AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Rodéo (jehan)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Nala Freshman

Messages : 47
Date d'inscription : 17/09/2014


MessageSujet: Rodéo (jehan)   Mer 1 Oct - 19:16

Trépignant d’impatience, la brunette fixait son téléphone portable depuis plus d’une heure. Quelque chose ne collait pas, et ça l’énervait. Mais qu’est-ce qu’il foutait au juste ? Il aurait dû arriver en ville depuis la matinée, et les heures passaient et toujours pas la moindre nouvelle. New-York n’était pas la porte à côté, mais quand même… Elle avait déjà fait le trajet plusieurs fois, et Nala savait qu’on ne mettait pas autant de temps. Il avait pris son avion la veille, il aurait dû arriver à Bishopville. En soupirant, elle se demanda s’il ne s’était pas perdu. C’était possible, après tout, dans un coin aussi paumé. Ca changeait tellement de New-York… Peut-être avait-il rebroussé chemin ? N’y tenant plus, elle prit son téléphone et décida d’appeler elle-même, n’ayant plus la patience d’attendre que Monsieur lui donne des nouvelles. Quelle ne fut pas sa surprise lorsqu’elle entendit la voix de son « ami » au bout du fil, complètement endormie. Et comment vous dire à quel point elle déchanta lorsque le jeune homme lui dit qu’il avait oublié qu’il devait venir en ville et qu’il était toujours pépère à New-York, qu’il avait fait la java la veille, et prit apparemment, ce qu’il estimait être la cuite du siècle… L’envie de commettre un meurtre la prit immédiatement, mais à la place, elle raccrocha, faisant preuve d’un self control hors du commun et incroyable. Ce n’était pas du tout dans ses habitudes, mais vu les derniers événements dans sa vie, elle avait dû apprendre à se contrôler, à contrôler ses émotions. Et c’est ce qu’elle faisait maintenant. Ça n’allait pas être simple parce qu’il ne lui restait qu’une petite heure pour trouver une solution, se préparer et arriver à l’heure à son rendez-vous professionnel. Le souci, c’était qu’elle aurait besoin d’un mannequin homme pour l’accompagner, et celui qui devait l’accompagner venant de lui poser un lapin. Génial… Et voilà pourquoi elle préférait bosser avec Jehan, parce que, non seulement ils avaient cette alchimie, mais ils bossaient parfaitement bien ensemble. Sauf que ce n’était pas le moment de penser à Jehan, puisque cela faisait trois semaines qu’il était parti en Europe pour son gros contrat, et pour sûr qu’il ne reviendrait pas. Non, ce n’était vraiment pas le moment qu’il se fraye un chemin dans son esprit. Il fallait qu’elle trouve une solution.

Et la brunette décida que l’illumination lui viendrait peut-être en se préparant. En même temps, elle gagnerait du temps et ne finirait pas par être en retard, ce n’était pas plus mal. Sauf que la fameuse illumination n’arriva pas. Elle n’avait pas de plan B, elle n’avait personne à qui demander de l’accompagner et qui pourrait passer pour un mannequin professionnel… Sa carrière allait en prendre un coup, mais au point où elle en était… Est-ce que ça faisait vraiment une différence ? Après tout, Nala avait déjà connu pas mal de galères ces derniers temps, de coups durs, qui l’avaient affectés. Et elle tenait toujours debout. Certes, la jeune femme vacillait énormément, mais elle était encore là alors que sa sœur avait pris la fuite avec sa fille, par exemple. Elle tenait le choc, comme elle le pouvait, avec ses dernières forces, et elle continuerait de le faire, jusqu’à épuisement total. Voyant l’heure défiler, la brunette réalisa qu’elle allait devoir se mettre en route et assumer qu’on lui ait posé un lapin, assumer que pour ce shooting au ranch, qu’elle déçoive en se retrouvant seule et que l’équipe doive trouver une solution rapidement. Tant pis, c’était comme ça, elle n’y pouvait rien. Aussi, elle attrapa son sac à main, et se mit en route après avoir jeté un dernier coup d’œil dans le reflet du miroir. L’avantage c’était qu’elle avait repris des couleurs, qu’elle s’était un peu relevée, avec le temps. Et ses mains étaient guéries à présent. Ne restaient que d’infimes traces des cicatrices, mais il fallait plutôt les deviner qu’autre chose. Si on ne savait pas ce qui lui était arrivé trois semaines plus tôt, on ne pouvait pas le savoir, vraiment. Et en regardant ses mains tandis qu’elle marchait dans la rue vers le ranch, son esprit ne put penser à autre chose qu’à ce fameux jour, qu’à l’annonce du départ de Jehan, qu’à son malaise face au sang et ce qu’il avait pourtant fait pour elle. Et inévitablement, elle pensait également à la fin de soirée qui s’était terminée en beauté. Et au petit mot le lendemain matin lorsqu’elle s’était réveillée… Merde, trois semaines que Jehan était parti, soit une semaine de plus que ce qu’il avait dit initialement, ce qui confirmait donc l’idée qu’il ne reviendrait pas, et voilà qu’il réussissait quand même à l’emmerder. Il était fort, très fort.

Nala releva alors la tête en la secouant de droite à gauche pour chasser ses idées. Ne pas penser à lui, à ce qu’aurait pu être ce shooting tous les deux. Il était en Europe, il assurait avec son propre contrat, bien plus gros que celui auquel elle se rendait. D’ailleurs, il faudrait peut-être qu’elle accélère le mouvement si elle voulait arriver à l’heure. Elle se maudit d’avoir eu l’idée de marcher, et d’espérer croiser quelqu’un qui pourrait faire l’affaire, dans la rue, en l’embarquant en quelques minutes pour le shooting. D’ailleurs, elle était justement en train de zyeuter alentours à la recherche d’une proie avant qu’elle ne percute quelqu’un de plein fouet. Le choc l’étourdie un peu, et bien qu’elle ne tomba pas, elle vacilla un peu vers l’arrière avant de voir qui elle avait percuté. Peut-être un beau gosse qui pourrait faire l’affaire ? En relevant les yeux, quelle ne fut pas sa surprise lorsqu’elle se retrouva effectivement face à face avec un beau jeune homme. Mais pas n’importe lequel… Jehan. En face d’elle. Juste là. La brunette cligna des yeux plusieurs fois, ouvrit la bouche en forme de O géant, mais ne pipa mot, bien trop surprise. Jehan. Là, devant elle ! Mais… Mais… ! « Oh putain ! » Ce furent les premiers mots qui réussirent à sortirent de sa bouche. Merde alors, il lui suffisait de penser à un truc pour que ça arrive ? Perplexe, elle tenta rapidement l’expérience en passant à… et bien, à ce que quelqu’un perde son portefeuille juste devant elle, histoire de vérifier si ça marchait ou non. Mais en fait, elle s’en moquait, l’idée s’envola à peine arrivée. « Mais… Que… Toi… T’es… Là. » Non, ce n’était pas une phrase cohérente. Mais c’était beaucoup lui demander à l’heure actuelle. La vache, il était vraiment là, en chair et en os. A Bishopville. Et la petite ampoule s’alluma alors au-dessus de la tête de la brunette. « Ai besoin d’un service. Viens. » dit-elle avait de lui prendre la main et de se remettre en route vers le ranch, toujours trop surprise pour dire quoi que ce soit d’autre. Bon, ça allait peut-être être un peu délicat de lui expliquer la situation, et tellement indélicat de sa part de l’embarquer comme ça dans un shooting, mais… Elle lui revaudrait ça. Ca ne ferait qu’une troisième fois. Et pour le moment, il n’avait profité d’aucune de ses opportunités pour lui demander quoi que ce soit. Mais ça viendrait sûrement. « Comment… Qu’est-ce que… fais là ? » Ouais, on dirait qu’elle faisait un AVC, vraiment. Mais d’un autre côté, quand on s’était fait à l’idée de ne plus jamais revoir quelqu’un et qu’on le percutait par hasard dans la rue, ça faisait son petit effet.

_________________

You make me glow, but i cover up, won’t let it show, so i’m puttin’ my defences up, 'cause i don’t wanna fall in love, if i ever did that i think i’d have a heart attack.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Jehan Lohnsen

Messages : 41
Date d'inscription : 01/10/2014


MessageSujet: Re: Rodéo (jehan)   Mer 1 Oct - 19:25

L’Europe. Une culture occidentale et pourtant tant de différences avec les Etats-Unis, Jehan s’en était d’ailleurs bien rendu compte en allant, il y a quelques années, en Espagne mais il savait que c’était encore autre chose. Il avait cru que Londres, l’Angleterre étant un pays anglo-saxon se rapprocherait de la culture Américaine. Alors certes il n’avait pas été dépaysé beaucoup de choses se passaient de la même manière mais les mentalités elles étaient tout à fait différentes. Les habitudes, l’humour, la façon de travailler le mannequin avait dû s’adapter. Ce qui ne lui posait pas trop de problème puisqu’il était un habitué des voyages et qu’il trouvait tout cela plutôt pas mal. Comme souvent sur ce genre de contrat le beau brun croisait des gens de différentes nationalité et ce melting pot le rendait presque nostalgique de ses voyages. Tout cela titillait son côté Globe-trotter, mais pas que… Son côté sociable était aussi fortement sollicité et son tempérament de charmeur également. Comment résister à cette belle anglaise à l’allure réservée mais au regard chaud et aguicheur ? A quoi bon lutter contre l’accent chantant d’une sublime italienne à la silhouette parfaite ? Pourquoi se priver du charme à la française ? Qui dirait non à la beauté froide et épuré d’une scandinave ? La tête n’avait pas fini de lui tourner. Des souvenirs, il n’en manquerait sans doute pas.
Entre journées de boulot intenses, folles soirées de fête et nuits très écourtées Jehan n’avait pas eu le temps de s’ennuyer. Un rythme de vie qui le changeait des périodes de calme, voir d’ennui qu’il avait pu connaître à Bishopville. Ça lui plaisait réellement, même si en comparaison l’ambiance New Yorkaise avait ce petit quelque chose d’exceptionnelle qu’il ne pouvait pas retrouver là. Les deux semaines étaient passées à une vitesse folle mais à la moitié de son séjour on lui avait proposé de prolongé son contrat pour deux shooting supplémentaires qui se dérouleraient sur une troisième semaine. L’américain n’avait pas hésité une seconde à répondre positivement à cette offre, de un il s’amusait beaucoup, de deux ça lui faisait encore un peu plus d’argent sur son compte, et officieusement de trois il pourrait ajouter une fille de plus à son tableau de chasse. Trois semaines intenses dont la fin avait été ponctué par une surprise d’ordre professionnel. Plus que satisfait du travail de Jehan, de sa bonne humeur et du rendu des shooting, les responsables de la marque pour laquelle il venait de travailler lui proposèrent un contrat pour du long terme. Il s’installerait à Londres dans un appartement qu’ils lui payeraient et voyagerait dans toute l’Europe pour se rendre à différents shooting mais aussi des défilés.

Jehan avait deux jours pour y réfléchir, une chose qu’il n’aimait d’ailleurs pas. Décider de son avenir en deux jours ? Pourquoi ne pas lui laisser plus de temps pour réfléchir ? Il avait adoré travailler là, rencontrer ces gens mais à Bishopville il y avait Katleen qui avait besoin de lui. Et malgré la qualité des photos faites durant les séances ce n’était rien en comparaison à ce qu’il faisait avec sa meilleure partenaire : Nala Freshman. Enfin ça c’était son point de vu et le fait est que sans savoir pourquoi au moment de donner sa réponse il avait pensé à elle. C’était ridicule parce que la jolie brune à sa place à lui n’aurait sans doute pas hésité une seconde pour accepter, et que il ferait bien mieux de s’en foutre totalement. Mais Jehan décidait qu’il avait pleinement profité de ces trois semaines passées en Europe, qu’il valait mieux se contenter de ses bons souvenirs créés ici et retourner auprès de sa sœur pour continuer de l’aider, quand bien même ils se voyaient assez peu. Retourner à son quotidien tout simplement et que New York ainsi que le reste des Etats-Unis était un très bon terrain de jeu. Le jeune homme avait donc décliné l’offre, ce à quoi on lui avait répondu qu’il pouvait changer d’avis et que dans ce cas il suffirait de le faire savoir. Bon au moins il ne perdait pas tout et ça lui avait évité de prendre une décision trop hâtive.
En remettant les pieds sur le sol américain, Jehan était content d’être chez lui. C’était peut-être une des premières fois que ça lui faisait cet effet là en rentrant d’un voyage à l’étranger et c’était plutôt agréable. Il avait hésité entre rentrer à New York dans un premier temps ou directement à Bishopville, mais la fatigue accumulé là bas et le décalage horaire lui donnèrent envie de calme, son choix se portait donc sur la petite ville plutôt que sur la Grosse Pomme. De retour à l’appartement qu’il partageait avec Kat sa première activité fut de dormir durant quatorze heures, les dix premières d’affilées et les quatre autres après avoir subvenu à quelques besoin vitaux. S’en suivit une demi nuit et une demi journée de rangement, merci le jet lag. Avant il y était habitué et retrouvait assez vite le rythme, mais cette fois là il savait que ça serait peut-être un peu plus long. Cela ne devait pas l’empêcher de vivre normalement, aussi bien qu’en sachant qu’il n’avait pas des tonnes de trucs à faire dans cette ville et que le tour en serait vite fait, Jehan était sortit pour prendre l’air. Une balade dans le parc, une visite à la galerie de sa sœur peut-être, c’était son programme. S’il voulait passer voir Kat en pleins boulot, mieux valait lui envoyer un message avant, sachant que sa sœur peignait du nu de temps en temps il ne voulait pas mal tomber…

Concentré sur son portable en train de rédiger un message à sa sœur, il était loin d’imaginer être victime du trafic piétonnier de Bishopville. Ce dernier n’étant pas d’une grande densité, surtout à cette heure là, et donc il fut plus que surpris en se faisant percuter par quelqu’un de plein fouet. Parce que oui, il ne regardait pas devant lui mais il marchait lentement, donc la responsabilité revenait à cette chauffarde des trottoirs qui venait de lui rentrer dedans. Comment savait-il que c’était une femme ? Le bruits des talons et le parfum… D’ailleurs il avait l’impression de le connaître. Dans le choc il failli faire tomber son téléphone, mais ça avait suffit à lui faire annuler son message et revenir à l’écran d’accueil. Relevant la tête tout en rangeant son téléphone dans sa poche il allait demander à l’autre personne si ça allait « Vous a… » il se coupait dans son élan, arquant un sourcil un léger sourire étirant ses lèvres « Reste polie Freshman. » lâchait-il sur un ton joyeux alors qu’elle exprimait vulgairement sa surprise. D’ailleurs était-ce les circonstances qui la surprenait ou sa présence ? Apparemment la seconde option, à en croire le bafouillage qu’il lui servit « Bah ouais je suis rentré y’a deux jours. Je suis resté une semaine de plus en Europe mais il fallait bien revenir à un moment. » quoi qu’il aurait pu ne pas le faire mais ça le regardait. Jehan allait lui envoyer une pique sur son manque de clarté pour parler, de bonne guerre entre eux et en plus elle avait eu un répit de trois semaines. Il n’eut pas le temps de quoi que ce soit qu’elle lui prenait la main pour l’entraîner avec elle il ne savait pas où en lui disant avoir besoin d’un service. Le mannequin eu un petit rire taquin « Tu dois vraiment être en manque pour appeler ça un service. » affichant son air de petit con comme il sait si bien le faire il ajoutait « J’aurais préféré que tu me dises que t’as envie de moi. » il haussait les épaules avec nonchalance comme si c’était totalement banale de lui dire ça en pleine rue.
Jehan ignorait pourquoi la belle brune avait le feu au cul et marchait si vite, parce que malgré ses petites plaisanteries il avait bien compris que ce service n’avait rien d’ordre sexuel, il la connaissait assez pour savoir qu’elle était plutôt du genre à signifier ce genre de chose par un regard appuyé et ce petit sourire terriblement sexy dont elle seule a le secret. Profitant de marcher derrière Nala pour profiter de la vue de sa silhouette et de sa démarche la mettant en valeur, Jehan songeait alors que la belle américaine n’avait rien à envier à ces mannequins outre Atlantique qu’il avait fréquenté… Rien du tout, bien au contraire. Il fut surpris par sa question, à savoir ce qu’il faisait là « Euh j’habite la ville avec ma sœur. T’as débuté un Alzheimer précoce entre temps ou comment ça s’passe ? » il levait les yeux, amusé par l’attitude déroutée de la jeune femme « Ah non je sais en fait t’avais cru être enfin débarrassé de moi. » bombant un peu le torse et affichant un air de défi il lui adressait un grand sourire « Et bien c’est raté Freshman ! Tu seras pas tranquille de si tôt. ». Ils marchaient toujours à vive allure dans une direction qui lui était totalement inconnue et une fois ses petites plaisanteries dites il fut sérieux pour la première fois « Tu comptes m’expliquer où tu m’embarques à un moment ou pas ? » parce que il n’avait pas l’air comme ça mais ça l’intéressait de savoir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Nala Freshman

Messages : 47
Date d'inscription : 17/09/2014


MessageSujet: Re: Rodéo (jehan)   Mer 1 Oct - 19:30

La brunette en avait assez que des tuiles lui tombent dessus. À force, ça commençait à devenir lassant. Le destin s’acharnait de toute évidence sur elle, depuis des années, et la roue ne tournait pas. Parce que maintenant qu’elle avait trouvé un contrat pour un shooting à Bishopville même, un truc qui pouvait se révéler un minimum sympathique et qui était de toute façon toujours bon à prendre, bim, on lui posait un lapin. Avouez qu’il fallait tout de même le faire ! Comme si le reste n’avait pas suffi… Mais avec un peu de chance elle pourrait peut-être rattraper le coup et sauver son contrat. Ne restait qu’à espérer que ça se passerait bien. Et tandis qu’elle marchait dans les rues de Bishopville, elle zyeutait à droite à gauche dans l’espoir un peu vain de trouver un remplaçant pour le shooting, quelqu’un qui fasse un minimum l’affaire, histoire de proposer une solution. Mais bien sûr, elle ne trouvait personne qui convenait, et percutait quelqu’un d’autre. Quelques instants après s’être remise de ce choc physique, un choc émotionnel s’ensuivit lorsqu’elle découvrit l’identité de cette fameuse personne. Ce fut même plus qu’un simple choc, ce fut un bug complet de son système cérébral qui avait du mal à emmagasiner l’information et encore plus à la décrypter, à la comprendre. « Vous a… » Jehan Lohnsen, juste en face d’elle, ici, à Bishopville, après trois semaines en Europe. Était-il là pour une simple visite de courtoisie à sa sœur, ou peut-être était-il de retour en ville pour lui proposer de venir le rejoindre là-bas. Allez savoir pourquoi, dans la tête de la brune, le départ de Jehan en Europe avait toujours sonné comme définitif. Il avait bien précisé que ce n’était que l’histoire de deux semaines, mais la brunette ne s’était pas vraiment attendue à un retour en ville. Encore moins quand une nouvelle semaine s’était écoulée. Donc oui, ceci expliquait le bug et son air surpris, voire carrément choqué, comme si elle avait vu un fantôme. « Reste polie Freshman. » Plus facile à dire qu’à faire devant une telle surprise… « Fais c’que j’peux. » Et encore plus quand on ne s’attendait vraiment pas à revoir ce sourire-là, celui qu’il affichait toujours et qui lui faisait un drôle d’effet. Et pour rester dans les difficultés, il y avait aussi celle de faire une phrase digne de ce nom. Pas une simple phrase qui commence par une majuscule et termine par un point, mais une phrase fluide, alignant plus de deux mots, et ayant du sens. Ce que la brunette n’avait pas vraiment fait. « Bah ouais je suis rentré y’a deux jours. Je suis resté une semaine de plus en Europe mais il fallait bien revenir à un moment. » Elle fut presque encore plus étonnée qu’il ait compris ce qu’elle avait voulu dire. Revenir à un moment. Ah bah c’est marrant parce qu’elle ne s’y était pas attendue du tout. Nala le regarda légèrement comme s’il venait de dire le truc le plus surprenant du monde, mais à ses yeux, ça l’était, vraiment.

Sauf qu’elle se rappela qu’elle avait rendez-vous, et elle décida d’entraîner Jehan avec elle en prenant la direction du ranch. Son karma tentait apparemment de rattraper le coup puisqu’il venait de lui mettre le plus beau mannequin sur sa route, et surtout celui avec qui elle faisait des étincelles. Merci, merci, merci, le karma. « Tu dois vraiment être en manque pour appeler ça un service. » Sur le coup, elle se retourna vers lui en le regardant et l’envie de rire la prit alors. Ce qui lui fit un drôle d’effet puisque ces trois dernières semaines n’avaient pas été des plus joyeuses. Entre le décès de ses parents et le départ de sa sœur qu’elle avait dû surmonter, puis ses blessures aux mains, elle n’avait pas eu beaucoup l’occasion de rire. Et puis, avec qui ? Parce qu’à part son coloc, il ne lui restait pas grand monde dans sa vie. Tout le monde était parti, et surtout celui qui la faisait toujours rire au moins une fois lorsqu’ils se voyaient. D’ailleurs, la brunette n’avait aucune idée de comment il s’y prenait pour y arriver à tous les coups, mais elle appréciait ça chez lui. Entre autres choses, bien évidemment. « J’aurais préféré que tu me dises que t’as envie de moi. » Cette fois, elle ne put contenir un petit rire. Ses remarques et allusions lui avaient assez manquées. « Oh, tu sais que j’ai envie de toi, mais c’est pas à ça que je faisais référence. » Elle avait affiché un petit sourire en lui répliquant ceci, parce que oui, elle avait envie de lui. Toujours, aussi étrange que cela puisse paraître, mais en même temps, comment résister à son charme, à son humour, et à son corps ? Encore plus quand on savait précisément ce dont il était capable… Mais la question n’était pas là, ils auraient tout le temps de se retrouver dans un lit par la suite, non ? Quand bien même il n’était là que pour quelques jours ou quoi. « Je te revaudrais à nouveau ça, si tu l’estimes nécessaire. Ça te fera trois vœux, et je serais le génie à ta merci pour les réaliser. Enfin, sous tes ordres, en quelques sortes. » Étrangement, Nala n’avait même pas grimacé en disant cela. Parce qu’à bien y réfléchir, cela avait été essentiel pour elle, à chaque fois. Disons que ça en valait la peine. Cette fois aussi, parce que c’était sa chance de remonter un peu la pente, et que ça avait beaucoup d’importance pour elle. Tant pis si elle risquait de le payer cher, si Jehan pouvait tout à fait utiliser ses « vœux » pour lui lancer des défis stupides et ridicules ou elle ne savait quoi. Elle assumerait, ça en valait la peine. Et puis, c’était Jehan…

La brunette continuait à marcher d’un pas vif, tout en observant qu’elle s’était remise du choc émotionnel causé par la présence du mannequin, puisqu’elle avait été capable de faire des phrases. Enfin, c’était vite dit parce que du coup, elle se demanda comment c’était possible qu’il soit revenu et si c’était provisoire ou non, et la phrase qui sortit de sa bouche fut à nouveau totalement décousue. Ah bah bien… Il fallait penser à quelque chose pour que le contraire arrive… Génial ! Elle devait avoir l’air complètement tâche. « Euh j’habite la ville avec ma sœur. T’as débuté un Alzheimer précoce entre temps ou comment ça s’passe  ? » Même pas… Mais ça aurait pu. Un petit sourire sur les lèvres, elle se tourna un peu vers lui. « Faut croire que oui. Ou peut-être que je pensais pas que t’allais vraiment rester ici ? » Jehan Lohnsen, sédentaire à Bishopville. Ouais, ça avait quelque chose de surprenant et de presque incrédule. « Ah non je sais en fait t’avais cru être enfin débarrassé de moi. » Son attitude et son ego lui donnèrent envie de rire, mais elle se retint de justesse tandis qu’elle essayait également de ne pas répondre au sourire du beau brun par un autre sourire. « Et bien c’est raté Freshman ! Tu seras pas tranquille de si tôt. » Trois semaines qu’il était parti et l’effet qu’il lui faisait était toujours le même. Quoi que non, c’était un peu différent, presque… plus important. Ce qui était étrange, et pas franchement au programme. Aussi, la brunette chassa immédiatement cette pensée. En haussant légèrement les épaules, elle se contenta de lui répliquer d’un ton naturel. « Pourquoi j’aurais envie de me débarrasser d’un super coup comme toi ? J’vais pas cracher sur une excellente partie de jambe en l’air. » En sa compagnie, surtout. D’ailleurs, ça lui avait fait horriblement bizarre de devoir redescendre de plusieurs étages pendant ces trois semaines. Elle avait couché avec des mecs, oui, mais est-ce qu’elle avait vraiment pris son pied ? Hum… Ça se discutait. Mais ça, elle le gardait évidemment pour elle. Pas la peine de surgonfler un peu plus l’ego du mannequin qui apparemment était resté intact. Et puis, ce serait lui avouer quelque chose de bien trop important. Non, pas moyen. Ce qu’elle venait de lui dire suffisait largement. Aussi, elle décida de nuancer un peu la chose. « Même si tu peux effectivement être insupportable… Ca m’aura quand même fait des vacances. » dit-elle en souriant fièrement et en le regardant. Elle plaisantait parce qu’elle avait mal vécu son départ, mais ça, ça ne le regardait pas. Ce constat était bien trop effrayant.

« Tu comptes m’expliquer où tu m’embarques à un moment ou pas ? » A choisir, elle aurait préféré lui faire la surprise, histoire qu’il ne puisse refuser… Question de pratique, en somme. « Et bien… Je t’emmène te faire un peu plus de fric. Bon, c’est pas comme si t’en manquais vu ton super contrat de la mort qui tue… » commença-t-elle avant de s’interrompre en réalisant qu’elle ne lui avait même pas demandé comment ça c’était passé. « Ça s’est bien passé j’imagine ? Vu que t’es resté une semaine de plus ? Ou alors t’as décidé de visiter et de profiter la dernière semaine après un rythme éreintant ? » Petit sourire aux lèvres, elle l’imaginait bien en train de visiter un peu les environs la journée et sortir faire des rencontres le soir venu, pour finir bien accompagné. « Pour en revenir à ta question, c’est un petit shooting de pas grand-chose, surtout en comparaison de ton dernier contrat. Et c’est à deux… » Et rien qu’en pensant à ce dont ils étaient capables tous les deux, son moral était grimpé en flèche. « Et oui, on m’a posé un lapin, mais non, techniquement, t’es pas mon plan B, juste mon meilleur partenaire photo, et si t’avais été là, tu sais très bien comment ça se serait passé. Là, maintenant, tu me sauves juste la vie. » Nala avait un peu anticipé la chose et avait étrangement à cœur de ne pas froisser l’ego de Jehan. Disons qu’il pouvait le prendre mal, et qu’elle comprendrait, mais ce qu’elle venait de lui dire était vrai. S’il avait été là, elle ne se serait jamais tournée vers cet idiot qui était resté à New-York. Il était toujours son premier choix. Niveau photo et niveau sexe… Et là encore, cette pensée la fit flipper au point qu’elle préféra faire comme si elle ne l’avait jamais eue. Plus raisonnable et plus pratique. « Et comme dit, je te revaudrais ça. C’est précipité, pas prévu, et c’est un gros dépannage, mais j’ai besoin de ce service, et ça fait un moment qu’on a pas fait des étincelles, tous les deux… » Le petit regard qu’elle lui lança à cet instant en disait assez long sur les étincelles qui suivraient après celles de leur shooting. « Je sais que t’as pas mal bossé et que tu dois être fatigué et avoir envie de faire un break, mais… S’il te plait ? » Oui, elle argumentait, tentant de le convaincre, mais dans chacun de ses propos elle était sincère. Le truc c’est qu’elle imaginait qu’il allait refuser, parce qu’il venait de faire un gros contrat bien plus avantageux que celui-ci qui ne lui offrait quasiment rien…

_________________

You make me glow, but i cover up, won’t let it show, so i’m puttin’ my defences up, 'cause i don’t wanna fall in love, if i ever did that i think i’d have a heart attack.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Jehan Lohnsen

Messages : 41
Date d'inscription : 01/10/2014


MessageSujet: Re: Rodéo (jehan)   Mer 1 Oct - 19:37

Nala était bizarre, bon rien de vraiment anormal étant donné que cette fille était à peu près aussi stable qu’une chaise à trois pieds. Pour sa défense beaucoup de choses vraiment pas simples à encaisser lui étaient tombées sur le coin de la tronche et Jehan ne pouvait pas lui en vouloir. Il faut dire qu’en fait c’était plutôt drôle de l’entendre parler sans grande clarté et se comporter comme si elle avait vu un fantôme. Elle croyait tant que ça à un véritable départ du mannequin ? Il ne savait pas trop comment le prendre sur le moment. Enfin il n’était de toute façon pas du genre à être susceptible et surtout pas avec la jolie brune, dans le cas contraire il y aurait belle lurette qu’ils ne se seraient ni vue ni parlés. Et plus encore Jehan ne serait pas prêt à lui rendre un quelconque service. Bon sur ce coup là il n’avait pas réellement le choix puisque Nala l’embarquait de force, même s’il aurait tout à fait pu résister. La perche était trop belle pour qu’il ne la saisisse pas, plaisantant sur le fait qu’il préférait que la jeune femme lui avoue avoir envie de lui que de faire passer sa compagnie pour un service. Sa réponse fut on ne peut plus intéressante pour le beau brun qui souriait de plus belle « C’est noté. » dans coin de sa tête qui ne manquerait pas de le lui rappeler.
Il n’était pas question d’une partie de jambe en l’air en mode amants pressés « Dépêches on a que vingt minutes. » le genre de truc qui peut être terriblement excitant au demeurant… Non là il s’agissait d’un vrai service que la brunette lui demandait de lui accorder et à nouveau elle lui devrait une faveur en retour. Elle ne parlait peut-être pas très bien mais au moins elle savait compter. Trois vœux qui faisait d’elle un génie… Ce n’était pas la lampe qui l’abritait qu’il voudrait frotter. Mais il s’égarait dans ses pensées avant de hausser les épaules « T’es criblée de dettes Freshman ! » répondait-il en riant, il n’avait pour l’instant pas d’idée sur les contre parties qu’il pourrait demander mais c’était le genre de truc qui venait facilement quand la situation le nécessitait. De plus l’idée d’avoir un tout petit pouvoir sur l’indomptable Nala Freshman lui plaisait assez. Vraisemblablement la jolie brune n’en croyait pas ses yeux de le voir là, le temps était passé trop vite ? Son répit avait été de trop courte durée ? Elle rêvait d’être enfin débarrassé de lui ? Cette dernière hypothèse contre disait le fait qu’elle ai envie de lui. Quoi que c’était plutôt magnétique entre eux, dès qu’ils se retrouvaient assez proche des forces invisibles les poussaient l’un vers l’autre et élevait le thermostat du désir au maximum. Les propos de la jeune femme venaient rapidement confirmer cela, bien qu’elle apportait une nuance à son propos en évoquant son petit côté insupportable « Tu peux parler. Emmerdeuse. » répliquait-il du tac o tac, comme c’était souvent le cas entre eux.

Ils marchaient, ils parlaient mais pas de l’endroit où elle l’emmenait avec tant de détermination. Non pas que Jehan n’aimait pas les surprises mais avec Nala il fallait se méfier un tant soit peu. Et c’est pour cette raison que le jeune homme se décidait à poser enfin la question, il n’espérait pas obtenir une réponse très précise parce que la brunette était plutôt du style à garder certaines informations à sa seule discrétion, mais au moins il en saurait toujours plus qu’actuellement. Et quelle surprise, elle l’emmenait se faire de l’argent avec une séance photo à Bishopville, ce qui était sans doute l’info la plus improbable de l’affaire. Reine du passage d’une chose à une autre en un temps record la jeune femme le questionnait sur son séjour en Europe, le déroulement de son contrat. A vrai dire il aurait cru qu’elle assaillirait de question dès le début mais son cerveau avait l’air de marcher au ralentit, il l’excusait donc. « Ouais c’était génial. Tout s’est super bien passé, beaucoup de bons souvenirs. » des bons contacts mais pas d’alchimie aussi flagrante que la leur, mais ça elle n’avait pas besoin de le savoir. Jehan fit un petit sourire en coin « En fait une riche héritière d’une famille richissime d’Angleterre m’a kidnappé. On s’est envoyés en l’air dans les trois cent pièces de sa baraque et dans le parc. Elle voulait qu’on se marie et tout ça, mais j’ai dû refuser. Je suis un électron libre c’est comme ça. » gardant son sérieux un bref instant il laissait planer le doute avant d’éclater de rire « Non c’est une connerie. En fait j’ai eu un autre contrat plus petit pour la même marque. » il haussait les épaules « C’était cool et ça me faisait du fric en plus pour juste une semaine donc j’ai accepté. » pour la proposition de s’installer à Londres et son refus par contre il n’allait rien dire, ça ne regardait que lui.
Ayant fini sa propre explication d’un simple regard il encourageait la belle brune a poursuivre la sienne concernant ce contrat dont elle souhaitait le faire profiter. Bon en fait il s’avérait qu’il tombait juste au bon moment et que celui avec qui elle aurait dû faire les photos à la base l’avait lâché. « Tu l’as peut-être jeté un peu trop fort de ton pieu après la baise pour qu’il te pose un lapin. » il affichait son petit air à la fois fier et taquin, celui qui lui avait valu plus d’une fois le doux surnom de : petit con. Il trouvait assez drôle la façon dont Nala s’était justifiée, ils ne se devaient rien mais elle semblait avoir à cœur qu’il n’y ai aucun malentendu. C’était plutôt à son honneur en fait mais pas vraiment habituel de sa part. Le pire c’est qu’elle continuait sur sa lancée pour le convaincre alors que le simple fait de lui demander à ce qu’il lui rende un service avait suffit à le faire accepter… Pourquoi ? Il n’en savait rien, mais elle était tellement fière qu’il savait que demander cela n’était pas un truc qu’elle ferait dans le vent ou pour tout et n’importe quoi. Et puis en sachant qu’il s’agissait d’un shooting il ne pouvait que dire oui.

« C’est ok t’en fais pas. J’vais le faire ce shooting. » répondait-il en lui adressant un clin d’œil. Comment pouvait-il en être autrement après ce regard plein de sous-entendus qui avait accompagné sa remarque sur les étincelles qu’ils pouvaient faire tout les deux ? Bon et puis elle avait quand même dit « S’il te plaît » et ça… Waw ! Nala Freshman se civilisait peu à peu et la découvrir ainsi plaisait à Jehan. C’était de plus en plus clair qu’au fil du temps cette relation étrange entre eux se modifiait, évoluait. Rien que par le fait que l’un comme l’autre avait laissé entre voir des faiblesses qui les avaient silencieusement rapproché. Leur complicité se renforçait, en fait elle n’était plus seulement sexuelle et professionnelle, mais s’étendait un peu au delà lorsqu’ils se l’autorisaient. Déroutant ce constat restait silencieux et ils devaient sans doute se remercier intérieurement d’être assez similaire sur cette façon de fonctionner.
Jehan ignorait combien de temps ils avaient marchés et où ils allaient exactement mais il lui semblait avoir entendu un hennissement, peut-être même deux. Des gens devaient avoir des chevaux dans le coin. Hypothèse invalidé par le passage devant un panneau annonçant l’arrivée à un ranch. Un shooting en mode cow boy ? Sérieusement ? Le mannequin ne voulait pas tirer de conclusions trop hâtivement, mais ça semblait bien être par là qu’ils se dirigeaient. « C’est quoi le thème du shooting au fait ? » demandait-il l’air de rien alors qu’il priait intérieurement que tout ça soit juste une histoire de décor et qu’ils n’allaient pas s’approcher des chevaux. Ces animaux il les trouvait beaux, élégants, puissants mais surtout il les aimait loin de lui… D’un geste de la tête il désignait le ranch qu’il apercevait plus loin « On va là ? » pour l’instant il cachait bien sa crainte mais est-ce que ça allait durer ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Nala Freshman

Messages : 47
Date d'inscription : 17/09/2014


MessageSujet: Re: Rodéo (jehan)   Mer 1 Oct - 19:43

« T’es criblée de dettes Freshman ! » Et ça le faisait marrer en plus… La brunette failli regretter mais elle avait vraiment besoin de lui sur ce coup. Comme les fois précédentes… Et elle en ajoutait encore une couche alors qu’au fond, ça l’emmerdait un peu quand même. Parce que bon, une fois, ça passait encore. Deux, pourquoi pas… Mais confirmer le dicton « jamais deux sans trois » ça faisait un peu beaucoup. Bon, cette fois, c’était la dernière. Tant pis si elle se retrouvait à nouveau dans une situation périlleuse, elle se démerderait. Après tout, elle l’avait toujours fait. Pourquoi est-ce que ça avait changé ? Pourquoi est-ce qu’elle s’était laissée aller à demander de l’aide ? Merde alors, il avait une drôle d’influence sur elle parfois… Rapidement, elle chassa ce constat, ne préférant pas réfléchir plus amplement sur le sujet. C’était suffisant comme ça. « Oui, oui, je sais bien, merci. Et toi, tu dois vraiment être le plus chanceux de l’univers. Si t’étais en couple, tu serais forcément cocu ! » C’était ce qu’on disait non ? Enfin, il lui semblait avoir entendu un truc comme ça une fois. En attendant, il avait quand même trois vœux et pouvait demander… Et bien tout ce qu’il voulait. Ce qui pourrait être flippant si Jehan n’était pas Jehan. Dans le sens où il avait un cerveau et savait l’utiliser. Il ne lui demanderait sûrement pas quelque chose qu’elle ne ferait même pas dans un rêve, ou quelque chose qui ne lui ressemblait pas du tout, qui allait à l’encontre de qui elle était. Ouais, enfin elle l’espérait en tout cas. Mais quand même, il avait un cerveau et même si quelques instants plus tôt elle avait estimé que c’était une qualité, ça pouvait être un désavantage pour elle. Parce qu’il était très malin, et qu’il en profiterait. Elle se ferait avoir comme elle se faisait toujours avoir ces derniers temps quand ça concernait le sexe avec lui, par exemple. Raaaah, ce qu’il pouvait être chiant ! Pour la peine, elle lui lança une petite pique disant que ça lui avait quand même fait des vacances de ne pas le voir pendant trois semaines, et que son petit côté insupportable ne lui avait pas vraiment manqué, histoire de. « Tu peux parler. Emmerdeuse. » Un petit sourire se dessina sur le visage de la brunette qui devait avouer que l’absence de ce genre de répartie pendant trois semaines lui avait fait bizarre. Pour ne pas dire autre chose qu’elle ne s’avouerait pas de sitôt. Et puis quoi encore ? Elle avait déjà trop changée à son goût, pas besoin d’enfoncer le couteau dans la plaie. Trop de concessions, trop de choses qu’elle n’aurait jamais faites ou envisagées, et qu’elle avait pourtant faites… Grâce ou à cause –tout dépendait du point de vue- du mannequin vachement sexy qu’elle entraînait pour un shooting. « Ouep, ces vacances vont vraiment me manquer... » lâcha-t-elle en faisant une petite grimace histoire d’être convaincante. Ceci dit, elle ne garda pas cette fameuse grimace sur le visage plus de quelques secondes puisqu’elle affichait maintenant un large sourire en le regardant brièvement avant de répliquer. « Ceci dit, je suis la meilleure emmerdeuse qui soit ! Tu devrais vraiment rajouter le « meilleure » à chaque fois, j’vais commencer à me vexer du peu de reconnaissance de mon talent, à force. » Elle en faisait trop ? Oui bon, peut-être. N’empêche qu’ils se le rendaient bien, tous les deux. Depuis le début.

Bon la surprise première s’était dissipée, certes, mais ça avait eu pour conséquences quelques petites séquelles. Du genre un gros ralentissement cérébral et ce ne fut qu’alors qu’elle pensa quand même à lui demander comment s’était passé son fameux gros contrat. « Ouais c’était génial. Tout s’est super bien passé, beaucoup de bons souvenirs. » Donc, il avait assuré. Pas étonnant, ceci dit. Vous l’avez vu ? Forcément qu’il n’y avait pas eu de souci particulier. « Tant mieux, alors. » Une façon comme une autre de lui dire qu’elle était contente pour lui, non ? Bon, ok, ce n’était pas comme s’il y avait beaucoup de monde autour d’eux et que ces mots pourraient être entendus par des oreilles curieuses, mais bon, fallait pas abuser non plus. « En fait une riche héritière d’une famille richissime d’Angleterre m’a kidnappé. On s’est envoyés en l’air dans les trois cent pièces de sa baraque et dans le parc. Elle voulait qu’on se marie et tout ça, mais j’ai dû refuser. Je suis un électron libre c’est comme ça. » Il aurait pu être crédible… S’il n’en avait pas fait autant ! Qu’on le kidnappe, elle pouvait l’imaginer sans souci. Pour s’envoyer en l’air ? Ouais, encore plus. Mais une héritière a priori super bien élevée qui coucherait avec lui dans trois cent pièces et le parc pour finir par vouloir l’épouser ? Soit elle devait être super frustrée et être une véritable cochonne, soit fiancée à un vieux. Non parce que… trois cent pièces en trois semaines, ça faisait quand même un peu beaucoup… Aussi, Nala s’était contentée de pincer les lèvres pour ne pas directement éclater de rire. Voyant son air super sérieux, c’était encore plus compliqué. « Non c’est une connerie. En fait j’ai eu un autre contrat plus petit pour la même marque. »  Et la brunette finit par éclater de rire, ne se retenant plus. « Un peu que c’était une connerie. T’as pas l’impression d’en avoir fait trop à un moment donné ? Genre… Trois cent pièces ? Vraiment ? C’est trop, même pour moi, c’est pour dire… » La jeune femme grimaça en imaginant la chose. Non, quand même, trois cent…  « Remarque, le reste était assez crédible par contre. T’as juste un peu trop souligné la richesse... Et ça aurait sûrement été crevant pour toi d’épouser une telle nymphomane. Que tu tiennes le rythme pendant trois semaines, admettons, mais… sur le long terme… » Petit air angélique sur le visage, elle insinuait quelque chose qui le piquerait dans son ego masculin. En même temps, fallait pas lui sortir une connerie comme ça. « Humour foireux le retour ! » Petit haussement de sourcil de sa part en essayant de dissimuler un petit sourire avant de se reconcentrer sur le côté sérieux de son discours. Un nouveau contrat pour la marque. Et bien… Il avait fait forte impression, mine de rien. Encore une fois, ça ne l’étonnait pas. « C’était cool et ça me faisait du fric en plus pour juste une semaine donc j’ai accepté. » Du fric, et une renommée ascendante, bien sûr. Normal qu’il ait accepté, et si ça s’était bien passé, il n’avait vraiment eu aucune raison de décliner cette proposition. L’était pas fou non plus, le Lohnsen. Enfin, ça dépendait. « Donc t’es blindé de chez blindé maintenant ! Tu m’offres quoi ? Un resto ? Un bijou super cher ? » répliqua-t-elle d’humeur à se la jouer emmerdeuse de première. « Oh allez, tu peux bien remercier matériellement ton meilleur coup, c’est pas comme si t’en avais pas les moyens ! Sinon, y a aussi l’option super caisse de luxe. Ou l’option carte de crédit pour shopping à volonté… J’dois dire que celle-là me tente pas mal. » Elle se marrait légèrement du côté superficiel de la chose avant de lui jeter un petit regard pour reprendre un peu son sérieux. « Bon, c’est cool tout ça ! Tu penses qu’ils referont appel à toi si besoin est ? » C’était bon pour sa carrière après tout, si le contrat était aussi gros que ce qu’il prétendait, ça lui ouvrait pas mal de portes.

Bon, trêve de badinage avec de l’humour tout aussi foireux que la petite plaisanterie sur l’héritière richissime. Nala dû finir son explication et avouer qu’on lui avait posé un lapin. Heureusement que ce n’était que professionnel ! Bon, en même temps, le contraire ne lui était jamais arrivé et ce n’était pas près d’être le cas. Quand même, fallait pas pousser ! « Tu l’as peut-être jeté un peu trop fort de ton pieu après la baise pour qu’il te pose un lapin. » La brunette leva les yeux au ciel avant de voir l’air qu’il affichait. Le genre d’air qui vous donnait envie de lui clouer le bec. Ce qu’elle adorait faire, et d’un autre côté, ils avaient trois semaines à rattraper… C’était assez énorme quand même. « Il est gay, genre cent pour cent gay. Et quel gâchis ! Si on avait couché ensemble il serait devenu hétéro ou bi à la minute, tu devrais le savoir. Tiens… Peut-être que ce serait pas une si mauvaise idée… » Vrai qu’il était le mieux placé pour ça, lui qui avait eu la chance de pouvoir en profiter… hum… un certain nombre de fois. La brunette dû avouer que soit elle avait oublié de compter, soit elle avait tout simplement perdu le fil. Dans un cas comme dans l’autre, mieux valait ne pas y penser. « Et, au fait, le vol plané assez violent t’es réservé. Pour ton côté insupportable, tu vois. Ca compense. » Oui, la jeune femme était assez en forme, mais comme dit, d’une part, il y avait trois semaines à rattraper, et d’un autre côté, elle venait de faire un gros effort pour lui demander un service. Sans compter qu’il l’avait totalement prise au dépourvue, ce qu’elle détestait au plus haut point, puisqu’elle n’avait alors rien contrôlé du tout. Douce petite vengeance, non ?  Sans oublier non plus qu’il n’avait pas accepté clairement de le lui rendre ce fameux service. Aussi, elle dû tenter de le convaincre. « C’est ok t’en fais pas. J’vais le faire ce shooting. » Nala se retint de lui répliquer un « Ah ouais ? » surpris et immédiat, en se questionnant mentalement. Peut-être qu’elle avait été avocate dans une autre vie, vu comme elle arrivait facilement à convaincre. Ca semblait presque trop facile, et, fronçant les sourcils, elle ne put s’empêcher de le regarder, un peu méfiante. « Vraiment ? » Il était tombé sur la tête pendant qu’ils marchaient sans qu’elle l’ait remarqué, où comment ça se passait ? « C’est le troisième vœu qui t’as convaincu, c’est ça ? » Ca se tenait, comme théorie. C’était un gros avantage, après tout. Une carte indéniable du jeu, même ! Bon, en fin de compte, elle se moquait un peu de savoir le pourquoi, l’essentiel était qu’il avait dit oui ! Et qu’il ne pourrait pas revenir sur sa parole sans que la brunette ne lui jette des pierres et lui en fasse voir de toutes les couleurs comme elle savait si bien le faire. Et ça l’arrangeait beaucoup qu’il ait accepté puisqu’ils arrivaient presque à destination.

« C’est quoi le thème du shooting au fait ? » Ah oui… Elle avait peut-être oublié de lui en parler. Ou… omis volontairement. Bah quoi ? Vous auriez envie de faire un shooting dans un ranch, vous ? De sentir l’odeur pure et dure de la campagne ? Ça se discutait… « Hum, j’ai comme un doute... » C’était vrai, la brunette ne se souvenait plus de l’intitulé exact qu’on lui avait donné. Sûrement dû à la surprise et au ralentissement cérébral. « Une chose est sûre, on va pas jouer au cow-boy et à l’indienne. Enfin, pas pour le shooting, en tout cas ! » Nala indienne, Jehan cow-boy… Ce serait quand même comique, il fallait l’avouer. Mémorable, même. Mais plutôt dans le genre soirée costumée. « On va là ? » Nala eut un petit rire en repensant à ses pensées de tout à l’heure concernant Jehan et son cerveau. Si, si, elle savait qu’il en avait un, juste qu’il devait être trop épuisé pour l’utiliser aujourd’hui, à cet instant précis. « J’admire ton sens de déduction aujourd’hui. Bah ouais ! Où est-ce que qu’on pourrait bien aller par ici ? » Elle faillit rajouter un « gros bêta », juste pour la forme, mais se ravisa illico, préférant éviter qu’il fasse demi-tour, car ce n’était pas exclu qu’elle lui tape un peu trop sur le système, à force. « Ahh j’ai retrouvé le thème ! Bon, je sais plus comment ils l’ont formulé, faut pas m’en demander autant, mais genre L’homme qui murmurait à l’oreille des chevaux, la complicité homme/femme et Homme avec un grand H et animaux. Un truc comme ça quoi. » Bon, sur le papier, ça sonnait mieux que ses propres mots mais l’idée était plus ou moins là, c’était l’essentiel. « Bon ok, c’est pas vraiment un shooting en duo mais en trio, en comptant le cheval. Ou un quatuor s’il y en a deux. Mais d’un point de vu totalement humain, si. » Lui et elle, plus un ou deux chevaux, tout dépendait. Au fond, elle n’avait pas vraiment menti. Juste… omis deux ou trois choses. « Faut avouer que c’est pas à New-York qu’on nous aurait proposé un tel shooting ! Ça va être fun ! » Ca changeait de ce qu’ils avaient fait jusque-là, et c’était toujours une expérience bonne à prendre. En fait, la brunette était assez impatiente, ça allait lui faire du bien, elle allait pouvoir se changer les idées. D’ailleurs, la voilà qui regardait sa montre en réalisant qu’ils avaient quelques minutes de retard. Nala attrapa alors Jehan par le bras et l’entraîna un peu précipitamment à sa suite vers le ranch. Les membres de l’équipe étaient un peu éparpillés çà et là jusqu’à ce que les deux mannequins n’entrent, et l’attention de l’équipe entière fut presque immédiatement sur les deux bruns. « Désolée pour le retard, mais il y a eu un changement de dernière minute. Mon collègue a été retenu à New-York suite à un petit problème avec son billet d’avion… Ceci dit, je vous présente le meilleur mannequin masculin qui soit et mon partenaire professionnel régulier, Jehan Lohnsen, et je peux vous assurer que vous allez adorer le résultat de ce shooting. » Sûre et fière d’elle, la brunette tournait la tête vers Jehan en souriant, histoire qu’il confirme ses propos et se vante un peu de son parcours et de ses capacités.

_________________

You make me glow, but i cover up, won’t let it show, so i’m puttin’ my defences up, 'cause i don’t wanna fall in love, if i ever did that i think i’d have a heart attack.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Jehan Lohnsen

Messages : 41
Date d'inscription : 01/10/2014


MessageSujet: Re: Rodéo (jehan)   Mer 1 Oct - 19:47

La modestie et Nala ça faisait deux, elle n’hésitait jamais à user de superlatif concernant sa petite personne. Dès leur première rencontre Jehan l’avait trouvé prétentieuse en plus qu’elle fût une emmerdeuse, mais au final ça faisait parti intégrante de son charme. Elle l’avait agacé mais lui avait aussi plu, belle et caractérielle elle lui était apparue comme un défi, et qui plus est un défi incroyablement sexy. Et c’est vrai qu’habituellement une fois le challenge relevé le jeune homme passait à un autre, mais inexplicablement chaque moment où il s’était dit qu’il n’allait plus la revoir qu’ils avaient assez passé de moments torrides ensemble, l’envie que cela recommence encore une dernière fois demeurait. Et puis il avait débarqué à Bishopville sans vraiment comprendre lui même ce qu’il venait foutre là. De ce moment leur relation avait commencé à changer, Jehan avait l’impression parfois qu’ils étaient même des bons potes à se taquiner d’avantage qu’à s’envoyer chier à la moindre occasion. L’entente s’installait et ça ne lui déplaisait pas. Alors entendre Nala dire qu’elle allait regretter ces semaines de vacance qu’était son absence le faisait rire. C’est qu’ils avaient quand même sacrément progresser ces deux là, ils arrivaient à discuter et cela avec une certaine complicité.
Les plaisanteries bidons étaient légion pour Jehan, et cette histoire de riche héritière ne tenait absolument pas debout malgré ses efforts de sérieux pour essayer d’apporter un semblant de crédibilité au récit. Le jeune homme avait bien vu que la jolie brune n’avait pas mordu à l’hameçon, pas du tout même et elle ne tardait pas à le lui confirmer en faisant remarquer qu’il en avait fait des tonnes. C’est vrai que sur la partie sexe débridé il s’était lâché et trois cent pièces ça faisait vraiment beaucoup. Un petit haussement d’épaule accompagnait sa réponse « Je me mets pas de barrière. Soyons réaliste et exigeons l’impossible ! » il se mit alors à rire, ses capacités à satisfaire une femme n’était peut-être pas aussi impressionnante mais il n’avait vraiment aucun complexe sur ce point là. Et puis Nala était particulièrement bien placée pour savoir ça… L’annonce d’un renflouement conséquent du compte en banque du mannequin ne manquait pas de faire réagir la peste qu’était la brunette. Opportuniste elle le sollicitait aussitôt pour un petit cadeau, comme si la normalité voulait qu’il lui offre quelque chose. Jehan arquait un sourcil la regardant avec un air à la fois perplexe et amusé « Euh rappelle moi pourquoi je devrais t’offrir quelque chose ? » Ah parce qu’elle est son meilleur coup. Ça se tient sur le fond mais il la remerciait déjà bien assez en nature. Et puis les compensations matérielles ne sont-elles pas réservées aux compagnes légitimes et aux prostituées ?

Nala ne manquait pas d’humour, mais le jeune homme gardait sa plaisanterie un brin machiste et peut-être trop second degré pour lui. Il se contentait d’afficher un large sourire qui en disait long et de secouer la tête « N’importe quoi. » leur échange de bons procédés elle en faisait quoi ? Et puis niveau produits de luxe elle n’avait pas à se plaindre, ni pour les fringues d’ailleurs « Ta garde robe doit déjà être pleine a craquer de toute façon. ». Moment de superficialité passé, la brunette lui posait alors la question fatidique d’un potentiel nouveau partenariat avec cette marque, Jehan fût tenter de lui parler de la proposition reçue mais n’en fit rien en songeant que cela devrait s’accompagner d’une justification de son refus. « Je pense ouais. Ils me l’ont plus ou moins fait comprendre. » avec une réponse comme ça il se mettait à l’abris de questions plus poussées et c’était très bien comme ça. De toute façon Nala avait embrayé sur le fameux service qu’elle lui demandait, à savoir participer à un shooting. Elle lui expliquait la situation, se justifiant un peu au passage en ayant sans doute peur qu’il fasse demi-tour et la plante lui aussi. Mais le jeune homme ne comptant pas agir ainsi bien au contraire et l’aider ne lui posait pas de problème. Néanmoins, parce qu’il trouvait ça amusant il l’avait laissé aller au bout de son argumentation pour le convaincre. Bon c’était peut-être un petit peu salaud de sa part de la laisser penser jusqu’au bout qu’il pouvait refuser mais c’était de bonne guerre entre eux. Il avait même tenter d’expliquer le lapin qu’on lui avait poser en mettant en avant le côté violent de Nala, perche que celle-ci ne manquait pas de saisir pour l’informer que ce genre de traitement lui était réservé en raison de son côté insupportable. Qui plus est le mannequin à qui elle avait demandé de participer à la base était gay donc la théorie du jeune homme ne tenait plus.
Jehan avait accepté et la jolie brune semblait ne pas en revenir, cela le fit rire « Tu préfères que je refuse pour que ça colle mieux à l’idée que tu te faisais de ma réponse ? » plaisantait-il alors qu’elle le questionnait sur ce qui l’avait convaincu. Un petit sourire en coin introduisait la réponse avant même qu’il ne la prononce « Ce qui va se passer après le shooting plus exactement. » il accompagnait cette réponse par un clin d’œil tous deux sachant très bien à quoi il faisait référence. Mais la perspective très encourageante d’une partie de jambe en l’air après la séance photo s’éloignait rapidement de l’esprit de Jehan quand il se rendit compte de l’endroit vers lequel ils se dirigeaient. Un ranch… Voilà qui était bien sa vaine, lui qui craignait les chevaux. Cependant il ne voulait pas faire de conclusion hâtives, car il pouvait simplement s’agir d’un décor et peut-être n’allaient-ils même pas s’approcher des chevaux, ou pas trop près. Masquant bien son manque d’assurance il questionnait Nala sur le thème du shooting. Appréhendant quelque peu sa réponse il fût légèrement soulagé quand la brunette l’informait qu’ils ne joueraient pas au cow-boy et à l’indienne. Ça n’excluait pas toutes les possibilités de contextes avec chevaux, mais c’était déjà un de moins. Voyant le ranch se rapprocher, il voulu dissiper totalement ses doutes en demandant si c’était bien leur destination… La question était con c’est vrai et Nala ne manquait pas de le lui faire subtilement remarquer. Usant de sa répartie il haussait les épaules « On aurait très bien pu faire un shooting dans la nature, j’en sais rien moi. ».

Inexorablement ils se rapprochaient du ranch et à mesure qu’ils avançaient Jehan perdait d’avantage de sérénité. Il avait un certain talent d’acteur parce que en apparence rien ne laissait paraître qu’il fût plutôt terrorisé à l’idée d’approcher des chevaux, pire de monter dessus ! Sa partenaire s’exclamait alors avoir retrouver quel était le thème de la séance photo et le cœur du jeune homme se mit à battre plus vite sous l’effet du stress et il cru faire un arrêt cardiaque en entendant « genre l’homme qui murmurait à l’oreille des chevaux » là il aurait souhaité qu’elle soit celle avec la paire de couilles… Il voulait bien les nibards, le soucis de la ligne et les règles douloureuses l’espace d’une journée si ça pouvait lui éviter la proximité avec ces herbivores à crinière qui ne lui inspiraient pas du tout confiance. Pour la complicité Homme/animaux, ils n’auraient pas pu choisir des chiens ? C’est le meilleur ami de l’Homme après tout, non ? Non il avait fallu que ça soit des chevaux et ça allait être une vraie torture pour lui et un fiasco pour eux. Nala en rajoutait sans le vouloir en poursuivant ses explications mais le cerveau de Jehan avait déjà déconnecté en laissant la peur s’inviter à la fête. Effectivement à New-York ça ne serait sans doute pas arrivé… À cet instant il regrettait presque d’être venu à Bishopville, d’être rentré d’Europe. La peur le faisait penser des conneries et ça n’allait sûrement pas s’arranger dans les minutes voir heures à venir étant donné que la jolie brune accélérait le pas en l’entraînant à sa suite.
Ils arrivèrent au ranch, Jehan encore moins rassuré que durant les derniers instants du trajet où il avait déjà eu le temps de se faire tout un tas de films. Néanmoins il affichait un masque parfait de calme et de professionnalisme, intérieurement il était bien moins serein, même pas du tout. Le mannequin attendait avec impatience d’en savoir un peu plus sur la sauce à laquelle il allait être mangé. Nala et lui étaient un peu en retard mais l’équipe les accueillaient à la cool. Il laissait la belle brune parler, c’était son contrat à elle avait tout et il n’était là que pour rendre service… Grand bien lui en avait pris tiens ! Même le semblant d’éloge à son égard peinait à le faire sourire plus qu’un petit rictus. Nul doute qu’ils allaient faire des étincelles… Mais peut-être des étincelles de ratage. Il rendit son sourire à sa collègue avant de suivre la styliste et la maquilleuse chargées de s’occuper de le préparer pour le shooting. Tout ça était la routine pour Jehan surtout après ces longues journées de travail qu’il avait passé en Europe les semaines passées. D’abord il dû se changer, sans doute que le mec prévu à la base était plus fin que lui parce que la première chemise était un peu trop serrée « C’est les Village People le thème ? » cela eu le mérite de faire rire la styliste qui ne manquait pas de remédier au problème en lui trouvant une chemise qui lui allait parfaitement. Il pu garder son jean mais dû enfiler une paire de santiag. Nala avait dit quoi déjà ? Ah oui pas de cow-bow et d’indienne, en revanche ça avait tout l’air d’être cow-boy et cow-girl. Cela dit il avait hâte de voir la belle brune transformée en Calamity Jane.

Lorsqu’il fut prêt Jehan rejoignait le reste de l’équipe pour le briefing pré-shooting, se plaçant à côté de sa collègue mannequin il lui adressait un petit sourire en coin et chuchotait « Tu pourrais m’attraper avec ton lasso… » un clin d’œil suivit alors qu’il se concentrait sur l’explication du déroulement de la séance photo. Le jeune homme devait produire un effort certain pour ne pas céder à la peur, heureusement que le maquillage devait masquer qu’il avait blêmit. Les trois tableaux du shooting se feraient avec des chevaux, d’abord dans leur enclos alors qu’ils étaient en liberté, puis pendant leur préparation et enfin une séquence à cheval. A mesure de l’explication Jehan avait perdu ce qu’il lui restait d’espoir que ça ne se présente pas si mal qu’il l’imaginait… En fait c’était pire ! Cependant il affichait un air désinvolte comme si il avait fait ça toute sa vie. La bonne blague ! La seule fois où il s’était approché de chevaux un gamin de son âge était tombé et un autre avait eu le pied écrasé, lui déjà pas rassuré avait alors décidé que trois mètres était la distance minimale à respecter entre lui et un équidé.
Le shooting allait commencer, toute l’équipe se dirigeait vers l’enclos où deux chevaux étaient. Ils n’avaient pas l’air perturbé par les photographes ou le fait qu’il y ai bien plus de monde que d’habitude autour de leur lieu de vie. Le directeur de la séance l’invitait lui et Nala à aller se mettre en place pour débuter le shoot. Fierté oblige Jehan ne montrait en rien sa peur et s’approchait des barrières en bois. C’est au moment de passer dessous pour entrer dans l’enclos qu’il s’arrêtait, bloqué « Ils… Ils s’en foutent qu’on aille les embêter chez eux ? » demandait-il de moins en rassuré mais tentant de pas se trahir. À cet instant il comprenait ce qu’avait ressentit Nala au bord de la piscine, il avait été compatissant ce jour là, mais d’être à sa place à cet instant lui faisait encore plus prendre conscience de la difficulté qu’elle avait dû avoir à passer outre ses craintes. Penser à cela lui fit avoir un peu plus de courage pour entre dans le corral, il s’approchait prudemment des chevaux, remettant son chapeau de cow-boy bien en place histoire de dissimuler sa nervosité. Le pire c’est qu’il avait lu que les chevaux sentent ce genre de truc, ça ne le rassurait pas du tout bien au contraire et le risque ne faisait que croitre qu’ils aient une mauvaise réaction. Jugeant être bien assez près il s’arrêtait, à en juger par l’attitude du photographe et du directeur du shooting il allait devoir faire mieux que ça. Allait-il y arriver ? Jehan avait éviter tout regard en direction de Nala depuis un moment, sûr qu’elle devait bien se marrer au moins intérieurement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Nala Freshman

Messages : 47
Date d'inscription : 17/09/2014


MessageSujet: Re: Rodéo (jehan)   Mer 1 Oct - 19:52

Emmerdeuse comme à son habitude, encore qu’elle avait parfois l’impression que ce côté de sa personnalité ait étrangement diminué, la brunette avait décidé de se la jouer superficielle au possible en prétextant que parce que le mannequin avait gagné une certaine somme lors de son contrat en Europe, il lui devait un cadeau. « N’importe quoi. » Oui, carrément, et elle aurait été surprise qu’il le fasse de toute façon. Jehan n’était pas manipulable comme certains mecs qui étaient capables de beaucoup pour des beaux yeux. Ou un beau corps, de belles promesses. Bref, l’image était là. Et Jehan n’entrait pas dans cette catégorie, sauf peut-être pour la contrepartie sexuelle, là, ça se discutait. En guise de réponse elle se contenta de hausser les épaules, un petit air angélique sur le visage. « Ta garde robe doit déjà être pleine a craquer de toute façon. » Un point pour lui, mais justement, il fallait qu’elle fasse un tri. Certaines tenues ne lui servaient plus à rien, et elle ne comptait pas les remettre. Aussi, qui disait tri, disait forcément renflouage… On ne triait pas pour rien. Enfin, pas Nala, en tout cas. « Ça se renfloue, une garde-robe. Et j’ai comme une envie de nouveautés en ce moment. » Vestimentaires seulement, elle en avait eu pas mal des nouveautés d’un point de vu comportemental par exemple. Ou rien qu’en pensant à certaines situations qui ne se seraient jamais produites en temps normal. Bon, finalement, elle changea rapidement de sujet pour revenir au contrat professionnel du beau brun. « Je pense ouais. Ils me l’ont plus ou moins fait comprendre. » Les choses marchaient bien pour lui, et en tant que partenaire photo –et encore une fois, la meilleure qui soit- elle était contente pour lui. Aussi, elle hocha la tête en souriant un peu en guise de réponse. Et puisque ça marchait aussi bien, autant continuer sur cette lancée avec un nouveau shooting bien plus original que certains autres, non ? Voilà donc qu’il acceptait de lui rendre ce service. En soi, ça ne l’étonnait pas tant que ça, mais vu qu’il avait enchaîné pendant trois semaines, elle avait un peu douté quand même. « Tu préfères que je refuse pour que ça colle mieux à l’idée que tu te faisais de ma réponse ? » L’instinct de Nala fut le plus fort, et elle secouait rapidement la tête en signe de négation. Ca faisait presque désespéré. « Non, non. C’est trop tard de toute façon, t’as déjà dit oui. Et on ne revient pas sur sa parole. » Il ne le lui avait pas promis, donc elle exagérait, mais la brunette avait toujours été douée pour tourner les choses à son avantage, alors… Ce n’était pas plus étonnant que cela. Ceci dit, elle se demandait si c’était cette histoire de troisième vœu qui l’avait convaincu, parce que mine de rien, ça commençait à s’accumuler, et Jehan savait très bien qu’avoir ne serait-ce qu’un seul avantage sur la brune était denrée rare. Alors trois… Il était grand favori dans cette histoire. « Ce qui va se passer après le shooting plus exactement. » La jeune femme se mordilla la lèvre inférieure lorsqu’il lui fit un clin d’œil éloquent. A bien y réfléchir, elle aurait dû penser à ça en premier. À peine s’étaient-ils retrouvés que le sujet était venu sur le tapis, et c’était surtout ce qu’ils savaient faire de mieux tous les deux. « Je suis sûre que ça t’as manqué. Et tu prendras un pied d’enfer. » Mais ça, il le savait déjà. Ce n’était pas aux vieux singes qu’on apprenait à faire la grimace, après tout.

Les deux mannequins approchaient du ranch, et Jehan lui posait la question de savoir s’ils se dirigeaient vraiment au ranch, ce qui eut pour effet de la faire rire. En même temps, c’était logique pour elle, elle le savait depuis un moment, mais la brunette ne lui avait clairement pas dit la chose jusqu’ici, se contentant de faire la discussion en même temps qu’ils s’y rendraient. N’empêche que ça l’avait quand même fait rire, sur le coup. « On aurait très bien pu faire un shooting dans la nature, j’en sais rien moi. » La grimace qu’affichait Nala en disait assez long sur cette possibilité. Une fois encore, elle secouait la tête, grimace toujours dessinée sur son visage. « Non, pas moyen. Je joue pas à la nymphe des bois qui vit avec des insectes dégoûtants et qui marche pieds nus dans la boue. » Beurk, rien qu’en y pensant, elle en avait des frissons. Les insectes, c’était quand même super écœurant, non ? Autant les petites bébêtes comme les grosses. Beurk, beurk, beurk. Trop de pattes et d’antennes et compagnie. Bon, le thème de la nature c’était vaste, mais ce fut la première chose qui lui vint à l’esprit. « Mais je t’accorde le point pour l’idée qui aurait pu être plausible. » Si elle était devenue complètement folle ou à court d’argent au point d’accepter un thème qui la répugnait autant. Ou alors, prise d’un soudain élan de masochisme, encore que ça, ça se tenait parce qu’elle pouvait parfois l’être. Mais là n’était pas la question. Et en parlant de thème, Jehan lui avait demandé celui de cette séance photo un peu plus tôt, et ce ne fut qu’à cet instant qu’elle fut capable de le ressortir le plus correctement possible. Elle avait voulu se souvenir au mieux de la tournure de phrase. Tout du moins, essayer de le faire, voilà pourquoi elle avait eu besoin de quelques instants pour que ça lui revienne. Et tandis qu’elle monologuait à moitié, il restait silencieux. Peut-être qu’elle l’avait gonflé avec son débit de parole ? Parce qu’étrangement, elle s’attendait à une petite répartie ou quelque chose dans le genre, mais ça n’était pas venu. Tant pis, ils étaient déjà à la bourre de quelques minutes et ce n’était pas la peine d’empirer la chose. Déjà qu’il lui faudrait expliquer la situation et le changement de dernière minute. Du coup, il y aurait de la paperasse à refaire pour que tout soit dans les règles. Mais ça, c’était pour plus tard.

Rapidement après être entrée, elle expliqua rapidement la situation à l’équipe présente. Étrangement, elle avait même essayé de ne pas faire de la mauvaise pub au mannequin gay qui lui avait pourtant posé un lapin. Ça aurait été compréhensible qu’elle se venge un peu, et finalement, ça l’étonnait elle-même de ne pas réagir ainsi sachant que c’était habituel chez elle. Enfoncer les autres, sa spécialité. Et pourtant, elle avait menti afin d’amoindrir la chose, et sûrement de voir le remplacement effectué sous un meilleur œil, d’autant qu’elle vantait les mérites du beau brun et leur travail ensemble. Ou alors, c’était simplement qu’elle s’adoucissait, ce qui n’était pas une si bonne nouvelle que ça, à ses yeux. Enfin bref, au final, elle n’avait pas le temps de se plonger sur la question, et pour l’heure, elle s’en moquait complètement. De toute façon, ce n’était pas le moment, ils se rendaient chacun de leur côté à l’habillage et au maquillage. La brunette enfila rapidement sa tenue, short en jean mettant parfaitement en valeur ses fesses, chemisier à carreaux noué, et bottes, bien sûr. Pour compléter le tout, elle aurait droit à un chapeau, quelques bijoux et accessoires et un petit headband qui collait bien au contexte. S’ensuivit alors le maquillage et la coiffure, et la brunette devait avouer qu’elle appréciait énormément de se faire dorloter de la sorte. Ça allait toujours trop vite à son goût, d’ailleurs, parce qu’il était déjà l’heure de se mettre au boulot. Mais avant les choses sérieuses, les explications sur le déroulement de la séance s’imposaient, ça allait de soi. « Tu pourrais m’attraper avec ton lasso… » Et encore un petit clin d’œil qui lui donnait des idées. Sauf qu’elles étaient loin d’être professionnelles… « J’y compte bien, comme ça, tu seras à ma merci, et c’est moi qui dominerait. » lui répliqua-t-elle discrètement en affichant un sourire. Elle suivit l’exemple de son partenaire et finit par se concentrer sur les explications en éloignant ses idées d’ordre sexuel. En entendant ce qui était prévu, elle se mit à sourire. La perspective de monter à cheval lui plaisait plus que le reste, mais ça allait dans la continuité des choses, et elle comprenait ce choix. Décidée à faire de son mieux, elle avait hâte de commencer.

Ce qu’ils ne tardaient pas à faire en se dirigeant enfin vers l’enclos. Tout sourire, la brunette admira de loin les deux chevaux présents. Nala entrait rapidement dans l’enclos, mais remarqua également au niveau de sa vision périphérique que la silhouette de Jehan n’avait pas suivie. Elle se retourna alors pour voir ce qu’il en était et le vit devant l’enclos. « Ils… Ils s’en foutent qu’on aille les embêter chez eux ? » La première réaction de la jeune femme fut de froncer les sourcils, vraiment perplexe, avant d’éclater de rire. « Ils en ont l’air, selon toi ? Ça doit les changer un peu, j’imagine. Enfin, j’en sais rien, je suis pas dans leur tête. » Sa question était quand même bizarre, non ? « C’est quoi le problème ? T’es un fervent partisan de la lutte pour la protection des animaux, et tu les préfèrerais en liberté totale, sans que leur monde et celui des humains se rencontrent ou quoi ? » Bah quoi ? C’était possible. Parce qu’il avait un peu bafouillé au début de sa phrase, qu’il ne semblait pas… sûr de lui ? En tout cas, il semblait y avoir un problème, et cette question déroutante et le temps qu’il mettait à entrer dans l’enclos étaient significatifs. Et ce n’était que lorsqu’elle cette pensée traversait son esprit qu’elle le vit la rejoindre et qu’ils se rapprochèrent des chevaux. Jusqu’à ce que le scénario se reproduise et qu’elle ne le vit pas suivre le mouvement. Cette fois-ci, elle continua d’avancer pour atteindre le cheval, l’approcher en douceur et le caresser en y allant prudemment, murmurant combien il était beau. « Un problème, peut-être ? » demanda-t-elle en riant avant d’avoir une hypothèse et de rire un peu plus. « Laisse-moi deviner, c’est les bottes c’est ça ? T’as pas l’habitude d’en porter et ça te gêne ? » Elle se tourna vers lui tout en se dirigeant vers le deuxième animal pour établir un premier contact avec lui. « Ou alors t’aimes pas du tout les animaux ? Parce qu’en y réfléchissant, je t’ai jamais vu près d’un animal. T’es allergique ? Tu supportes pas ? Ça te dégoûte ou j’en sais trop rien ? » Cette hypothèse la faisait encore plus rire sachant qu’elle en avait émise une totalement opposée un peu plus tôt, à propos de la lutte pour leur liberté. Totalement contradictoire, au final.

Nala arrêta de caresser le cheval et s’éloigna un peu de lui pour ne pas risquer de l’effrayer avec un geste trop brusque. « Tu vas quand même pas me dire que c’est pas rapport à tout à l’heure, à cette histoire de domination et compagnie. » Non, c’était peu probable quand même. Il ne se vexait pas comme ça pour une pique de la sorte. « Tu te sens tout petit par rapport au cheval, peut-être ? » Ca, c’était possible, parce que mine de rien, cet animal pouvait sembler assez impressionnant. La brunette posa les mains sur ses hanches en le regardant avant de soupirer et de se diriger dans sa direction pour le chercher elle-même s’il le fallait. « T’es claqué et tu te rends compte que t’as pas la force de faire un nouveau shooting ou quoi ? Ou tu te venges de quelque chose que j’aurais fait ? » Bon, cette fois, elle était un peu à court d’hypothèses, et si ça l’avait faite rire la première fois, ce n’était plus vraiment le cas maintenant. Finalement, elle lui prit la main et l’entraîna à nouveau à sa suite, sans brusquerie par rapport aux chevaux. « Ça va, ils vont pas te bouffer non plus. Faut établir un premier contact en douceur, pour les rassurer et tout. » Elle le savait parce qu’elle avait déjà eu l’occasion d’en faire quelques fois, de temps en temps. Et puis elle réalisa quelque chose. « En fait, t’en as jamais fait ? Tu sais pas comment t’y prendre et t’as pas envie de mal faire ? » C’était peut-être tout simplement ça le souci. Quelle idée d’avoir cherché aussi compliqué que ses drôles d’hypothèses à la noix. La brunette laissa échapper un doux rire. « C’est pas sorcier, je peux te montrer si tu veux. Suffisait de demander, j’allais pas te bouffer non plus. » dit-elle sans même lui laisser le temps de répondre à cette dernière question. La brunette regarda Jehan en lui faisant un geste précis qui signifiait qu’il devait bien observé ce qu’elle faisait et s’approcha lentement pour caresser délicatement le cheval. « Tu vois ? Il est très agréable, en plus. Allez, à ton tour. » dit-elle en riant légèrement une nouvelle fois, et en attendant que le mannequin se décide, priant pour qu’il ne mette pas des plombes et que le shooting puisse véritablement commencer.

_________________

You make me glow, but i cover up, won’t let it show, so i’m puttin’ my defences up, 'cause i don’t wanna fall in love, if i ever did that i think i’d have a heart attack.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Jehan Lohnsen

Messages : 41
Date d'inscription : 01/10/2014


MessageSujet: Re: Rodéo (jehan)   Mer 1 Oct - 19:54

A choisir entre un shooting sur le thème des retours aux sources, pieds nus dans la boue, peaux de bête, chasse et pêche ou l’Homme qui murmure à l’oreille des chevaux Jehan préférait l’option numéro une. Le contraire de Nala qui elle exécrait l’idée de se retrouver au milieu d’insectes et autre truc que l’on peut trouver dans la nature. L’expression nymphe des bois lui fit imaginer la scène et cela le fit légèrement rire. Mais en présence des chevaux il rirait moins, ça il le savait et il sentait le stress monter de plus en plus. Le jeune homme avait attentivement écouter à quelle sauce il allait être mangé, vraiment pas plus rassurer après les explications données par le responsable de la séance photo Jehan faisait cependant bonne figure. Il était même plutôt bon pour cacher son manque de sérénité et plaisantait même sur le fait que Nala pourrait l’attraper avec un lasso. L’idée qu’elle le domine ne lui était pas désagréable au contraire et c’était même assez excitant à imaginer, surtout en la voyant marcher devant lui dans sa tenue, qui il faut le dire lui allait particulièrement bien. L’espace d’une petite minute il avait alors oublié ce qu’ils devaient faire mais cela était revenu très vite dans son esprit, au moment de passer les barrières pour rejoindre les chevaux dans leur enclos.
S’en suivit une question débile, typique du mec pas rassuré qui eu au moins le mérite d’amuser la jolie brune.
Sa réplique arrachait un demi-sourire à Jehan, il n’était pas au bout de ses peines avec les réactions de sa collègue… Haussant les épaules comme seule réponse à son pseudo ralliement à la cause animal, le mannequin était plus occupé à gérer son stress qu’à chercher quoi répondre à Nala. Ah elle faisait maline mais il se souvenait bien d’un temps pas si lointain où c’était elle qui avait eu la trouille. Doucement mais sûrement le jeune homme avait su trouver le courage nécessaire pour entrer dans l’enclos et s’approcher des chevaux mais pas trop. Bien évidemment son comportement n’avait de nouveau pas échappé à l’emmerdeuse brune qui l’accompagnait et il pestait intérieurement d’avoir été si faible d’accepter ce shooting à la simple perspective d’une partie de jambe en l’air ensuite. Les hypothèses de la jeune femme étaient de tout ordre et Jehan restait quelque peu perplexe face à son attitude. Elle faisait semblant de ne pas comprendre ? Lui qui aurait cru qu’elle aurait directement mit les pieds dans le plat en lui disant un truc dans le genre « T’as peur ou quoi ? ». Dans ces nouvelles hypothèses la seule à peu près valable c’était le fait qu’il était impressionné par les chevaux.

A force de rester ainsi silencieux il allait finir par se faire griller, Nala menait un monologue d’interrogations auxquelles Jehan ne trouvait pas forcément le répondant nécessaire pour lui clouer le bec. En fait il était bien trop occupé à garder un œil sur les deux quadrupèdes, de peur qu’ils ne s’agitent trop à son goût. Il était déjà bien trop près et donc potentiellement à portée du danger que représentait un cheval. C’était con, parce qu’ils étaient beaux ces deux animaux, mais il se retrouvait comme figé. Nul vengeance, bottes gênantes ou dégoût, juste de la peur… Un truc qu’elle devrait comprendre ou pas. Qu’est-ce qu’elle y connaissait d’abord pour lui dire qu’ils ne le boufferaient pas ? Jehan lâchait un soupir « Ça va, je jauge leur humeur c’est tout. Je regarde qu’ils soient pas trop énervés. » il levait les yeux avant de faire deux pas, c’était loin d’être suffisant mais toujours mieux que rien. Et puis la brunette lui tendit cette perche, avouer qu’il n’en avait jamais fait ça pouvait être un bon moyen pour expliquer qu’il fut si hésitant. Nier ou avouer ? Dire la vérité ou mentir ? Finalement le mannequin secouait négativement la tête « Non… j’ai failli une fois quand j’étais gamin mais… » il se coupait net en voyant qu’un des chevaux avait levé le pied pour chasser une mouche, décidément pas rassurante ces bestioles. « Ouais je veux pas faire de connerie, c’est sensible il paraît. » et dangereux, mal odorant, mais ça il le gardait pour lui.
Nala prenait les choses en main, elle savait comment s’y prendre et pas lui. Une position de force qu’elle devait fortement apprécier, ça devait même avoir un petit quelque chose de jubilatoire pour elle. Le bouffer ? Non ça non il s’en doutait qu’elle ne l’aurait pas bouffé mais y aller de ses petites remarques désagréables, ça il n’y aurait pas échappé. Attentif bien que pas plus rassuré voir même encore moins, Jehan regardait faire sa partenaire, ça n’était pas bien sorcier c’est vrai mais qu’y pouvait-il d’avoir peur ? C’était comme elle et l’eau, exactement pareil. Pour ne pas perdre la face, parce que niveau fierté ils se ressemblaient aussi beaucoup, le mannequin s’approchait du cheval. D’un geste quelque peu incertain il tentait d’établir un premier contact approchant sa main de l’encolure de l’animal. Se forçant à adopter une respiration calme et profonde il restait néanmoins très sur le qui vive à l’affût du moindre mouvement brusque que pourrait faire l’équidé. Concentré sur ce simple et banal geste il restait très prudent une fois sa paume poser contre ce partenaire de shooting plutôt inattendu. Il regardait alors Nala « Ça va fais pas trop la fière. » lâchait-il en marmonnant presque. Mais ça s’était comme espérer de la neige au mois de Juillet…

La première étape du shooting pu vraiment débuter. Jehan n’était pas des plus à l’aise mais heureusement pour lui les contacts avec les chevaux étaient plutôt restreints et ils servaient d’avantage de décor que d’accessoires. Du moins jusqu’au moment où on leur apportait de quoi attraper les chevaux afin de poursuivre la séance avec le trajet jusqu’à l’écurie et la préparation de leurs futures montures. Ces types n’avaient-ils pas en tête qu’ils étaient en Caroline du Nord ? Que lui était né à Philadelphie, vivait à New York et que s’ils avaient voulus avoir un mannequin qui soit un véritable cow boy c’était plutôt le Wyoming qu’il fallait viser ! Intérieurement il s’énervait tout seul, à cause de sa peur et par le simple fait que il regrettait d’avoir accepté d’aider Nala sans savoir ce qui l’attendait. Quel con ! Cette nana lui faisait vraiment faire n’importe quoi. Bien sûr le cheval sentit sa nervosité, Jehan était presque étonné que ça ne fut pas le cas avant, mais l’équidé partait dans la direction opposée à celle du mannequin bien décidé à s’éloigner de lui « Bah voilà… Il m’aime pas. Je le savais, je l’ai senti. » simple effet de sa peur sur le comportement de l’animal mais il voyait ça comme une sorte de signe. « Il a pas envie, vaut sans doute mieux pas insister. » se résignait-il avec un haussement d’épaule alors que déjà quelqu’un réussissait à rattraper le cheval.
Quelques secondes après et malgré une courte tentative de négociation pour qu’un seul cheval soit suffisant, on lui mettait la longe entre les mains en l’invitant à marcher devant l’équidé qui le suivrait « Il va m’écraser ouais… ». Jehan se tenait bien à distance, marchant sans grande confiance et évitant autant que possible le regard de la brunette depuis plusieurs minutes. Un petit mouvement de tête imprévue de la part du cheval suffit à avoir raison du peu de courage que le jeune homme avait réussi à accumuler. S’éloignant au maximum il ne tenait que le bout de la longe, se réfugiant sur la barrière de l’enclos alors que docilement l’animal le suivait « Il va me mordre ! J’vous jure il m’aime pas ! Il veut pas que je le promène ! » ok là il avait abandonné son pauvre masque de mec inexpérimenté affichant son vrai visage de mec flippé. « Aidez moi… C’est pas drôle vraiment ! » enfin visiblement si à en croire la réaction de l’équipe du shooting et… de Nala évidemment. « Je suis mannequin, pas cow boy ! » et s’il avait su, sûr qu’il ne serait pas venu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Nala Freshman

Messages : 47
Date d'inscription : 17/09/2014


MessageSujet: Re: Rodéo (jehan)   Mer 1 Oct - 19:59

Il n’y avait pas à dire, la réaction du beau brun était quelque peu suspecte et inattendue. Aussi, il était on ne peut plus normal que la jeune femme se pose mille et une question et lui fasse part de ses hypothèses. Nombreuses et farfelues, elle le reconnaissant, mais l’évidence ne lui avait pas encore sauté aux yeux. En réalité, elle ne l’avait tout simplement pas envisagé parce que ça lui semblait assez invraisemblable. « Ça va, je jauge leur humeur c’est tout. Je regarde qu’ils soient pas trop énervés. » Mouais… Allez savoir pourquoi, Nala n’était pas du tout convaincue par sa réponse. Ça leur aurait sauté aux yeux un cheval énervé, non ? En toute logique, il aurait été très peu enclin à se laisser approcher, et ne serait certainement pas aussi calme que maintenant. Perplexe, elle fronça les sourcils en regardant Jehan, sans pour autant répliquer. À cet instant, l’idée qu’il n’en avait tout simplement jamais fait et que son malaise venait de là lui parvint, et la brunette estimait que ça collait pas mal avec les réactions de Jehan. C’était sans nul doute la plus probable des hypothèses qu’elle avait émise jusqu’ici. « Non… j’ai failli une fois quand j’étais gamin mais… » BINGO ! Fière d’avoir enfin compris ce qu’il se passait, elle affichait un large sourire sur son visage. Et là, elle avait l’avantage parce qu’elle avait déjà eu l’occasion d’en faire, contrairement à lui. « En fait, t’es juste un peu nerveux. » répliqua-t-elle le sourire toujours aux lèvres. La jeune femme devait reconnaître que ça changeait de voir un Jehan aussi peu à l’aise, à l’affut de tout. Ca contrastait tellement avec son attitude ordinaire que c’en était surprenant. « Ouais je veux pas faire de connerie, c’est sensible il paraît. » Hochant légèrement la tête en riant un peu, avant de se décider à lui montrer la démarche à suivre. Et lorsqu’arriva le tour de Jehan, elle dû se pincer les lèvres pour ne pas rire. C’était plus fort qu’elle, le voir aussi hésitant, aussi peu sûr de lui et de ce qui allait se passer lui donnait envie de rire. Pour sûr, ce moment resterait gravé en elle. D’ailleurs, si elle avait son téléphone sur elle, et non dans son sac à main, elle aurait sûrement filmé l’instant, histoire d’en avoir une trace. La brunette se fit donc violence et se contenta de sourire largement. « Ça va fais pas trop la fière. » Ca, c’était trop lui demander… Il pouvait toujours rêver pour être franche. « Aaaaahhh ! Tu vois, c’était pas compliqué ! » Pas si simple non plus, vu son hésitation, mais au moins, il y était parvenu, non ? « Et il t’as pas bouffé la main. Enfin, pour l’instant... » dit-elle en riant à la fin de sa réplique, l’air angélique. « Ça va, j’déconne ! » La précision était plus sûre, histoire qu’il ne panique pas à cette idée.

Le shooting débuta donc tandis que la brunette se sentait très à l’aise et appréciait cette séance. Bon, le premier plan n’était pas le plus intéressant pour elle, mais plus vite ce serait fait, plus vite ils pourraient enchaîner avec la suite. D’ailleurs, le moment d’attraper les cheveux pour les conduire à l’écurie arriva bien vite. Ce fut sans trop de mal que la brunette y parvint, un peu comme si elle avait fait ça toute sa vie. Bon, d’accord, elle avait passé une partie de sa vie ici, même si elle n’en gardait pas de bons souvenirs. Enfin bref. Sauf qu’en jetant un œil sur ce qui se passait pour Jehan, elle ne put s’empêcher de rire à nouveau vu que son cheval lui tournait le dos et s’en allait. Là, elle avait du mal à se faire violence et à ne pas rire. Franchement, c’était tellement drôle ! Et encore plus avec la réplique de Jehan. « Bah voilà… Il m’aime pas. Je le savais, je l’ai senti. » Ca faisait très enfantin comme réplique non ? Ou ce n’était peut-être qu’une impression. Toujours était-il que la brunette continuait à rire en réussissant tout de même à articuler. « N’importe quoi… » Au fond, ça lui faisait de bien de rire. Bon, elle se moquait peut-être un peu, et c’était bien évidemment aux dépends de Jehan mais la sensation était trop bonne. Et puis, il ne l’aidait pas non plus à se calmer. « Il a pas envie, vaut sans doute mieux pas insister. » Finalement Nala se mordit l’intérieur de la lèvre inférieure pour retrouver son sérieux. « On dirait un gamin capricieux. Si celui-là ne t’aime pas comme tu le prétends, on échange les chevaux, y a pas de soucis. » Bon, c’était vrai que le courant pouvait ne pas passer parfois, mais quand même. N’empêche que c’était tellement drôle de voir le cheval s’en aller dans la direction opposée. Collector, oui vraiment. Ca non plus elle ne l’oublierait pas de sitôt. Et encore, à l’heure actuelle, la jeune femme n’avait aucune idée de ce qui allait suivre et ne se doutait pas qu’il y aurait mieux. Enfin bon, on avait déjà ramené son cheval à Jehan, donc pas d’échange possible, il devrait faire avec. « Il va m’écraser ouais… » Nala avait un peu de mal à se concentrer sur ce qu’elle devait faire, puisqu’elle n’arrêtait pas de regarder Jehan, et de le voir éloigné du cheval comme il l’était lui donnait à nouveau envie de rire. C’était vraiment plus fort qu’elle, elle trouvait le tableau très comique. Ce n’était pas voulu de la part du beau brun, mais quand on voyait les choses d’un œil extérieur, il y avait vraiment de quoi rire. Alors elle se pinçait les lèvres pour éviter de se remettre à rire. Un sourire, c’était bien mieux, voilà qui ferait l’affaire. « Il est pas aveugle, il voit bien que t’es devant lui. » répondit-elle avec ce fameux sourire avant de plaisanter. « Au mieux, il matte ton cul, et il doit pas avoir envie de l’écraser, celui-là. Enfin, j’dis ça, j’dis rien. » En tout cas, elle, elle en profiterait si elle était à la place du cheval. « De toute façon, il a pas intérêt sinon, représailles il y aura. » Oui bah elle y tenait à cette belle paire de fesses ! Nala tentait de le mettre plus à l’aise avec ce sous-entendu, mais est-ce que ça allait marcher ? Ça, c’était une autre histoire.

Et apparemment pas, car quelques instants plus tard, sans qu’elle ait vraiment vu voir venir la chose, Jehan s’éloignait et se retrouvait sur la barrière de l’enclos. « Il va me mordre ! J’vous jure il m’aime pas ! Il veut pas que je le promène ! » Là, la brunette avait beau faire tous les efforts du monde, elle ne parvint pas à ne pas éclater de rire. Et pour être tout à fait honnête, un magnifique fou-rire la prit. « Aidez moi… C’est pas drôle vraiment ! » Si, ça l’était ! Se réfugier sur la clôture pour… se protéger. C’était digne d’une scène d’un film comique ça, le moment où toute la salle éclatait de rire suite à cette fameuse situation ! « Je suis mannequin, pas cow boy ! » Lorsque le cerveau de la brunette réalisa alors l’évidence, son fou-rire s’interrompit net. Se protéger ! La peur, voilà le souci. Il flippait complètement. « Merde alors… » La brunette s’approcha alors de Jehan et lui prit la longe des mains avant de reculer et d’éloigner les deux chevaux du beau brun. Rapidement, elle fit signe à quelqu’un pour venir récupérer les longes des deux chevaux. « Je crois qu’une petite pause s’impose. » dit-elle en souriant à l’équipe. N’empêche qu’ils avaient ri aussi, donc la pilule devait mieux passer. Il fallait reconnaître qu’il avait fait fort quand même. Mais maintenant qu’elle avait enfin compris –amen, ça avait été long !- elle s’en voulait, et c’est en se mordant la lèvre inférieure qu’elle s’approcha à nouveau de Jehan sur son perchoir. En fait, elle s’en voulait terriblement de ne pas avoir compris, d’avoir autant trouvé la situation amusante alors que lors de leur dernier shooting ensemble les rôles avaient été inversés… « T’es pas obligé de continuer si tu veux pas. Si j’avais su que… que les chevaux te mettaient dans un tel état… » Nala s’interrompit en faisant la grimace, réalisant qu’elle n’avait pas assuré du tout. « Je voulais vraiment pas te mettre dans une telle situation… Et désolée d’avoir ri aussi. J’aurais dû le remarquer plus tôt… » Même si ça avait vraiment été drôle. Enfin, pas la peur de Jehan, mais ses conséquences. Oui, bon, elle s’enfonçait mentalement là… La brunette posa alors sa main sur celle du beau brun et cherchait à capter son regard. « Je vais pas te demander de continuer, et je t’en voudrais pas de partir, je sais ce que ça coûte… » Sans le quitter des yeux, elle lui offrit alors un beau sourire. « Mais ça change rien au fait qu’on se retrouvera très certainement dans un lit toi et moi ce soir. Ou ailleurs que dans un lit, peu importe. » Petit clin d’œil pour agrémenter sa réplique, elle changeait de sujet parce que le sexe c’était leur valeur sûre. Ca calmait à peu près tout, en fin de compte. Sauf les angoisses liées au sexe, mais c’était une autre histoire.

Qu’il décide effectivement d’arrêter ou qu’il choisisse de continuer, dans tous les cas, il lui faudrait quitter cette barrière, mais elle ne voulait pas le brusquer. La peur avait le don de paralyser. Et maintenant qu’elle y repensait, toutes les réactions de Jehan se voyaient là expliquées. « Je peux faire quelque chose pour toi ? Tu veux que j’aille chercher de l’eau ? » dit-elle en indiquant le ranch derrière elle. La main de la brunette serra celle de Jehan pour lui faire comprendre qu’elle comprenait, maintenant. Ça avait mis du temps, certes, mais jamais elle n’aurait pensé à cette éventualité. « Quoi que tu décides de faire, vraiment, je t’en voudrais pas. Le choix t’appartient. T’as déjà bien combattu ta peur. Je me débrouillerais avec eux. T’avais pas à le faire au départ, je t’ai embarqué là-dedans… » Ouais, sur ce coup, c’était sa faute s’il se retrouvait aussi mal. « Je suis sûre qu’ils comprendront. Et puis sinon, tant pis. Mais si tu décides de continuer, je serais là, comme tu l’as été à New-York. » C’était un minimum, et là, la brunette s’en voulait vraiment de son comportement. Ce qui était étrange puisqu’elle ne regrettait quasiment jamais rien. C’était un peu comme les excuses ou les remerciements, une chose très rare en ce qui la concernait. « Et ça se passera bien si tu me fais confiance. » continua-t-elle les yeux toujours fixés sur lui, esquissant un sourire sincère avant de nouer ses doigts autour des siens et de s’approcher de lui avant d’aller lui murmurer une dernière chose à l’oreille. « Je suis vraiment désolée de t’avoir mis dans cette position. » Finalement, elle se recula, se pinça les lèvres et fit un petit signe de tête en direction de l’équipe, et du ranch plus loin, lui posant en silence les questions fatidiques : Tu es prêt ? On y va ? Il avait encore les quelques mètres de trajet pour se décider ou changer d’avis.

_________________

You make me glow, but i cover up, won’t let it show, so i’m puttin’ my defences up, 'cause i don’t wanna fall in love, if i ever did that i think i’d have a heart attack.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Jehan Lohnsen

Messages : 41
Date d'inscription : 01/10/2014


MessageSujet: Re: Rodéo (jehan)   Mer 1 Oct - 20:01

Personne n’est sans peur et surtout pas Jehan. Il n’avait jamais eu la prétention de s’affirmer comme tel, même si fierté oblige montrer ses faiblesses n’était pas un domaine dans lequel il excellait… Mais qui aimait s’afficher avec ses failles ? C’était donner l’opportunité aux autres de vous atteindre et ça le mannequin voulait autant que possible l’éviter. Se protéger il avait appris à le faire depuis l’accident de son frère, durant cette période difficile traversée seul alors que sa sœur, la seule alliée qu’il avait, était partie pour s’éloigner des tensions familiales en lui rejetant la faute dessus au passage. Alors oui parfois Jehan avait peur, des doutes l’envahissaient, mais il essayait toujours de faire bonne figure, du moins autant que possible. Le contexte du shooting, la proximité des chevaux le mettait mal à l’aise. Il avait tout fait pour masquer cela, réussissant plus ou moins bien à le faire tout en ignorant les petites piques et les questions cons de Nala.
Voilà un bon exemple d’une personne qui vous fait réfléchir deux fois avant de laisser paraître vos faiblesses. Et ça bien que elle-même lui en avait laissé entrevoir… Là dessus pas de donnant-donnant, le mannequin s’abstiendrait d’offrir le plaisir de cette découverte à l’emmerdeuse qui lui servait de partenaire photo. Enfin ça c’était ce qu’il avait prévu de faire, et même réussi jusqu’à un certain point où sa trouille avait finalement pris le dessus malgré ses efforts. La jolie brune riait de ces remarques qu’il faisait pour justifier son attitude mal assurée, nul doute qu’elle se foutrait ouvertement de la gueule de Jehan quand elle saurait que ces herbivores l’effrayaient. Tant pis s’il passait pour un mec étrange ou un gamin capricieux comme elle venait si bien de lui faire remarquer, au moins Nala n’avait pas encore compris…

Sauf que cette situation plutôt inconfortable, mais pas totalement catastrophique, ne durait pas. Car si jusque là effectivement l’animal ne l’avait pas bouffé, le jeune homme s’était senti en danger ainsi suivit. Pourtant la pauvre bête ne faisait qu’agir comme on l’avait été éduqué, suivant docilement la personne qui tenait la longe, Jehan en l’occurrence. Ce dernier craignait de se faire écraser, mais surtout il se sentait sans aucun contrôle sur la situation, et que n’importe quoi pouvait se passer il ne pourrait rien faire pour agir convenablement. Les mots de la brunette entraient par une oreille et ressortaient par l’autre sans que le mannequin ne les analyse vraiment. Et il suffit du petit truc en trop associé au stress qui grimpait encore d’avantage en sachant qu’il allait devoir préparer le cheval pour ensuite le monter, pour qu’il laisse tomber le masque. Se précipitant sur la barrière de l’enclos, l’escaladant pour s’y réfugier Jehan se pensait plus à l’abris. Tenant la longe tout au bout, essayant de dissuader le cheval de s’approcher de lui, il cédait à la peur et affichait clairement son malaise.
Tout le groupe riait, Nala en tête qui semblait même prise d’un fou rire. Certes la scène était sans doute on ne peut plus comique vu comme ça, mais pour Jehan c’était loin d’être drôle. Il affirmait clairement que ce genre de truc n’était pas franchement son domaine, s’il avait fait des efforts jusque là, sa peur avait pris le dessus et il détestait se sentir ainsi, faible. Il comprit que la jolie brune avait percuté qu’un truc clochait quand elle s’arrêtait de rire, s’approchant de lui pour ensuite demander à ce que l’on éloigne la raison de ses craintes : les chevaux. Au passage elle réclamait une pause et sur le moment il lui fut assez reconnaissant de cela. Néanmoins il s’attendait un peu au pire quand à ce qu’elle allait lui dire… Jehan attendait les remarques et piques de la part de sa collègue, sûr que la belle et caractérielle jeune femme n’allait pas rater une si belle occasion de l’enfoncer.

Sa première stratégie fut de se montrer compréhensive, lui disant qu’il n’était pas obligé de continuer le shooting, et que si elle avait su pour sa peur des chevaux elle ne l’aurait pas mis dans une telle situation. Ok ça c’était fort il devait bien l’admettre. Elle s’était sacrément améliorée dans son jeu d’actrice, quand elle affirmait être désolée d’avoir rit Jehan failli la croire. A fond dans le personnage la brunette s’aventurait même à poser une main compatissante sur la sienne, essayant d’accrocher son regard avec un zèle qui le laissait perplexe. « C’est déjà ça, t’as bien rit. » il levait les yeux un peu blasé par cette remarque, il l’avait bien entendu rire comme tout le monde d’ailleurs ! « Tu connais le dicton, je te l’épargne. » celui de la femme qui rit étant déjà à moitié dans le lit de l’homme responsable de ses rires, un classique. C’était habile de l’amadouer ainsi, lui laissant plus ou moins le choix de continuer ou non la séance photo. Vraiment Nala s’en sortait à merveille avec son attitude compatissante, mais c’était trop vrai pour être honnête. Jamais la diva des shooting, Miss Freshman ne se laissait aller à une quelconque considération compatissante pour ses pairs. Quand bien même ils s’envoyaient hardiment en l’air, Jehan savait qu’il ne dérogeait pas à la règle, pire il était même la cible idéale pour des paroles fielleuses.
Apeuré certes mais dupe pas encore ! Le jeune homme ne comptait pas offrir une si belle victoire à sa partenaire. Oui il avait de l’avance sur elle en la matière puisqu’elle lui devait déjà trois services, mais il tenait à conserver la pôle position. C’était quoi le pire que Nala le voit avoir peur des chevaux ou qu’elle se montre si étrangement compréhensive ? Parce que malgré sa conviction que tout ça n’était qu’une stratégie visant à lui faire baisser les armes pour mieux l’écraser ensuite, une part de lui la voyait sincère. Foutu regard trop expressif… Ce même regard qui peu après son arrivée à Bishopville lui avait permis de différencier Nala de sa jumelle qui tentait de le duper. Et son sourire, elle mettait vraiment le paquet là ! Lui rappelant ce qui les attendait comme activité une fois la séance photo terminée qu’est-ce qu’elle croyait faire au juste ? « Trop de générosité en toi Freshman ! » répliquait-il avec un petit air narquois parfait pour la situation.

Jehan aurait pensé que la jeune femme se serait lassée, abandonnant ses allures de gentille pour renfiler sa tenue de peau de vache. Mais non à sa grande surprise elle poursuivait sur sa lancée, après tout peut-être était-elle sincère ? Peu probable… Certes le mannequin avait découvert d’autres facettes de la brunette depuis quelques temps, mais c’était trop éloigné de son attitude habituelle pour que rien ne se cache derrière. Ou alors elle était vraiment très très en manque et voulait à tout prix ne pas rater l’occasion de coucher avec lui. Le mannequin la regardait attentivement alors qu’elle lui débitait son discours désolé, qu’elle lui laissait le choix et dissimulait même une reconnaissance de son courage jusque là. Le monde ne tournait pas très rond à cet instant et Jehan était réellement dérouté par la situation. Il était vrai qu’à New York il lui avait sauvé la mise, mais rien n’obligeait Nala à agir ainsi en retour. Avait-elle un semblant de conscience et un code de conduite finalement ?
Le plus surprenant restait à venir, elle lui demandait d’avoir confiance en assurant que tout se passerait bien. Un peu comme on essayerait de rassurer un gamin et c’était peut-être un peu trop pour la fierté de Jehan qui en prenait un sacré coup. S’en remettre à elle ? Juste parce qu’elle avait refermé ses doigts autour des siens dans un geste de soutien… de… Un geste clairement inhabituel entre eux sur lequel il venait de buguer. Elle était vraiment désolée, sous-entendus que sincèrement elle regrettait de l’avoir mis dans une telle position. C’était assez pour embrouiller l’esprit du mannequin qui pour le moment avait tout fait pour conserver les idées claires et ne pas perdre de vu que Nala Freshman l’avait dans le viseur et n’attendait que le bon moment pour lui infliger un shoot fatal. Elle reculait ensuite, l’invitant à descendre de sa barrière, son perchoir de sécurité sur lequel il devait encore avoir l’air ridicule. Jusqu’à présent il l’avait surtout écouté, plutôt refermé sur lui même suite à son moment de faiblesse. Mais venait le moment où il allait devoir faire son choix. Continuer ou se défiler ? Se battre encore contre sa peur ou laisser cette victoire à Nala ?

Le jeune homme eu un petit sourire en coin et descendait lentement de la barrière « Vraiment c’était très bien essayé Freshman. » il haussait les épaules et riait un peu nerveusement « Sincèrement, j’étais à deux doigts d’y croire. ». Une petite moue s’invitait ensuite sur son visage « Sauf que je sais comment tu fonctionnes. Et je sais surtout que t’aimerais beaucoup que la tendance s’inverse, reprendre l’avantage. » il affichait un large sourire « Mais ça sera pas pour tout de suite. Alors ouais je flippe, c’est vrai. Mais c’est pas encore aujourd’hui que tu vas avoir l’opportunité facile de me voir abandonner. » une lueur de défi traversait son regard, c’était sa fierté qui parlait. Pourtant au fond il savait que Nala était sincère, que son soutien n’était pas totalement feint, mais à quel point ?
Réajustant son chapeau sur sa tête puis mettant les mains dans ses poches, il prenait la direction du ranch. « T’as dit que t’allais m’aider si besoin. Ça va être un bon moyen de savoir si c’était vrai ou pas. On a un shooting à finir. » Jehan n’abandonnait que très rarement, et là devant la jolie brune c’était quasiment exclu qu’il le fasse. L’espace d’un instant il songeait qu’il était peut-être un peu dur avec Nala, de douter ainsi de sa sincérité mais après tout elle avait tellement agit à l’opposé de son attitude actuelle que c’était légitime de se poser des questions. Quoi de mieux qu’un peu de taquinerie pour totalement se remettre de ses précédentes émotions ? Sur le moment Jehan ne vit que cette alternative, offrant alors son plus beau sourire à la jolie brune il déclarait « Je sais pas pour toi, mais après la séance photo j’irais bien nager un peu. » réplique anodine pour quiconque qui pourrait apprécier d’aller faire quelques brasses après le boulot pour se détendre, beaucoup moins pour une jeune femme ne sachant pas nager et ayant peur de l’eau.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Nala Freshman

Messages : 47
Date d'inscription : 17/09/2014


MessageSujet: Re: Rodéo (jehan)   Mer 1 Oct - 20:05

Si elle avait vu les choses venir, elle n’aurait clairement pas proposé à Jehan ce shooting. Affronter une peur était quelque chose de bien difficile à faire, mais quand en plus, il fallait le faire dans un cadre professionnel, ça relevait de l’exploit. Pour l’avoir elle-même vécu, elle savait de quoi elle parlait. Alors oui, la brunette était une garce, et elle se serait fait un malin plaisir de mettre certaines personnes dans cette situation. Mais Jehan ? Non, c’était différent. À chaque fois qu’ils se voyaient, quelque chose changeait, et ça c’était à présent indéniable. Il fallait se rendre à l’évidence. Quoi, pourquoi, comment ? Ces questions-là pouvaient être mises de côté pour l’heure. Trouver leurs réponses n’était vraiment pas quelque chose d’urgent. Toujours était-il que la brunette n’aurait pas mis Jehan dans cette situation de son plein gré. Voilà pourquoi elle était allée vers lui, avait fait en sorte qu’on éloigne les chevaux et qu’on leur accorde une petite pause. Elle s’en voulait parce qu’elle aurait dû remarquer la chose plus tôt. A bien y réfléchir, il y avait des signes qui ne trompaient pas. Et parmi toutes les hypothèses qu’elle lui avait sorties, elle n’avait même pas été fichue de trouver la bonne. La peur ne lui avait tout simplement pas traversé l’esprit. « C’est déjà ça, t’as bien rit. » Nala se mordit la lèvre inférieure en le regardant lever les yeux. Oui, elle l’avait fait, jusqu’à ce qu’elle comprenne. « Tu connais le dicton, je te l’épargne. » C’était pas non plus comme si ça avait été essentiel… Même sans qu’il la fasse rire, ils auraient terminés dans le même lit. Mais à cela, elle ne répliqua rien, et se contenta de lui répéter qu’il n’était pas obligé de continuer, de faire de tels efforts, alors que rien de tout ceci n’était prévu à la base. C’était elle qui lui avait proposé tout ça, lui forçant un peu la main. Et si elle lui avait clairement dit ce qui l’attendrait, ça se serait sûrement passé différemment, non ? Et avec des si, on refaisait le monde, et la brunette avait vraiment de quoi le refaire… Aussi, elle choisit une valeur sûre, la fin du shooting et cette seule certitude d’une partie de jambe en l’air. « Trop de générosité en toi Freshman ! » Ce qu’elle notait déjà avec cette simple réplique, c’était qu’il reprenait de son aplomb. Et c’était une excellente chose. Est-ce que ça allait durer ? À voir, mais pour l’heure, ça lui suffisait, vu le contexte. La belle brune lui offrit un air léger, sourire aux lèvres. « N’est-ce pas ? C’était justement ce que j’étais en train de me dire. » Mais elle ne s’attarda pas là-dessus et continua. Parce que si c’était déjà une petite victoire, qu’il décide de continuer ou non, il lui faudrait tout de même reprendre une contenance. Et puis bon…

Elle s’en voulait vraiment horriblement de l’avoir mis dans cette situation alors qu’il lui rendait simplement un service… C’était de sa faute s’il était dans cet état, comme cela avait été le cas la dernière fois qu’ils s’étaient vus, quand elle s’était blessée et qu’il avait dû affronter la vue et l’odeur du sang. Et dans les deux cas, elle ne l’avait pas fait exprès… Jehan avait fait beaucoup pour elle à New-York mais également en prenant sur lui pour l’emmener à l’hôpital et surtout en ne parlant pas de sa terreur nocturne à laquelle il avait assisté. Ca faisait beaucoup, mine de rien, et elle lui en était reconnaissante. Maintenant, les rôles étaient inversés, et ça lui semblait être tout à fait normal de lui dire toutes ces choses, de se comporter ainsi. Pas parce qu’elle avait des dettes envers lui, simplement parce qu’elle n’appréciait pas de le voir comme ça et qu’elle voulait vraiment l’aider, sincèrement. Ce genre de comportement ne se serait produit avec personne d’autre. Parce que Jehan avait de l’importance, et Nala s’en était bien rendu compte durant son absence et l’annonce de son départ. Alors bien sûr, elle n’allait pas le crier sur tous les toits et le gardait pour elle parce qu’elle ne comprenait pas comment c’était arrivé ni comment « gérer le problème » vu que c’était loin de ce qui avait été prévu. Ceci dit, elle avait tendance à se dire que c’était une réaction tout à fait naturelle suite aux pertes qu’elle avait vécu. Voilà, c’était un truc d’ordre psychologique, point barre. Enfin bref. Toujours était-il que la jeune femme ne s’était pas vraiment attendue à ce qui allait suivre. « Vraiment c’était très bien essayé Freshman. » Cette seule réplique réussit à la faire sortir de ses pensées tandis qu’il descendait de son perchoir. « Sincèrement, j’étais à deux doigts d’y croire. » PAN ! Prends-toi ça. Aussitôt la première pensée qu’elle eut fut de ne rien laisser paraître. Comme à chaque fois qu’on l’avait blessé depuis toutes ces années. Il ne la croyait pas sincère, il croyait que c’était un jeu, leur jeu. Mais ce n’était pas le cas. Et voilà exactement pourquoi, à seize ans, elle n’avait rien dit à personne concernant ce qui lui était arrivé. « Sauf que je sais comment tu fonctionnes. Et je sais surtout que t’aimerais beaucoup que la tendance s’inverse, reprendre l’avantage. » Reprendre l’avantage ? Maintenant ? Ici, lors de ce shooting ? La jouer à la déloyale de la sorte ? Et après toutes les fois où il avait gagné ? Elle était bien à la traîne, mais à l’heure actuellement, elle s’en moquait complètement. « Mais ça sera pas pour tout de suite. Alors ouais je flippe, c’est vrai. Mais c’est pas encore aujourd’hui que tu vas avoir l’opportunité facile de me voir abandonner. » Tandis qu’il parlait, la brunette restait stoïque et ne laissait vraiment rien paraître, se contentant de l’écouter. Lui faire comprendre qu’il l’avait blessé ? Et puis quoi encore. Un animal blessé ne boitait pas jusqu’au chasseur pour lui faire les yeux doux et espérer avoir la vie sauve. Elle préférait garder la tête haute. Il croyait vraiment que son comportement était feint ? Bien, si c’était ce qu’il voulait, il l’aurait. Et en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire, elle renfila son armure de glace et le regarda dans les yeux d’un air arrogant. « J’en ai rien à foutre de te voir abandonner un truc. Mais là, c’est mon shooting et ma carrière qui sont en jeu, et il était important que tu continues, justement. » Sourire encore plus arrogant qu’avant elle poursuivit. « Tu viens de m’offrir gratuitement un point, sans même t’en rendre compte. » Elle laissa cette fois échapper un petit rire avant de le regarder froidement. « C’est fou ce que tu es manipulable. » Et c’était fou de voir avec quelle facilité déconcertante elle arrivait à renfiler son masque, malgré la blessure bien profonde. Enfin, il lui avait un peu rendu service puisqu’elle venait de réaliser qu’on ne la penserait jamais sincère. Au moins, elle n’aurait plus à se fatiguer en essayant d’être moins pétasse.

Et voilà qu’il partait déjà en direction du ranch. Pour être franche, la brunette n’avait plus la moindre envie de continuer ce shooting, mais ce serait le laisser gagner la partie, en se rendant compte de ce qu’elle ressentait vraiment, et ça, c’était hors de question. Aussi, elle ne tarda pas à la suite. « T’as dit que t’allais m’aider si besoin. Ça va être un bon moyen de savoir si c’était vrai ou pas. On a un shooting à finir. » Voilà encore la preuve que la moindre qu’il n’avait vraiment pas cru ce qu’elle lui avait dit. « Si tu crois que je vais te laisser saboter mon shooting, tu peux te brosser. » Même si là, vu le mal qu’il lui avait fait, elle n’avait plus aucune envie de l’aider. Elle aurait mieux fait de continuer à rire, à bien y réfléchir. « Je sais pas pour toi, mais après la séance photo j’irais bien nager un peu. » Il se croyait drôle là ? Non parce que plus il ouvrait la bouche, plus il l’énervait. « Va te faire foutre. » répliqua-t-elle en lui offrant un grand sourire forcé avant de continuer sa route sans plus le regarder. Rapidement, les quelques mètres furent parcourus et ils retrouvèrent l’équipe, le ranch, et surtout les chevaux. Blessée comme elle l’était, elle se moquait bien de savoir si Jehan s’en sortirait ou pas. Mais si elle voulait rester un tant soit peu crédible dans cette histoire d’égoïste ne souhaitant pas que son shooting photo parte en sucette, il fallait bien qu’elle fasse gaffe. Le moment était donc venu de préparer les chevaux. En prenant sur elle, elle fit volte-face pour regarder Jehan et lui balancer d’un ton froid ces simples directives. « Inspire et expire profondément. Ils sentent vraiment que t’as la trouille. » Une idée lui vint alors. « C’est pas rassurant et ça va les faire flipper aussi. Donc si t’arrives pas à te canaliser, à gérer ton stress, c’est là que ça partira en sucette. » En fait, elle n’en savait rien. Elle avait déjà côtoyé des chevaux, mais ne s’était pas vraiment intéresser à leur psychologie. Si ça se trouve elle lui racontait totalement des cracs. Mais elle s’en fichait royalement. Le but était de lui mettre la pression et en lui exposant ce qui pourrait se passer s’il ne prenait pas sur lui, il y arriverait peut-être plus facilement, suite à la peur de ce qui arriverait. Elle s’approcha de lui en le fixant, et s’arrêta quand leurs lèvres ne furent qu’à quelques centimètres l’une de l’autre avant de les frôler légèrement. « Si tu te plantes, tu peux dire adieu à la partie de baise. » Si ça n’allait pas le motiver, ça… Enfin, elle réalisa aussi qu’elle n’était plus vraiment d’humeur à cela, mais ce serait difficile de continuer à jouer son rôle d’égoïste totale se servant de lui pour arriver à ses fins. Encore qu’elle pourrait toujours feindre que ça aussi, c’était pour le faire céder. Et c’était pas mal comme idée. Finalement elle se recula et lui expliqua comment préparer le cheval. « C’est pas bien compliqué. » Petit haussement d’épaules pour appuyer sa phrase avant de lui tourner le dos et de faire signe à l’équipe qu’ils étaient prêts. Enfin, elle en tout cas, quant à Jehan, elle ne lui laissait pas le choix. Le shooting repris alors, et Nala essayait d’oublier ce qui venait de se passer, se concentrant uniquement sur ce qu’elle avait à faire, et sur son cheval, sans jeter le moindre regard vers Jehan et son cheval pour voir s’il s’en sortait ou non, et comment ça se passait pour lui. Là, elle imaginait faire le shooting seule, et ça lui allait très bien. Après un tel coup de poignard, comment pouvait-il en être autrement ?

_________________

You make me glow, but i cover up, won’t let it show, so i’m puttin’ my defences up, 'cause i don’t wanna fall in love, if i ever did that i think i’d have a heart attack.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Jehan Lohnsen

Messages : 41
Date d'inscription : 01/10/2014


MessageSujet: Re: Rodéo (jehan)   Mar 14 Oct - 12:01

Cette mise en scène pour le shooting avait été réellement stressante pour Jehan et malgré sa force de caractère et cette volonté de ne pas perdre la face, il avait craqué. Un petit craquage, un simple petit moment de panique mais de quoi se sentir assez mal à l’aise, ridicule. Heureusement il paraît que ça ne tue pas ! Mais ça n’est jamais agréable et rare sont les personnes qui se foutent totalement de montrer leurs faiblesses, pas le jeune homme en tout cas. Il était apeuré et sur la défensive, il savait combien Nala pouvait être moqueuse voir même assez impitoyable quand l’occasion se présentait de remporter une petite victoire. Le mannequin savait ce qu’il en était du jeu entre eux, ils se faisaient autant de bien à s’envoyer en l’air qu’ils se faisaient du mal en jouant bêtement à qui serait le plus fier, le plus blessant. Un bouclier qu’ils dressaient devant leurs failles, un moyen comme un autre de mettre hors d’atteinte leurs secrets.
Difficile quand quelqu’un ne s’est jamais montré très compréhensif de lui accordé le gain de cette qualité. Dans l’esprit de Jehan il était clair que sa partenaire ne s’embarrassait pas de ce genre de chose habituellement, pourquoi s’y mettrait-elle soudainement ? Peut-être manquait-il de discernement à cet instant mais en tout cas il n’allait pas se laisser amadouer si facilement. Et puis quoi encore ? Se laisser consoler comme un gamin, tomber dans le piège pour mieux subir un contre coup ensuite ? Le jeune homme ne prenait pas le risque, certain que la jolie brune était aussi vénéneuse que sexy. L’opportunité était trop belle, il lui offrait sur un plateau un moyen de rattraper le fait qu’il lui avait sauvé la mise, une sorte de vengeance pour lui apprendre à ne pas jouer au héros, pas avec elle.

Chassez le naturel il revient au galop, démasquée Nala Freshman arborait à nouveau sa parure de peste. Ambitieuse, déterminée au point de devenir un véritable rouleau compresseur, voilà qu’il retrouvait cette tigresse brune dont il adorait sentir les griffes érafler son épiderme. Ça y est, elle admettait que seul son shooting comptait et qu’il n’avait pas intérêt à tout faire foirer. Cependant elle oubliait qu’il y allait aussi de sa réputation à lui, dans le milieu mais également en tant qu’homme ici dans cette ville ou toutes les infos font le tour aussi vite que sur la twittosphère. La patience de la brunette était totalement épuisée, et c’est avec une certaine agressivité qu’elle s’adressait à lui. Certes elle pouvait être vraiment cassante, mais à ce moment là il la trouvait plus agacée que vindicative.
Jehan blaguait et elle lui répliquait d’aller se faire foutre, en sachant ce qu’ils prévoyaient de faire après le shooting c’était plutôt drôle de lui dire ça. Un rire franc échappait au mannequin « C’est au programme. T’es bien placée pour le savoir. » il levait les yeux et songeait que ça n’était pas tout à fait juste puisque techniquement c’est elle qui se ferait foutre… Tout cela manquait de tact et de poésie, mais ils ne s’étaient jamais soucier de ça « Enfin tu m’as compris. » concluait-il alors qu’en s’approchant de nouveau des chevaux le stress revenait. Et Nala ne manquait pas cette belle occasion, cette fois de l’enfoncer. Les chevaux sentaient le stress, il était stressé donc ça risquait de partir en cacahuète CQFD.

Le beau brun lâchait un soupir « Quel sens de la pédagogie Freshman… » elle s’approchait alors tout près de lui pour une confidence sur le fait que leur ébat prochainement programmé était compromis. Il fallait qu’il réussisse sinon il pouvait dire adieu à son joli cul d’emmerdeuse et tout le reste qui le rendait dingue. Le sexe était leur moteur pas besoin d’être sociologue ou psy pour le deviner, alors Jehan fut particulièrement attentif aux explications de la brunette sur la préparation de son équidé. Petit sourire en coin il la regardait avec cet air taquin qu’il affichait souvent « Heureusement que t’as pas à me préparer comme ça avant de me chevaucher. » son regard en disait long, mais elle était bizarrement pas très réceptive à son attitude chargée de tension sexuelle.
A croire que c’était la journée des trucs inhabituels. Ou peut-être que c’était juste le fait d’être parti trois semaines qui lui faisait bizarre. Des difficultés à reprendre ses repères peut-être ? Ou Nala avait entre temps été enlevée par des aliens qui l’avait lobotomisé. C’était fou ce qu’il pouvait avoir comme connerie en tête quand il se questionnait sur des choses sortant de l’ordinaire. Mais présentement ça l’aidait à prendre sur lui alors qu’il suivait scrupuleusement les indications donné par la jeune femme, jusqu’à son conseil sur la respiration pour se détendre, mais aussi par l’équipe du shooting puisque la séance se poursuivait.

Un truc clochait, Jehan le sentait. Lorsqu’ils posaient quelque chose manquait à l’appel, Nala jouait parfaitement le jeu mais à la fois semblait distante. Peu à peu la perplexité le gagnait, il cherchait l’explication à cette étrange sensation qu’il avait. Et pourquoi est-ce qu’il sentait se genre de chose d’abord ? Son foutu regard, son attitude, ce qui émanait d’elle, autant de messages qu’il percevait chez elle plus que chez quiconque d’autre. Il avait cru que la jolie brune était redevenue égale à elle même, mais en fait il s’était planté. Il ignorait le pourquoi du comment, sauf qu’il avait la sensation que leur contact était comme interrompu. Elle était là tout près, trop près même parfois sur certaines poses et pour autant il avait l’impression d’une absence.
Depuis quand est-ce qu’il se souciait de ça ? Bonne question. Et inutile de dire qu’il était incapable d’y répondre, ça n’était pas faute de chercher pourtant. D’ailleurs son esprit filait tellement à toute allure qu’il ne pensait plus à sa peur des chevaux. Il restait prudent et méfiant bien sûr mais il se concentrait tellement sur l’attitude de Nala et les interrogations que cela soulevait, que le stress était parti. Le mannequin n’était pas pour autant devenu un véritable cow boy en l’espace d’une vingtaine de minutes mais au moins il arrivait à répondre aux exigences de cette phase du shooting. La prochaine resterait la plus délicate et il espérait vraiment une grande indulgence à son égard… Pas de la part de sa partenaire, ça c’était désormais foutu il le savait.

Où avait donc filé la complicité qu’ils avaient eu en venant jusqu’au ranch ? Celle-ci même qui avait continué au début du shooting. Jehan finissait par regretter les rires de Nala et en pensant cela il s’engueulait intérieurement d’avoir des pensées aussi nazes. Son rire lui manquait… La blague. Ils n’étaient pas dans une foutue comédie romantique à la con, et la brune n’était pas morte non plus. Juste qu’elle avait fini de rire de la situation. Profitant de l’interruption de la séance avant la dernière partie Jehan se plantait devant sa partenaire sourire aux lèvres « Alors ? J’ai été assez convaincant à ton goût ? » en tout cas il était assez fier de lui. Avec le recul il constatait qu’il avait réussi le pari pour l’instant. « Ok je sais tu vas me dire que le plus dur reste à venir, mais y’a du progrès non ? » il n’avait pas eu peur de se faire bouffer par un cheval, un gros progrès.
A la regarder ainsi en face Jehan ne voyait que plus clairement encore ce dysfonctionnement de leur duo. La questionner était exclu, elle l’enverrait chier, il le savait. Mais si c’était ça le problème ? Qu’il avait trop de certitude et que ça l’avait induit en erreur… Lui revint en mémoire le contact de la main de Nala sur la sienne, un geste de soutien qu’il avait voulu voir comme une tentative de manipulation. Le jeune homme toujours perplexe laissait le doute s’installer en lui. Est-ce qu’il s’était complètement planté sur les intentions de la jeune femme ? Sous l’effet du stress il avait réagi stupidement. Nala avait vraiment voulu l’aider et il l’avait accusé de vouloir l’écraser. Faisant se constat il s’en voulu. Lui faire des excuses ? Il ne fallait pas pousser non plus, maintenant c’était trop tard et elle le rembarrerait. Jehan était dans une impasse il le savait, mais faire mentalement le constat de son erreur c’était déjà bien, non ? « Prêtes pour la chevauchée fantastique ? » lui chuchotait-il à l’oreille. A elle de voir à quelle chevauchée en question il faisait référence…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Nala Freshman

Messages : 47
Date d'inscription : 17/09/2014


MessageSujet: Re: Rodéo (jehan)   Mar 14 Oct - 20:28

Reine des glaces jusqu’au bout des ongles, voilà l’apparat qu’elle venait de revêtir après le coup que Jehan lui avait asséné. Et nul doute que cela aurait eu le même effet sur quiconque. Il avait cru qu’elle avait joué, qu’elle avait voulu le voir abandonner. Le mannequin avait considéré qu’en réagissant de la sorte, la brunette avait simplement cherché à marquer un point. Oh, la théorie était loin d’être idiote, Nala le reconnaissait volontiers, parce que c’était ce qu’elle aurait fait avec n’importe qui. Mais force était de constater qu’avec le temps, leur relation avait changé. Cela faisait un moment qu’ils se connaissaient. Enfin, sexuellement parlant tout du moins. Et à chaque fois qu’ils passaient un peu plus de temps ensemble, quelque chose changeait indiciblement. Était-ce si improbable qu’elle ait eu envie de le soutenir dans de telles conditions ? Il fallait croire. Blessée, froissée, vexée, voilà ce qu’elle était à l’heure actuelle. Comme quoi, Nala était vraiment le diable en personne, et on ne s’attendait pas à moins d’elle que de souhaiter du mal aux autres, à vouloir les écraser à tout prix. Au fond, c’était ce qu’elle avait toujours fait, établissant des plans diaboliques pour blesser les autres et détruire leur bonheur. C’était ce qu’elle avait fait à sa sœur avant qu’elle ne parte, en couchant avec celui qui était maintenant son ex. Alors, pourquoi est-ce que ça l’affectait autant ? Peut-être parce que Jehan connaissait nombre de ses faiblesses à présent, et qu’il avait une longueur d’avance ? Ou parce que de sa vie, personne ne la croyait. C’était comme cette fameuse histoire de l’enfant qui criait au loup, créant plusieurs fausses alertes. À force, les habitants avaient fini par ne plus le croire. Mais le jour où c’était vrai, où le loup était là… Personne. Nala réalisa qu’elle ne pouvait finalement que s’en prendre à elle-même. C’était de sa faute. Mais elle n’en restait pas moins blessée. Et cette faiblesse-là, elle ne la montrerait pas, voilà pourquoi elle était aussitôt aussi froide et peu réactive. Elle prétextait n’en avoir que faire, simulant un dessein purement égocentrique pour qu’il ne voit pas cela. Laissant tomber cette connerie que de se montrer compréhensive et prête à offrir son soutien. Se montrer « gentille » c’était vraiment de la connerie, elle en avait à présent la preuve. Tant pis, au fond, ça l’arrangeait, parce que ce n’était pas quelque chose qu’elle savait faire. En revanche, son domaine de prédilection était son attitude d’emmerdeuse, de garce et autres synonymes. Là, elle excellait. Pourquoi s’embêter, au fond ? La Nala qui espérait certaines choses avait disparue depuis longtemps. Engloutie au fin fond de l’océan qu’était son cœur. L’immensité à perte de vue. Sans changement de paysage. Sans attente. Perdue au milieu de nulle part. Et c’était très bien comme ça.

« C’est au programme. T’es bien placée pour le savoir. » Ca le faisait marrer en plus… Tant mieux pour lui, dans un sens. Lasse, elle le regardait sans rire, sans même esquisser un sourire. D’ordinaire, elle aurait souri se rendant compte de sa bonne répartie, mais là… « Enfin tu m’as compris. » Bon, d’accord, elle avait mal utilisé le mot, vu les circonstances c’était effectivement l’inverse. Mais Nala n’avait vraiment pas envie de rire. Aussi, elle se contenta de hausser les épaules. « Ouais, peu importe. » Nonchalante, elle n’en avait plus rien à faire. Elle avait envoyé son enthousiasme se perdre dans l’immensité de son océan pour la journée. Ça lui ferait du bien, de lui revenir par la suite un peu moins important et vif… « Toujours est-il que c’était petit d’utiliser ma peur pour compenser la tienne. » Nouveau haussement d’épaules en feignant une nouvelle fois de s’en moquer. Enfin bref, ce n’était pas tout, mais ils avaient un shooting à continuer. Et là, tout de suite, plus vite ce serait fini, mieux ce serait. Carrément plus d’humeur, elle lui fit mit un peu la pression histoire qu’il évite justement que le cas de figure qu’elle venait de citer ne se produise. « Quel sens de la pédagogie Freshman… » Elle s’en moquait complètement, de la pédagogie. Elle ne donnait pas là-dedans. À part si c’était d’ordre sexuel. Là, éventuellement… Et en parlant de sexe, elle jugea bon de lui faire comprendre que s’il se plantait, c’était mort pour aujourd’hui. Ce qu’elle n’aurait peut-être pas dû faire, car si ça le motivait effectivement comme pour le stress qui se transmettait au cheval, il risquait de faire en sorte que cela n’arrive pas. Soit elle l’enverrait chier à ce moment, soit elle… feindrait d’avoir envie. Génial. Dans les deux cas, ça finirait mal. La brunette coupa court à ses réflexions sur la suite des choses et se contenta de lui expliquer comment préparer le cheval. « Heureusement que t’as pas à me préparer comme ça avant de me chevaucher. » Il était sérieux, à la regarder comme ça maintenant ? Alors quoi, son attitude ne l’avait pas refroidi ? Vraiment ? Et merde. « Ouais, heureusement, parce que je sais pas si ça en vaudrait la peine. » Voilà qu’elle était cassante elle aussi. La jeune femme n’avait pas remis en cause ses capacités au lit jusqu’ici, au contraire, elle lui avait toujours vanté ses mérites. Mais bon, son humeur avait vraiment fiché le camp. D’ailleurs, elle en profita même pour poser sa main sur son torse et le repousser avant de se reconcentrer sur le boulot.

Professionnelle et placide à toute remarque coquine, c’était… étrange. Surtout pour elle. Sauf que si le shooting n’était pas originellement le sien, elle aurait déjà mis les voiles, prouvant ainsi son envie d’être encore ici à cet instant. Mais elle se faisait violence, se concentrant sur ce qu’elle avait à faire, ignorant totalement son partenaire. Et ce, même lorsqu’ils devaient se rapprocher. Rien ne sortait du cadre professionnel, voilà. Au final, c’était comme de faire un shooting avec un parfait inconnu, simulant certaines émotions sans qu’elle ne soit pour autant ressenties. Alors oui, bien sûr, d’ordinaire, il n’y avait aucun besoin de simuler, leur alchimie et leur complicité derrière l’appareil photo était évidente. Finalement, la brunette avait plus de complicité avec son cheval qu’avec Jehan. Tout du moins outre la simulation. Parce qu’elle pouvait se révéler très bonne pour tromper les apparences, quand elle le voulait. Et là, professionnellement parlant, elle le désirait. Bientôt, cette étape fut terminée. Ne leur resteraient plus que le dernier tableau et le shooting serait terminé. S’ensuivrait surtout les problèmes, mais ils n’en étaient pas encore là. Arriva alors le petit interlude entre les deux tableaux, histoire de faire une petite pause, et que l’équipe du shooting puisse faire… et bien… ce qu’ils avaient à faire. Nala comptait s’éloigner quelques instants, le temps de souffler un peu et de faire le point sur cette note amère qui la perturbait et qu’elle avait dû mal à ignorer, malgré toute sa volonté. Sauf qu’en se retournant pour s’éloigner du cheval, Jehan lui faisait face, tout sourire. Au moins, il était toujours de bonne humeur, lui. « Alors ? J’ai été assez convaincant à ton goût ? » Pour répondre à cette question, encore aurait-il fallu qu’elle ait réellement fait attention à lui. Parce qu’à part le regarder du coin de l’œil de temps en temps… Enfin, il n’avait pas pris ses jambes à son cou, ça elle le savait. « Ok je sais tu vas me dire que le plus dur reste à venir, mais y’a du progrès non ? » Un point pour lui… Encore. « Tu t’en es pas trop mal sorti. » En fait, oui, il y avait eu du progrès. Mais la brunette n’avait pas la moindre envie de le complimenter à ce niveau. « Ça aurait pu être pire. » continua-t-elle en haussant les épaules, l’air de rien. « Enfin, du moment que ça leur convienne. » C’était l’essentiel. Et l’équipe ne leur avait pas fait de remarque désagréable, c’était bon signe.

Pas plus encline que cela à parler, ses phrases se faisaient plus courtes, plus directes et précises, allant droit au but. En même temps, après un tel coup, il était d’ordre général d’avoir envie de s’éclipser, non ? Elle avait beau faire des efforts, ça lui avait fait bien trop mal pour qu’elle continue à prétendre que rien n’était pendant des lustres. Pour être franche, la jeune femme avait même de plus en plus de mal à regarder Jehan et à lui parler. Quand un tel acte était sincère et que l’autre était certain du contraire, ça faisait mal. Encore plus quand on n’avait vraiment pas l’habitude de se comporter de la sorte. « Prêtes pour la chevauchée fantastique ? » D’ordinaire, un tel chuchotement à son oreille lui aurait donné des frissons. Mais là, rien. Non, vraiment, elle n’était pas d’humeur à flirter et compagnie. Aussi, elle décida de saisir cette parfaite occasion pour retourner dans un cadre tout ce qu’il y avait de professionnel. Parce que s’il avait peur des chevaux, logiquement, il n’en avait jamais monté un. « Tu veux bien arrêter tes insinuations cinq minutes ? » Froide et absolument pas réceptive pour un sous, elle se recula pour le regarder. « Puisqu’on a encore quelques minutes, j’vais t’expliquer comment monter. » Se retournant aussitôt pour se rapprocher du cheval, elle continuait à maudire ce sentiment qui ne voulait pas s’évaporer. Ça aurait été trop beau, trop facile… « L’avantage c’est qu’une fois sur le cheval, tu le contrôles. » A bien y réfléchir, ça ne devrait pas être aussi dur pour lui que ça en avait l’air, non ? Après tout, même si le cheval s’emballait, il n’aurait qu’à bien s’agripper et à fermer les yeux jusqu’à ce que quelqu’un vienne à la rescousse. Nala aurait pu être vraiment vache en lui évoquant ce scénario, histoire de lui rendre la monnaie de sa pièce, mais elle n’en fit rien, estimant que ça allait empirer les choses et ralentir tout le shooting. La brunette caressa l’animal avant de continuer ses explications, lui montrant où s’agripper et compagnie. Bon, ça laissait tout le loisir au mannequin de mater ses fesses, mais elle n’en avait que faire. « On a encore un peu de temps à ce que je vois. » lui dit-elle en voyant l’équipe qui s’afférait encore à changer le matériel ou elle ne savait quoi. « J’te propose de monter, pour que tu vois comment ça fait avant d’y être confronté. » Trop aimable à elle, il fallait l’accorder. Bon, ce n’était pas parce qu’elle n’en avait rien à cirer qu’elle avait envie qu’il se plante. Aussi elle se décala vers l’arrière du cheval, laissant la selle de libre. « Allez viens, on va le monter tous les deux. J’serais là pour t’expliquer mais c’est toi qui prends les rênes. » C’était le meilleur moyen pour qu’il y arrive par la suite. Nala agissait de la sorte d’un simple point de vue pratique par rapport à la suite et fin du shooting. En d’autres circonstances, elle aurait sûrement plus apprécié de partager ce moment avec lui. S’il allait se décider à accepter d’ailleurs. Parce qu’il devait faire confiance et à l’animal, et à Nala pour l’épauler. Mais lui seul pouvait le faire. « Tu montes comme je t’ai montré et expliqué, et ensuite on passe à la suite le temps qu’ils terminent. Ça ne peut pas mal se passer, je te l’assure. » Il n’y avait aucune raison que ça se passe mal d’ailleurs. Et de toute façon, il devrait le faire seul d’ici quelques minutes… Mieux valait pour lui saisir cette chance. Enfin ça, c’était son avis.

_________________

You make me glow, but i cover up, won’t let it show, so i’m puttin’ my defences up, 'cause i don’t wanna fall in love, if i ever did that i think i’d have a heart attack.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Jehan Lohnsen

Messages : 41
Date d'inscription : 01/10/2014


MessageSujet: Re: Rodéo (jehan)   Mer 22 Oct - 11:14

Jamais depuis leur première rencontre Jehan n’avait senti Nala aussi peu réceptive à son charme, aussi froide. Et pourtant ils n’avaient pas toujours été des plus sympathiques l’un envers l’autre. Les piques acerbes qu’ils se balançaient souvent afin de se heurter mutuellement pouvaient les avoir fâchés sur l’instant, mais là c’était différent. Le mannequin avait du mal à s’expliquer cette sensation qu’il avait. Pas de colère, encore moins de tension sexuelle masqué sous de l’agacement, juste de l’indifférence comme si la jolie brune portait une armure dans laquelle elle était isolée de tout. Habituellement les petites insinuations sur le moment de baise à venir la faisait toujours sourire, même discrètement et là rien. Jehan n’avait jamais vu la brunette ainsi et il était quelque peu perturbé par son attitude. Pourquoi une telle réaction ? Certes depuis qu’il avait fait son arrivée à Bishopville les choses avaient un peu changé entre eux, ils avaient partagé des moments qu’il ne pensait jamais partager avec une fille comme elle. Et pourtant… Ils s’étaient révélés tour à tour sous un jour que personne hormis eux ne connaissaient, inévitablement ils partageaient des secrets et ça c’était de un totalement imprévu et de deux une totale nouveauté.
Naïvement il avait cru qu’à son retour d’Europe les compteurs seraient comme remis à zéro. Ils allaient repartir dans leurs bons vieux travers à se vanner sans cesse pour se retrouver ensuite imbriqués l’un dans l’autre pour partager ce désir qu’ils avaient toujours en commun. Enfin presque, parce qu’à ce moment là Jehan sentait qu’ils ne partageaient plus rien. Étrange constat qu’il se surpris à trouver presque angoissant, mais depuis quand est-ce que ça le touchait autant ? Sans doute le jeune homme aurait-il préféré que tout redevienne comme à New York, des piques et du sexe. Mais la complicité c’était invitée à la fête, une certaine confiance aussi et de là avait découler de l’entraide. Sur ce point Nala avait été moins farouche que lui, elle ne s’était pas braquée quand il l’avait aidé et d’un commun accord cela serait leur secret. En revanche lui avait joué les durs, se pensant plus malin qu’elle. Tellement persuadé qu’elle ne pouvait vouloir que sa perte pour vilement lui faire payer l’affront de l’avoir fait se sentir redevable, qu’il avait tout simplement agit comme un con.

C’était sans doute un peu tard pour s’en apercevoir et un mea culpa était inenvisageable, pas maintenant en tout cas. Alors il tentait de rester naturel, fanfaronnant un peu sur sa réussite à lutter contre sa peur des chevaux. La brunette ne lui offrit que des réponses brèves, pas même du sarcasme elle semblait blasée et ça n’était tellement pas elle que Jehan sentit une vague de culpabilité s’emparer de lui. Il avait tenté une ultime insinuation à caractère sexuelle et le revers fut immédiat. C’était bien la première fois qu’il la sentait si sérieuse de le repousser ainsi. « Ok, ça va première de la classe je t ‘écoute. » lâchait-il en levant les yeux avec résignation. Il brûlait d’envie de lui répondre par tout pleins de sous-entendus chargés de connotation sexuel mais s’abstient. Nala allait le briefer sur comment monter à cheval pour le bon déroulement de la séance photo. Il eu un fort doute sur ce prétendu contrôle qu’il aurait une fois à cheval et arquait un sourcil « Ça c’est ce que j’espère. Mais vu le poids qu’il doit peser je pense que s’il a envie de faire ce qu’il veut, il le fera. » sauf que cette éventualité là il préférait ne pas y penser. Chassant cette idée de sa tête il acquiesçait à la proposition de la jolie brune, autant ne pas la contrarier d’avantage, qui sait de quoi elle serait capable ?
Du temps ils n’en avaient sûrement que assez peu mais suffisamment pour que Nala se mettant en selle lui propose un briefing. Bien sûr ses yeux suivirent l’ascension de ses courbes alors qu’elle se hissait sur l’animal et il lâchait un soupir de lassitude. Ok donc c’était ainsi que l’on montait sur un cheval, rien de compliqué en soi. Mais la suite l’étonnait d’avantage alors que la brunette reculait proposant qu’ils montent à deux. « Mais le pauvre il va pas nous porter tous les deux ! » faisait-il remarquer en écarquillant les yeux. Peut-être était ce aussi un petit peu parce qu’il craignait que Nala ne veuille se venger. Que cette fois elle feignait de vouloir l’aider et qu’un mauvais coup l’attendait vraiment. Soupirant de nouveau le jeune homme se décidait finalement à se mettre en selle. Pas une tâche aussi facile que ça le semblait surtout avec la présence de la brunette. « Ce cheval va nous détester je crois. » quoi que c’était sans doute sa partenaire dont il avait le plus à craindre à cet instant.

Rapidement, de manière claire et concise Nala lui expliquait les bases pour contrôler un cheval. Il n’allait pas avoir besoin de grand chose de plus, c’était une séance photo pas le tournage d’un film après tout ! Et puis elle semblait toujours si loin de lui qu’il n’appréciait même pas spécialement l’exercice. D’habitude il aurait été content de partager ça avec elle mais là c’était comme être avec n’importe qui et ça il ne s’y était jamais retrouvé confronté. Sa brève initiation terminée Jehan dû assez vite se remettre en selle pour la suite du shooting, et il aurait vraiment trouvé ça amusant si l’ambiance n’avait pas été si mauvaise. D’un œil extérieur le partenariat fonctionnait parce que Nala et lui étaient de vrais professionnels mais au fond il savait très bien que ça n’avait absolument rien à voir avec les étincelles qu’ils étaient capables de faire. Peut-être bien qu’il aurait dû refuser d’aider la jolie brune, se remettre tranquillement de son jet lag et ne pas se laisser avoir par un hasard un peu trop joueur.
Jehan s’était planté sur toute la ligne plus tôt et maintenant il s’en voulait. Lui revenait en tête cette envie qu’il avait eu que les choses soient différentes après trois semaines sans voir la jolie peste. Finalement s’il analysait les choses, oui elles avaient changées mais pas de la manière souhaité. Le mannequin ne pouvait pas nier avoir été content de croiser Nala, la voir lui avait fait plaisir et pas juste parce que ça sous entendait qu’ils allaient s’envoyer en l’air… Non juste parce qu’il appréciait de la voir. Ça c’était merdique comme sensation, mais quand même moins que le froid glacial dont il était toujours la victime à cet instant. Donc ils avaient terminés, non sans mal pour lui et il avait un peu flippé une fois à cheval mais malgré tout pour ne pas décevoir d’avantage la brunette il s’était vraiment fait violence. L’avait-elle seulement remarqué ? Rien n’était moins sûr tant elle semblait vivre avec une paire d’œillères.

Pendant le débriefing Jehan n’était pas super attentif, après tout il était un accessoire du shooting, comme ce décor du ranch et comme les deux chevaux qui avaient dû les supporter pendant tout ce temps. Finalement ça avait eu le mérite de lui redonner un peu de sympathie pour ces animaux qui n’étaient pas si terrible. Pas ces deux là en tout cas. Le moment était venu d’aller se changer, avant de s’assurer que toutes les modalités administratives étaient bien ok à la suite de quoi tous le monde pourrait prendre congé. Rapidement Jehan avait rejoint la styliste et la maquilleuse pour rendre les vêtements à l’une et que l’autre le débarrasse de toute trace de make up. Le jeune homme restait quelque peu indécis sur la conduite à tenir auprès de Nala, ce à quoi il pu réfléchir pendant ces quelques minutes de calmes ou presque. Il était bien moins enthousiaste qu’à son arrivée au ranch, car malgré la peur il arrivait à se cacher derrière l’humour, là c’était différent comme si toute envie de quoi que ce soit s’était évaporée. Même l’envie de sexe ! C’est dire…
Revenu à son style vestimentaire habituel, il faisait le point avec la responsable paperasse du shooting. Tout était en ordre il serait payé comme convenu et peu importe ses petites difficultés avec les chevaux il avait parfaitement fait le boulot. La nana lui faisait du rentre dedans, clairement mais il n’était plus d’humeur non plus. Nala avait eu cet effet sur lui et il détestait l’idée qu’elle ai se genre de pouvoir. La reine des glaces l’avait gelé sur place et même ses jolies fesses ne le feraient pas se réchauffer. C’était d’avantage sa tête qu’elle avait atteinte et ça c’était très mauvais signe. Profitant que la jolie brune fut seule il s’approchait, mains dans les poches pendant que l’équipe s’affairait au rangement du matériel « Mission accomplie. T’as pu faire ton shooting… J’ai pas foiré malgré que j’étais mort de trouille. Je crois qu’on est quitte là dessus. » haussant les épaules il poursuivait « Le jet lag me rattrape, j’vais rentrer. » c’était de toute façon la meilleure chose à faire vu l’ambiance entre eux. Parce que s’il n’avait pas foiré professionnellement c’était tout autre chose sur le plan personnel.  

Jehan venait de faire part de son départ imminent et pourtant il restait là planter devant la jolie brune hésitant sur la conduite à tenir. « Si j’ai un truc pour un shooting je t’appelle et vis versa ? » lâchait-il alors que ça n’avait pas franchement grand chose à voir avec ses pensées du moment « Bin euh… Voilà. » il devait avoir l’air con là tout de suite parce qu’en tout cas il se sentait con. Il s’apprêtait à partir puis s’arrêtait pour se retourner de nouveau vers Nala « Pour tout à l’heure… C’était sympa pour le coup de main… » ça pouvait être au sujet de ses brefs conseils même si en réalité c’était plutôt le soutien qu’il avait rejeté dont il parlait « Et pour ce que ça vaut… » ça allait sans doute lui arracher la gorge de dire ça, non ? Quoi qu’il se sentait finalement assez mal et que ça ne pourrait pas être pire «… Désolé. » il avait baissé le ton, un peu comme un gamin pris en faute. Mais les excuses c’étaient comme les promesses ni l’un ni l’autre n’en faisaient. Enfin pas habituellement, pas pour les autres… Mais entre eux c’était différent, toujours, un peu trop même.
Il n’était pas le champion des relations humaines mais au moins il avait pour lui d’être doté d’un bon sens de l’observation. La peur l’avait paralysé, le faisant agir connement alors que Nala faisait un effort de plus en sa présence. Maintenant il comprenait, c’était trop tard et il ne s’attendait pas à un pardon de sa part mais il venait de se rendre compte qu’il l’avait vraiment blessé. Avant il aurait jubiler à cette idée, se disant qu’il marquait un point de plus dans leur petit guerre débile. Or là il s’en voulait et c’était très désagréable comme sensation. « Salut, Freshman. » disait-il finalement avant de repartir vers la sortie de la propriété, le pire c’est qu’ils étaient venus à pied et il avait tout le chemin à faire jusqu’à son appartement. À moins qu’il ai la chance de tomber sur un taxi, mais à priori ça n’était pas sa journée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Nala Freshman

Messages : 47
Date d'inscription : 17/09/2014


MessageSujet: Re: Rodéo (jehan)   Sam 25 Oct - 14:45

« Ok, ça va première de la classe je t ‘écoute. » Première de la classe… C’était bien la première fois, ça. Et voilà une nouvelle nouveauté à ajouter à la liste. Encore une ! Décidément… A ce rythme, la brunette allait littéralement prendre une feuille de papier et la constituer, cette fameuse liste, une fois rentrée chez elle. Parce qu’à bien y réfléchir, il y en avait eu un grand nombre. Avec Jehan, surtout. Mais aussi suite au décès de ses parents. Être orpheline, c’était nouveau aussi. En soi, cela n’aurait pas dû la déranger tant que ça, puisqu’elle n’était pas si casanière que ça. Son mode de fonctionnement l’était, mais après tout, elle faisait régulièrement dans la nouveauté, le soir, en ramenant des mecs différents chez elle. Sauf Jehan, évidemment. L’exception qui confirme la règle. Et ce statut d’exception était déjà inquiétant, mais avec tous les changements qu’il y avait eu, c’était pire. Et le fait qu’elle prenne si mal qu’il était incapable de la croire sincère à son égard, ça aussi c’était flippant. Mais pour l’heure, elle ne réalisait pas encore la chose, se sentant tellement blessée par de telles paroles. Aussi, elle se contenta de lui expliquer la marche à suivre, après avoir balayé d’un dernier revers de la main ses insinuations. Elle lui expliquait qu’une fois sur le dos du cheval, il serait maître de la situation. Pas totalement parce que l’imprévu ne pouvait jamais être exclu et qu’un animal était toujours imprévisible, mais elle n’allait certainement pas lui dire ça. Le but n’étant pas de le faire flipper mais de le rassurer et lui donner un minimum de confiance sur le déroulement de ce dernier tableau du shooting. « Ça c’est ce que j’espère. Mais vu le poids qu’il doit peser je pense que s’il a envie de faire ce qu’il veut, il le fera. » S’il imaginait déjà le pire, c’était franchement mal barré… Nala ouvrit la bouche pour lui répliquer quelque chose avant de se raviser au dernier moment. Elle avait failli lui tendre la perche pour une nouvelle insinuation sexuelle en lui demandant s’il préférait être au-dessus ou en-dessous. Du cheval, bien évidemment… « Il a pas de raison de faire n’importe quoi si tu ne lui en donnes pas. » préféra-t-elle finalement répondre. Pour sûr que c’était mieux que sa première option, parce que là, elle n’aurait pas supporté une autre insinuation comme il était si doué pour le faire. Pas aujourd’hui. Pas après le coup qu’il lui avait asséné. Et puis, ça lui en boucherait un coin de voir qu’elle l’aidait vraiment. Voilà pourquoi elle lui proposa quelques instants plus tard, de monter à deux sur le cheval, juste quelques minutes le temps qu’il expérimente la chose. « Mais le pauvre il va pas nous porter tous les deux ! » En temps normal, elle aurait éclaté de rire en voyant la surprise sur son visage. Mais là, elle se contenta de lever les yeux au ciel avant de lui répondre. « On en a pour cinq minutes. Mais si tu veux monter tout seul, vas-y, je t’en prie. » C’était pour lui qu’elle faisait ça, pas pour elle. Après tout, elle savait se débrouiller. Le fait est qu’elle avait voulu l’aider, et qu’elle lui prouvait ainsi qu’elle n’avait pas menti. Alors oui, elle le faisait de manière spéciale, se montrant totalement désintéressée de lui et de tout, se contentant de faire son job pour que ça se finisse au plus vite. Mais il ne fallait pas lui en demander trop non plus, c’était déjà énorme. Et hors cadre professionnel, la brunette aurait pris ses clics et ses clacs depuis longtemps, laissant tout en plan, dans une belle sortie dramatique. Finalement, le mannequin se décida et monta l’animal. « Ce cheval va nous détester je crois. » Possible. S’il ressentait leurs émotions à cet instant, il y avait de fortes chances, oui.

Heureusement, la petite démonstration ne dura pas bien longtemps, juste le temps de lui expliquer ce qu’il avait besoin de savoir pour continuer le shooting et ne pas se vautrer en beauté. Et en parlant de shooting le moment vint alors de le continuer et surtout de le terminer. Jamais Nala n’avait été si professionnelle, si concentrée dans ses tâches et surtout si platonique avec Jehan. Faire en sorte que cela fonctionne sous les flashs n’était pas un problème, mais d’habitude c’était tellement plus naturel et le rendu était vraiment réel, puisque l’alchimie était présente entre eux, et qu’une certaine complicité s’en dégageait. Là, lui sourire relevait d’une mission plutôt que d’une tâche accomplie spontanément. Il y avait un fossé entre ce qu’ils faisaient d’ordinaire, et ce qu’ils offraient à l’équipe à cet instant. Sauf que cela ne semblait pas les déranger, et en même temps, ils n’avaient jamais vu de leurs yeux de quoi ils étaient vraiment capables ensemble. Au final, la jeune femme avait été impatiente de faire ce shooting et le résultat était différent de ce qu’elle avait imaginé. Le plaisir s’était éclipsé, et même la sensation d’une certaine liberté sur le dos du cheval ne lui apportait finalement pas énormément. Il n’empêche que Jehan était toujours sur le cheval, et ne bloquait pas. Il n’avait pas tout stoppé net, il n’était pas tombé, et son cheval s’était finalement montré assez docile. Ça, par contre, elle ne l’aurait pas cru. Vu comment ça avait commencé, elle n’avait pas été très objective concernant la fin du shooting, et pourtant, cela s’était bien passé, professionnellement parlant. Nala avait bien conscience de ce que ça lui avait coûté, il avait dû prendre énormément sur lui pour arriver à un tel résultat. Elle aurait dû le féliciter, être contente qu’il y soit parvenu, et même si elle était finalement impressionnée, et qu’elle ressentait ces émotions, elles étaient sous-jacentes. La blessure prenait toute la place, les empêchant de sortir. On l’avait toujours prise pour une garce incapable de sentiments, et maintenant qu’elle prouvait le contraire, ce n’était pas crédible. Pourquoi se donner tant de peine ? Et puis… À quoi s’était-elle attendue au juste ? Jehan était différent des autres parce qu’il ne se cachait pas de ses intentions concernant les histoires d’une nuit. Il avait su différencier les sœurs jumelles, et garder pour lui une partie de son secret, cette partie concernant ses terreurs nocturnes. Cela ne voulait pas dire pour autant qu’il serait apte à la croire. Quelle idée… D’où sortait-elle d’ailleurs ? C’était ridicule. Tout cela était ridicule. Nala était une garce, voilà tout. C’était ce qu’elle serait jusqu’à la fin, pourquoi vouloir nuancer son rôle ? Pourquoi vouloir changer alors qu’il y avait eu suffisamment de changement dans sa vie pour les dix prochaines années ? Voilà, maintenant elle se demandait pourquoi elle avait eu de bonnes intentions envers Jehan. À l’entendre, c’était tout simplement improbable. Et puis, ce n’était pas parce que lui en avait eu pour elle qu’elle devait faire la même chose. Bien, c’était décidé. Elle n’en aurait plus. Elle tiendrait le rôle qu’il voulait qu’elle conserve. Elle continuerait d’être égoïste, de penser à elle, de le voir pour qu’il la contente, elle. Point à la ligne.

Lors du débriefing, la brunette fut cependant ravie de voir que le résultat était positif. Ça aurait pu être mieux, c’était évident, mais ça aurait surtout pu être pire que cela. Ils avaient frôlé la catastrophe mais l’avaient professionnellement évitée. À charge de revanche, celle-ci s’était rabattue et appliquée sur le plan personnel, mais il s’agissait là d’un dommage collatéral. Tant pis. Mieux valait qu’ils se bousillent plutôt qu’ils ratent ce job et brisent leurs carrières respectives. De toute façon, ils n’étaient plus à ça près, vu le mal qu’ils s’étaient déjà fait. Bon, d’accord, c’était différent, et beaucoup plus fort cette fois-ci. Mais il avait touché une corde sensible, et nul doute que si les rôles avaient été inversés, cela se serait passé de la même manière, si elle avait touché une de ses cordes sensibles à lui. La jeune femme allait se changer une fois le debrief de l’équipe terminé. Se disant que Jehan serait peut-être parti une fois qu’elle aurait fini, elle prit son temps pour ôter les vêtements du shooting et se rhabiller comme elle était arrivée. Pour le make up, ce n’était pas dérangeant, elle le garderait. L’envie d’être démaquillée et remaquillée différemment ne l’enchantait absolument pas. Sauf qu’elle avait oublié un détail, la paperasse à régler puisque Jehan n’avait pas initialement été prévu pour ce shooting. Mince, elle qui avait cru qu’il serait déjà parti, elle avait tout faux. Bon, tant pis, elle pouvait encore le supporter quelques minutes après tout. Ils n’étaient plus à cela près. « Mission accomplie. T’as pu faire ton shooting… J’ai pas foiré malgré que j’étais mort de trouille. Je crois qu’on est quitte là dessus. » Sur ce point, il avait raison. En fait, malgré sa trouille, il avait même remarquablement géré. Mais cette sensation resta bloquée sous la blessure. « Tu as échappé à de belles représailles, effectivement. Manquait plus que tu te plantes ! » Elle jouait à nouveau la manipulatrice, ravie d’être arrivée à ses fins. L’air de rien, elle finit par rajouter « Heureusement, c’était pas trop mal. » Lui demander plus à l’heure actuelle était tout simplement inimaginable. « Le jet lag me rattrape, j’vais rentrer. » Oh dommage, elle ne pouvait pas continuer à jouer son rôle de manipulatrice puisqu’il prenait les devants. Oui, elle lui en voulait vraiment. Différencier deux jumelles il pouvait le faire, mais voir la sincérité, il ne le pouvait pas ? Ca la dépassait un peu, et ça la foutait en rogne quand elle y pensait. Mais elle exploserait une fois seule, certainement pas maintenant. « Bien, à ta guise. » Nala accompagna sa réplique d’un hochement de tête ferme. Elle le regarda quelques instants fixement, attendant qu’il bouge, mais ce ne fut pas le cas. Du coup, elle le regarda l’air de dire « qu’est-ce que tu attends ? ». La réponse ne tarda pas à venir puisqu’il prit la parole. « Si j’ai un truc pour un shooting je t’appelle et vis versa ? » A bien y réfléchir, elle n’était pas sûre, là, maintenant, tout de suite, de vouloir continuer à procéder de la sorte. En fait, elle n’était pas certaine d’avoir envie de faire un shooting avec lui dans les prochains temps. Pourquoi ? Parce que ça l’avait affectée… Alors que le but même de sa manœuvre depuis près de dix années maintenant était justement de ne plus être affectée de la sorte. Il faudrait qu’elle reconstruise ses défenses que Jehan semblait avoir affaiblies. Là, elle ne pourrait pas le regarder dans les yeux sans repenser à cette journée. Pourtant, elle était incapable de comprendre pourquoi ses mots avaient eu autant d’impact. « Ouais, on change pas notre mode de fonctionnement. » lui répondit-elle en se demandant si elle allait vraiment le faire ou si elle était en train de lui mentir. Oh et puis, pourquoi se poser une telle question ? Mais qu’est-ce qui ne tournait pas rond chez elle, bordel ?! « Bin euh… Voilà. » Oui, voilà.

Ou peut-être pas puisqu’il était toujours là devant elle. Enfin plus pour longtemps vu qu’il se mettait en route. Elle failli se retourner elle aussi pour… Bah en fait, elle ne savait pas du tout pour quoi faire, mais elle ne pouvait pas partir en même temps que lui sous peine d’avoir à faire le trajet à ses côtés. Peut-être qu’elle trainerait encore un peu, qu’elle retournerait voir les cheveux, ou qu’elle appellerait ce crétin de collègue New-Yorkais pour passer ses nerfs. Tiens, ça, c’était une bonne idée. Mais Jehan se retournait et repris la parole. Qu’y avait-il de plus à ajouter ? « Pour tout à l’heure… C’était sympa pour le coup de main… » Oh… Elle ne s’était pas attendue à cela pour être franche. Froidement comme à son habitude depuis les paroles blessantes, elle haussa les épaules. « J’avais aucun intérêt à ce que tu te plantes. » Cette fois, la brunette le regardait fixement avant de reprendre la parole. « Je l’ai dit, je le fais. Point barre. » Elle lui avait dit qu’elle serait là comme il avait été là à New-York, elle l’avait fait. Qu’il la croit sincère ou pas, qu’il pense que ça vienne d’une bonne intention ou d’un point de vue purement manipulateur visant à satisfaire ses propres desseins. « Et pour ce que ça vaut… » Il allait encore ajouter quelque chose là ? A bien y réfléchir, elle ne voyait vraiment pas quoi. Sa dernière réplique avait été celle qui faisait office de remerciement. De façon détournée, certes, mais c’était implicite. «… Désolé. » Est-ce qu’elle avait bien entendu, malgré le fait qu’il ait baissé la voix ? Ce devait forcément être le cas puisqu’elle ne se serait pas imaginé une telle chose. Ça aurait été trop surréaliste, vous comprenez ? Pourtant… Il venait bel et bien de prononcer mot. Ce qui voulait dire que… Merde, il avait compris son petit manège. Et il la laissait complètement sans voix, carrément abasourdie, même si elle tentait de ne rien laisser paraître extérieurement. Frustrée qu’il ait su lire dans ce jeu-là, mais pas dans sa sincérité d’avant, elle failli perdre son sang-froid et s’énerver contre lui. Il se foutait de sa gueule ou bien ? Durement, elle finit par lui répondre. « Tu peux les garder, tes excuses. Quand on voit un serpent, on se méfie. » C’était typique comme comportement. « Et ce n’est pas pour rien. » ajouta-t-elle en sous-entendant qu’au final, elle aurait très bien pu le mordre aujourd’hui. Pas littéralement, cette fois-ci. En fait, elle ne s’en moquait pas de ses excuses, au contraire. Juste qu’elle était à nouveau piquée au vif parce qu’elle se sentait dépassée, ne contrôlant strictement rien. Et ça, ça la faisait aussi un peu paniquer. « Salut, Freshman. » Freshman. Tout ne partait pas totalement en vrille, heureusement. Ceci dit, la brunette ne prit pas la peine de lui répondre et tourna les talons au moment où il faisait de même. Lui partait, elle resterait encore un peu. Pour se défouler, pour essayer de comprendre certaines choses, pour… se rendre compte que c’était la première fois qu’on s’excusait auprès d’elle… Sincèrement.



SUJET TERMINE

_________________

You make me glow, but i cover up, won’t let it show, so i’m puttin’ my defences up, 'cause i don’t wanna fall in love, if i ever did that i think i’d have a heart attack.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Rodéo (jehan)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Rodéo (jehan)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» C'est qui c'elle la? (PV Caillou érodé)
» petit combat amical Nuage de la vallée vs Caillou érodé
» Mon blog à figurines
» Et si la mort rode partout, où seras-tu toi ? [PV Echo du temps]
» Jehan Von Himeln
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
IT NEVER STOPS :: PARTIE RP :: Rps terminés-