin, c’est un shooting super sympa aux sports d’hiver, et puis personne d’autres que nous ne pourrait le faire. On forme un trop beau duo, les photos seront comme toujours superbes ! » C’était limite si elle cherchait déjà à le convaincre, comme s’il avait déjà décidé qu’il ne le voulait pas et qu’elle argumentait. « Enfin bon, c’est toi qui vois de toute façon. » Nouveau haussement d’épaules en conclusion. C’était quoi cette manie qu’elle avait eu de prononcer sans cesse « enfin », d’ailleurs ? La nervosité sans doute. Du moins, elle l’espérait. Finalement, elle ouvrit la porte et ils pénétrèrent tous deux dans la salle, où bon nombre de personne discutaient déjà. Nala espérait qu’ils n’étaient pas les derniers à arriver, et surtout qu’ils n’étaient pas en retard, même si cela avait été son habitude un long moment. Mais encore une fois, il y avait des choses qui changeaient. Osant tourner la tête vers lui pour le regarder, elle lui offrit un beau sourire avant de l’emmener rencontrer l’instigateur du shooting afin qu’il puisse lui-même lui expliquer indirectement de quoi il retournait. La brunette espérait vraiment qu’il accepte le shooting et y voit de belles opportunités. Professionnelles et quant à leur duo. Et s’il refusait… Eh bien, clairement, elle serait dans la merde. Le shooting débuterait le lendemain et elle n’avait pas imaginé de plan B. Sans doute une première pour elle qui assurait toujours ses arrières. Ceci dit, elle ne lui en pipa mot. Parce qu’il avait tout à fait le droit de refuser. Et que le lui avouer aurait été lui mettre la pression, lui forcer un peu la main pour qu’il accepte. Alors que c’était loin d’être le but recherché.

_________________

You make me glow, but i cover up, won’t let it show, so i’m puttin’ my defences up, 'cause i don’t wanna fall in love, if i ever did that i think i’d have a heart attack.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Jehan Lohnsen

Messages : 41
Date d'inscription : 01/10/2014


MessageSujet: Re: castle in the snow (jehla)   Sam 19 Mar - 19:59

Jehan s’amusait volontiers de la nature curieuse de Nala, et c’était de bonne guerre qu’il se laisse aller à un peu de taquinerie en faisant durer le suspens tout en réclamant de l’intimité. Bien sûr la jolie brune était bien trop têtue pour faire marche arrière ça il le savait pertinemment. Retrouver petit à petit leurs échanges, cette complicité autour d’un constant rapport de force était une bonne chose et le mannequin ne regrettait pas de laisser leur chance à ces quelques jours de retrouvailles. Si le jeune homme avait encore l’image de Nala totalement apeurée face à lui et gardait l’amertume de la manière dont elle l’avait repoussé, il se souvenait aussi de tout ces moments agréables passés en sa compagnie, suffisamment pour le convaincre qu’avoir fait plusieurs heures de route avec elle pour venir là était une bonne chose. C’était en la voyant sourire que Jehan se rendait compte que ça lui avait manqué, et si il n’y avait eu que cela… son rire, son regard, ses manières de diva alors qu’elle n’en est finalement pas vraiment une. Tant de choses qu’il connaissait d’elle et dont il était conscient d’avoir un privilège. « Une reine ? La reine des emmerdeuse ça je te l’accorde ! » répliquait-il à cette petite expectation que faisait la brunette quant à sa chambre. Pièce qu’ils allaient bien vite découvrir en bons curieux qu’ils étaient tous deux. L’endroit tenait ses promesses, ou plutôt se révélait à la hauteur de ce qu’ils pouvaient espérer. Néanmoins la brunette se laissait la possibilité d’émettre une réserve avant d’avoir checké la salle de bain… ce n’est pas une femme pour rien. Sa réaction ne pouvait qu’amuser Jehan, lequel roulait des yeux devant les fausses manies de diva que la jeune femme s’imposait. Ils avaient dépassé cela depuis un moment déjà, un fait que le beau brun avait plaisir à se remémorer.
La brunette évoquait la dimension généreuse de la baignoire d’angle, plaçant en celle-ci la possibilité d’en profiter à deux. L’allusion, tout comme la sienne précédemment à propos du lit, restait en suspend avec comme seul écho un léger sourire mais surtout un regard complice. Les vieilles habitudes ont la vie la dure, leur attirance avait été bridé par l’éloignement et s’ils marchaient encore un peu sur des œufs le magnétisme habituel de leurs deux êtres tendait à se réveiller progressivement. L’opération séduction s’induisait tout naturellement entre les deux mannequins, comme une rengaine bien connue, un tube de l’été qu’on n’oublie pas. Nala mettait fin à la moindre petite tension naissante par un regard sur sa montre, son timing toujours savamment calé et qui a priori ne pouvait souffrir d’aucun décalage. La jeune femme était maîtresse de leur planning et Jehan s’en remettait totalement à elle puisqu’il naviguait dans l’inconnu total. Prenant en compte les informations gracieusement données le beau brun hochait la tête « Bien patron. » lâchait-il, sa référence cinématographique passerait probablement inaperçu mais ça l’amusait. Rapidement il quittait la chambre de la brunette pour rejoindre la sienne et s’y changer. Il n’était pas très inspiré quant aux fringues qu’il comptait mettre et optait pour la simplicité. Un jean classique et un pull col en V, tenue sobre et décontractée mais pas trop. Ce juste équilibre atteint le mannequin sortait dans le couloir et il fut surpris de voir que Nala y soit déjà.

Evidemment il n’échappait pas à une des habituelles petites remarques de l’emmerdeuse qui l’accusait d’avoir trainé ce à quoi elle eut comme réponse un haussement d’épaule et un sourire. Ce n’était pas lui qui avait trainé mais elle qui s’était dépêchée, ce qui n’avait rien d’étonnant vu son excitation depuis qu’elle avait sonné chez lui il y a plusieurs heures. Ils descendirent au rez-de-chaussée prenant la direction de la salle de réception du chalet, nouveau paramètre qui titillait encore d’avantage la curiosité de Jehan. Arrivé à hauteur de la porte ils s’arrêtaient et la brunette s’essayait à une explication de ce qui les attendait sans pour autant être vraiment claire. Elle voulait sans doute garder encore le suspens le tout en soulignant qu’elle espérait que ça n’ai pas d’effet négatifs… cela rendait le mannequin perplexe et il ne le masquait pas. Peut-être eut-elle un tant soit peu de scrupule à le laisser autant dans le flou car la jeune femme se lançait dans une petite clarification de la situation. Durant ce séjour ils allaient profiter des activités proposer et de la montagne mais pas que… et pour cause, s’ils étaient là c’est qu’un shooting photo était prévu. Nala avait tout prévu pour que leur duo devant l’objectif se reforme. Jehan arquait un sourcil en l’écoutant argumenter en faveur de ce contrat, mettant en avant le caractère agréable du contexte et le thème sympa des séances photos.
La manœuvre méritait d’être audacieuse au vue de l’état de leurs relations ces derniers mois, ou plus exactement leur quasi absence de contact. A cet instant elle n’était plus si sûre d’elle, le choix appartenait au jeune homme et avec un simple refus il pouvait tout foutre en l’air. Mais s’il avait accepter de la suivre, de partir à l’aventure sans rien savoir de l’endroit où Nala l’emmenait ça n’était pas pour la planter maintenant. Une nouvelle fois elle venait de le surprendre en sortant des son propre sentier battu. Toute cette organisation soulignait un sacré effort de sa part pour faire ce qu’il voyait comme un mea culpa, ou du moins une tentative d’aller vers une réconciliation plus franche. Le jeune homme aurait presque été tenté de lui demander qui elle était et qu’est-ce qu’elle avait fait de cette foutue peste de Nala Freshman, mais son regard ne trompait pas, il ne le trompait jamais. A la fin de son argumentaire elle n’attendit pas une quelconque réponse ou un indice concernant sa décision et ouvrait la porte. Ils entraient dans la salle où se trouvait déjà pas mal de monde, l’équipe de shooting était conséquente, signe qu’il ne s’agissait pas d’un petit projet à la va vite. Jehan répondait au sourire offert pas la brunette et la suivait pour rencontrer le responsable de la campagne de publicité. Le jeune homme le connaissait, ils avaient déjà travailler ensemble auparavant et l’homme en savait beaucoup sur ces récents choix de carrière à l’étranger. Il soulignait combien il était ravi qu’il soit de retour et de l’avoir ici pour ce contrat.

Une petite signature, quelques poignées de mains et présentations plus tard, le jeune homme rejoignait l’initiatrice du plan. « T’es une foutue cachotière tu le sais ? » disait-il en se servant un verre de punch « Mais je dois admettre que tu as rondement mené ton affaire Freshman. Je n’ai rien vu venir. » il levait les yeux « Moi qui pensais que tu m’offrais juste un peu de vacances au ski… tu m’amènes là pour bosser. » il ne lui en voulait pas le moins du monde bien au contraire. Il buvait une gorgée de sa boisson et fit une petite moue dubitative « Pas mauvais mais ça ne vaut pas le mien. » il piquait un petit four, il ne faut pas boire le ventre vide. « C’est sympa d’avoir pensé à moi en tout cas. Enfin je ne sais pas du tout comment les choses se sont discuter pour ce contrat et je ne veux pas savoir. » son regard croisait celui de la brunette « En tout cas je tiens à dire que je le fais avec plaisir. C’est cool d’être là… avec toi. » il était totalement sincère et ça elle le sentirait inévitablement. « J’ai hâte de te voir le cul dans la neige. » affirmait-il avec un léger rire « Il va falloir que tu t’accroche si tu compte me suivre. » se défier était leur petite manie et ce séjour offrait un contexte parfait pour ça. Pour la première fois depuis de longs mois ils allaient passé plus d’une heure ou deux ensemble, une sorte de rééducation pour leurs égos blessés…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Nala Freshman

Messages : 47
Date d'inscription : 17/09/2014


MessageSujet: Re: castle in the snow (jehla)   Jeu 14 Avr - 19:31

Tout était une question de timing dans le programme de la jeune femme. Ils avaient gagnés du temps lors du trajet, mais il ne fallait pas qu’ils en perdent à nouveau trop puisqu’ils étaient attendus au cocktail de présentation du projet et de rencontre entre tous les intervenants. Et visiblement, puisqu’on n’avait cessé de lui répéter de ne pas être en retard, on croyait qu’elle n’arriverait pas à tenir les délais. Effectivement, elle avait tendance à pointer le bout de son nez en retard, quand elle jouait la diva. Mais ce séjour avait une importance trop grande pour qu’elle ne coure ce genre de risque. Elle joué le tout pour le tout, elle jouait gros. Alors non, elle ne se le permettrait pas. Rapidement, ils s’étaient tous deux préparés pour descendre, la demoiselle se changeant en un temps record. Elle-même n’aurait pas cru pouvoir se préparer aussi rapidement. Malgré cela, elle avait toujours l’appréhension qu’il refuse et fasse marche arrière. La décision lui appartenait, et si jusqu’ici il s’était laissé porter par les décisions de Nala, il n’avait pas eu son mot à dire depuis qu’il avait accepté l’invitation. Elle n’allait pas et ne voulait pas non plus, le forcer à faire quelque chose dont il n’avait pas envie. Alors, forcément, elle stressait un peu quant à sa décision une fois qu’il saurait qu’ils allaient devoir travailler durant ce séjour. Après tout, peut-être n’était-il pas prêt à retrouver leur alchimie professionnelle sous les flashs photo. Peut-être que c’était encore trop tôt pour lui. Nala ne pourrait pas l’en blâmer, mais elle espérait qu’il n’aurait pas cette sensation, car son PPP reposait sur un retour aux sources. Oublier ce qui avait capoté et revenir à ce qui les rapprochait, ce qui avait fait que tout le reste en avait découlé. Une fois devant les portes de la salle, lui monta encore plus. Et s’il vivait cela comme un piège ? Et s’il n’avait pas envie d’accepter mais qu’il le faisait parce qu’il s’y sentait obligé ? Tant de possibilités qui la rendaient folle. Elle commença à arrondir les angles, lui expliquant qu’elle l’avait un peu berné et qu’il y avait plus derrière. Et puis, elle lâcha le fin mot de l’histoire, expliquant qu’il y avait un contrat derrière tout ça, et précisant bien qu’il était libre ou non d’accepter, selon son envie. N’attendant pas plus longtemps de peur de voir la surprise, la déception, ou encore le refus catégorique dans ses yeux, elle entra dans la salle. Quand il fut avec le responsable du projet, elle ne tarda pas à s’éclipser, les laissant discuter tous les deux. En réalité, elle appréhendait toujours sa décision, et ne voulait pas l’entendre décliner poliment tandis que le responsable la fusillerait du regard, d’autant qu’elle n’avait aucun plan B. Alors elle les avait laissé et était allée discuter çà et là avec d’autres personnes, s’offrant déjà un verre. Avec le stress elle s’était même dit qu’elle aurait pu le boire cul sec et en avaler un deuxième dans la foulée, mais vu qu’il ne s’agissait guère de Gin, l’effet n’aurait pas été celui attendu. A quoi bon alors ? Elle s’était donc fait violence et avait tenté de se concentrer sur d’autres choses, évitant de regard vers Jehan pour ne pas le voir déchirer le contrat établi à son nom dont la seule signature manquait.

Ce qui lui sembla être une éternité plus tard, alors qu’il n’en était évidemment rien, il vint la rejoindre. Elle ne le vit pas arriver, trop occupée à choisir un canapé. « T’es une foutue cachotière tu le sais ? » Cette seule phrase suffit à doubler son angoisse. L’avait-il vraiment vécu comme un piège ? C’était fort probable. Parce qu’effectivement, elle n’avait rien laissé paraître quant au shooting. Et sans doute cela ne lui avait-il pas plu. « J’ai toujours dit que je ferais une bonne actrice. » répondit-elle l’air de rien, tentant de ne pas lui montrer combien elle était nerveuse. Evidemment, elle n’avait rien pour être comédienne. Elle savait cacher son jeu et revêtir un masque différent, oui, mais seulement quand son propre intérêt était en jeu… « Mais je dois admettre que tu as rondement mené ton affaire Freshman. Je n’ai rien vu venir. » Sa gorge se noua un tantinet plus. Jusqu’ici, ses répliques pouvaient laisser croire qu’il acceptait tout comme son contraire. « Je te remercie. » déclara-t-elle fièrement, parce qu’elle était vraiment fière d’avoir pu le surprendre. Lui qui avait tendance à bien la connaître maintenant. Parfois, elle avait même l’impression qu’il la connaissait mieux qu’elle-même, c’était pour dire… « Moi qui pensais que tu m’offrais juste un peu de vacances au ski… tu m’amènes là pour bosser. » Et là résidait la raison de son angoisse. Piège ? Pas piège ? Telle était la question. Au fond, elle brûlait de lui lancer un « Alors ? T’as signé ou pas ?! Fais pas durer le suspense aussi longtemps ! » Pourtant, c’était bel et bien ce qu’il était en train de faire en goutant au punch. « Pas mauvais mais ça ne vaut pas le mien. » Là, elle était d’accord avec lui, et le souvenir de leur soirée cocktail lui revint en mémoire aussitôt. Elle se contenta de hocher la tête, la boule dans sa gorge la nouant tellement qu’elle se sentait incapable de prononcer le moindre mot. « C’est sympa d’avoir pensé à moi en tout cas. Enfin je ne sais pas du tout comment les choses se sont discuter pour ce contrat et je ne veux pas savoir. » Ca sentait bon le refus, ça, non ? Tout en politesse. Merci, mais non merci. Ce fut plus fort qu’elle, Nala se tint à la table des apéritifs, se demandant déjà comment elle allait faire pour trouver quelqu’un d’autre, et quelles foudres allaient lui tomber dessus d’une minute à l’autre. Jehan préparait le terrain avant qu’on ne lui tombe dessus, c’était évident… Ne restait qu’à s’accrocher à la déferlante qui n’allait plus tarder.

Elle osa lui jeter un regard, bien qu’elle n’eut pas très envie de voir le refus dans ses yeux. Elle fut surprise de ne pas l’y trouver. Et la surprise ce fit encore plus grande quand il ouvrit la bouche. « En tout cas je tiens à dire que je le fais avec plaisir. C’est cool d’être là… avec toi. » Elle se redressa presque aussitôt, se demandant si elle avait bien entendu. Il acceptait ! Et avec plaisir, apparemment ! « La vache, tu m’as foutu la trouille avec ton suspense à deux balles ! » lâcha-t-elle aussitôt. Elle lui offrit même une petite tape sur l’épaule avant d’éclater de rire, le stress disparaissant immédiatement. Même si elle savait que tout s’était bien passé entre eux et qu’ils renouaient indubitablement, elle était on ne peut plus rassurée qu’il ne l’ait pas vécu comme un piège se refermant sur lui. Il aurait pu, il aurait tellement pu. « J’ai hâte de te voir le cul dans la neige. » Ca, ça ne manquerait pas. Elle n’avait pas été aux sports d’hiver depuis… bien longtemps. Mais elle savait que ça ne se perdait pas totalement, c’était comme le vélo. Simplement, il lui faudrait quelques temps pour s’y accommoder à nouveau. « Il va falloir que tu t’accroche si tu compte me suivre. » Et voilà le retour à la normalité. Une complicité certaine avec une pointe de dualité, de compétition. « Ne me sous-estime pas. Qui te dit que je n’ai pas gagné des dizaines de médailles au ski ou au snowboard ? Tu n’en sais rien, très cher. » lui rétorqua-t-elle en lui faisant un petit clin d’œil. Quelques instants plus tard, le bruit d’un couvert martelant un verre se fit entendre, quelqu’un réclamait la parole. Ils se retournèrent aussitôt vers ladite personne, qui n’était autre que le responsable du projet. Celui-ci commença son petit speech par des remerciements, comme il en était coutume. Après quoi, il exposa le déroulement du séjour, tandis que des assistants distribuèrent une sorte de programme à tout le monde. L’emploi du temps du shooting était relativement précis car ils n’étaient pas seuls. Il y avait des vacanciers qui profitaient également. Aussi, il leur avait fallu trouver un moyen pour ne pas leur déranger, ne pas les bloquer trop longtemps. En jetant un œil sur le programme, Nala se rendit compte combien c’était assez décousu. Le timing était précis, parfois une heure seulement, les lieux variés. Le troisième jour ils commenceraient par un shooting sur la piste, avant d’embrayer sur l’intérieur du chalet, puis retour aux pistes. L’avantage, c’était que leurs moments de temps libre étaient beaucoup plus précis. « C’en est presque militaire, cette organisation. » lâcha-t-elle tout bas à Jehan. En même temps, ils n’avaient pas le choix. C’était de saison que d’aller skier et profiter de la montagne. L’établissement ne pouvait se permettre de fermer complètement une piste pendant une journée entière, et ce, plusieurs jours d’affilés.

Le reste du cocktail se passe pour le mieux, entre discussions banales ou animées, éclats de rire et sérieux. Les conversations entre les membres allaient bon train, et le buffet fit un malheur. Jusqu’à ce que le responsable du projet propose d’aller dîner au restaurant du chalet. Libre au personnel d’accepter ou pas, et certain déclinèrent poliment prétextant avoir le ventre bien rempli et être fatigués. « Je suis sûre qu’ils feront appel au room-service. S’il y en a un. » glissa-t-elle avec humour. Nala échangea un regard vers Jehan pour le sonder. Restaurant ? Pas restaurant ? C’était l’occasion parfaite de renouer avec lui, sans que ce soit trop étrange. Après tout, un restaurant rien que tous les deux, ils l’avaient déjà fait, mais pas depuis l’évolution de leur relation. Avec le reste de l’équipe à leurs côtés, cela semblait être une excellente idée à Nala, qui n’avait pas envie que cette soirée se termine aussi vite, ou, tout du moins, que chacun retourne dans sa chambre. « On y va ? » demanda-t-elle avec enthousiasme pour lui faire comprendre qu’elle était motivée à cette idée. « Je saurais me tenir, promis ! » ajouta-t-elle en levant les yeux au ciel, comme si elle allait faire sa diva lors du repas –ce qu’elle avait déjà fait par le passé lors de dîner professionnels. Elle fut ravie de voir que le mannequin accepta, et ils se dirigèrent tous vers le restaurant. Le vin bu lors du repas aida tout le monde à se dérider, et le cadre fut un peu moins professionnel. D’un regard extérieur, nul n’aurait pu réaliser qu’il y avait malgré tout une hiérarchie parmi ce groupe. Le repas fut bon, l’ambiance également. Petit à petit, certains s’éclipsèrent pour regagner leur chambre. En jetant un œil au programme, elle se rendit compte que le réveil serait un peu dur le lendemain puisque leur journée commençait tôt, aussi proposa-t-elle à Jehan de monter dans leurs chambres respectives. Quoi qu’il pouvait encore rester s’il le désirait, mais il fut d’accord avec elle. A bien y réfléchir, ils auraient même dû remonter plus tôt. Après tout, c’étaient eux les modèles ! Les autres n’auraient pas besoin d’être aussi frais qu’eux. Enfin bref. Les deux mannequins remontèrent donc dans la joie et la bonne humeur, un léger coup dans le nez pour les accompagner. Arrivés à hauteur de leur chambre, Nala ne put s’empêcher de prendre la parole. « Je suis contente que tu aies accepté. » Elle avait été si anxieuse de sa réponse. « Je t’en remercie. » Et oui, elle venait bien de lui dire merci ! C’était un fait assez rare, malgré l’évolution de leur relation, pour qu’il soit souligné. La brunette finit par éclater de rire, sans doute à cause du vin, avant de lui donner une tape sur les fesses « Allez zou, sinon, demain tu seras pas frais ! » Sous-entendu qu’elle, elle le serait, évidemment. Elle s’éloigna jusqu’à sa porte, trouva sa clé, jeta un regard à Jehan avant qu’il ne pénètre dans sa chambre et lui fit un petit signe de la main. « Repose-toi bien. » Après quoi, elle entra dans sa chambre et soupira en refermant la porte avant de s’y adosser. Cette journée c’était passé pour le mieux et cela lui faisait on ne peut plus plaisir. Elle avait même eut envie de retrouver ce qui les unissait quelques instants plus tôt, devant sa porte à lui. Mais lui sauter dessus le premier soir était loin d’être une bonne idée, et elle se l’était miraculeusement rappelé avant de tenter quoi que ce soit. Ce n’était pas encore le moment pour les retrouvailles charnelles. Chaque chose en son temps. Tout du moins, c’était dans cette optique qu’elle alla se débarbouiller et se changer pour retrouver Morphée.

_________________

You make me glow, but i cover up, won’t let it show, so i’m puttin’ my defences up, 'cause i don’t wanna fall in love, if i ever did that i think i’d have a heart attack.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: castle in the snow (jehla)   

Revenir en haut Aller en bas
 

castle in the snow (jehla)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Dessin de Snow'
» Présentation de Dark'Snow Day
» Merac Castle Siege
» Snow Night [F, Clan de Glace]
» Ann Snow
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
IT NEVER STOPS :: PARTIE RP :: Rps en cours-